Elmer Bernstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec le compositeur et chef d'orchestre américain Leonard Bernstein
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bernstein.
Elmer Bernstein

Elmer Bernstein est un compositeur américain, né le 4 avril 1922 à New York et mort le 18 août 2004 à l'âge de 82 ans à Ojai en Californie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir été notamment le protégé d'Aaron Copland, Elmer Bernstein débuta sa carrière à la télévision, la radio et au théâtre au début des années 1950.

En 1955, il fit forte impression avec sa partition pour le film d'Otto Preminger, L'Homme au bras d'or, où pour la première fois le Jazz est introduit comme élément narratif, et non plus comme fond musical.

En 1956, dans un style orchestral radicalement différent, Cecil B. DeMille lui confie la tâche titanesque de mettre en musique Les Dix Commandements. Ces deux coups de maître successifs et sa versatilité lui ouvrent dès lors les portes d'Hollywood, où il œuvre aussi bien dans les films historiques et les westerns, que les films intimistes (Le Prisonnier d'Alcatraz, Du Silence et des Ombres).

Bien que sa partition pour Les Sept Mercenaires soit assurément son œuvre la plus célèbre, il est l'auteur de plus de 250 musiques de films et téléfilms, démontrant son incroyable talent à sublimer les genres. Outre le film de guerre (La Grande Évasion, L'Ombre d'un géant ou Le Pont de Remagen), il excelle dans le Western, où sa musique fut longtemps associée aux chevauchées de John Wayne (Les Comancheros, Les Quatre fils de Katie Elder, Cent dollars pour un shérif, Le dernier des géants).

En 1968, il remporte ( ce qui restera son seul et unique) Oscar de la meilleure musique pour le film de George Roy Hill, Millie.

À la fin des années 1970, sa carrière prend un virage plutôt surprenant vers la comédie, où ses mélodies dramatiques ironiquement décalées se fondent à merveille dans l'univers déjanté de American College de John Landis en 1978, et surtout d'Y a-t-il un pilote dans l'avion ? en 1980 du trio ZAZ.

Sa collaboration avec John Landis se poursuivra sur 5 autres films dont The Blues Brothers en 1980, Le Loup-Garou de Londres en 1981 ou Un fauteuil pour deux en 1983.

Après le succès de SOS Fantômes en 1984 et par crainte de rester prisonnier de ce genre de films, il s'oriente peu à peu vers des œuvres beaucoup plus intimistes comme My Left Foot en 1989 ou Les Arnaqueurs en 1990.

En 1991, Martin Scorsese lui confie la musique du remake de Les Nerfs à vif, où Elmer Bernstein rend un hommage appuyé à son confrère et ami Bernard Herrmann en adaptant l'œuvre composée par ce dernier pour le film original de 1962.

Grâce encore à Martin Scorsese, il décroche une nomination à l'Oscar de la meilleure musique en 1994 pour sa très belle partition de Le temps de l'innocence.

Une de ses dernières partitions sera pour le film de Todd Haynes, Loin du Paradis en 2002, qui fera figure d'œuvre- testament en forme d'hommage à la musique du "Golden Age", dont il aura brillamment assuré la relève.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Années 1950

Années 1960

Années 1970

Années 1980

Années 1990

Années 2000

Télévision[modifier | modifier le code]

Court-métrage[modifier | modifier le code]

Tous les court-métrages suivant ont été réalisés par Charles Eames et Ray Eames.

  • 1953 : A Communications Primer
  • 1954 : S-73
  • 1955 : House: After Five Years of Living
  • 1956 : Eames Lounge Chair
  • 1957 : The Information Machine
  • 1959 : Glimpses of the USA
  • 1959 : Toccata for Toy Trains
  • 1960 : Introduction to Feedback
  • 1960 : The Fabulous Fifties
  • 1962 : San Francisco Fire
  • 1964 : House of Science
  • 1965 : The Smithsonian Institute
  • 1965 : IBM Puppet Shows
  • 1965 : Westinghouse in Alphabetical Order
  • 1965 : IBM at the Fair
  • 1965 : View from the People Wall
  • 1965 : Sherlock Holmes in the Singular Case of the Plural Green Mustache
  • 1968 : A Computer Glossary
  • 1968 : A Rough Sketch for a Proposed Film Dealing with the Powers of Ten and the Relative Size of Things in the Universe
  • 1969 : Tops
  • 1972 : SX-70
  • 1971 : The Tell-Tale Heart de Steve Carver
  • 1971 : Computer Landscape
  • 1972 : Computer Perspective
  • 1973 : Copernicus
  • 1976 : The Look of America
  • 1977 : Daumier: Paris and the Spectator
  • 1977 : The Worlds of Franklin and Jefferson
  • 1975 : Metropolitan Overview
  • 1977 : Polavision
  • 1977 : Powers of Ten
  • 1978 : Cézanne
  • 1978 : Vignettes for Polavision: The Chase
  • 1978 : Art Game
  • 1978 : Degas in the Metropolitan
  • 1979 : A Report on the IBM Exhibition Center d'Eames Demetrios

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]