Cabaret (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cabaret (homonymie).

Cabaret

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Liza Minnelli en 1973
dans un numéro de Cabaret pour la télévision.

Réalisation Bob Fosse
Scénario John Van Druten (script)
Joe Masteroff (musical)
Jay Allen (adaptation)
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 1972
Durée 124 min.

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Cabaret est un film musical américain de Bob Fosse sorti en 1972, tiré du livre de Christopher Isherwood, Goodbye to Berlin (« Adieu à Berlin ») publié en 1939 au sein du recueil de nouvelles Berlin Stories.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Sally Bowles est une chanteuse américaine qui se produit dans la boîte de nuit du Kit Kat Klub à Berlin au début des années 1930.

Elle loue une chambre à Brian, un Anglais réservé, universitaire et écrivain, qui vient d'arriver à Berlin pour écrire sa thèse de philosophie. Brian donne des leçons d'anglais pour gagner sa vie, tout en poursuivant ses études.

Sally essaie sans succès de le séduire et pense d'abord qu'il est homosexuel. Ils deviennent amis et Brian est le témoin de la vie chaotique de Sally durant les derniers jours de la République de Weimar. La montée en puissance de la violence nazie est montrée à plusieurs reprises dans le film.

Brian et Sally deviennent bientôt amants.

Un riche playboy, Max (Maximilian von Heune), les prend en amitié. Il les invite dans les meilleurs restaurants, couvre Sally de cadeaux somptueux (un manteau de fourrure notamment), les invite dans un château. Cet aristocrate séduisant affirme à Brian que l'Allemagne gardera sous contrôle les nazis, des brutes à ses yeux, mais qui auront l'avantage de débarrasser le pays des communistes.

Max séduit Sally et Brian, puis les abandonne, laissant Sally enceinte sans qu'elle sache qui est le père. Brian propose à Sally le mariage et une vie d'universitaire à Cambridge.

Sally se rend compte qu'elle ne pourra jamais mener une vie si tranquille. Elle le quitte après avoir avorté.

Le film se termine par le départ de Brian pour l'Angleterre, tandis que Sally continue sa vie à Berlin.

Le maître de cérémonie du Kit Kat Klub est toujours montré dans son rôle de meneur de revue, annonçant, avec des clins d'œil de connivence à la caméra, que la fête sera bientôt finie.

Dans une intrigue secondaire, Fritz, un élève désargenté de Brian, veut séduire une riche héritière juive, Natalia. Mais il s'aperçoit qu'il tombe amoureux de la jeune fille. Cette dernière l'aime aussi, mais étant juive dans une Allemagne où monte le nazisme, elle rejette leur union comme impossible après qu'il l'ait demandé en mariage.

Fritz est en réalité un juif qui s'était fait passer pour protestant afin d'échapper à l'antisémitisme. Il finit par l'avouer à Natalia, et les jeunes gens se marient à la synagogue. Nous sommes laissés dans le doute sur ce que sera leur destin.

Dans le cabaret, dont les chansons et les danses ponctuent le film — avec ou sans Sally Bowles —, la montée du nazisme apparaît en filigrane : en particulier une chanson dont le caractère antisémite n'apparaît qu'à la fin (le maître de cérémonie se dit amoureux d'une guenon, et il déclare à la fin que vue par ses yeux, « elle n'aura plus l'air si juive »), et dans le morceau final un reflet de la salle, où l'on voit plusieurs hommes en uniforme nazi, arborant la croix gammée.

Scénario[modifier | modifier le code]

Le film est inspiré de la comédie musicale Cabaret de John Kander et Fred Ebb, montée avec un grand succès à New York en 1966 avec Jill Haworth (Sally Bowles), Joel Grey (le maître de cérémonie) et Lotte Lenya (Fraulein Schneider). La comédie musicale est, elle-même, adaptée de la pièce I am a Camera du dramaturge anglais John Van Druten (publié en 1951) et du roman Adieu à Berlin (publié en 1939) de l'écrivain anglais Christopher Isherwood. Le film fait également penser à L'Ange bleu (film de 1930). La posture de Liza Minnelli sur une chaise rappelle celle de Marlène Dietrich sur un tonneau. Si l'intrigue du film Cabaret est différente de celle de L'Ange bleu, la montée du nazisme était déjà en filigrane dans le film de 1930, et encore plus explicite avec le recul du temps dans Cabaret.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le film fut entièrement tourné sur les lieux même de l'action à Berlin en Allemagne.
  • Liza Minnelli conçut elle-même sa coiffure et son maquillage, avec l'aide de son père, Vincente Minnelli
  • Gene Kelly et Billy Wilder déclinèrent la proposition de réaliser le film.
  • Dans la version « originale », celle qui fut jouée au théâtre à Broadway, l'écrivain est américain et la chanteuse anglaise.
  • Au début du film, une étrange et inquiétante femme fumant une cigarette apparaît furtivement assise au fond du Kit Kat Klub : elle fait référence à un tableau expressionniste allemand de Otto Dix, le Portrait de la journaliste Sylvia von Harden.
  • Une reprise de la bande originale a été utilisée dans une publicité pour la marque Thalys en 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]