Le train sifflera trois fois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir High Noon.

Le train sifflera trois fois

Description de cette image, également commentée ci-après

Gary Cooper et Grace Kelly.

Titre original High Noon
Réalisation Fred Zinnemann
Scénario Carl Foreman
Acteurs principaux
Sociétés de production Stanley Kramer Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 1952
Durée 85 minutes (1 h 25)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le train sifflera trois fois (High Noon) est un western américain de Fred Zinnemann sorti en 1952. En 1989, le film est sélectionné pour le National Film Registry par le National Film Preservation Board pour la conservation à la Bibliothèque du Congrès aux États-Unis pour son « importance culturelle, historique ou esthétique », la première année de sa création.

Résumé[modifier | modifier le code]

Gary Cooper.

Le train sifflera trois fois se déroule approximativement en temps réel, comme l'illustrent les plans récurrents montrant le cadran de l'horloge du bureau du shérif. L'action du film débute en effet à 10 h 40 pour se terminer peu après midi, et sa durée est de 85 minutes.

À dix heures trente du matin, dans la petite bourgade d'Hadleyville, le shérif Will Kane (Gary Cooper) vient d'épouser la jeune Quaker Amy Fowler (Grace Kelly). Alors qu'il s'apprête à rendre son étoile de shérif, Will Kane apprend l’imminent retour en ville de Frank Miller, un homme qu’il avait jadis arrêté et qui avait par la suite été condamné à mort. Finalement libéré au bout de cinq ans, Miller est en route pour Hadleyville avec la ferme intention de régler son compte à l'ancien shérif. Miller doit arriver par le train de midi à la gare où trois de ses complices l’attendent.

Will Kane et sa femme projettent d'ouvrir un magasin dans une bourgade voisine mais, en définitive, le sens du devoir l'emporte. Malgré les supplications de sa femme, Kane décide de rester et tente de recruter des hommes auprès des habitants de la ville. Mais, l'un après l'autre tous lui font défaut, par lâcheté, intérêt, ou amitié pour le bandit. C’est donc seul qu’il devra livrer le combat face aux quatre hommes. À l'arrivée du train, les rues de la ville se désertent et se transforment en champ de bataille. Le combat se termine par la victoire du shérif. Sans se retourner, Will et Amy Kane quittent Hadleyville.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs non-crédités :

Production[modifier | modifier le code]

Titres du film[modifier | modifier le code]

Le titre original du film joue sur le double sens de l'expression high noon. Au sens propre, elle signifie « plein midi », mais au sens figuré elle désigne l'« heure de vérité ». Après le film, to be high noon est devenu une expression, qui signifie « être complètement seul avec de gros problèmes ».

Le titre français fait référence au fait que le train de midi doit siffler trois coups au cas où il y aurait un voyageur (Frank Miller) qui en descendrait. Mais cette précision n'existe pas dans le dialogue original. L'invention est purement française d'où l'inspiration de ce titre.

Casting[modifier | modifier le code]

Gary Cooper et Grace Kelly.

Le train sifflera trois fois constitue la première apparition au cinéma de Lee Van Cleef, dans un rôle muet. C'est aussi le premier grand rôle de Grace Kelly.

Image[modifier | modifier le code]

Le réalisateur Fred Zinnemann, compose Le train sifflera trois fois de trois éléments visuels récurrents : tout d'abord, le plan fixe sur la voie ferrée, qui signifie la menace attendue. Ensuite, le parcours désespéré du shérif qui cherche de l'aide dans toute la ville. Enfin, les horloges, de plus en plus grosses à l'image et de plus en plus souvent montrées au fur et à mesure que la menace se rapproche.

Musique[modifier | modifier le code]

La chanson du film en forme de ballade a été interprétée par Tex Ritter sous le titre Do not forsake me, oh my darlin', et en France par John William sous le titre Si toi aussi tu m'abandonnes. Les paroles françaises furent signées Henri Contet qui refusa de faire de la traduction littérale.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Le film est une dénonciation du maccarthisme, l’attitude des habitants de la ville étant censée être le reflet de celle des professionnels du cinéma qui dénonçaient leurs collègues. Carl Foreman fut d’ailleurs placé sur la liste noire peu après sa sortie.

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Le film a aussi été nommé dans les catégories Meilleure mise en scène, Meilleur film et Meilleur scénario.

Reception critique[modifier | modifier le code]

Grace Kelly, Gary Cooper et Katy Jurado

Pour l'historien du cinéma Leonard Maltin[2], Le train sifflera trois fois se démarque complètement des westerns de l'époque : le héros admet avoir peur, le film ne comporte que très peu de scènes d'action (à la fin) et il est tourné en noir et blanc, ce qui était rarissime pour les westerns en 1952. D'autres éléments distinguent ce film des autres westerns : une bande son dépouillée, une image très sobre, un ciel laiteux. Le personnage d'Helen Ramírez (Katy Jurado) n'était pas banal pour l'époque, puisqu'il s'agit d'une femme d'affaires mexicaine.

L'acteur John Wayne a profondément détesté ce film qu'il qualifia de « un-American », par sa condamnation de la majorité silencieuse et d'une certaine lâcheté citoyenne. Pour d'autres critiques[Qui ?], ce film est qualifié « d'anti-western ».

Influences et remake[modifier | modifier le code]

À peine deux ans après, soit en 1954, Quatre étranges cavaliers d'Allan Dwan propose une variation sur le film de Zinnemann, reprenant ouvertement la même trame avec une relecture des mêmes thèmes - maccarthysme, mariage du shériff, irruption du quatuor vengeur, lâcheté des concitoyens ... - , cette fois en couleurs et de façon plus percutante. Martin Scorsese le cite dans son documentaire sur le cinéma américain et lui voue une grande admiration.

Le film Rio Bravo de Howard Hawks, sorti en 1959, avec John Wayne dans le rôle principal, a été présenté comme une réponse au Train sifflera trois fois. Hawks et Wayne n'aimaient pas le personnage du shérif Kane, qui jette son étoile de shérif, avoue sa peur et cherche désespérément à se faire aider par la population. Le shérif John T. Chance met, pour sa part, un point d'honneur à ne pas impliquer les civils mariés dans des actions dangereuses. Seuls les célibataires sont invités. L'un d'eux interprété par Ricky Nelson se fera secouer par John T. Chance pour avoir été « prudent » et provoqué ainsi indirectement la mort de son patron prêt à aider le shérif. Mais il n'est pas interdit de revenir de ses erreurs.

En 1968, l'épisode Je vous tuerai à midi (Noon Doomsday en version originale) de la saison 6 de la série Chapeau melon et bottes de cuir pastiche de façon humoristique le film. Patrick Macnee (John Steed) joue le rôle de Gary Cooper : handicapé dans son fauteuil, il est confronté à la vengeance d'un homme qu'il a fait arrêter mais qui s'est évadé (Peter Bromilow reprenant le rôle de Ian MacDonald) et qui veut le tuer avec ses complices à midi précise. Seule sa collaboratrice Tara King (Linda Thorson dans le personnage de Grace Kelly) peut l'aider car tous les hommes disponibles dans la maison de repos lui refusent son aide. Il se retrouve donc quasiment seul.

Le film Outland... loin de la terre (Outland, 1981), de Peter Hyams, avec Sean Connery, est un remake du Train sifflera trois fois dont il reprend le principe, transposé dans une colonie minière spatiale : dans l'apathie générale, un homme se trouve seul dans un combat injuste[3].

Parodies[modifier | modifier le code]

Jean-Marie Pallardy parodia le titre du film dans une production érotique de 1975 L'arrière-train sifflera trois fois, dont le scénario n'a aucun rapport avec le film original.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Absent pour la cérémonie : c'est John Wayne qui est venu recevoir le trophée en son nom
  2. cf. The making of High Noon, documentaire.
  3. Sur un blog

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]