Le Parrain 2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Parrain.

Le Parrain, 2e partie

Titre québécois Le Parrain II
Titre original Mario Puzo's The Godfather: Part II
Réalisation Francis Ford Coppola
Scénario Francis Ford Coppola
Mario Puzo
Acteurs principaux
Sociétés de production Paramount Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film de gangsters
Sortie 1974
Durée 192 minutes (h 12)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Parrain, 2e partie (Mario Puzo's The Godfather: Part II) est un film américain réalisé par Francis Ford Coppola en 1974. Il fait suite au film Le Parrain, sorti deux ans plus tôt, et précède Le Parrain, 3e partie (1990).

Synopsis[modifier | modifier le code]

Michael Corleone a succédé à son père Vito à la tête de la famille. Il dirige alors les affaires des Corleone d'une main implacable, en éliminant ses ennemis les uns après les autres. Mais en tentant en vain de ressembler à son père, il ne fera preuve que d'une autorité dévastatrice qui peu à peu l'éloignera des personnes qu'il aime.

La deuxième partie du Parrain offre deux histoires parallèles. L’une implique le chef de la Mafia en 1958/1959 après les événements du premier film, l’autre est une suite de flash-back sur le parcours de son père, Vito Corleone, de sa jeunesse en Sicile à la création de la famille Corleone à New York.

Le film commence en 1901, dans la ville de Corleone en Sicile, aux funérailles du père du jeune Vito, Antonio Andolini, qui a été assassiné pour une insulte au seigneur local de la mafia, don Ciccio. Pendant la procession, le frère ainé de Vito est assassiné parce qu’il a juré de se venger du Don. La mère de Vito se rend auprès de don Ciccio pour implorer sa clémence, mais il refuse. La mère pointe alors un couteau sous la gorge de don Ciccio, en intimant l'ordre à son fils de fuir. Celui-ci s'enfuit en courant, et voit une dernière fois sa mère abattue d'un coup de fusil. Les hommes de don Ciccio fouillent la ville pour trouver le garçon, qui peut s'enfuir de la ville dans les bagages d'un ânier. Le jeune Vito finit par se retrouver sur un bateau en partance pour New York. À Ellis Island, un agent de l’immigration confond la ville natale de Vito, Corleone, avec son nom de famille : il est enregistré aux États-Unis comme « Vito Corleone ».

À la fin des années 1950, dans une scène similaire à l’ouverture du premier film, Michael Corleone, le parrain de la famille Corleone, traite de diverses affaires et les problèmes de la famille dans une fête soignée dans la résidence familiale à Lake Tahoe, Nevada, pour célébrer la première communion de son fils. Il rencontre le sénateur du Nevada, Pat Geary, qui remercie officiellement les époux Corleone pour leur généreux soutien à l'Université de l’État. En privé, le sénateur affiche son mépris pour les « ritals » aux cheveux gominés. Il entend faire « rendre gorge » à la famille, qui veut acheter des permis de jeu, exigeant plus de 10 fois le prix légal de la licence, et 5 % des gains. En retour, Michael Corleone lui annonce qu'il n'aura rien, et devra même payer sur ses propres deniers la licence de jeu des Corleone.

Michael doit traiter aussi avec sa sœur, Connie, veuve depuis peu, et qui souhaite se remarier très vite. Michael désapprouve. Il parle avec Johnny Ola, l’homme de main du gangster juif Hyman Roth, qui soutient le mouvement de Michael dans l’industrie du jeu. Tardivement, Michael traite avec Frank « Five Angels » Pentangeli, qui a repris le territoire du caporegime Peter Clemenza après sa mort, et a maintenant des problèmes avec les frères Rosato, qui sont soutenus par Roth. Frank veut éliminer les frères Rosato, et exprime ouvertement son désaccord avec Michael, qui souhaite les ménager. Franck Pentangeli trouve honteux que Michael traite d'abord avec Hyman Roth qu'avec des « frères de sang », membres de la famille. Il part brusquement, après avoir rappelé à Michael que son père « n'avait jamais fait confiance à Hyman Roth ».

Plus tard, dans la nuit, Michael est à la fenêtre, quand sa femme Kay lui demande pourquoi il ne ferme pas les doubles rideaux. La chambre est alors mitraillée, mais ni Michael ni sa femme ne sont touchés. Michael dit à Tom Hagen que le coup a été fait avec l’aide de quelqu’un de très proche. Il confie sa famille à Tom Hagen, le temps qu'il devra s'absenter pour affaires.

En 1917, Vito Corleone, devenu adulte, travaille dans un magasin d’alimentation de New York avec son ami Genco Abbandando. Le voisinage est contrôlé par un membre de « La Main Noire », don Fanucci, qui extorque des paiements de protection aux commerçants du quartier. Une nuit, le voisin de Vito, Clemenza, lui demande de cacher des armes pour lui, et plus tard, pour rembourser la faveur, l'emmène dans un appartement luxueux où ils commettent leur premier vol, volant ensemble un tapis élégant.

De retour dans le présent, Michael rencontre Hyman Roth en Floride et lui dit qu’il croit que Frank Pentangeli est responsable de la tentative d’assassinat, et que Pentangeli le payera. Voyageant à New York, Michael laisse entendre à Pentangeli que Roth le soutient, et que Michael a un projet pour traiter avec Roth, mais il a besoin de Frankie pour coopérer avec les frères Rosato afin de mettre Roth au dépourvu. Quand Pentangeli va rencontrer les Rosato, on lui dit « Michael Corleone vous envoie le bonjour » alors qu'il est attaqué par derrière – mais la tentative de meurtre est accidentellement interrompue par un policier. Frankie est laissé pour mort, et son garde du corps, Willie Cicci, reçoit une balle et est percuté par une voiture.

Au Nevada, Tom Hagen se rend dans une maison close suite à un appel du frère ainé de Michael, Fredo : le sénateur Geary est impliqué dans la mort d’une prostituée. Tom propose au sénateur de s’occuper du problème afin de ramener « l’amitié » entre le sénateur et la famille Corleone.

Pendant ce temps, Michael rencontre Roth à La Havane, Cuba. Le dictateur Fulgencio Batista y sollicite les investisseurs américains, tandis qu'il lutte contre les guérillas communistes qui essaient de renverser son gouvernement. Lors d’une fête d’anniversaire pour Roth, Michael mentionne qu’il y a une possibilité que les rebelles puissent gagner, rendant problématique de fait les affaires à Cuba. Ce commentaire incite Roth à faire remarquer à Michael, en privé, que ce dernier n’a encore pas délivré les deux millions de dollars scellant leur partenariat.

Fredo arrive à La Havane pour apporter l’argent, et quand Michael mentionne les noms d'Hyman Roth et Johnny Ola, Fredo dit qu’il ne les a jamais rencontrés. Michael confie à son frère que c’était Roth qui a essayé de le tuer, et qu’il a l’intention d’essayer à nouveau. Michael assure Fredo qu’il a déjà pris ses dispositions, et que « Hyman Roth ne verra jamais la nouvelle année ».

Au lieu de remettre l’argent à Roth, Michael lui demande qui a donné l’ordre de tuer Frank Pentangeli. Hyman Roth évite la question, parlant plutôt avec colère du meurtre de son vieil ami, Moe Greene, que Michael avait orchestré (dans Le Parrain).

Michael a demandé à Fredo, qui connait La Havane, d'emmener le sénateur Geary ainsi que les autres officiers et hommes d’affaires importants passer du bon temps, Fredo fait alors semblant de ne pas reconnaitre Johnny Ola. Peu après, pendant un spectacle de striptease, Fredo annonce fort que Johnny Ola lui a recommandé l’endroit, contredisant ce qu’il a dit à Michael auparavant, qu’il n’avait jamais vu Roth ou Ola. Michael se rend maintenant compte que le traitre est son propre frère, et envoie son garde du corps pour s'occuper de Roth.

Johnny Ola est étranglé, mais Roth, déjà dans un état de santé délicat, a été emmené dans un hôpital, où l'homme de main de Michael se rend pour essayer de le tuer. À la fête du nouvel an organisée par Batista, sous les coups de minuit, Michael saisit Fredo solidement par la tête et l’embrasse : « je sais que c’est toi, Fredo ; tu m’as brisé le cœur ». Quand un assaut prévu par les guérilleros survient, les invités s’enfuient, mais Fredo ne veut pas partir avec Michael, craignant pour sa vie, bien que Michael assure à Fredo qu'il est toujours son frère et que c’est la seule porte de sortie.

Michael retourne à son siège à Lake Tahoe, où Hagen lui dit que Roth s’est échappé de Cuba après avoir survécu à la tentative de meurtre et est de nouveau à Miami, que le garde du corps de Michael est mort, et que Fredo se cache probablement à New York. Hagen informe aussi Michael que Kay a fait une fausse couche pendant qu’il était parti.

De retour à l'époque de don Vito, don Fanucci de la Main Noire est maintenant conscient des trafics et du partenariat entre Vito, Clemenza et Sal Tessio, et veut sa part. Clemenza et Tessio sont prêts à payer la somme demandée par Fannuci, mais Vito est hésitant et propose à ses amis qu’il fasse accepter à Fanucci moins d’argent – et en effet, Vito convainc Fanucci de prendre seulement 100 dollars au lieu de 600 dollars (200 dollars chacun). Tout de suite après, pendant la fête du voisinage, Vito tue Fanucci. Avec Fanucci mort, Vito gagne le respect du voisinage et commence à intercéder dans les disputes locales, opérant depuis son magasin, la Genco Olive Oil Company (nommée d’après son ami Genco Abbandando).

À Washington, un comité sénatorial, dont le sénateur Geary est membre, dirige une investigation sur la famille Corleone. Les membres du comité questionnent le « soldat » mécontent Willie Cicci, mais ils ne peuvent pas impliquer Michael, parce que Cicci n’a jamais reçu d’ordres directs de lui. Quand Michael apparaît devant le comité, le sénateur Geary fait un grand spectacle en soutenant les italo-américains et s’excuse alors des procédés du comité. Michael fait une déclaration qui met au défi le comité de produire un seul témoin pour confirmer les charges contre lui. L'audience se termine alors que le président du comité annonce qu'il dispose d'un témoin capable de le faire.

Frank Pentangeli, qui n’est pas mort dans l’assaut des frères Rosato, a fait un marché avec le FBI, et témoignera contre Michael. Tom Hagen et Michael discutent du problème, observant que cette stratégie de Roth pour détruire Michael était bien planifiée. Le frère de Michael, Fredo, est retrouvé et a été persuadé de retourner au Nevada, et dans une réunion privée il explique à Michael sa trahison : jaloux d'avoir été écarté de la direction de la famille en faveur de Michael, il veut le respect et son dû. Il a aidé Roth en pensant qu’il y aurait quelque chose pour lui, mais il jure qu’il ne savait pas que Roth voulait tuer Michael. Il dit aussi à Michael que le chef du comité sénatorial est proche de Roth. Michael dit alors à Fredo : « Tu n’es plus rien maintenant. Pas un frère, pas un ami, rien » et déclare à Al Neri que rien ne doit arriver à Fredo tant que leur mère est toujours vivante.

À l’audience dans laquelle Frank Pentangeli doit témoigner, Michael arrive avec le frère de Pentangeli, dont la seule présence pousse Pentangeli à revenir sur ses déclarations précédentes sur Michael. Quand Pentangeli est questionné, il affirme qu’il a dit au FBI ce qu’ils voulaient entendre. Sans aucune autre personne pour témoigner à charge contre Michael, le comité ajourne, avec Hagen, qui sert d’avocat à Michael, exigeant de fortes excuses.

Dans une pièce de l’hôtel ensuite, Kay annonce à Michael qu'elle veut le quitter, et emporter leurs enfants avec elle. Michael essaie de l’apaiser, mais perd son sang-froid et la frappe violemment quand elle lui révèle que sa fausse-couche était en fait un avortement.

Pendant qu’il visite la Sicile en famille, Vito est présenté à un don Ciccio très âgé comme l’homme qui importe leur huile d’olives en Amérique, et qui veut la bénédiction du vieux Don. Quand Ciccio demande à Vito qui était son père, Vito dit « le nom de mon père est Antonio Andolini, et ceci est pour vous ! » en éventrant le vieil homme, avec un couteau, vengeant ainsi la mort de son père, de sa mère et de son frère.

Quand Carmella Corleone, la veuve de Vito et la mère de ses enfants, meurt, la famille Corleone entière est réunie. Michael rejette toujours un Fredo pitoyable, qu'il refuse de voir, mais il cède quand Connie le lui demande. L’étreinte de Michael et de Fredo signifie au capo de Michael que le sursis de Fredo tant que leur mère était vivante est maintenant terminé, signifiant son exécution prochaine.

Michael, Tom Hagen et Rocco Lampone discutent de leur dernier traité avec Hyman Roth, qui a été infructueusement chercher asile dans divers pays, et a même été refusé en Israël comme juif faisant son aliyah. Michael rejette le conseil de Hagen que la famille Corleone n’est plus assez robuste, et qu'il n'est pas nécessaire de tuer les frères Rosatos et Roth pour la vengeance. Plus tard, Hagen rend une visite à Frank Pentangeli, détenu sur une base militaire. Hagen suggère à Pentangeli qu’il s'ôte lui-même la vie, à la manière des anciens Romains qui, en retour, obtenaient la promesse que leur famille serait pris en charge après son suicide.

Avec la connivence de Connie, et Michael absent, Kay visite ses enfants en cachette, mais ne pouvant se résoudre à les quitter, s'attarde. Quand Michael arrive enfin, il lui ferme froidement la porte au visage.

Le Parrain 2 atteint son apogée par un montage d’assassinats et de morts, évoquant la fin du premier film. Alors qu'il arrive à un aéroport pour être arrêté, Hyman Roth est tué par Rocco Lampone déguisé en journaliste (Lampone est ensuite abattu par un policier). Sur la base militaire, Frank Pentangeli est trouvé mort, selon les instructions de Hagen. Finalement, Fredo est assassiné par Al Neri pendant qu’ils pêchent sur le lac Tahoe, alors que Fredo récitait un « Je vous salue Marie » pour attraper un poisson.

On est maintenant en 1941 et la famille Corleone prépare une fête d’anniversaire surprise pour Vito. Sonny introduit Carlo Rizzi, le fiancé de Connie et le futur traître de Sonny, à sa famille. Ils parlent de l’assaut récent sur Pearl Harbor par les Japonais et Michael choque tout le monde en annonçant qu’il vient juste de s’enrôler dans les Marines. Sonny ridiculise le choix de Michael et Tom Hagen mentionne comment son père a de grandes espérances pour Michael. Fredo est le seul qui soutenait la décision de son frère. Sal Tessio entre avec le gâteau pour la fête, et quand Vito, arrive, tous sauf Michael accourent pour le saluer. Michael reste seul à table et sa solitude rappelle celle qui est la sienne dans sa maison du Nevada à la fin du film.

La scène finale du film montre Michael assis dans le parc de Lake Tahoe, dans un silence contemplatif et douloureux.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Légende : doublage de 1975 / redoublage de 2008

Source des différents doublages : [1]. Les deux doublages sont disponibles sur l' édition DVD de 2008 et l' édition Blu-Ray.

La durée du tournage s'est étendue entre le 1er octobre 1973 et le 19 juin 1974.

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Francis Ford Coppola commence à travailler sur le film peu après avoir terminé le tournage de Conversation secrète et dont il a confié le montage à Walter Murch.
  • Sofia Coppola apparait comme figurante sur le bateau des émigrés italiens à Ellis Island. Roman Coppola joue quant à lui Sonny Corleone enfant.
  • Au début du film, lors de la scène de la communion à Lake Tahoe, Michael traite d'affaires avec un certain Johnny Ola. Derrière la baie vitrée on distingue assez facilement John F. Kennedy, son frère Robert ainsi que Jackie discutant avec l'avocat de Michael, Tom Hagen (Robert Duvall). Ici le film fait allusion aux relations troubles entre la famille Kennedy et le milieu mafieux.
  • Une scène coupée au montage révéle que Don Fanucci se fait agresser dans une ruelle par des voyous, l'un d'eux parvenant à lui trancher la gorge. On peut cependant apercevoir la cicatrice sur certains plans présents dans le film.
  • Lors du traveling du côté droit qui suit la voiture de Vito Corleone discutant avec Don Fanucci, Francis Ford Coppola apparait avec deux membres de son équipe dans le reflet d'une vitre qui passe à tout allure au premier plan. La situation étant évitable à ce niveau de compétence; on peut penser qu'il sagit d'un acte volontaire.
  • Marlon Brando devait apparaître à la fin du film, lors de la scène durant laquelle ses enfants, assis à table, l'attendent pour fêter son anniversaire. Cependant, aucun accord n'a pu être signé entre les producteurs et l'acteur. James Caan quant à lui a accepté d'apparaître dans la scène.
  • Suite au succès du premier film sorti deux ans plus tôt, le budget de 15 millions de dollars alloué à Le Parrain 2 est deux fois et demi plus important.
  • Dans la série de dessin animé South Park, lorsque Cartman emmène ses camarades sur un bateau pour les tuer dans l'épisode Papier toilette, il parodie Le Parrain, 2e partie. La musique de fond est très similaire à la bande-sonore du film.
  • Ce film est classé troisième dans le classement des meilleurs films de tous les temps sur le site de référence Internet Movie Database avec une note de 9/10.
  • Le film fut censuré par la dictature uruguayenne en raison des scènes tournées à Cuba où on voit des gens crier « Vive Fidel ! » et « Vive la Révolution ! » [1].
  • Le personnage de Hyman Roth est inspiré de Meyer Lansky, gangster juif-américain.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Una investigación documenta el control de la sociedad en la dictadura uruguaya, Soitu (avec EFE), 31 mars 2009. À propos de l'étude récente Investigación histórica sobre la dictadura y el terrorismo de Estado en el Uruguay (1973-1985) (dir. Álvaro Rico)

Liens externes[modifier | modifier le code]