Le Cuirassé Potemkine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Cuirassé « Potemkine »

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Affiche originale du film.

Titre original Броненосец «Потёмкин»
Réalisation Sergueï Eisenstein
Scénario Nina Agadzhanova, Nikolai Aseyev et Sergueï Eisenstein
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'URSS Union soviétique
Genre Drame historique
Sortie 1925
Durée 68 à 80 min. (selon version)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Cuirassé Potemkine

Le Cuirassé « Potemkine »[1] (en russe : Броненосец «Потёмкин», Bronenossets « Potiomkine ») est un film soviétique muet réalisé par Sergueï Eisenstein, sorti en 1925. Il traite de la mutinerie du cuirassé Potemkine dans le port d’Odessa en 1905, de l’insurrection et de la répression qui s’ensuivirent dans la ville. Il est considéré comme l'un des plus grands films de propagande de tous les temps. Il est choisi, en 1958, comme le meilleur film de tous les temps par 117 critiques internationaux lors de l’exposition universelle de Bruxelles[2]. Le film est tombé dans le domaine public dans la plupart des pays du monde.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film se compose de cinq parties :

  1. « Les hommes et les vers » (Люди и черви) : les marins protestent contre le fait de manger de la viande pourrie.
  2. « Drame dans la baie » (Драма на тендре) : les marins et leur chef Vakoulintchouk se révoltent. Ce dernier meurt assassiné.
  3. « La mort demande justice » (Мёртвый взывает) : le corps de Vakoulintchouk est porté par la foule du peuple d'Odessa venue acclamer les marins comme des héros.
  4. « L'escalier d'Odessa » (Одесская лестница) : les soldats de la garde tsariste massacrent la population d'Odessa. Dans un escalier qui semble interminable.
  5. « La rencontre avec l'escadre » (Встреча с эскадрой) : l'escadron qui a pour tâche de stopper la révolte du Potemkine refuse les ordres et rejoint les insurgés.

L’événement, qui a lieu pendant la Révolution russe de 1905 est ici présenté comme précurseur de la révolution d'Octobre (1917) et du point de vue des insurgés. Le 14 juin de la même année s'ensuit la révolte de l'équipage du cuirassé Potemkine. Le cuirassé reproduit, dans le microcosme de son équipage, les clivages de la société russe et ses inégalités. L’une des causes de la mutinerie est la question de la nourriture. Les officiers présentés comme cyniques et cruels contraignent l’équipage à consommer de la viande pourrie, alors qu’eux-mêmes maintiennent un train de vie privilégié parmi l’équipage (scène de la vaisselle « Dieu, donne-moi mon pain quotidien »).

La scène des escaliers[modifier | modifier le code]

Scène du massacre de civils sur les marches de l'escalier monumental d'Odessa

La scène la plus célèbre du film est le massacre de civils sur les marches de l’escalier monumental d’Odessa (également appelé le Primorsky ou l'« escalier du Potemkine »). Dans cette scène, les soldats tsaristes dans leurs tuniques d'été blanches, semblent descendre l'escalier sans fin avec un pas rythmé comme des machines et tirant sur la foule. Un détachement de Cosaques à cheval charge la foule en bas des escaliers. Les victimes qui apparaissent à l'écran sont une vieille femme avec un pince-nez, un jeune garçon avec sa mère, un étudiant en uniforme et une écolière adolescente. Cette scène dure six minutes. Le plan d'une mère, qui meurt sur le sol, lâchant un landau qui dévale les marches, utilise un travelling avant en plongée, façon de filmer révolutionnaire pour l’époque.

Dans la réalité, cette scène n'a jamais eu lieu. Eisenstein l'utilisa pour donner un effet dramatique au film, diaboliser la garde tsariste et le pouvoir politique en place. En 1991 la scène de l'escalier a été reprise par le photographe russe Alexey Titarenko pour dramatiser la souffrance humaine lors de l’effondrement de l’Union soviétique en 1991[3]. Cependant, cette scène s'appuie sur le fait qu'il y eut beaucoup de manifestations à Odessa même (et non pas sur l'escalier), à la suite de l'arrivée du Potemkine dans son port. Le Times de Londres et le consul britannique rapportèrent que les troupes firent feu sur la foule, ce qui provoqua un nombre important de pertes en vies humaines (le nombre exact de victimes n'est pas connu).

Impact de la scène du landau sur la culture[modifier | modifier le code]

Un landau dans la célèbre scène de l’escalier monumental d’Odessa

Le thème du landau échappant à la mère de famille et dévalant l'escalier sera repris par Brian De Palma dans Les Incorruptibles, à la différence que la scène est tournée au ralenti et dans une gare. Terry Gilliam dans Brazil a repris la scène, mais cette fois c'est un aspirateur qui descend les marches après qu'une femme de ménage eut été tuée lors d'un échange de tirs consécutif à la libération de Sam Lowry[4].

Il fut également utilisé de manière parodique dans Les Simpson ou encore par Woody Allen dans Guerre et Amour, ainsi que dans Bananas, par David Zucker dans Y a-t-il un flic pour sauver Hollywood ? (qui parodie en fait Les Incorruptibles), par Ettore Scola dans Nous nous sommes tant aimés, par les Nuls dans La Cité de la peur et par Anno Saul dans Kebab Connection[réf. nécessaire].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Mère portant un blessé

Genèse du film[modifier | modifier le code]

Visage de la nurse abattue par la garde tsariste

Le Cuirassé « Potemkine » est un film de commande. En effet, la Commission d'État commande un film à Serguei Mikhailovich Eisenstein pour commémorer le vingtième anniversaire de la Révolution de 1905. C'est donc une œuvre didactique mais le réalisateur a gardé une grande liberté de création artistique pour évoquer le sujet. L'État soviétique décida de se servir du cinéma comme instrument de propagande mais les cinéastes, durant la période de la Nouvelle politique économique (période d'assouplissement économique et politique engagée par Lénine), purent produire des films qui ne suivaient pas à la lettre la ligne du Parti communiste. Eisenstein, qui avait réalisé l'année précédente un long métrage très remarqué, La Grève, eut quatre mois pour tourner et monter le film. Il réduisit donc son scénario de départ, copieuse « monographie d'une époque » écrite en collaboration avec Nina Agadjanova, en centrant l'action sur un épisode et un seul : la mutinerie des matelots d'un navire de guerre en mer Noire, près du port d'Odessa, le 27 juin 1905[2].

Analyse[modifier | modifier le code]

Après La Grève, sorti l’année précédente, Eisenstein continue d’expérimenter ses théories sur le montage. À l’origine, démarche de propagande, comme tous les films soviétiques de la période, le film a rencontré un énorme succès en Union soviétique et a marqué l’histoire du cinéma par ses inventions et qualités techniques ainsi que par le souffle épique insufflé par Eisenstein.

Plusieurs versions sonores ont été superposées aux images muettes d’Eisenstein. Elles sont le fait de Dmitri Chostakovitch, Nikolaï Krioukov dans la version soviétique restaurée de 1976, et Edmund Meisel. C’est cette dernière qui fut originellement utilisée. Eisenstein arrêta cependant sa participation avec Meisel du jour où une représentation à Londres — avec un rythme plus vif prodigué par Meisel — fit, à un moment donné, rire la salle entière. C’est alors que l’on se rend compte de l’importance de la concordance — ou non-concordance — entre image et son.

Une « nouvelle version » a été montrée au Festival du film de Berlin. Elle y inclut notamment des intertitres reprenant des discours de Trotsky, retirés déjà à l’époque, celui-ci ne faisant pas partie du panthéon officiel du communisme voulu par Staline.

Le génie du montage est aussi son défaut. Eisenstein, qui s’était « fait la main » en remontant des films occidentaux, assimile la puissance du montage à celle du discours. Aujourd’hui, on voit ce montage de façon fragmentaire : il a été retouché de nombreuses fois, à des fins de propagande par le régime soviétique.

Galerie d'affiches promotionnelles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Afin d'éviter qu'une partie du titre soit en italique et l'autre en romain, comme pour tous les noms de baptême de navires, l'utilisation des guillemets est préconisée en typographie soignée.
  2. a et b http://www.monde-diplomatique.fr/2005/12/RICHARD/13013
  3. Protzman, Ferdinand. « Landscape. Photographs of Time and Place ». National Geographic, 2003, ISBN 0-7922-6166-6
  4. http://www.allocine.fr/film/anecdote_gen_cfilm=89979.html

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thomas Tode, « Un film peut en cacher un autre. À propos des différentes versions du Cuirassé Potemkine et de la réapparition de la mise en musique d'Edmund Meisel », in 1895. Revue de l'association française de recherche sur l'histoire du cinéma, no 47, p. 38-76, 2005, [lire en ligne].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :