Roger Corman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corman.

Roger Corman

Description de cette image, également commentée ci-après

Roger Corman en juillet 2006

Naissance (87 ans)
Détroit, Michigan, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Réalisateur
Producteur de cinéma
Films notables La Petite boutique des horreurs
La Chute de la Maison Usher
L'Enterré Vivant
Le Corbeau
La Tombe de Ligeia

Roger Corman est un cinéaste américain, né le à Détroit (Michigan). On lui doit plus d'une cinquantaine de films au titre de réalisateur et 400 au titre de producteur, ces derniers étant souvent des films à petit budget. Formidable dénicheur de talents, il a lancé bon nombre de réalisateurs aujourd'hui reconnus comme Martin Scorsese, Ron Howard, Francis Ford Coppola, Joe Dante, le critique Peter Bogdanovich ou encore Jonathan Demme. Il a également diffusé des films de prestige (Truffaut, Fellini, Bergman...), un peu à l'opposé de sa production.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses réalisations sont à classer dans la série B. Roger Corman avait un principe simple : un budget très faible, un salaire de misère, un sujet avec de l'action et une assez grande liberté pourvu que le budget ne soit pas dépassé. Finalement, les films étaient plus ou moins bâclés (fautes de raccords, micros dans le champ...), réalisés en moins de cinq jours, voire deux. Néanmoins, on trouve quelques réelles réussites, comme La Petite Boutique des horreurs, une comédie horrifique avec une plante carnivore très bavarde. Il s'est essayé à de nombreux genres, tel le film de gangster (Mitraillette Kelly, avec Charles Bronson en tueur plus vrai que nature), l'un de ses films les plus réussis, avec The intruder.

Mais c'est le passionnant cycle Edgar Poe, dans une veine fantastique, qui a donné à Corman ses lettres de noblesse, et contribua à sa réputation en Europe. Pour la circonstance, il s'entoure d'une équipe de fidèles : l'écrivain Richard Matheson, ainsi que Charles Beaumont et Charles Griffith sont aux scénarios. Floyd Crosby, ancien opérateur de Friedrich Murnau, est de la partie. Pour les acteurs, Vincent Price qui est la star de ce cycle, Peter Lorre, Leo Gordon, Boris Karloff et Basil Rathbone sont sollicités.
Les histoires se déroulent dans de superbes décors de studio très colorés : manoirs hantés, paysages fantastiques, marécages envahis de brouillard, etc. La mise en scène est plus soignée que d'habitude, et Roger Corman, qui a œuvré pour un certain cinéma psychédélique (The Trip), affectionne les effets oniriques. Le résultat artistique est splendide. La Chute de la maison Usher inaugure le cycle, Le Masque de la mort rouge, L'Empire de la terreur, La Chambre des Tortures sont splendides et rendent parfaitement l'atmosphère de Poe. Le chef-d'œuvre est incontestablement Le corbeau. Le poème original est transformé en une comédie burlesque, avec Price, Karloff, Lorre et le jeune Jack Nicholson, et s'achève par un duel de sorcellerie. Un feu d'artifice visuel. Inspiré par Lovecraft, La Malédiction d'Arkham, avec un poème de Poe en ouverture et final, est une réussite. Ces films possèdent une certaine analogie avec les productions Hammer (Terence Fisher), mais avec un goût prononcé pour le théâtral et une mise en scène presque expressionniste.

Le cycle Edgar Poe a eu une influence notable sur Tim Burton, notamment sur Sleepy Hollow et ses décors fantastiques. Tim Burton est d'ailleurs un grand fan de l'acteur Vincent Price.

En 2010 il a reçu un Oscar d'honneur.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Producteur (liste partielle)[modifier | modifier le code]

Producteur délégué[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Roger Corman, How I Made a Hundred Movies in Hollywood and Never Lost a Dime, Da Capo Press, 1990

(fr) Corman, Lovecraft, La Rencontre Fantastique, éditions Dreamland, de Guillaume Foresti, 2002. Préface de John Carpenter.

Liens externes[modifier | modifier le code]