Caméo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cameo.

Un caméo (francisation du terme italien cammeo, apparu en 1851 dans le monde du théâtre) est l'apparition fugace dans un récit d'un acteur, d'une actrice, du réalisateur ou d'une personnalité, déjà célèbre.

Liminaire[modifier | modifier le code]

Le caméo est avant tout un clin d'œil, c'est pourquoi il n'est généralement pas crédité. Il est bref et souvent anecdotique, car il n'influe généralement pas sur le cours de l'histoire. Il peut être ouvertement montré, ou bien décelable par les seuls spectateurs avertis.

Le caméo au cinéma se démarque de la « participation exceptionnelle » à l'affiche des films français, qui relève du rôle parlant, ce qui n'est pas nécessairement le cas pour un caméo. Il diffère également de la notion de « guest star » qui consiste à faire participer une personne connue dans un film ou dans un ou plusieurs épisodes d'une série télévisée.

Le caméo est en général une marque d'estime réciproque, alors que la « participation exceptionnelle » pas nécessairement : un acteur prestigieux, mais désargenté apparaît dans un navet aussi longtemps que le budget de la production peut le supporter, ce qui peut aller de quelques secondes à un rôle complet. C'est ainsi qu'Orson Welles a joué le roi Saül dans le péplum italien David et Goliath (1960).

Extension du sens[modifier | modifier le code]

Par extension, le terme « caméo » peut désigner toute apparition d'une personne ou d'un personnage dans une œuvre où l'on ne s'attendrait pas à la voir. Ainsi Uderzo et Goscinny dans certaines[1] histoires d'Astérix ou encore Edgar Pierre Jacobs (le dessinateur de Blake et Mortimer) dans trois des Aventures de Tintin d'Hergé (Tintin au Congo, les cigares du pharaon et le Sceptre d'Ottokar) et Hergé lui même dans plusieurs[2] des aventures de Tintin.

Le créateur du genre en littérature est Honoré de Balzac avec sa technique des personnages secondaires réapparaissant dans la Comédie humaine (par exemple le marquis d'Ajuda-Pinto). Au cinéma, les caméos d'Hitchcock sont presque sa signature de réalisateur.

Les anglophones emploient également l'expression pour désigner une apparition extrêmement courte d'un personnage, même si ce personnage n'est pas du tout incongru dans l'œuvre en question (Kitty Pryde dans les deux premiers films X-Men) et même si le rôle joué n'est pas du tout négligeable dans le récit. De même, Stan Lee, cocréateur des comics Marvel, est présent en caméo dans la plupart des adaptations cinématographiques de l'univers Marvel.

Il arrive rarement que le scénariste fasse un caméo, ainsi Charles Bukowski fait une brève apparition en pilier de comptoir, dans Barfly de Barbet Schroeder sorti en 1987, et dont il a écrit le scénario[3].

Exemples de caméos[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste de caméos.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. par exemple dans Astérix et le Chaudron
  2. Tintin au Congo, L'Oreille cassée, le Sceptre d'Ottokar, l'Affaire Tournesol, cf. Hergé dans les Aventures de Tintin
  3. Barfly (1987) - Full Cast and Crew sur IMDb

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]