John Williams (compositeur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir John Williams et Williams.

John Williams

Description de cette image, également commentée ci-après

John Williams en 2011

Informations générales
Surnom Johnny Williams
Nom de naissance John Towner Williams
Naissance 8 février 1932 (82 ans)
Drapeau : États-Unis New York
Activité principale Compositeur, chef d'orchestre, pianiste
Instruments Piano, trombone, trompette, guitare,tuba
Années actives depuis 1952

John Towner Williams est un compositeur, chef d'orchestre et pianiste américain, né le 8 février 1932 à New York.

Il est principalement connu pour ses musiques de films. On lui doit le renouveau des bandes originales symphoniques avec ce qui reste son œuvre la plus célèbre : la musique de la saga Star Wars. Compositeur attitré de Steven Spielberg et de George Lucas, Williams a composé au cours d'une carrière qui s'étend sur près de soixante ans, un grand nombre des plus célèbres musiques de films de l'histoire d'Hollywood, notamment Les Dents de la mer, les sagas Star Wars et Indiana Jones, Superman, E.T. l'extra-terrestre, Jurassic Park et les trois premiers films de la saga Harry Potter. Il a également composé la musique de quatre Jeux olympiques, NBC Nightly News, la cérémonie d'investiture du président Barack Obama, et de nombreuses séries télévisées.

Williams a remporté cinq fois l'Oscar de la meilleure musique, mais aussi 4 Golden Globes, 7 BAFTA Awards et 21 prix Grammy. Avec 49 nominations aux Oscars, Williams est la deuxième personne la plus nommée après Walt Disney. Il a été intronisé au Hollywood Bowl Hall of Fame en 2000 et a été récipiendaire du Kennedy Center Honors en 2004.

Williams a composé également de nombreuses œuvres « classiques » à la demande des plus grands orchestres : un Concerto pour cor pour Dale Clevenger et le Chicago Symphony Orchestra, un Concerto pour violoncelle pour Yo-Yo Ma et le Boston Symphony Orchestra, un Concerto pour basson pour les 150 ans du New York Philharmonic, etc. Il a lui-même été principal chef d'orchestre du Boston Pops Orchestra[n 1] de 1980 à 1993.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et vie privée[modifier | modifier le code]

Fils d'un percussionniste professionnel, pour CBS Radio[1] et dans le Raymond Scott Quintet, il découvre très tôt la musique, il commence à apprendre le piano à 7 ans, puis apprend le trombone, le tuba[2], la trompette et dès quinze ans mène déjà son propre groupe de jazz[1] et s'essaie à l'arrangement ; tout au long de sa jeunesse, il compose des pièces pour pianos, puis lorsqu'il apprend la théorie, se met à les orchestrer, il crée à 19 ans sa première œuvre, une sonate pour piano, néanmoins, il ne pense pas pouvoir vivre en composant, et n'en a pas l'intention. Il se consacre donc à ses études de piano[3].

Il rejoint l'UCLA et le Los Angeles City College ; il étudie l'orchestration avec Robert van Eps, de la MGM, et auprès de Mario Castelnuovo-Tedesco, et profite de trois ans à l'US Air Force pour diriger. Il suit ensuite l'enseignement de Rosina Lhevinne, à la Juilliard School, afin de perfectionner ses talents de pianiste. Il vit alors de ses cachets de pianiste de jazz, mais elle l'encourage à se consacrer à l'écriture. Il retourne dès lors à Los Angeles[1].

À Hollywood, il commence comme pianiste de studio, et il accompagne des séries TV - comme Peter Gunn (1958) - ou des films, comme South Pacific (1958), Some Like It Hot (1959), The Apartment (1960) et To Kill a Mockingbird (1962) ; Il se lie d'amitié avec Bernard Herrmann, le compositeur d'Hitchcock. À 24 ans, il intègre l'équipe d'arrangeurs de la Columbia, puis de la Twentieth Century Fox où il travaille pour Alfred Newman et Lionel Newman, Dimitri Tiomkin, Franz Waxman, et d'autres compositeurs de l'Âge d'Or. Parallèlement, il travaille avec Vic Damone, Doris Day, et Mahalia Jackson, et rencontre Barbara Ruick, actrice et chanteuse qu'il épouse.

John Williams a été marié avec l'actrice Barbara Ruick (en) de 1956 jusqu'au décès de celle-ci le 1er mars 1974. De cette union sont nés trois enfants : Jennifer (1956), Mark (1958) et Joseph (1960). John Williams a épousé Samantha Winslow en secondes noces le 21 juin 1980.

Les débuts[modifier | modifier le code]

Il compose dans les années 1950 plusieurs œuvres de jazz[réf. souhaitée].

Son travail d'arrangeur lui ouvre les portes de l'écriture, et il commence à composer pour la télévision : Checkmate (1960), Alcoa Premiere (1961), Gilligan's Island (1964), Lost in Space (1965), Land of the Giants (1968), et surtout Heidi (1968) et Jane Eyre (1970), qui lui vaudront d'être récompensé aux Emmy Awards.

Il passe au cinéma, avec Daddy-O (1958) et Because They're Young (1960), ce qui le confine pour un temps aux comédies. Mais grâce au film de William Wyler Comment voler un million de dollars (1966), il s'ouvre les portes de projets plus ambitieux. Il continue pourtant les arrangements, et gagne son premier Oscar en 1971, pour son adaptation de Un violon sur le toit.

Les années 1960 sont riches en œuvres classiques. Il compose son Concerto pour flûte et orchestre en 1969. Il est composé d'un seul mouvement de 15 minutes environ. L'accompagnement ne comporte aucun instrument à vent mais des cordes, un piano, un célesta, des harpes et des percussions. Il est inspiré de la flûte japonaise shakuhachi, dont il cherche à imiter le style. Selon le compositeur, les instruments « font des bruits mystérieux comme le craquement de branches tandis que nous explorons une forêt imaginaire mythique »[4]. On peut retrouver ce style dans Mémoires d'une geisha, composé en 2005.

L'année précédente, il compose sa Sinfonietta pour ensemble à vents. D'une durée de 18 minutes, l'œuvre découpée en trois mouvements « constitue un défi à l'auditeur par le biais de la tension entretenue tout au long du morceau »[5]. Écrite pour une grande section à vents, la petite symphonie est caractérisée par les saisissantes sonorités des longues lignes mélodiques qui contrastent avec les subtiles touches de jazz.

En 1965, il compose l'Essay for strings. Créée à Pittsburgh en 1965 par André Previn, cette pièce pour cordes est composée de manière expressive, l'introduction donne le ton et démontre une forte maturité pour un compositeur aussi jeune. « Les cordes d'orchestre m'ont toujours fasciné. The Essay est un début d'exploration des sonorités possibles de ce groupe » dit John Williams à propos de son œuvre. « Le morceau est en un mouvement, et est essentiellement dramatique. Après une introduction calme, le thème principal apparaît. Il est rapidement suivi de la suggestion en doubles-croches de la figure moteur qui conduit finalement, après d'autres développements, l'œuvre à sa partie finale. C'est alors que le thème principal joint la figure moteur en doubles-croches en se combinant pour amener le morceau à sa conclusion. » Pour le compositeur, cette œuvre est une représentation d'un cyclotron musical, avec son rythme fiévreux et son énergie hyperkinétique. Quand on lui demande ce qu'est censé produire ce cyclotron, il répond « des applaudissements, je l'espère ». Cette œuvre montre un talent étonnant de la part du jeune John Williams et est un signe avant-coureur des œuvres orchestrales à venir[4].

La même année, il compose son prélude et fugue, d'une durée de neuf minutes environ.

En 1966, il compose sa première et seule symphonie (à ce jour), à la demande de Bernard Herrmann. Elle est créée deux ans plus tard avec le Houston Symphony Orchestra, sous la direction d'André Prévin. L'œuvre est constituée de trois mouvements : Allegro, Andante Sostenuto, Maestoso ; Allegro ; Risoluto. Après sa première européenne avec le LSO en 1971 (sous la direction de Prévin), John Williams la retire de sa liste de compositions, déclarant qu'elle n'était pas assez bien pour être jouée jusqu'à ce qu'il la retravaille. Herrmann y avait trouvé des défauts. La symphonie est retravaillée en 1988, et programmée lors d'un concert avec le Houston Symphony, mais elle est remplacée au dernier moment par de la musique de film[6],[7].

En 1960, il compose un Quintette pour vents, laissé inachevé[7].

La rencontre avec Spielberg[modifier | modifier le code]

Il consacre alors les années 1970 aux films catastrophes : L'Aventure du Poséidon (The Poseidon Adventure, 1972), Tremblement de terre (Earthquake, 1974) et La Tour infernale (The Towering Inferno, 1974). Toutefois, c'est son travail particulièrement innovant sur Reivers (The Reivers, 1969) et Images (1972) qui impressionne Steven Spielberg, lequel prépare alors son premier film, Sugarland Express (The Sugarland Express, 1974).

Avec Les Dents de la mer (1975), qui lui fait gagner son deuxième Oscar de la meilleure musique de film, Williams devient un compositeur de premier plan ; les deux hommes ne se sépareront plus, établissant la plus formidable équipe du cinéma :

En 2005, cette association totalisait 11 films parmi les 100 plus grands succès (21 pour Williams, qui totalisait 11 des 30 plus grands succès).

Star Wars[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Star Wars (musique).

George Lucas envisageait, pour Star Wars, de recourir à une bande originale proche de celle de 2001, l'Odyssée de l'espace, à savoir une collection de morceaux préexistants ; il pensait que seules des œuvres classiques pouvaient convenir au genre de la saga épique. À l'image de 2001, il avait songé à un film quasi muet, idée que l'on retrouve dans sa mise en scène, mais Steven Spielberg put le convaincre d'utiliser les talents de Williams. Le conseil fut bon, puisque la bande originale, la meilleure vente jamais réalisée d'une musique de film, transfigure complètement le film : réalisé avec peu de moyens, des acteurs parfois peu convaincants voire réticents (Sir Alec Guinness détestait ouvertement son rôle d'Obi-Wan Kenobi, dont il qualifiait les lignes de banales), des effets spéciaux spectaculaires pour l'époque, le film remporte un succès mondial, en partie grâce à John Williams.

Lucas était attaché à son idée de départ d'œuvres classiques. Il demande à Williams de s'inspirer de Felix Mendelssohn, Piotr Tchaïkovski, Gustav Holst et surtout Richard Wagner : l'affaire tombe à pic, puisque Williams, alors que l'époque est au rock et à la musique expérimentale, a déjà réintroduit dans ses propres productions le concept du leitmotiv, développé par Wagner et qui avait investi les musiques des films de l'âge d'or (Erich Wolfgang Korngold, Miklós Rózsa, Max Steiner), avec Les Cowboys (The Cowboys, 1972), La Tour infernale (The Towering Inferno, 1974), Les Dents de la mer (Jaws, 1975) par exemple.

Avec toutes ces références, la musique prend une place prépondérante, interagissant avec les images, appelée parfois à soutenir l'action et à préparer le spectateur avant celle-ci (The Asteroid Field), à créer l'émotion (avec l'incrustation du thème de la Force dans Binary Sunset) ou des atmosphères (avec les trompettes de Imperial March)… Le compositeur déploie et module ses thèmes, les assemble ou les confronte pour figurer au mieux les événements relatés à l'écran :

Une suite de succès ininterrompue[modifier | modifier le code]

John Williams dirigeant la musique des Aventuriers de l'arche perdue.
Williams à l'Avery Fisher Hall en 2007

Les cinq ans qui suivent sont marqués par sa musique toujours grandiose et cuivre : Furie (1978), Superman (1978), 1941 (1979), Les Aventuriers de l'arche perdue (1981). Une expérience, Heartbeeps (1981), échoue.

Avec E.T. l'extra-terrestre (1982), Williams obtient son quatrième Oscar. Il travaille sur La Rivière (1984), Empire du soleil (1987), Voyageur malgré lui (1988), et Né un 4 juillet (1989). En parallèle, il retourne à la télévision.

Attiré par une retraite bien méritée, il se fait plus rare, d'autant qu'il vient d'achever Jurassic Park (1993) et une grande partition, la Liste de Schindler (1993). Mais son travail trouve un regain d'intérêt (il se voit parodié dans Les Simpson (1989) et il reparaît avec deux Maman, j'ai raté l'avion (1990, 1992), JFK (1991), Nixon (1995), Sleepers (1996), Sept ans au Tibet (1997), Il faut sauver le soldat Ryan (1998), Les Cendres d'Angela (1999) et enfin La Menace fantôme (1999).

Il renonce alors à ralentir la cadence. Sa collaboration avec Spielberg et Lucas s'intensifie : A.I. Intelligence artificielle (2001), les derniers Star Wars (L'Attaque des clones, 2002 et La Revanche des Sith, 2005), Minority Report (2002), Arrête-moi si tu peux (2002).

En 2005, sa collaboration avec George Lucas, La Revanche des Sith, introduit une tonalité sombre cadrant bien avec l'intrigue tragique du film. Certains morceaux s'apparentent à des lamentations : l'orchestre, plutôt que de condamner la « trahison » d'Anakin Skywalker, pleure sur son tragique destin et sur celui de tous ceux qui vont connaître le malheur par sa faute.

En 2008, John Williams retrouve la célèbre Raiders March (Marche des Aventuriers) pour Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal, quatrième volet de la Saga. En 2011, il signe la musique du premier film d'animation de Spielberg : Les Aventures de Tintin : Le Secret de La Licorne, où, parmi une orchestration traditionnelle, on retrouve des thèmes jazzy, rythmé et cuivré. La même année, il compose la bande originale de Cheval de guerre (War Horse), du même réalisateur.

Comme ceux de beaucoup de grands compositeurs classiques, les thèmes de John Williams se caractérisent à la fois par leur évidence et par leur (apparente) simplicité. John Williams a toujours beaucoup aimé et pratiqué le jazz, et l'on retrouve le dynamisme propre à ce genre de musique dans nombre de ses partitions, y compris dans Star Wars.

Avec John Barry, Jerry Goldsmith, Ennio Morricone, ou encore Elmer Bernstein, il a grandement contribué à populariser l'usage de l'orchestre symphonique dans la musique de film ; ses œuvres en ont d'ailleurs fait un genre musical majeur.

Harry Potter[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, il se tourne plus vers ses œuvres concertantes et symphoniques, d'autant qu'il a arrangé son travail pour la saga Harry Potter. Il a composé la bande originale de Harry Potter à l'école des sorciers (2001), Harry Potter et la Chambre des secrets (2002) et plus sombre, Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban (2004). Il laissa la place à Patrick Doyle pour Harry Potter et la Coupe de feu (2005), à Nicholas Hooper pour Harry Potter et l'Ordre du phénix (2007) et Harry Potter et le Prince de sang-mêlé (2009) et au français Alexandre Desplat pour le dernier opus Harry Potter et les Reliques de la Mort (2010-2011)

Le compositeur classique[modifier | modifier le code]

Œuvres pour violon[modifier | modifier le code]

Un violon sur le toit[modifier | modifier le code]

Grâce à son adaptation musicale, en 1971, de Un violon sur le Toit de Jerry Bock, Williams gagne son premier oscar. C'est aussi sa première expérience avec le violon en tant qu'instrument solo. Ses arrangements contiennent en effet de nombreux solos pour violon, joué par le virtuose Isaac Stern.

Concerto pour violon no 1[modifier | modifier le code]

En 1974, la femme de Williams, Barbara Ruick, meurt. Il compose alors un concerto pour violon à sa mémoire. Il commence la composition la même année, et la finit en 1976. Néanmoins, l’œuvre n'est créée que cinq ans plus tard, en 1981, par Mark Peskanov (violon) et le Saint Louis Symphony Orchestra[n 2] sous la direction de Leonard Slatkin.

C'est un concerto postromantique en trois mouvements qui suit le schéma conventionnel vif-lent-vif. Williams s'est inspiré de ses prédécesseurs du XXe siècle tels que Béla Bartók, Sergueï Prokofiev, Edward Elgar... Les bois tiennent un rôle très important dans le concerto, et le concerto cherche à exploiter toute l'étendue du violon. La cadence soliste, entièrement écrite par le compositeur, occupe sa place traditionnelle. L’œuvre est ensuite enregistrée par Slatkin, Peskanov, et le London Symphony Orchestra[8]. L’œuvre est révisée en 1998[9]

Treesong[modifier | modifier le code]

Depuis plusieurs années, Williams a pris pour habitude de se promener dans le jardin botanique de Boston. C'est là qu'il y découvrit un magnifique spécimen de métaséquoia[n 3], et au fil du temps sa « fascination s'est transformée en véritable passion ». Plusieurs années plus tard, le compositeur fait la découverte d'un autre spécimen, le plus vieux d'Amérique du Nord, lors d'une promenade dans l'Arboretum Arnold de Boston avec le docteur Shiu-Ying Hu, botaniste de Harvard.

Lorsque lui a été donné l'occasion de dédier un concerto à Gil Shaham, John Williams a pensé au docteur Hu et à son arbre, le résultat étant le Concerto pour violon no 2 « Treesong ». Pour lui l’œuvre « n'aspire pas à décrire l'arbre en soi, mais elle tente, du moins dans mon esprit, d'associer, dans la mesure du possible, la beauté et la dignité de ce magnifique conifère à l'élégance et à la grâce de Gil Shaham et de son art »[réf. nécessaire].

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

Quatuor LaJolla[modifier | modifier le code]

John Williams rencontre Cho-Liang Lin à Tanglewood, lorsqu'il dirige le BSO et que Lin est le violoniste solo (Mozart), les répétitions n'étant pas très longues Williams demande à Seiji Ozawa une heure de répétition additionnelle, ce qui empiète sur la répétition des Planètes de Holst dirigées par Ozawa. Lin en a été très reconnaissant. Plusieurs années plus tard, l'idée lui vient de commander à Williams une œuvre après avoir écouté son concerto pour violon. Il promet alors d'y réfléchir et quelques années plus tard il répond qu'il lui composerait une œuvre de musique de chambre s'il lui laisse le choix de l'instrumentation. Il compose très vite trois mouvements mais s'arrête, étant très occupé par la musique de film et d'autres œuvres. N'étant pas satisfait de l’œuvre il prend une autre année afin de composer deux autres mouvements[10].

Williams ne veut pas être payé, considérant l’œuvre comme un cadeau. L’œuvre composée de cinq mouvements est donc dédiée à Lin et est créée en août 2011 par ce dernier, Joshua Roman (violoncelle), John Bruce Yeh (clarinettiste solo du Chicago Symphony Orchestra), et Deborah Hoffman (harpe). Les mouvements sont Introduction, Aubade, Scherzo, Cantando et finale. Le quatrième mouvement est dédié à John Bruce Yeh[11].

Le chef d'orchestre[modifier | modifier le code]

Sa carrière de chef d'orchestre commence depuis son plus jeune âge. Dans les années 1950, il dirige ses propres formations de jazz. Il dirige ensuite à Hollywood pour les compositeurs de l'âge d'or.

À la fin des années 1970, Arthur Fiedler, chef du légendaire Boston Pops Orchestra, tombe malade et on propose alors à John Williams de le remplacer lors de plusieurs concerts. À la mort de Fiedler en 1980, André Previn convainc le comité de l'orchestre de prendre le compositeur comme chef. Williams accepte, et lors de son premier concert, sont présents comme invités R2-D2 et C-3PO. Il y joue, de plus, en avant première, les principaux leitmotive de L'Empire contre-attaque.

Avec le Boston Pops Orchestra, il a l'occasion d'enrichir son répertoire de manière très diverse. Il dirige les œuvres de compositeurs tels que Sergueï Prokofiev, John Adams, Mendelssohn, Leonard Bernstein, George Gershwin, Joseph Haydn, etc.

Les solistes que reçoit John Williams ne sont pas des moins connus : Itzhak Perlman, Isaac Stern, Yo-Yo Ma, Gil Shaham, etc. Avec l'orchestre de légende, il est présent lors de grandes cérémonies, telles le centenaire de la Statue de la Liberté. Il fait de nombreuses tournées, dont plusieurs au Japon. Il quitte la direction de l'orchestre en 1993, devenant chef d'orchestre lauréat du Boston Pops. Il le dirige donc chaque année, encore aujourd'hui[12].

Il dirige aussi, en tant que chef invité, les plus grands orchestres du monde tels le London Symphony Orchestra, le Los Angeles Philharmonic, le New York Philharmonic...

Œuvres[modifier | modifier le code]

Musique de films[modifier | modifier le code]

Œuvres de concert[modifier | modifier le code]

Concertos
Célébrations
Autres œuvres
  • 1965 : Prélude et fugue pour orchestre, disponible pour le téléchargement en MP3 sur le site du United States Marine Band.
  • 1966 : Symphonie n° 1, retravaillée en 1988 mais non rejouée.
  • 1968 : Sinfonietta pour ensemble à vent.
  • 1975 : Thomas et le Roi, comédie musicale.
  • 1988 : Fanfare for Michael Dukakis, pour la campagne présidentielle de Michael Dukakis.
  • 1999 : American Journey, suite en six mouvements pour orchestre.
  • 2008 : A Timeless Call, bande-son d'un film de Steven Spielberg sur les vétérans de guerre, présenté durant la convention nationale du parti démocrate.
Musique de chambre
  • 1951 : Sonate pour piano
  • 1960 : Quintette pour vents (inachevé)
  • 1987 : Devil's dance, pour violon et piano, composé pour Gil Shaham.
  • 2001 : Trois pièces pour violoncelle seul.
  • 2007 : Duo concertant pour violon et alto
  • 2009 : Air and Simple Gifts, quatuor composé pour l'investiture du 44e président des États-Unis Barack Obama, le 20 janvier 2009.
  • 2011 : Quatuor La Jolla pour violon, violoncelle, clarinette et harpe.
  • 2011 : A Young Person's Guide to the Cello pour violoncelle solo, composé pour « les enfants et leur ami Lynn Harell »
  • 2012 : Rounds, pour guitare seule
  • 2013 : Conversations I and II pour piano seul, créées par Gloria Cheng

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Saturn Awards 1979 : Meilleure musique pour Superman

Nominations[modifier | modifier le code]

En plus de ses cinq victoires, John Williams a été nommé 44 fois aux Oscars : 38 fois pour l'Oscar de la meilleure musique de film et 6 fois pour l'Oscar de la meilleure chanson originale[13]:

Oscar de la meilleure musique de film
Oscar de la meilleure partition de chansons et adaptation musicale

Discographie[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • John Williams a composé la bande originale de la plupart des films de Steven Spielberg (mais pas celle de Duel ni de La Couleur pourpre) et de George Lucas (mais pas celle d'American Graffiti, ni celle de THX 1138).
  • Il a tiré un concerto pour saxophone, Escapade, de la musique du film Arrête-moi si tu peux.
  • De prestigieux musiciens ont interprété la musique de John Williams tels que Seiji Ozawa, Itzhak Perlman, Yo-Yo Ma ou l'Orchestre symphonique de Boston.
  • Lorsque John Williams présenta pour la première fois à Spielberg la musique des Dents de la mer (le motif de deux notes jouées crescendo), le célèbre réalisateur crut à une plaisanterie.
  • La séquence musicale très longue à la fin du film E.T. était tellement difficile à synchroniser avec les images que Spielberg a finalement décidé de laisser Williams diriger la musique comme bon lui semblait, et a adapté ensuite le montage des images à l'enregistrement musical.
  • Williams a été choisi par le comité organisateur de l'investiture de Barack Obama pour composer une pièce musicale jouée juste avant le serment du nouveau président. Obama ayant avoué apprécier l'hymne shaker Simple Gifts[n 4], Williams l'utilise dans la seconde partie de sa composition, Air and Simple Gifts, créée le 20 janvier 2009 par les collaborateurs réguliers de John Williams : Yo-Yo Ma (Sept ans au Tibet, Mémoires d'une geisha), Itzhak Perlman (La Liste de Schindler), ainsi que la pianiste Gabriela Montero et le clarinettiste solo du Metropolitan Opera Orchestra, Anthony McGill.
  • Son fils Joseph Williams est le chanteur du groupe de rock Américain Toto, notamment entre 1986 et 1989. Il rejoint le groupe en 2010.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Le Boston Pops Orchestra, spécialisé dans la musique « légère », est une émanation du Boston Symphony Orchestra, la plupart de ses membres faisant partie des deux formations.
  2. Le même orchestre qui a créé le Concerto pour violon de Erich Wolfgang Korngold.
  3. Datant du Mésozoïque, on le tenait pour disparu jusque dans les années 1940 bien que des fossiles qui témoignent de sa présence. Lors de la découverte de spécimens en Chine, l'arbre fut surnommé « fossile vivant ».
  4. Déjà utilisé par Aaron Copland dans son ballet Appalachian Spring en 1943.
Références
  1. a, b et c Dossier « Compositeurs de cinéma », 1re partie, polyphonies.eu.
  2. Livret du CD 20th Century Concerto : « I [...] even used to play tuba a little. »
  3. « Well, I always composed. As a child, I tried to write little pieces and, as a teenager, began to orchestrate some of them. And my father was a musician, and there were theory books sitting around the house that were there underfoot since age eight or ten or whatever. But piano was my serious study. I hadn't intended ever to become a professional composer. Fact wouldn't imagine anyone could earn a living doing that. » in (en) « A conversation with John WIlliams », National Endowment for the Arts, 3 mars 2011.
  4. a et b (en) The John Williams Collection
  5. Donald Hunsberger dans le livret du CD contenant, entre autres, la Sinfonietta.
  6. (en) johnwilliams.org
  7. a et b (en) jwfan.com
  8. Livret de Violin and Flute Concertos (Slatkin, LSO). Le CD est produit par le fils de Korngold
  9. Livret de TreeSong ; Violin Concerto ; 3 Pieces from Schindler's List, p.25-26.
  10. (en) « La Jolla Music Society SummerFest 2011: Cho-Liang Lin on John Williams », YouTube.
  11. (en) Commissions and Premieres, La Jolla Music Society.
  12. (en) The John Williams Collection
  13. The Official Academy Awards® Database

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]