Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Retour du roi (homonymie).

Le Seigneur des anneaux :
Le Retour du roi

Description de l'image  Le-retour-du-roi-(logo).svg.
Titre original The Lord of the Rings:
The Return of the King
Réalisation Peter Jackson
Scénario Fran Walsh
Philippa Boyens
Peter Jackson
d'après le roman de J. R. R. Tolkien
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Aventure, fantasy
Sortie 2003
Durée 201 minutes
252 minutes (version longue)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi (The Lord of the Rings: The Return of the King) est un film américano-néo-zélandais réalisé par Peter Jackson, adapté du livre Le Retour du roi de J. R. R. Tolkien, mais incorporant également des événements du livre précédent, Les Deux Tours. C'est le troisième volet de la trilogie Le Seigneur des anneaux, après La Communauté de l'anneau et Les Deux Tours.

Alors que Sauron lance ses armées à l'assaut de la Terre du Milieu, le magicien Gandalf et le roi Théoden réunissent leurs forces pour défendre la capitale du Gondor, Minas Tirith. Aragorn réclame son trône et fait appel à l'armée des Morts pour remporter la bataille des Champs du Pelennor. Pendant ce temps, les hobbits Frodon Sacquet et Samsagace Gamegie traversent le Mordor guidés par Gollum pour aller détruire l'Anneau unique à la montagne du Destin.

Sorti mondialement le 17 décembre 2003, Le Seigneur des anneaux : le Retour du roi est devenu l'un des films les plus rentables de l'histoire du cinéma. Avec des recettes à travers le monde estimées à plus de 1,119 milliard de dollars américains, il est en 2011 classé sixième dans la catégorie des films à plus forts revenus de toute l'histoire du cinéma[1]. Il remporte les onze Oscars pour lesquels il avait été nommé, égalant les records de Titanic et de Ben-Hur. Une version longue du film, contenant 52 minutes supplémentaires, sort en DVD le 14 décembre 2004.

Résumé[modifier | modifier le code]

Les hobbits Frodon et Sam continuent leur route vers le Mordor, guidés par l'étrange Gollum. Leur plan est de passer par le haut col de Cirith Ungol mais ils ignorent encore que Gollum les mène droit à un piège mortel. De leur côté, les autres membres de la Communauté se retrouvent en Isengard au pied de la tour d'Orthanc, où Saroumane et son complice Gríma sont retenus prisonniers par les Ents. C'est là que Gandalf met la main sur le palantír de Saroumane avant que toute la compagnie ne reparte vers Edoras pour y fêter la victoire. Au cours de la nuit, poussé par sa curiosité, Pippin regarde dans le palantír, et se révèle à l'Œil de Sauron. Il y voit Minas Tirith, la cité blanche du Gondor, détruite et l'arbre blanc en feu. Cet aperçu du plan de l'ennemi pousse Gandalf à se rendre de toute urgence à Minas Tirith pour donner l'alarme.

Arrivé sur place, Gandalf accompagné de Pippin obtient audience auprès de Denethor II, l'Intendant du Gondor. Ce dernier est profondément affecté par la mort de son fils Boromir. Il ne se soucie plus de la menace du Mordor, pensant son peuple condamné face à ce mal invincible. Gandalf prend alors en main la préparation de la bataille imminente. Au même moment, l'armée du Mordor commandée par le Roi-Sorcier d'Angmar commence à sortir de Minas Morgul sous les yeux de Frodon et Sam, alors qu'ils entreprennent l'ascension des escaliers de Cirith Ungol. Grâce à l'aide de Pippin, les feux d'alarme du Gondor sont allumés ; les Rohirrim se rassemblent au camp de Dunharrow avant la longue chevauchée vers le Gondor. Éowyn et Merry les accompagnent sous le couvert de l'anonymat alors qu'Aragorn, Legolas et Gimli s'aventurent sous terre pour obtenir l'allégeance de l'armée des Morts. Très rapidement, les Orques envahissent la cité d'Osgiliath et mettent en déroute la garnison commandée par Faramir. Denethor commande à Faramir de reprendre Osgiliath mais c'est une mission suicide : Faramir est laissé pour mort. L'armée de Sauron commence ensuite le siège de Minas Tirith et finit par entrer dans la citadelle.

À Cirith Ungol, Frodon et Sam ont été trahis par Gollum. Ce dernier arrive à séparer les deux hobbits. Il amène Frodon dans un sombre tunnel où vit Arachne, une énorme araignée. Le porteur de l'Anneau est piqué par cette dernière qui s'apprête à emporter son repas dans son antre. C'est à ce moment que Sam revient et la repousse, armé de Dard. Croyant Frodon mort, il rassemble son courage et prend l'Anneau mais des Orques viennent de la tour voisine et emportent Frodon.

Devant Minas Tirith, l'armée du Rohan arrive sur le champ de bataille et s'ajoute aux forces des soldats du Gondor, mais leur bravoure ne suffit pas à renverser le cours de la bataille. Denethor veut s'immoler par le feu avec le corps inanimé de Faramir mais Pippin s'aperçoit que ce dernier n'est pas mort. Gandalf réussit à le sauver, tandis que Denethor, en flammes, se précipite dans le vide. Alors que la bataille est sur le point d'être perdue, Aragorn, Legolas et Gimli surviennent avec l'armée des Morts, et les Orques sont balayés par cette force irrésistible. Le puissant Roi-Sorcier est tué par Éowyn après avoir lui-même causé la mort du roi Théoden du Rohan, qui s'éteint dans les bras de sa nièce.

Alors que Frodon est détenu par les Orques, les effets du venin de l'araignée s'estompent et il se réveille dans la tour. Tandis que deux des ravisseurs se disputent pour la possession de la cotte de maille en mithril, Sam parvient à libérer Frodon. Il lui rend l'Anneau, puis les deux hobbits s'échappent de la tour pour reprendre leur route vers la montagne du Destin. À Minas Tirith, les membres de la Communauté décident de rassembler toute leur armée pour attaquer la porte du Mordor, attirant ainsi les milliers d'Orques de Sauron afin de permettre à Frodon et Sam de traverser la plaine les séparant de leur lieu d'arrivée en toute sécurité. Le plan fonctionne, mais au moment où les deux hobbits atteignent le flanc de la montagne du Destin, Gollum apparaît et se rue sur Frodon pour tenter de lui prendre l'Anneau. Pendant la bagarre, Frodon parvient à s'esquiver et pénètre par la porte menant au fleuve de lave qui permettra de détruire l'Unique. Mais au moment où il s'apprête à le jeter, il cède au pouvoir maléfique de l'Anneau et le passe à son doigt. C'est à ce moment que Gollum revient, et réussit à récupérer l'Anneau en arrachant le doigt de Frodon. Le hobbit et la créature se disputent alors l'objet, et finissent par tomber tous deux dans le précipice. Tandis que Gollum plonge dans la lave en fusion avec l'Anneau, Frodon parvient à s'accrocher et est sauvé par Sam. L'Unique est détruit, toutes les forces de Sauron sont anéanties, et sa tour, Barad-Dûr, s'effondre alors que la montagne du Destin entre en éruption. Frodon et Sam parviennent à sortir à temps du volcan en fusion, où ils sont récupérés par Gandalf et les Aigles. Les membres de la Communauté se retrouvent tous sains et saufs pour le couronnement d'Aragorn, puis les quatre hobbits rentrent chez eux, vers la Comté.

Quatre ans passent, et Frodon, Sam, Pippin et Merry assistent au départ du bateau emportant les trois porteurs des anneaux des Elfes, dont Gandalf. Bilbon les accompagne également. Puis, après avoir fait ses adieux à ses trois amis, Frodon décide de suivre Gandalf, et monte à son tour sur le bateau, en direction de Valinor et loin de la Terre du Milieu.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Elijah Wood, qui joue le rôle de Frodon.
Billy Boyd, qui interprète Pippin.
Ian McKellen, l'acteur jouant Gandalf.
Version longue uniquement

Il y a également des caméos de Peter Jackson, Richard Taylor, Gino Acevedo, Rick Porras et Andrew Lesnie sur le vaisseau pirate, mais tous, exceptés Jackson, n'apparaissent que dans la version longue. Jackson fait un autre caméo officieux, sa main remplaçant celle de Sean Astin lorsque Sam affronte Arachne[5]. La fille de Sean Astin interprète Elanor, fille de Sam, dans la dernière scène du film. Les fils de Jackson font une apparition en tant que soldats du Gondor, tandis que Christian Rivers interprète l'un des soldats qui surveille le feu d'alarme que Pippin enflamme, et plus tard un blessé. Royd Tolkien fait un caméo à Osgiliath[6], et, dans la version longue, Howard Shore apparaît comme un soldat victorieux à Edoras. À la fin du film, Alan Lee fait le portrait de tous les membres de la distribution, idée suggérée par Ian McKellen[7].

Scénario et variations par rapport au livre[modifier | modifier le code]

Le film contient des scènes du deuxième tome du Seigneur des anneaux, mais qui n'avaient pas été insérées dans le film précédent, comme les épisodes impliquant Arachne et le palantír. En effet, Peter Jackson a réarrangé le récit selon la chronologie détaillée dans les appendices du roman et non selon la trame de ce dernier[8]. Dans la version longue, l'assassinat de Saroumane par Gríma est déplacé à la visite de l'Isengard (au lieu d'avoir lieu dans la Comté), et le palantír tombe avec lui du haut d'Orthanc, alors que, dans le livre, Gríma le lance à la communauté, en ignorant sa valeur.

L'Intendant du Gondor Denethor est un personnage tragique. Le film se concentre uniquement sur son accablement après le décès de Boromir et le présente comme insensible à la menace de Sauron (tandis qu'il fait allumer les feux d'alarme dans le roman). La blessure de Faramir le rend fou. Le film insinue que c'est son utilisation du palantír qui l'a mené à la folie, information révélée lors de la scène du bûcher, plus violente que dans le livre. Jackson a aussi décidé que Denethor se jetterait dans le vide du haut de la Citadelle au lieu de mourir sur le bûcher, un changement précoce dans le scénario[9].

La bataille des Champs du Pelennor est aussi modifiée : Faramir ne part pas en mission suicide dans le livre, et le siège d'Osgiliath est simplifié. Les généraux comme Forlong et Imrahil lui-même (et non ses fils) reconnaissent l'autorité de Gandalf. Dans le livre, les Orques ne pénètrent jamais dans la cité. Le Roi-Sorcier entre et fait face à Gandalf avant l'arrivée des Rohirrim, mais dans le film les Orques entrent dans la forteresse après la destruction de la porte. Le passage dans lequel les Rohirrim sont aidés par les Drúedain pour pénétrer dans le Gondor assiégé est très réduit dans le film[8]. La Flèche Rouge envoyée pour requérir l'aide des Rohirrim est également absente du film. Dans le film, le spectateur est conscient qu'Éowyn participe à la bataille, alors que dans le livre son identité est inconnue avant qu'elle n'enlève son casque[10]. Lorsque tout espoir semble perdu, Gandalf console Pippin en lui parlant des Terres Immortelles, la description provenant de la fin du chapitre[8]. Le film montre l'armée des Morts combattant lors de la bataille des Champs du Pelennor, alors que dans le livre ils disparaissent après avoir vaincu les pirates d'Umbar dans le port de Pelargir. Les renforts d'Aragorn ne sont alors composés que de Gondoriens. Force irrésistible et invulnérable, les Morts mettent en déroute les armées de Sauron.

Les désaccords entre Frodon et Sam sont totalement absents du livre, mais les scénaristes les ont ajoutés afin de maintenir la tension dramatique. Frodon entre seul dans l'antre d'Arachne dans le film, alors qu'il est accompagné de Sam dans le roman. Cela rend la scène encore plus difficile, du fait de la solitude de Frodon, et rend spectaculaire le sauvetage de Sam au dernier moment. En outre, dans le film le spectateur ignore que Sam a l'Anneau avant qu'il ne le rende à Frodon, information connue dans le roman. La chute de Gollum dans la lave à la montagne du Destin a également été réécrite, car sa chute dans le livre ne permettait pas d'obtenir un point culminant pour la scène. À l'origine, les scénaristes voulaient que Frodon pousse Gollum et l'Anneau dans le vide, mais pour rester cohérents avec l'emprise de l'Anneau sur Frodon, ils ont plutôt choisi que le Hobbit tente de reprendre l'Anneau à Gollum. En conséquence, c'est au cours de leur lutte qu'ils s'approchent du bord et que Gollum tombe par accident[8].

Il y a également des changements pendant la bataille de la Porte Noire : dans le livre, Merry n'y est pas présent. Aragorn ne tue pas la Bouche de Sauron dans le livre, contrairement à la version longue du film. Un changement bien plus important était prévu : Sauron devait prendre une forme physique pour combattre Aragorn, qui ne serait sauvé que par la destruction de l'Anneau. Un Troll fut généré par ordinateur pour remplacer Sauron dans la version finale du film.

La fin est également modifiée pour supprimer les problèmes de la Comté, vus par les scénaristes comme un « anticlimax »[8], bien qu'ils apparaissent dans la vision que Frodon a dans le miroir de Galadriel dans le film La Communauté de l'anneau.

Production[modifier | modifier le code]

Paysage de Nouvelle-Zélande, Edoras dans le film

La production de la trilogie cinématographique du Seigneur des anneaux est inhabituelle dans la mesure où le tournage a eu lieu alors que les scénarios n'étaient pas achevés. Jackson a déclaré que Le Retour du roi a été le plus facile des trois films, car il contient le point culminant de l'histoire, contrairement aux deux précédents[11]. Dans le scénario de Miramax, de janvier 1997 à août 1998, avant que Jackson ne reprenne le projet, deux films seulement étaient prévus[12] et le Retour du roi suit le scénario conçu pour ce deuxième film, le premier s'achevant sur la bataille du gouffre de Helm[13]. Le tournage a lieu en Nouvelle-Zélande, dans plusieurs endroits, entre octobre 1999 et le 22 décembre 2000, les scènes supplémentaires de la version longues étant tournées sur six semaines en 2003, avant la sortie du film.

Décors et costumes[modifier | modifier le code]

La Terre du Milieu imaginée par Peter Jackson a principalement été conçue par Alan Lee et John Howe, illustrateurs de Tolkien, et réalisée par Weta Workshop, qui a fabriqué les armes, armures, miniatures, prothèses et créatures de toute la trilogie. Le Département d'Art a construit les plateaux. Richard Taylor a dirigé Weta tandis que Grant Major et Dan Hennah se chargeaient respectivement de la planification et des bâtiments.

La cité de Minas Tirith, aperçue brièvement dans les films précédents, est un décor important du troisième film, et avec elle la civilisation du Gondor. L'immense scène a été construite à Dry Creek Quarry près de Wellington, sur le plateau qui avait servi pour le tournage de la scène du gouffre de Helm. Le plateau est transformé pour devenir la deuxième porte de Minas Tirith, tandis que l'extérieur du gouffre a servi pour la scène de la version longue où Gandalf affronte le Roi-Sorcier. Les nouvelles structures comportent une porte de huit mètres, en deux exemplaires, l'une intacte et l'autre brisée, avec une ouverture manuelle et un mécanisme de fermeture. Ses gravures sont inspirées du baptême de Jean le Baptiste. Quatre niveaux de rues ont été conçus, les maisons portant des motifs héraldiques, le tout inspiré de la ville de Sienne en Italie[14]. L'extérieur de la Citadelle a été reconstitué dans les studios de Stone Street en utilisant la perspective forcée. L'Arbre Blanc est fabriqué en polystyrène par Brian Massey, avec des branches réelles rappelant les vieux et noueux oliviers libanais. L'intérieur de la Citadelle est fabriqué dans une usine de Wellington, sur trois niveaux. Sa couleur est inspirée de la chapelle palatine d'Aix-la-Chapelle. Les statues des anciens rois du Gondor sont en polystyrène, peintes de façon à sembler de pierre.

Un cavalier du Rohan

Les armures gondoriennes sont conçues comme des évolutions des armures núménoréennes aperçues dans le prologue du premier film, avec un motif d'oiseaux marins. Le XVIe siècle allemand et italien a servi d'inspiration[15] tandis que les civils sont vêtus d'argent et de noir, avec des vêtements conçus par Ngila Dickson dans un style méditerranéen antiquisant[16]. Minas Morgul, l'escalier de Cirith Ungol et l'antre d'Arachne ont été conçus par John Howe, qui se servit d'une maquette représentant Morgul depuis la route dans une perspective forcée. Minas Morgul est conçue comme une ancienne cité gondorienne abandonnée[17]. Cirith Ungol se base sur un dessin de Tolkien, redessiné par Richard Taylor[18].

Le troisième film introduit l'araignée monstrueuse Arachne, conçue dès 1999[18]. Son corps rappelle une Porrhothele antipodiana et sa tête fut choisie par les fils de Peter Jackson parmi différentes options. Peter Jackson dit s'être amusé en préparant la séquence, bien qu'il souffre d'arachnophobie[15]. L'antre de l'araignée qui simule le grès a été conçue dans les cavernes déjà existantes de l'Isengard[14]. Le Retour du roi porte également à l'écran les chemins des Morts et les Haradrim, hommes venus du sud de la Terre du Milieu avec les mûmakil. L'armée des Morts porte des vêtements d'influence celtique, mais plus raides et symétriques[14], alors que leur cité souterraine est inspirée de Pétra[17]. Les Haradrim étaient à l'origine influencés par la culture africaine, mais il était important pour Philippa Boyens qu'ils soient offensifs, et ils se sont rapprochés des habitants de Kiribati, avec une armure en bambou et des aspects aztèques dans leurs bijoux[15].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le Retour du roi a été tourné en 2000, à l'exception de la scène où Gollum tente de séparer Frodon et Sam, tournée le 24 novembre 1999. Les inondations à Queenstown avaient interrompu le tournage de La Communauté de l'anneau[5], et par conséquent certaines scènes devant être tournées à la fin l'ont été au début. Les scènes de Hobbitebourg ont été tournées en janvier 2000, avec celles de La Communauté de l'anneau, les extérieurs à Matamata et les scènes d'intérieur dans les studios Stone Street de Wellington[19], en même temps que les Havres Gris. Le tournage des scènes de Fondcombe a eu lieu en mai, comme pour les autres films.

La bataille de la Porte Noire a été tournée en avril[20], dans le désert de Rangipo dans des mines abandonnées. Des soldats néo-zélandais ont été engagés comme figurants. Une des préoccupations était le doublage de Monaghan et Boyd pendant la séquence de la charge. Pendant ce temps, Elijah Wood, Sean Astin et Andy Serkis tournaient au Mont Ruapehu les extérieurs de la montagne du Destin. En particulier, la scène où Frodon et Sam roulent sur le dos nécessita deux heures de tournage avec différentes caméras[5]. En juin ont été tournées les scènes des chemins des Morts, à plusieurs endroits, parmi lesquelles Putangirua Pinnacles[20]. En juillet, l'équipe a tourné quelques-unes des scènes d'Arachne. Août et septembre ont été consacrés aux scènes de l'Isengard. Boyd et Monaghan recommencèrent plusieurs fois la scène de l'entrée, accentuant les mots « mauvaises herbes » alors qu'ils fumaient du tabac. Christopher Lee a tourné ses scènes presque seul, bien que McKellen et Hill soient venus le premier jour lui prêter main-forte pour son texte[5].

Les extérieurs d'Edoras ont été tournés en octobre. La chevauchée des Rohirrim, avec Théoden menant la charge contre les Orques, a été tournée à Twizel avec 150 figurants à cheval. La bataille des Champs du Pelennor utilise davantage l'imagerie générée par ordinateur que la bataille du gouffre de Helm dans le deuxième film, qui utilisait plutôt l'action directe. Les tentatives de Faramir de reconquérir Osgiliath ont été tournées au même moment[21], ainsi que les scènes dans cette ville. À ce point, la production a été très perturbée, Jackson devant sans cesse se déplacer pour les enregistrements. Finalement, la production a repris sur les plateaux de Minas Tirith pour le tournage de la deuxième partie du siège[22]. La dernière scène à être tournée est celle, en incrustation, de la réaction des quatre Hobbits devant la population de Minas Tirith qui s'incline devant eux[5].

Scènes supplémentaires[modifier | modifier le code]

Les scènes supplémentaires du film ont été tournées en 2003, à Wellington, pendant deux mois. Ce film est celui de la trilogie qui a le plus de scènes supplémentaires. Le couronnement d'Aragorn notamment est tourné à nouveau : la scène originale avait été faite en une seule journée, par le second réalisateur Geoff Murphy le 21 décembre 2000. Jackson tourne également des scènes autour de la montagne du Destin[5] et la mort de Théoden.

Le personnage de Gothmog est ajouté, spécialement créé par l'équipe pour le film, parce que Jackson trouvait que les Orques du Mordor ne soutenaient pas la comparaison avec les Uruk-hai du deuxième film. Christian Rivers redessine aussi le Roi-Sorcier d'Angmar, et ses scènes sont tournées à nouveau, car les personnes n'ayant pas lu les romans pouvaient croire que Sauron lui-même était sur le champ de bataille[15].

De plus, Legolas combat un mûmak, selon la demande formulée par l'acteur qui l'incarne, Orlando Bloom[23]. Howard Shore fait un caméo lorsque Gimli et Legolas jouent à Édoras[24]. Les dernières scènes tournées sont celles montrant Aragorn s'échappant de l'avalanche de crânes dans les chemins des Morts, et Frodon terminant son livre. Le tournage s'achève le 27 juin 2003[23].

L'armure de Sauron

Plusieurs scènes de la bataille des Champs du Pelennor ont été ajoutées. La réaction de Gollum lorsqu'il s'aperçoit que Frodon a l'intention de détruire l'Anneau unique a été tournée dans la maison de Peter Jackson[25]. Pour la version longue du DVD, Jackson tourne en mars 2004 quelques prises supplémentaires de la scène de l'avalanche de crânes. Il remarque que c'est la première fois qu'un réalisateur tourne des scènes pour un film après avoir reçu un Oscar pour ce film[26].

Postproduction[modifier | modifier le code]

Montage[modifier | modifier le code]

La postproduction du Retour du roi commence en novembre 2002, à partir du montage de 4 heures et demie de film qu'Annie Collins (en) avait fait entre 2001 et 2002 en travaillant quatre heures par jour. Par exemple, Théoden est coupé, passant de 150 minutes de prises à 90 secondes de film une fois le montage réalisé[27].

Peter Jackson et Jamie Selkirk collaborent pour réaliser le montage final. De la même manière que pour Les Deux Tours, qui avait aussi des intrigues multiples, Jackson a travaillé sur chaque trame avant de décider où couper. Ils accordent trois semaines aux 45 dernières minutes du film[25], pour couper et intercaler convenablement les scènes, comme celle de la Bouche de Sauron, ou le destin de personnages comme Legolas, Gimli, Éowyn et Faramir[8].

Le film comprend des scènes qui avaient été conçues pour Les Deux Tours, comme le reforgeage de Narsil, le passé de Gollum ou la fin de Saroumane. Mais cette dernière posait un problème structurel : comment montrer sa fin dans un film où Sauron est le méchant principal[25] ? La scène est donc coupée, malgré les voix off et les scènes supplémentaires, provoquant la colère des fans de Christopher Lee et des demandes pour réintégrer la scène[28]. Lee collabore toutefois au DVD et assiste à la première à Copenhague, mais affirme ne pas comprendre la raison de la coupe[29].

Le montage du film se termine finalement le 12 novembre[30]. Jackson n'a pas eu le temps de voir le film en entier à cause de ses horaires chargés, et il ne voit la version finale que lors de la première à Wellington[26].

Effets spéciaux[modifier | modifier le code]

Le Retour du roi compte 1 488 effets spéciaux, près de trois fois plus que pour le premier film, et près du double du deuxième film. Le travail sur les effets spéciaux a commencé quand Alan Lee et Mark Lewis ont pris diverses photographies de la Nouvelle-Zélande pour créer les Champs du Pelennor, en novembre 2002. Pendant les vacances de Noël, chez lui, Gary Horsfield crée une version numérique de Barad-dûr pour améliorer le point culminant du film. Pendant ce temps, Peter Jackson et Christian Rivers utilisent des ordinateurs pour planifier la grande bataille, et en février 2003, ils montrent le résultat à Weta Digital. De façon surprenante, les 60 prises prévues sont montées à 250, et de 50 000 personnages ils sont passés à 200 000[30],[31]. Cependant ils continuent, faisant 100 prises par semaine, 20 par jour ouvré, pendant une période de deux mois, en travaillant souvent jusqu'à deux heures du matin[30].

Pour la bataille, 250 mouvements sont enregistrés pour le logiciel MASSIVE avec lequel les techniciens ajoutent les derniers effets du film, comme les Trolls qui font irruption dans la cité de Minas Tirith, et comme les créatures qui ouvrent la Porte Noire[15], et tournent à nouveaux les deux mûmakil. Comme pour les autres créatures numériques, la sculpture de la tête d'Arachne a été scannée avec dix fois plus de précision que Weta par une entreprise canadienne[31].

Comme pour les films précédents, il y a aussi eu des changements significatifs dans les doubles numériques des acteurs. Par exemple, dans la scène où Sam tombe de l'araignée, le changement a lieu lorsqu'Astin touche le sol. L'attaque de Legolas contre un mûmak nécessite de nombreux passages de l'un à l'autre ; le tournage de Gollum récupérant l'Anneau Unique et tombant dans la Crevasse du Destin est entièrement numérisé[31]. Le roi des Morts est interprété par un acteur avec une prothèse, sa tête étant modifiée ensuite numériquement pour ressembler à un crâne. La Bouche de Sauron a une bouche agrandie à 200 % pour obtenir un effet plus perturbant[14].

Le Retour du roi contient encore d'autres effets. Lors de la scène du bûcher de Denethor, quand l'Intendant du Gondor jette Pippin contre la tombe, John Noble a lancé un nain nommé Fon contre Billy Boyd, qui a immédiatement cogné la caméra avec sa tête pour compléter l'illusion. Une torche allumée se reflète également sur une vitre, lorsque le cheval de Gandalf envoie Denethor d’une ruade sur le bûcher. Jackson a exigé un réalisme total pour ce monde imaginaire, avec pour conséquence la construction de nombreuses maquettes, comme celle de Minas Tirith à l'échelle 1:72, qui a atteint 7 mètres de haut et 6,5 mètres de diamètre. Des sections de la cité ont aussi été réalisée à l'échelle 1:14 ; dans la version longue la scène de la cité des Morts compte 80 000 petits crânes, pour un total équivalent à un mètre cube[17]. L'équipe des maquettes a terminé en novembre celles de la Porte Noire, après 1 000 jours de tournage. Le dernier tournage des effets spéciaux est celui de la destruction de l'Anneau, le 25 novembre[30].

Musique et bande son[modifier | modifier le code]

La musique est composée par Howard Shore, qui avait travaillé sur les deux films précédents de la trilogie. La bande-son a été améliorée lors du montage du film[24], le compositeur ayant dû écrire sept minutes de musique par jour pour remplir l'objectif[30]. La partition comprend la mise en place complète du thème du Gondor, dont un extrait est entendu lors du premier film, La Communauté de l'anneau, lorsque Boromir prend la parole au Conseil d'Elrond et à Osgiliath dans la version longue des Deux Tours. Les acteurs Billy Boyd, Viggo Mortensen et Liv Tyler contribuent aussi à la musique du film. Boyd chante lors de la charge de Faramir sur Osgiliath, Mortensen lorsqu'il est couronné roi, et dans la version longue Tyler chante quand Aragorn soigne Éowyn.

Renée Fleming, Ben Del Maestro et James Galway participent à la bande son. Fleming chante lorsqu'Arwen a une vision de son fils et quand Gollum récupère l'Anneau Unique. Del Maestro chante quand Gandalf illumine son bâton pour protéger les soldats gondoriens qui fuient Osgiliath et l'attaque des Nazgûl. Galway joue de la flûte lorsque Frodon et Sam arrivent à la montagne du Destin. La chanson finale, « Into the West », est composée par Costa sur des paroles de Fran Walsh. La chanson s'inspire partiellement de la mort prématurée (d'un cancer) d'un jeune cinéaste néo-zélandais nommé Cameron Duncan qui était ami avec Peter Jackson[24].

L'équipe du son passe la première partie de l'année à chercher les sons appropriés. Le cri d'Arachne est celui d'un diable de Tasmanie, qui inspire les membres de Weta, tandis que celui du mûmakil est le début et la fin du rugissement d'un lion. Des cris d'hommes et d'ânes ont été mélangés pour la chute de Sauron, et pour éviter les comparaisons entre l'effondrement de la tour de Sauron, Barad-dûr, et celui des Twin Towers, le 11 septembre 2001, du verre brisé a été utilisé pour réduire les bruits. Pour le lancement des projectiles pendant le siège de Minas Tirith, des ouvriers de chantier ont fait tomber des pierres de deux tonnes préalablement soulevées par une grue. Le mixage commence en studio le 15 août, bien que le travail inachevé crée des frustrations[32]. La bande son est achevée le 15 novembre, après trois mois de travail ininterrompu[30].

The Lord of the Rings: The Return of the king
Original Motion Picture Soundtrack

Album par Howard Shore
Sortie 25 novembre 2003
Durée 72:05
75:15 (édition limitée)
Genre Bande originale de film
Format CD
Compositeur Howard Shore
Producteur Howard Shore
Label Reprise Records

La bande originale du Retour du roi sort le 25 novembre 2003. Elle comprend la chanson Into the West, d'Annie Lennox, qui remporte l'Oscar de la meilleure chanson originale 2004.

No Titre Interprète(s) Durée
1. A Storm Is Coming 2:52
2. Hope and Memory 1:45
3. Minas Tirith Ben Del Maestro 3:37
4. The White Tree 3:25
5. The Steward of Gondor Billy Boyd 3:53
6. Minas Morgul 1:58
7. The Ride of the Rohirrim 2:08
8. Twilight and Shadow Renée Fleming 3:30
9. Cirith Ungol 1:44
10. Andúril 2:35
11. Shelob's Lair 4:07
12. Ash and Smoke 3:25
13. The Fields of the Pelennor 3:26
14. Hope Fails 2:20
15. The Black Gate Opens James Galway 4:01
16. The End of All Things Renée Fleming 5:12
17. The Return of the King James Galway, Viggo Mortensen et Renée Fleming 10:14
18. The Grey Havens James Galway 5:59
19. Into the West Annie Lennox 5:49
20. Use Well the Days (édition limitée seulement) Annie Lennox 3:10

Sortie et réception[modifier | modifier le code]

La première mondiale a lieu à Wellington à l'Embassy Theatre (en), le 1er décembre 2003, en présence du réalisateur et de nombreuses stars. On estime que 100 000 personnes environ ont envahi les rues, plus du quart de la population de la ville[33].

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film a connu un immense succès commercial, rapportant 1 119 110 941 $ au box-office mondial, dont 377 027 325 $ aux États-Unis et au Canada[2]. Cela le place au premier rang des films sortis en 2003 ayant réalisé le plus de recettes[34]. Il a réalisé 6 930 000 entrées en France, 1 407 929 au Québec, 918 689 en Suisse, et 761 891 en Belgique[35]. Voici un tableau résumant les principaux résultats enregistrés au box-office par le film[36] :

Box-office mondial par pays du film Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi (par ordre décroissant)
Pays Box-office Pays Box-office Pays Box-office
Drapeau des États-Unis États-Unis 377 027 325 $ Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 19 162 315 $ Drapeau de l'Autriche Autriche 9 858 870 $
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 106 643 712 $ Drapeau du Danemark Danemark 16 188 249 $ Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 8 879 189 $
Drapeau du Japon Japon 94 966 172 $ Drapeau du Mexique Mexique 15 626 424 $ Drapeau de la Grèce Grèce 8 032 233 $
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 87 481 674 $ Drapeau de la Norvège Norvège 12 460 370 $ Drapeau de la Pologne Pologne 7 968 195 $
Drapeau de la France France 48 409 847 $ Drapeau de la Russie Russie 12 122 431 $ Drapeau de la Finlande Finlande 7 096 209 $
Drapeau de l'Espagne Espagne 39 834 538 $ Drapeau de la République de Chine Taïwan 11 756 953 $ Drapeau de la Turquie Turquie 5 110 660 $
Drapeau de l'Australie Australie 36 550 919 $ Drapeau de la Suisse Suisse 10 991 061 $ Drapeau de Hong Kong Hong Kong 4 983 077 $
Drapeau de l'Italie Italie 35 837 796 $ Drapeau de la République populaire de Chine Chine 10 427 541 $ Drapeau du Portugal Portugal 4 702 013 $
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 28 462 848 $ Drapeau de la Belgique Belgique 9 902 589 $ Drapeau de l’Argentine Argentine 4 698 147 $
Drapeau de la Suède Suède 24 123 767 $ Drapeau du Brésil Brésil 9 902 206 $ Drapeau de la Thaïlande Thaïlande 4 630 752 $

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Le film a reçu un accueil critique très positif, recueillant 94 % de critiques favorables, avec un score moyen de 8,6/10 et sur la base de 239 critiques collectées, sur le site Rotten Tomatoes[37]. Sur le site Metacritic, il obtient un score de 94/100, sur la base de 41 critiques collectées[38].

Richard Corliss, de Time Magazine, estime qu'il s'agit du meilleur film de l'année[39]. Les rares critiques négatives concernant le film ont rapport avec sa longueur, et notamment celle de l'épilogue, et l'intervention de l'armée des morts. Ainsi, un article de CNN déplore que la bataille des Champs du Pelennor soit « excessivement simplifiée » à la suite de leur intervention[40]. Joel Siegel, de Good Morning America, lui donne une note de « A », commentant que si l'épilogue ne durait pas 45 minutes, ce serait le meilleur film de l'année mais que, même en l'état, « c'est l'une des plus grandes réussites de l'histoire du cinéma »[41].

En 2008, le magazine Empire le classe à la 34e place dans sa liste des 500 meilleurs films de tous les temps[42]. Il figure à la 12e place du Top 250 du classement des films de l'Internet Movie Database, basé sur les votes du public, avec une note moyenne de 8,8/10[43].

En France, il a été également favorablement accueilli, obtenant une moyenne de 3,8 étoiles sur 5 pour les critiques de la presse sur le site Allociné[44]. Pour Yannick Dahan, de Positif, le film « se pose sans ambages comme l'un des plus beaux films jamais réalisés. Une œuvre d'émotion pure, un rêve de cinéma, l'expression d'une symbiose parfaite entre spectaculaire et intime » ; Brigitte Baudin, du Figaroscope, estime que « les décors sont grandioses, la mise en scène de Peter Jackson époustouflante, les scènes de batailles superbes » ; Thomas Sotinel, du Monde, juge que Peter Jackson réussit « quelques morceaux de bravoure qui trouveront sans doute plus de sens dans un film moins contraint par les nécessités de l'exploitation en salles » ; Le Nouvel Observateur, évoque « un spectacle total où l'illusion est alimentée par une surenchère d'effets spéciaux qui nous vaut d'assister à des batailles de titans comme seul Cecil B. DeMille osa naguère en filmer » ; pour Stéphane Benaïm, de L'Écran fantastique, « Grand spectacle et émotions ne font qu'un dans un scénario d'une étonnante simplicité et d'une grande lisibilité » ; Gérard Delorme, de Première, estime que « ce troisième épisode conclut de manière satisfaisante le feuilleton de l'Anneau maléfique »[44].

Les Inrockuptibles, Télérama et L'Humanité jugent le film réussi mais regrettent tous trois un dénouement trop long. Jean-Philippe Tessé, des Cahiers du cinéma, et Bruno Bayon, de Libération, délivrent les seules critiques négatives, le premier commentant que « Jackson n'a toujours pas d'autre solution pour enjamber l'ampleur du récit que de faire courir en parallèle les actions, comme des sprinters dans des couloirs. A force de se cogner, les blocs narratifs s'unissent en épopée dérisoire », et le second que « Douze heures après les premiers pas velus de Bilbo, le sort de l'« anneau » n'est toujours pas réglé. Loin de là : on s'en reprend d'un coup trois plombes et demie »[44].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Cette section récapitule les principales récompenses et nominations obtenues par le film. Pour une liste exhaustive, se référer à l'Internet Movie Database[45].

Le 27 janvier 2004, le film est nommé à onze Oscars du cinéma. Il remporte l'Oscar dans chacune des catégories pour lesquelles il était nommé lors de la cérémonie du 29 février[46]. Il égale Ben-Hur et Titanic en terme du plus grand nombre d'Oscars remportés par un seul film, et surclasse Gigi et Le Dernier Empereur quant au nombre d'Oscars remportés pour chacune de ses nominations. Cependant, aucun des acteurs n'a reçu de récompense pour sa prestation, faisant du Retour du roi le premier meilleur film depuis Titanic (en 1997) à ne pas recevoir de telles récompenses. C'est également le premier film du genre fantasy à recevoir la récompense pour le meilleur film.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie ou récompense Prix Lauréat(es)
2004
Oscars du cinéma Meilleur film[46]
Meilleur réalisateur[46] Peter Jackson
Meilleur scénario adapté[46] Fran Walsh, Philippa Boyens et Peter Jackson
Meilleure musique de film[46] Howard Shore
Meilleure chanson originale[46] Annie Lennox, Fran Walsh et Howard Shore pour Into the West
Meilleure direction artistique[46] Grant Major, Dan Hennah et Alan Lee
Meilleurs costumes[46] Ngila Dickson et Richard Taylor
Meilleurs effets visuels[46] Jim Rygiel, Joe Letteri, Randall William Cook et Alex Funke
Meilleur montage[46] Jamie Selkirk
Meilleur maquillage[46] Richard Taylor et Peter King
Meilleur mixage de son[46] Christopher Boyes, Michael Semanick, Michael Hedges et Hammond Peek
Golden Globes Meilleur film dramatique[47]
Meilleur réalisateur[47] Peter Jackson
Meilleure musique de film[47] Howard Shore
Meilleure chanson originale[47] Annie Lennox, Fran Walsh et Howard Shore pour Into the West
BAFTA Awards Meilleur film[48]
Meilleur scénario adapté[48] Fran Walsh, Philippa Boyens et Peter Jackson
Meilleurs effets visuels[48] Jim Rygiel, Joe Letteri, Randall William Cook et Alex Funke
Meilleure photographie[48] Andrew Lesnie
Prix Hugo Meilleur film[49]
Saturn Awards Meilleur film de fantasy[50]
Meilleur acteur[50] Elijah Wood
Meilleure réalisation[50] Peter Jackson
Meilleur scénario[50] Fran Walsh, Philippa Boyens et Peter Jackson
Meilleur acteur dans un second rôle[50] Sean Astin
Meilleure musique[50] Howard Shore
Meilleurs effets spéciaux[50] Jim Rygiel, Joe Letteri, Randall William Cook et Alex Funke
Meilleur maquillage[50] Richard Taylor et Peter King
Satellite Awards Meilleure direction artistique[51] Grant Major, Dan Hennah et Alan Lee
Empire Awards Meilleur film
Meilleur acteur britannique Andy Serkis
Meilleure scène La charge des Rohirrim
MTV Movie Awards Meilleur film[52]
Meilleure séquence d'action[52] La bataille des Champs de Pelennor
Screen Actors Guild Awards Meilleure distribution[53]
Critics Choice Awards Meilleur film[54]
Meilleur réalisateur[54] Peter Jackson
Meilleur compositeur[54] Howard Shore
Meilleure distribution[54]
Australian Film Institute Awards Meilleur film étranger
Prix Amanda Meilleur film étranger
2005
Grammy Awards Meilleure bande originale de film[55] Howard Shore et John Kurlander
Meilleure chanson de film[55] Annie Lennox, Howard Shore et Fran Walsh pour Into the West
Prix Nebula Meilleur script[56] Fran Walsh, Philippa Boyens et Peter Jackson

Nominations[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie ou récompense Prix Nommé(es)
2004
BAFTA Awards Meilleur réalisateur[48] Peter Jackson
Meilleur acteur dans un second rôle[48] Ian McKellen
Meilleure musique de film[48] Howard Shore
Meilleure direction artistique[48] Grant Major
Meilleur montage[48] Jamie Selkirk
Meilleurs costumes[48] Ngila Dickson et Richard Taylor
Meilleurs maquillages et coiffures[48] Richard Taylor, Peter King et Peter Owen
Meilleur son[48] David Farmer, Hammond Peek, Christopher Boyes, Michael Hedges, Michael Semanick, Ethan Van der Ryn et Mike Hopkins
Saturn Awards Meilleur acteur Viggo Mortensen
Meilleur acteur dans un second rôle Ian McKellen
Meilleur acteur dans un second rôle Andy Serkis
Meilleure actrice dans un second rôle Miranda Otto
Meilleurs costumes Ngila Dickson et Richard Taylor
Satellite Awards Meilleur film dramatique[51]
Meilleure musique originale[51] Howard Shore
Meilleur montage[51] Jamie Selkirk
Meilleure photographie[51] Andrew Lesnie
Meilleurs costumes[51] Ngila Dickson et Richard Taylor
Meilleurs effets spéciaux[51] Jim Rygiel, Joe Letteri, Alex Funke et Randall William Cook
Meilleur son[51] David Farmer, Ethan Van der Ryn et Mike Hopkins
Empire Awards Meilleur acteur Viggo Mortensen
Meilleur acteur Sean Astin
Meilleur réalisateur Peter Jackson
Meilleur acteur britannique Ian McKellen
Meilleur acteur britannique Orlando Bloom
Bodil Meilleur film américain
World Soundtrack Awards Meilleure chanson de film[57] Annie Lennox, Howard Shore et Fran Walsh pour Into the West
2005
Awards of the Japanese Academy Meilleur film étranger

Éditions DVD et blu-ray[modifier | modifier le code]

Le film sort en DVD le 25 mai 2004. C'est un coffret de deux disques, avec des bonus sur le deuxième disque. Le DVD des deux films précédents était sorti huit mois après la sortie en salles, mais celui du Retour du roi seulement cinq mois plus tard. En effet, les films précédents devaient susciter l'attente de la suite en incorporant des bandes-annonces d'une dizaine de minutes, qui n'avaient pas été tournées préalablement.

Le Retour du roi suit le modèle des films précédents en lançant une version longue de 252 minutes, avec des effets spéciaux supplémentaires et de la musique, avec quatre interviews et dix heures de bonus supplémentaires. Cependant, cela a pris plus de temps à produire car la distribution et l'équipe travaillaient déjà sur d'autres projets à travers le monde[58]. Le coffret sort finalement le 10 décembre 2004 au Royaume-Uni et le 14 décembre aux États-Unis. Les dix dernières minutes comprennent une liste des membres du fan club officiel qui avaient payé leur adhésion trois ans. Un coffret pour les collectionneurs est également commercialisé, comprenant la version longue et une sculpture de Minas Tirith, ainsi qu'un CD musical de 50 minutes[59]. Le DVD comprend de plus deux bonus cachés humoristiques : l'un de Dominic Monaghan jouant un journaliste allemand interviewant Elijah Wood par satellite, et un autre de Vince Vaughn et Ben Stiller tentant de convaincre Peter Jackson de faire une suite. Cette séquence a été diffusée lors des prix MTV de 2004. Ces bonus peuvent être consultés à partir du symbole de l'anneau, sur les disques 1 et 2.

Le 9 août 2006 sort une édition limitée du Retour du roi. Cette édition comprend deux disques. Le premier est un DVD double face (DVD-18) qui contient toutes les éditions du film. Au début de chaque face, le spectateur décide de la version à regarder. Le deuxième disque concerne les bonus comprenant un documentaire sur les coulisses.

La version courte du film est sortie en blu-ray le 6 avril 2010. Le blu-ray de la version longue, annoncé pour courant 2011[60], sort le 28 juin 2011[61].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « All Time Box Office », Box Office Mojo
  2. a et b (en) « The Lord of the Rings: The Return of the King », Box Office Mojo (consulté le 27 avril 2011)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u et v « Fiche de doublage Le Seigneur des anneaux », VoxoFilm (consulté le 27 avril 2011)
  4. Fiche de doublage Le Seigneur des Anneaux, AlloDoublage, Consulté le 2 novembre 2013.
  5. a, b, c, d, e et f « Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi - Documentaire « Des caméras en Terre du Milieu » », Metropolitan Video, 2004, DVD
  6. (en) Stephen Dowling, « Tolkien relative's kingly role », sur BBC News online (consulté le 27 avril 2011)
  7. « Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi - Commentaire audio des acteurs », Metropolitan Video, 2004, DVD
  8. a, b, c, d, e et f « Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi - Documentaire « Du livre au scénario » », Metropolitan Video, 2004, DVD
  9. (en) Brian Sibley, Peter Jackson: A Film-maker's Journey, London, HarperCollins,‎ 2006 (ISBN 0-00-717558-2), p. 345
  10. « Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi - Commentaire audio du réalisateur et des scénaristes », Metropolitan Video, 2004, DVD
  11. (en) « Peter Jackson et le Retour du roi », sur BBC Films (consulté le 27 avril 2011)
  12. (en) Tim Watkin, « The 'Rings' movies, a potted history », New Zealand Herald,‎ 12 août 2003 (consulté le 27 avril 2011)
  13. (en) « 20 Questions with Peter Jackson », sur tripod.com (consulté le 27 avril 2011)
  14. a, b, c et d « Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi - Documentaire « Concevoir et construire la Terre du Milieu » », Metropolitan Video, 2004, DVD
  15. a, b, c, d et e « Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi - Documentaire « Weta Workshop » », Metropolitan Video, 2004, DVD
  16. « Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi - Documentaire « La conception des costumes » », Metropolitan Video, 2004, DVD
  17. a, b et c « Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi - Documentaire « Maxi-tures » », Metropolitan Video, 2004, DVD
  18. a et b (en) Gary Russell, The Art of The Lord of the Rings: The Return of the King, HarperCollins,‎ 2004 (ISBN 0-00-713565-3)
  19. « Le Seigneur des anneaux : La Communauté de l'anneau - Documentaire « Des caméras en Terre du Milieu » », Metropolitan Video, 2002, DVD
  20. a et b (en) « One Year of Filming », sur theonering.net,‎ 11 octobre 2000 (consulté le 27 avril 2011)
  21. « Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi - Documentaire « Le Pays des Seigneurs des Chevaux » », Metropolitan Video, 2004, DVD
  22. (en) Paul Davidson, « A Slew of The Lord of the Rings News », IGN,‎ 14 novembre 2000 (consulté le 17 avril 2011)
  23. a et b (en) Paul Davidson, « A New Return of the King Poster », sur IGN (consulté le 27 juin 2003)
  24. a, b et c Musique pour la Terre du Milieu, (DVD, New Line Cinema, 2004)
  25. a, b et c Compléter la Trilogie (DVD, version longue, New Line Cinema, 2004)
  26. a et b La Fin d'une époque (DVD, version longue, New Line Cinema, 2004)
  27. Brian Sibley, Le Seigneur des anneaux : Le montage de la trilogie, Harpercollins,‎ 2002 (ISBN 0-00-713567-X)
  28. (en) « Rings director cuts wizard scenes », sur BBC News online,‎ 2003 (consulté le 11 mai 2011).
  29. (en) Dan Wooten, « I will never forgive Jackson, says LOTR actorsite », sur New Zealand Herald,‎ 2006 (consulté le 11 mai 2011).
  30. a, b, c, d, e et f La fin de toutes choses, (DVD, version longue, New Line Cinema, 2004)
  31. a, b et c Weta Digital, (DVD, version longue, New Line Cinema, 2004)
  32. Le son de la Terre du Milieu, DVD, New Line Cinema, 2004
  33. (en) « How hobbits took over NZ's capital », sur BBC News (consulté le 11 mai 2011)
  34. (en) « 2003 Worldwide Grosses », Box Office Mojo (consulté le 27 avril 2011)
  35. « Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi », Base de données Lumière (consulté le 27 avril 2011)
  36. (en) « The Lord of the Rings: The Return of the King Foreign », Box-Office Mojo (consulté le 27 avril 2011)
  37. (en) « The Lord of the Rings - The Return of the King », sur Rotten Tomatoes (consulté le 27 avril 2011)
  38. (en) « The Lord of the Rings - The Return of the King », sur Metacritic (consulté le 27 avril 2011)
  39. (en) Richard Corliss, « The Best Movies 2003 », Time Magazine (consulté le 27 avril 2011)
  40. (en) « The best - and worst - movie battle scenes », sur CNN.com (consulté le 27 avril 2011)
  41. (en) Joel Siegel, « Jackson Brings Lord of the Rings to Historic Completion », ABC (consulté le 27 avril 2011)
  42. (en) « The 500 Greatest Movies of All Time », Empire (consulté le 27 avril 2011)
  43. « IMDb Top 250 » (consulté le 27 avril 2011)
  44. a, b et c « Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi - Critiques Presse », AlloCiné (consulté le 27 avril 2011)
  45. (en) « Awards for Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi », Internet Movie Database
  46. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l (en) « 76e cérémonie des Oscars », Academy of Motion Picture Arts and Sciences (consulté le 27 mai 2011)
  47. a, b, c et d (en) « Award Search - The Lord of the Rings: The Return of the King », Hollywood Foreign Press Association (consulté le 27 mai 2011)
  48. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l (en) « BAFTA Awards 2003 », British Academy of Film and Television Arts (consulté le 27 mai 2011)
  49. (en) « 2004 Hugo Awards », Locus Magazine (consulté le 27 mai 2011)
  50. a, b, c, d, e, f, g et h (en) « Past Saturn Awards Winners », Académie des films de science-fiction, fantastique et horreur (consulté le 27 mai 2011)
  51. a, b, c, d, e, f, g et h (en) « 8th Annual SATELLITE™ Awards », International Press Academy (consulté le 27 mai 2011)
  52. a et b (en) « 2004 MTV Movie Awards », MTV (consulté le 27 mai 2011)
  53. (en) « 10th Annual Screen Actors Guild Awards », Screen Actors Guild (consulté le 27 mai 2011)
  54. a, b, c et d (en) « 9th Critics Choice Movie Awards », Broadcast Film Critics Association (consulté le 27 mai 2011)
  55. a et b (en) « 47th Annual Grammy Awards », sur grammy.org (consulté le 27 mai 2011)
  56. (en) « 2005 Nebula Awards », Locus Magazine (consulté le 27 mai 2011)
  57. (en) « 2004 World Soundtrack Academy awards », World Soundtrack Academy (consulté le 27 mai 2011)
  58. Gary Susman, Hobbits for the Holidays, revue Entertainment Weekly, 09-06-2004
  59. « Howard Costa: Creant El Senyor de la Simfonia dels Anells: El Viatge d'un compositor a través de la Terra Mitjana ». Le DVD a une bande son DTS-ES
  60. Le Seigneur des Anneaux version longue : Les Blu-ray pour 2011 sur Fantasy.fr
  61. Le Seigneur des Anneaux / Le Retour du Roi - version longue 2011 sur Lesnumeriques.com

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 26 juin 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.