Génocide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Un génocide, dans son acception la plus répandue aujourd'hui dans la communauté académique, est un crime consistant en l'élimination concrète intentionnelle, totale ou partielle, d'un groupe national, ethnique ou encore religieux, en tant que tel, ce qui veut dire que des membres du groupe sont tués, brisés mentalement et physiquement, ou rendus incapables de procréer, en vue de rendre difficile ou impossible la vie du groupe ainsi réduit. Le génocide peut être perpétré par divers moyens, le plus répandu et le plus évident étant le meurtre collectif.

Le mot « génocide », néologisme inventé par le juriste Raphael Lemkin en 1943, avait alors un sens confus et renvoyait plus ou moins à ce que nous appelons aujourd'hui l'ethnocide, car le groupe victime pouvait être contraint à une transformation culturelle et pas, ou pas seulement, décimé. Sous l'impulsion, entre autres, de Lemkin lui-même, le mot a pris son sens de destruction physique et biologique après la Seconde Guerre mondiale et ses horreurs. Il a ensuite connu des évolutions de sens dans plusieurs directions. Certains juristes, historiens et politologues restreignent la définition en estimant notamment que le génocide est programmé, systématique, et radical dans ses intentions : le génocide arménien, la Shoah et le génocide des Tutsis, trois génocides reconnus par l'ensemble des spécialistes, sont en effet des exterminations planifiées par un État, indifférentes à l'âge ou au sexe des victimes. Au contraire, donner au génocide un sens plus large lui fait correspondre des éliminations sélectives telles que des politicides, des massacres et des oppressions de population y compris quand ils sont mêlés à des guerres, des épidémies et des famines, ou encore des séries de meurtres racistes plus ou moins liés, laissés impunis par une autorité et contribuant à la disparition d'un peuple.

Histoire du concept jusqu'en 1948[modifier | modifier le code]

Origine et étymologie[modifier | modifier le code]

Il existait déjà en français le mot rare « populicide » créé sous la Révolution française par Gracchus Babeuf pour désigner les massacres des populations civiles de Vendée perpétrés sur ordre de la Convention, terme qui était tombé dans l'oubli.

Le néologisme « génocide » est forgé en 1943 par Raphael Lemkin, professeur de droit américain d'origine juive polonaise, à partir de la racine grecque γένος génos, « naissance », « origine », « genre », « espèce », « race » (plus rarement « peuple », « tribu », « nation », sens qui la rapprochent de ἔθνος, éthnos) et du suffixe -cide, qui vient du terme latin caedere, « frapper », « abattre », « tuer », voire « massacrer ». Le concept de génocide est toutefois en préparation dans l'esprit de Lemkin dès 1933, lorsqu'il commence à s'intéresser au droit international, inspiré par l'actualité : le massacre de chrétiens assyriens en Irak rappelle un passé plus douloureux encore, l'élimination impunie de minorités chrétiennes de l'Empire ottoman vers 1915 (génocide arménien notamment) ; en reflet, l'arrivée au pouvoir d'Adolf Hitler en Allemagne fait craindre un futur aussi douloureux, dont il faut prévenir ou sanctionner les crimes. Lemkin avait alors tenté, sans succès, de populariser deux idées : le « crime de vandalisme », défini comme la destruction d'œuvres d'art et de culture sous prétexte qu'elles représentent le génie d'un groupe national, religieux ou racial, et surtout le « crime de barbarie », ensemble d'actions opprimantes et destructrices dirigées contre les membres de tels groupes[1],[2].

Le mot « génocide » apparait pour la première fois dans une étude de Lemkin, Axis Rule in Occupied Europe, publiée en 1944 par la Fondation Carnegie pour la paix internationale. Le chapitre IX, devenu célèbre, commence par ces phrases :

« De nouvelles conceptions supposent l'adoption de nouveaux termes. Par « génocide », nous entendons la destruction d'une nation ou d'un groupe ethnique. Ce nouveau mot, forgé par l'auteur pour signifier une vieille pratique dans son évolution moderne, […] ne signifie pas nécessairement la destruction immédiate d'une nation, sauf lorsqu'il est réalisé par des meurtres en masse de tous les membres d'une nation. Il entend plutôt signifier un plan coordonné de différentes actions visant à la destruction de fondements essentiels de la vie de groupes nationaux, dans le but d'exterminer les groupes eux-mêmes. Un tel plan aurait pour objectifs la désintégration des institutions politiques et sociales, de la culture, de la langue, des sentiments nationaux, de la religion et de la vie économique de groupes nationaux, ainsi que la suppression de la sécurité personnelle, de la liberté, de la santé, de la dignité, voire de la vie des personnes appartenant à ces groupes. Le génocide vise le groupe national en tant qu'entité, et les actions en question sont dirigées contre des individus, non pas ès qualité, mais en tant que membres du groupe national[3]. »

Lemkin estime que la politique nazie de génocide en Europe occupée consiste en dénationalisation violente et mortifère de plusieurs peuples, puis en germanisation, bien que les nazis distinguent ces peuples biologiquement, plus que culturellement. Le sort des Juifs est certes spécifique, puisque la destruction physique complète est recherchée ; pourtant, au niveau des groupes et non des individus, il est similaire au sort des populations slaves par exemple : les groupes disparaissent, les individus restent ou disparaissent. Le meurtre de masse n'est donc pas central dans cette définition du génocide, la destruction des « nations » est aussi politique, religieuse, linguistique, culturelle[2]. Lemkin sera repris dans cette conception par Claude Lévi-Strauss, par exemple.

Premières critiques et acceptation[modifier | modifier le code]

La notion de génocide ne fait pas alors l'unanimité parmi les juristes qui réfléchissent au droit international. L'un de ces principaux opposants est le juriste international Hersch Lauterpacht qui impose au même moment le concept de crime contre l'humanité, fort d'une plus longue histoire. La controverse entre Lauterpacht et Lemkin a marqué les travaux alliés sur la définition des crimes supranationaux et leur sanction. « L'être humain, l'individu… est l'ultime source de tout droit », écrit Lauterpacht en 1943. Pour celui-ci, faire intervenir la notion de groupe renforce les conflits interethniques, la sanction d'un groupe risquant d'être imputée à un groupe opposé et non aux principes du droit. Au lieu de pacifier, l'incrimination infamante de génocide susciterait des réactions de groupe contraires à l'acceptation raisonnable des décisions de justice. Évoquer le groupe serait inutile puisqu'en définitive c'est un individu qui a été privé de ses droits élémentaires. Les circonstances aident seulement à qualifier le crime mais ne changent pas sa nature[4],[5].

En évoquant, pour le génocide, l'obligation de prouver une volonté d’extermination totale, on entre dans des débats infinis sur l'intentionnalité supposée des criminels qui risquent de ralentir l'instruction des crimes et de bloquer le verdict. Faire intervenir dans le génocide la destruction de langues, de coutumes ou tout autre aspect « folklorique » appauvrit l'intensité du crime et fait entrer le droit dans des méandres dont il ne peut pas sortir. Lauterpacht estime donc que seul le crime contre l'humanité, constatant des massacres de fait hors de toute légalité internationale, doit être poursuivi. Il est un opposant ferme à l'introduction de la notion de génocide lors du procès de Nuremberg et plus tard. Dans son Traité du droit international d'Oppenheim (Oppenheim's International Law) publié en 1958, il considère encore le concept de génocide comme « gros de lacunes, d'artifices et de dangers potentiels », marquant un « recul » par rapport à la protection des droits de l'homme[4],[5].

Ainsi, au procès de Nuremberg, Lemkin, conseiller de Robert H. Jackson, membre de la Cour suprême des États-Unis et chef de la délégation américaine au tribunal, du fait de l'opposition d'autres juristes, échoue à faire entrer le crime de génocide parmi les chefs d'accusation. Même si le terme est sporadiquement employé dans les actes d'accusation britannique et français, il ne figure pas dans le jugement prononcé le car le statut du tribunal ne le mentionne pas dans les crimes relevant de sa compétence, à savoir les crimes contre la paix, les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité[6].

Le néologisme de Lemkin séduit néanmoins de nombreux politiciens et intellectuels, ainsi que des juristes qui pensent que « génocide » peut qualifier certains crimes odieux que la définition habituelle du crime contre l'humanité laisse de côté. L'Organisation des Nations unies, en même temps qu'elle définit la charte universelle des droits de l'homme, décide de mettre en place une organisation visant à empêcher dans l'avenir l'occurrence de génocide, en espérant que le risque de sanction internationale réfrénerait les ardeurs. Les débats auxquels participent Lemkin jugent nécessaire une modification de sa première définition. Une incrimination de génocide entre rapidement dans le droit positif avec l’adoption le à Paris, au palais de Chaillot, de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide, dont Lemkin est le principal rédacteur.

Selon le Dictionnaire historique de la langue française d'Alain Rey, le mot « génocide » se fait jour en français en même temps qu'il apparaît en anglais. D'abord beaucoup employé à propos des nazis et de leur « solution finale » du « problème juif », il se dit de la destruction méthodique ou de la tentative de destruction d'un groupe ethnique, et par extension, vers 1970, de l'extermination d'un groupe en peu de temps.

Définitions et sanctions[modifier | modifier le code]

Même si le statut juridique des nombreux faits historiques ayant entraîné des mortalités de masse est sujet à discussions parmi les historiens et les juristes (les recherches et l'ouverture d'archives ne cessant d'apporter des éléments nouveaux, surtout depuis la mondialisation des moyens de communication), ces faits sont néanmoins perçus comme des « génocides historiques » par les descendants des survivants, par les groupes qui s'en revendiquent culturellement et par tous ceux qui s'en émeuvent : il faut donc distinguer le « génocide juridique » reconnu comme tel par les historiens et les juristes, qui ne comprend qu'un nombre limité de mortalités de masse, du « génocide perçu comme tel » par l'opinion publique de tel ou tel pays ou groupe culturel, de définition beaucoup plus large[7]. Le statut juridique des différentes mortalités de masse historiques est un enjeu identitaire et politique qui, dans un contexte polémique, peut parfois dégénérer en « concurrence mémorielle »[8].

En 1933, alors que le Holodomor est en cours, mais qu'il reste bien occulté[9], Lemkin est troublé par le massacre des Assyriens chrétiens et particulièrement par ses souvenirs du massacre systématique des Arméniens par l'Empire ottoman pendant la Première Guerre mondiale[10]. En tant que juriste international, il étudie des propositions pour empêcher et prévenir de tels crimes. Malgré le rejet de sa proposition par le conseil de la Société des Nations à Madrid, Lemkin continue ses recherches jusqu'en 1944. D'après Samantha Power, Lemkin a appuyé sa réflexion sur le procès de l'Arménien Soghomon Tehlirian, meurtrier en 1921 à Berlin du ministre de l'Intérieur turc Talaat Pacha, principal organisateur du génocide arménien[11].

Dans l'esprit des génocidaires racistes, l'extermination est fondée sur l'idée de différenciation entre leur propre population qu'ils considèrent comme « supérieure » et/ou « élue », et les autres qu'ils considèrent comme « inférieures » et/ou « indésirables », et que l'on appartient « par naissance » à telle ou telle population. En revanche, dans les génocides à motivation ou prétexte économique et social ou idéologique (dont religieux) (politicides), les victimes ne sont pas visées comme personnes ou comme membres d'un groupe ethnique, mais en raison de leurs positions sociales antérieures ou comme vecteurs supposés de leurs idées[12].

Définition juridique internationale[modifier | modifier le code]

La définition juridique internationale du génocide, ou définition de 1948, est une définition importante, à la fois en soi (sous sa forme inchangée jusqu'à ce jour, elle sert d'incrimination de génocide pour les tribunaux internationaux) et pour les spécialistes des génocides de toutes les disciplines, qui l'ont critiquée, expliquée, adaptée, adoptée dans une littérature abondante. On la trouve dans deux documents officiels fondamentaux : la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide[13] adoptée par l'assemblée générale des Nations unies le , et le Statut de Rome de la Cour pénale internationale[14] adopté en 1998. La Convention en son article 2 et le Statut en son article 6 entendent par (crime de) génocide

« l'un quelconque des actes ci-après commis dans l'intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel :

a) meurtre de membres du groupe ;
b) atteinte grave à l'intégrité physique ou mentale de membres du groupe ;
c) soumission intentionnelle du groupe à des conditions d'existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ;
d) mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe ;
e) transfert forcé d'enfants du groupe à un autre groupe. »

L'élément matériel du crime, plutôt orienté vers une altération physique ou une suppression des victimes, se retrouve dans cette énumération de cinq types d'actes. Mais le cœur de la définition, sensible aux interprétations, est l'élément moral spécifique, parfois appelé « intention génocidaire », fortement inspiré par la première définition de Raphael Lemkin : il ne suffit pas que les actes contre des membres du groupe soient commis sciemment, pour la raison que ces individus appartiennent au groupe ; ils doivent être commis ou on doit les faire commettre en vue de la destruction du groupe en tant que groupe (« comme tel »), ils doivent en quelque sorte frapper intentionnellement le groupe à travers (certains de) ses membres.

L'élément matériel[modifier | modifier le code]

Les actes a), b) et c), souvent qualifiés de « physiques » pour les distinguer des deux autres, sont les actes qui frappent durement des membres du groupe, de sorte qu'ils ne puissent plus participer à la vie du groupe et que celui-ci soit concrètement réduit, immédiatement ou à long terme. Qu'ils soient ou non choisis sur des critères d'âge, de sexe, de position sociale ou autres, des individus peuvent être directement tués, un à un ou ensemble, par quelque moyen que ce soit (transpercés, brûlés, fusillés, écrasés, asphyxiés, empoisonnés, dans une attaque armée confuse ou lors d'exécutions programmées…) ; ou bien ils sont blessés mortellement, torturés, violés, paralysés, mutilés, terrorisés, rendus malades ou fous ou affligés de quelque mal profond que ce soit ; ou bien ils sont affaiblis (emprisonnés, concentrés, angoissés, agressés, esclavagisés, épuisés, affamés, privés d'aide médicale…) et aléatoirement tués par le placement prolongé du groupe dans un lieu ou une situation où la survie n'est plus assurée (déportation dans un camp, expulsion vers des terres étrangères inhospitalières, ghetto misérable, « terre brûlée »…).

Les actes d) et e) sont dits « biologiques », ou bien l'acte d) seul est dit « biologique » et l'acte e) est reconnu comme un reste de l'exclusion des actes de déculturation envisagés dans la première conception du génocide de Lemkin. Par ces deux actes, sans que nécessairement des individus soient précipités vers la mort comme dans les trois actes précédents, le groupe est privé d'enfants et donc ne se régénère plus. L'avortement et l'abstinence sexuelle peuvent être encouragés voire exigés, les couples menacés de sanctions s'ils enfantent, des familles peuvent être méthodiquement désagrégées, les hommes et les femmes durablement séparés de force, ou certains d'entre eux stérilisés, contraints d'utiliser des moyens contraceptifs ou, dans certains cas, traités de manière à être ensuite accablés par leurs propres principes moraux (interdisant à une victime de viol une vie de famille, à une veuve un remariage…) ; ou bien des orphelins ou des enfants enlevés à leurs parents peuvent être formatés dans un autre environnement culturel, hors de leur groupe d'origine.

Lors des débats qui ont préparé la définition du génocide, les avis concernant l'élément matériel étaient divers. Le « génocide culturel », qui était dans les possibilités initiales, souffrait de plusieurs critiques et certains participants voulaient même ne garder que les actes physiques pour que le crime soit perçu comme exceptionnel et très grave. En faisant référence aux violences de la guerre civile grecque, les États-Unis et le représentant grec notamment ont fait pression pour inclure les clauses d) et e)[2].

L'élément moral spécifique[modifier | modifier le code]

Même s'il est arrivé dans l'histoire des hommes que des groupes humains soient annihilés, le génocide n'est pas l'extermination effective mais la tentative, réussie ou pas, d'extermination d'un groupe, voire d'une partie déterminée du groupe. Il est difficile de reconnaître un génocide factuellement peu meurtrier, comme il est difficile de déterminer l'intention et l'état mental d'un criminel. Par définition, sans intention génocidaire, un acte de l'élément matériel du crime ne constitue pas un génocide. Un dictateur pourrait, sans avoir d'intention génocidaire, ordonner un massacre dans un village et systématiquement limiter les naissances dans une région qu'il contrôle. Cela sera considéré comme criminel par certaines législations, mais pour qu'il y ait génocide, en tout cas selon la définition de 1948, il faudrait en plus que l'auteur ait « l'intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel ». Ces deux derniers mots soulignent la vraie cible du génocide : le groupe lui-même. Restent les autres mots, plus discutés par les spécialistes.

« … l'intention… » : Un agent ne peut pas perpétrer un génocide par imprudence ni par négligence, son action doit être accompagnée de volonté et de connaissance. Peu importe ce qui le motive (la haine, la cupidité, le pouvoir, la survie…), l'acte tend sciemment à la destruction du groupe. Étant donné que le génocide est perçu comme « le crime des crimes » et que sa définition insiste sur l'intention, il est difficile de ne pas associer intention et planification, autrement dit de ne pas faire de la destruction du groupe le but d'un plan préparé. Un génocide qui n'a pas de plan ou qui n'est que « dans les plans », c'est-à-dire une conséquence horrible, prévue et acceptée très tôt ou un peu plus tard par l'auteur, d'actions visant d'autres buts, semble perdre un peu de son caractère criminel ; un tel scénario ressemble même à une pure fiction. Ce point délicat est débattu, d'autant plus que l'intention est une composante de la plupart des définitions du génocide adaptées au passé lointain. L'intention génocidaire d'un agent se déduit parfois de ses déclarations publiques ou privées, permettant d'identifier un génocide en cours dans l'oppression d'une population ou son massacre très partiel. Lorsqu'un tyran raciste massacre en peu de temps tout un peuple et seulement les membres de ce peuple, la preuve de l'existence d'un plan génocidaire est apportée par ces faits et par l'idéologie raciste : le tyran ne peut pas ignorer que la fin de ce peuple en tant que peuple est ce qu'il a conçu et ordonné, même si ses déclarations publiques sont rassurantes. Qu'en est-il alors, par exemple, de la destruction des Taïnos des Grandes Antilles par les conquistadors, longue, aux multiples acteurs, où les épidémies ont joué un rôle, mais criminelle à nos yeux, totale et irréversible[15] ? Sans plan repérable, la conjecture du génocide « collatéral » est risquée. Pourtant, les genocide studies gardent à l'esprit la tragédie des Taïnos.

« … de détruire… » : La destruction du groupe comme tel, qui est soit le résultat immédiat de l'effort criminel, soit un résultat progressif ou attendu dans le cours normal des événements, est de même nature que les actes contre les individus, c'est-à-dire physique et biologique : le groupe meurt de la mort de ses membres, des morts provoquées par le génocidaire ou par toute autre cause et pas assez remplacées par des naissances ou des apports extérieurs. Le génocidaire peut aussi détruire des biens du groupe, déplacer ou faire fuir des membres, ou bien les incorporer à un autre groupe, mais de tels actes sont extérieurs au génocide proprement dit s'ils ne sont pas calculés pour in fine détruire le groupe physiquement et biologiquement. La clause e) de la définition (« transfert forcé d'enfants du groupe à un autre groupe ») a incité certains auteurs à penser que le nettoyage ethnique et la déculturation pouvaient être des aspects de la destruction du groupe selon la définition onusienne, même si son énoncé de l'élément matériel ne les explicite pas. Cette interprétation est corrigée par les juges des procès internationaux : le nettoyage ethnique n'est pas en soi un génocide tout comme le massacre n'est pas en soi un génocide, mais si le nettoyage permet au persécuteur de tuer en masse des membres du groupe ou encore de réduire son taux de natalité, en vue de sa destruction physique et biologique, il s'intègre au plan génocidaire. Autre exemple : le massacre d'une partie d'un groupe religieux peut contraindre les survivants à la conversion religieuse, donc faire disparaître le groupe comme tel sans autre effusion de sang ; pourtant, même souhaitée par le persécuteur, ce genre de fin n'est pas une destruction au sens de l'incrimination internationale de génocide ; seul ce massacre partiel aux raisons religieuses peut candidater au rang de destruction génocidaire si l'on considère qu'il est calculé pour affecter l'ensemble du groupe.

« … en tout ou en partie… » : En convoquant l'idée d'une somme d'individus, cette expression s'oppose d'une certaine manière à celle de « groupe comme tel ». Elle incite ainsi à penser que le génocide frappe des individus pour la raison qu'ils appartiennent au groupe. La plupart des analystes tiennent cette « raison » pour implicite dans la définition du génocide, et généralement cela ne gêne pas l'étude de cas. Pourtant, le génocide au Bangladesh par exemple ou, plus encore, le Porajmos défient cette idée[16]. Mais le problème difficile directement posé par une destruction partielle est : quelle est la taille minimale de la partie du groupe vouée à disparaître, pour qu'il y ait génocide ? Une solution s'est peu à peu imposée chez les juristes et de nombreux chercheurs : le génocidaire vise le groupe entier, veut produire un effet, faire peser une menace sur tout le reste du groupe quand il cherche à détruire la partie ; celle-ci doit donc être substantielle, la quantité des individus dépendant de leur qualité, dépendant aussi de la taille totale du groupe, et satisfaisant le génocidaire. La substantialité est aussi à l'appréciation des juges et des analystes. Les représentants politiques, les intellectuels, les soldats sont des exemples d'individus dont la perte est plus significative, ce qui ne veut pas dire que défaire une armée et soumettre un peuple reviendrait à le génocider.

« … un groupe national, ethnique, racial ou religieux… » :

Variantes de la définition juridique[modifier | modifier le code]

L'extension de la définition aux groupes sociaux et politiques est une question récurrente. Déjà, la résolution 96 (I) de l'ONU, adoptée le , concevait le génocide comme le déni du droit à l'existence de « groupes humains », c'est-à-dire « raciaux, religieux, politiques ou autres ». La définition onusienne de 1948 ne fait plus allusion au fait politique. L'URSS, qui a persécuté des militants politiques et des populations prétendument hostiles au projet communiste, était favorable à cette exclusion[17]. Cependant, même si certains historiens évoquent en particulier une pression soviétique, l'abandon des groupes politiques était soutenu par nombre de rédacteurs de la convention sur le génocide et par Raphael Lemkin lui-même[18].

Alors que les définitions du crime de guerre et du crime contre l'humanité ont été modernisées, la définition internationale du génocide a été reprise dans l'article 6[19] du Statut de Rome le , l'acte fondateur de la Cour pénale internationale. Lors de la conférence de Rome, Cuba avait proposé, sans succès, d'étendre la définition aux groupes sociaux et politiques[20].

Les États du monde ont des expériences différentes et des relations différentes avec le meurtre de masse : le génocide intègre parfois les législations nationales avec des définitions subtilement modifiées, qui ont déjà eu des conséquences.

En France[modifier | modifier le code]

En matière de crimes de masse contre les populations civiles, le code pénal français, entièrement renouvelé en 1994 par Robert Badinter après avoir supprimé le Code pénal de justice militaire et le tribunal aux armées de Paris, prévoit un chapitre intitulé « Les crimes contre l'humanité », lui-même divisé en deux sous-chapitres : 1) « Le génocide », 2) « Autres crimes contre l'humanité » (déportation, réduction en esclavage, pratique massive et systématique d'exécutions sommaires, enlèvements de personnes suivis de leur disparition, torture ou actes inhumains). Le génocide (art. 211-1 du nouveau Code pénal) est caractérisé par l'accomplissement d'un ou de plusieurs actes que le texte énumère : atteinte volontaire à la vie, atteinte grave à l'intégrité physique ou psychique, soumission à des conditions d'existence de nature à entraîner la destruction totale ou partielle du groupe, mesures visant à entraver les naissances, transfert forcé d'enfants. Cette énumération est reprise de celle figurant à l'article 2 de la convention de 1948.

Une seconde caractéristique propre au génocide réside dans les objectifs du plan concerté que de tels actes exécutent. Ce plan doit tendre à la destruction totale ou partielle d'un groupe humain. Il ne s'agit donc pas d'un plan de persécution, mais d'un plan d'extermination dirigé contre les membres du groupe.

La nature du groupe victime constitue une troisième caractéristique de l'incrimination. Il peut s'agir d'un groupe « national, ethnique, racial ou religieux » ou d'un groupe « déterminé à partir de tout autre critère arbitraire ». L'article 211-1 du nouveau Code pénal français adopte une formulation plus restrictive que celle retenue par l'article 2 de la Convention de 1948 et ne se contente pas d'énumérer limitativement les groupes susceptibles d'être victimes d'un génocide. En effet à la différence de la convention de l'ONU de 1948, le code pénal français pose comme prérequis l'existence d'un plan concerté.

Le législateur français a défini le génocide sur l'existence d'un plan concerté d'extermination établissant le caractère prémédité du crime et en écartant toute référence à l'idéologie ayant inspiré les auteurs du génocide[21].

Au Canada[modifier | modifier le code]

Dans la loi canadienne, le génocide est un fait « commis dans l'intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe identifiable de personnes et constituant, au moment et au lieu de la perpétration, un génocide selon le droit international » : la loi dépend donc d'une définition internationale supposée évolutive et s'ouvre déjà vers un minimum de restrictions concernant les groupes protégés[20].

En 2019, dans un rapport commandé par le gouvernement canadien, une commission d'enquête publique qualifie de génocide les assassinats et enlèvements de femmes autochtones commis depuis des décennies et qui se poursuivent encore dans le pays ; elle explique notamment que le phénomène est dû à des décisions de l'État inspirées de l'idéologie colonialiste. Controversé, cet emploi du mot « génocide » est toutefois accepté par le Premier ministre Justin Trudeau[22].

En Éthiopie et en Roumanie[modifier | modifier le code]

Rares sont les États qui, ayant connu un régime communiste brutal et mortifère, adaptent la définition du génocide. En droit éthiopien, l'incrimination inclut l'élimination de groupes politiques. ce qui a permis en 2006 la condamnation pour génocide de l'ex-dictateur Mengistu Haile Mariam et de dizaines de responsables du régime, en poste lors de la meurtrière Terreur rouge de 1977-1978. Certains étaient jugés par contumace, Mengistu lui-même avait fui au Zimbabwe, où il vit encore aujourd'hui[23].

Dans le code pénal roumain, le génocide est la destruction totale ou partielle « d'une collectivité ou d'un groupe national, ethnique, racial ou religieux ». Censé élargir la définition, le terme « collectivité » la rend plus ambiguë et fait prendre un risque à qui veut faire condamner des criminels de l'ère communiste, dans ce pays où des politiciens assimilent la répression communiste à un génocide. Incités en 2013 à poursuivre pour génocide d'anciens membres de la Securitate, des procureurs roumains ont préféré les chefs d'accusation de crimes contre l'humanité et d'homicide[24].

En Amérique latine[modifier | modifier le code]

Souvent, les accusations de génocide en Amérique latine méconnaissent ou font fi des limites de la définition. Ainsi, une telle accusation a permis aux autorités boliviennes de renforcer une demande d'extradition de l'ancien président Gonzalo Sánchez de Lozada, qui a fui aux États-Unis pour éviter un procès concernant la répression sanglante d'une manifestation en 2003 pendant la « guerre du gaz »[25]. Au Pérou, État dont la législation admet les génocides de groupes sociaux, une plainte pour génocide déposée en 2020 contre le président Martín Vizcarra par une de ses adversaires politiques dénonce sa gestion désastreuse de la crise sanitaire de la Covid-19[26].

Le mot « génocide » a été utilisé par des autorités ou par des juges contre des tortionnaires et de hauts responsables des anciennes dictatures des années 1970 et 1980, comme les régimes d'Augusto Pinochet au Chili ou de Jorge Rafael Videla en Argentine, qui ont persécuté des activistes de gauche sur le critère de leurs opinions politiques[27]. Cependant, lorsque l'ancien dictateur guatémaltèque Efraín Ríos Montt, responsable de nombreux massacres anticommunistes, est condamné en 2013 dans son pays, c'est pour la destruction d'un groupe ethnique, les Ixils, un génocide selon la définition internationale de 1948[25].

Contestations et débat sur la définition[modifier | modifier le code]

L'élargissement de la définition juridique du génocide suscite des réticences par crainte de banaliser le terme. Cela a pour conséquence d'en exclure :

  • des mortalités de masse dues à l'organisation économique et politique d'un monde dominé par les grandes puissances financières, agro-alimentaires et industrielles[28] ;
  • des massacres de masse comme les crimes de régimes se réclamant du marxisme (de Staline, de Mao, de Pol Pot ou de Mengistu), ou inversement de l'anticommunisme (Suharto…), qui ont été commis sur des critères politiques, professionnels et sociaux[29] ;

… bien que pour ce type de mortalité de masse, le nombre de victimes pourrait dépasser celui des victimes des génocides reconnus, ou encore celui des victimes collatérales d'invasion ou de crimes contre l'humanité (disparition de peuples migrants, traites négrières)[30].

D'autres historiens pensent que cette discrimination négative banalise encore davantage les massacres de masse que ne le ferait un élargissement officiel de la définition. Le débat en cours entre historiens a débordé dans le champ médiatique et politique, avec parfois des excès et des dérives[31].

Mais le débat purement méthodologique est biaisé par celui sur les massacres de masse qui ont été commis au nom de croyances, de convictions ou d'États qui existent toujours actuellement, car dans ce cas, la qualification de génocide (revendiquée par les survivants des groupes-victimes) est contestée par les membres ou les ressortissants d'ethnies, confessions, partis politiques ou États tenus pour responsables, ou encore par divers historiens ou auteurs soutenant les points de vue de ces groupes jugés responsables. Quatre exemples :

  • pour les évènements survenus en Anatolie et sur le haut-plateau arménien pendant et après la Première Guerre mondiale, le qualificatif de génocide grec pontique[32],[33],[34], utilisé par les Grecs, est contesté par la Turquie et n'est pas reconnu par l'ONU. On emploie alors les expressions Tragédie Pontique[35], l'Extermination Pontique[36], Atrocités commises par les Turcs dans le Pont et l'Asie Mineure[37], ou encore de persécutions ou de massacres[38],[39],[40]. On retrouve les mêmes controverses à propos du génocide arménien, reconnu par l'Union européenne, mais non par l'ONU.
  • En 1984, la Commission Internationale d'enquête sur la famine de 1932-1933 constituée par Congrès mondial ukrainien[41] qualifia de génocide la famine qui eut lieu en 1932-1933 en Ukraine, faisant 2,6 à 5 millions de morts, et maintenant plus connue sous le nom de Holodomor. Le Parlement ukrainien a également qualifié cette famine de génocide le [42], jugement reconnu par 16 États. Ce qualificatif ne fait cependant pas l'unanimité, notamment parmi les historiens, qui débattent encore aujourd'hui du caractère artificiel et punitif de cet épisode tragique. L'ONU ne reconnaît pas le Holodomor comme un génocide, ainsi que le parlement européen qui reconnaît cependant un caractère artificiel à cette famine.
  • les crimes de l'armée impériale du Japon en Chine, qualifiés de génocides par Pékin, sont également contestés au Japon même par des historiens tels Akira Fujiwara[43] et hors du Japon par divers commentateurs comme le coréen Ji Man-Won[44].
  • les crimes des guerres de dislocation de l'ex-Yougoslavie où l'on trouve des versions divergentes selon le point de vue, avec des chiffres très différents et des tentatives, par chaque belligérant, de démontrer et de faire juridiquement reconnaître le caractère génocidaire des agressions qu'il a subies, tout en déniant ce même caractère à ses propres actions[45].

On assiste à ce que l'écrivain Norman Manea et le sociologue Nicolas Trifon appellent « l'engrenage de la concurrence mémorielle »[46] : un groupe de victimes a tendance à se comparer aux victimes de génocides reconnus et à exiger une reconnaissance, lorsque la gravité du crime est minimisée par les bourreaux ou les responsables. La minimisation du crime confine dans certains cas à la négation des faits. Mais le négationnisme vise aussi les génocides unanimement reconnus. Un exemple fameux est la négation de la Shoah : alors que le génocide juif est reconnu par divers pays dont l'Allemagne et étudié en profondeur par les historiens, seuls des extrémistes religieux ou politiques[47] et quelques auteurs incompétents que l'historien Pierre Vidal-Naquet appelle « assassins de la mémoire »[48] tentent de propager leur falsification des données historiques.

Certaines interprétations de l'emploi du terme génocide par Raphael Lemkin, ainsi que des travaux philosophiques comme ceux de Jacques Derrida, mettent en avant la notion controversée de génocide animal.

Génocides évoqués en rapport avec les définitions de l'ONU[modifier | modifier le code]

Cadavres d'Arméniens. Photo de H. Morgenthau publiée en 1918.

L'ONU n'a pas vocation de « reconnaître » des génocides, en particulier pour des événements antérieurs à sa constitution, mais à faire poursuivre ceux qui viendraient à survenir soit par exemple via des juridictions spéciales qui adopteront leur propre définition dans leur Statut. Il n'y a pas eu de séance de l'ONU "reconnaissant" tel ou tel génocide.

En revanche plusieurs massacres de masse ont été évoqués comme génocide dans le cadre des travaux des instances internationales dépendant de l'ONU ou de juridictions nationales se rapportant directement aux textes de l'ONU :

Le génocide des Juifs, commis par les nazis en Allemagne, en Pologne, en Union soviétique et en France (en Alsace au Struthof), a mis en avant le terme de génocide lors du procès de Nuremberg organisée par le Royaume-Uni, la France, l'URSS et les États-Unis en 1945. Contrairement à une croyance fréquente, l'inculpation de génocide, figure dans certains actes d'accusation mais n'est pas présent dans le jugement du tribunal de Nuremberg. Les condamnations ont été prononcées sur les chefs d'inculpation suivants : Crimes contre la paix, préparation de guerre d'agression, crimes de guerre, crimes contre l'humanité[6]. Cependant, dès , l'Assemblée générale de l'ONU adoptait la résolution 96, qui affirmait que le génocide « nie le droit à l'existence de groupes humains entiers » et qu'il est « un crime au regard du droit international ». Le fut adoptée la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide[6].

Le génocide arménien, commis par l'Empire ottoman. Le caractère génocidaire des massacres du peuple arménien en 1915-1916 a été cité dans un rapport de l'ONU sur la question de la prévention et de la répression du crime de génocide établi par la Commission des droits de l'homme – Sous-Commission de la lutte contre les mesures discriminatoires et de la protection des minorités – lors de la 38e session du Conseil économique et social de l'ONU[49]. Le rapport Whitaker, du nom de son rapporteur Benjamin Whitaker, a fait l'objet d'une résolution par la Commission des droits de l'homme de l'ONU le [50] qui a pris note du rapport et ne l'a pas transmis à la Commission des droits de l'homme. Cette décision n'offre donc qu'une reconnaissance indirecte, les différents cas historiques cités dans le rapport Whitaker[51] ayant pour but de servir d'exemples pour justifier la création de la Cour pénale internationale confirmant la suggestion faite en ce sens précédemment dans le Rapport de Nicomède Ruhashyankiko[52].

Le vote ne peut être considéré comme un acte juridique positif de l'ONU sur le cas arménien ni d'ailleurs sur les autres cas évoqués (le massacre des Herreros de 1904, le pogrom ukrainien de 1919, le massacre des indiens Ache au Paraguay, la tuerie des baha'is en Iran) qui n'ont pas eu de suites judiciaires. Mais il range ce crime de masse parmi les exemples des crimes collectifs qu'il faut sanctionner à l'avenir et qui justifient la constitution d'un tribunal international poursuivant le crime de génocide.

Victimes du génocide des Tutsi au Rwanda de 1994.
Victimes momifiées du génocide des Tutsi au Rwanda de 1994 au Mémorial de l'ETO de Murambi.

Le génocide des Tutsis au Rwanda, commis par les milices hutues extrémistes créées par le régime Habyarimana, a été reconnu par l'ONU, dans le rapport de sa Commission des droits de l'homme le , puis lors de la création du Tribunal pénal international pour le Rwanda (résolution 955 adoptée par le Conseil de sécurité des Nations unies le [53]. Cette résolution confirme la résolution 935[54] de la même année).

Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie a qualifié de génocide le massacre de Srebrenica — massacre d'environ 8 000 hommes bosniaques[55] commis par des Serbes de Bosnie en pendant la Guerre de Bosnie-Herzégovine. Cette qualification a été prononcée lors du jugement de Radislav Krstić, le [56] (décision confirmée lors du passage en appel de la même affaire le ). Cette qualification a été confirmée également par la CIJ, qui a cependant jugé que la Serbie en tant qu'État n'en était pas le responsable.

Le , l'homme d'affaires hollandais Van Anraat voit commencer son procès devant le Tribunal du district de La Haye sous l'accusation de crime de guerre et de génocide lié au gazage de populations kurdes en Irak. L'accusation de génocide est devenue recevable au titre de la « compétence universelle » reconnue par l'ONU. Van Anraat est reconnu coupable de complicité de crime de guerre et condamné à 15 ans de prison. La Cour ne le condamne pas pour génocide car elle estime que Van Anraat ne pouvait pas connaître les « intentions génocidaires » du régime. Elle affirme cependant que le gazage des Kurdes constitue bien un crime de génocide. Avec ce jugement, le gazage des Kurdes est pour la première fois qualifié de génocide par un tribunal[57].

L'instruction des crimes commis au Cambodge par le tribunal ad hoc créé par l'ONU (chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens) a vu apparaître l'incrimination de génocide à l'encontre de Khieu Samphân, ancien chef de l'État du « Kampuchea démocratique », portant notamment sur la destruction des minorités ethniques (Chams, …) dans l'esprit de « purification » propre à l'idéologie de ce mouvement. Contraints par la définition de 1948, qui a fait disparaître de la définition initiale du génocide la notion de « classe » sociale, les procureurs n'ont pu retenir cette qualification pour l'essentiel des massacres de la population khmère, se contentant de l'incrimination comme Crimes contre l'humanité. Mais le terme de génocide est couramment employé de par le monde pour qualifier ces massacres de masse qui ont vu la disparition de 1 700 000 personnes, près du quart de la population du pays.

La cour d'appel de Kiev a retenu le caractère de génocide d'Holodomor, les grands massacres notamment par famine perpétrés entre 1931 et 1933 par l'Union soviétique en Ukraine en se référant explicitement aux définitions de l'ONU, mais ici encore il ne s'agit que d'un rattachement indirect aux travaux de l'ONU, le terme de génocide étant reconnu par certains états et refusé par d'autres, notamment la Russie. Le gouvernement « Orange » d'Ukraine cherchera mais en vain à faire reconnaître Holodomor comme génocide à l'ONU, l'ONU refusant d'évoquer directement des crimes antérieurs à sa création.

Omar el-Béchir, le président soudanais, est depuis sous le coup d'un mandat d'arrêt pour crimes contre l'humanité au Darfour, inculpation qui a été complétée en d'un chef de génocide. Le conflit du Darfour aurait fait 300 000 morts selon l'ONU, 10 000 selon Khartoum[58],[59],[60],[61]. Les magistrats de la Chambre préliminaire 1 de la Cour pénale internationale (CPI) ont validé la requête du procureur Luis Moreno-Ocampo qui leur demandait d'inculper le président soudanais Omar El-Béchir de génocide en considérant qu'il y a « des motifs raisonnables de croire en sa responsabilité pénale pour trois chefs de génocide à l'encontre des groupes ethniques des Four, Masalit et Zaghawa : génocide par meurtre, génocide par atteinte grave à l'intégrité physique ou mentale, et génocide par soumission intentionnelle de chaque groupe ciblé à des conditions d'existence devant entraîner sa destruction physique ».

Tribunaux compétents[modifier | modifier le code]

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, quand des tribunaux ont commencé à juger les crimes collectifs (crimes contre l'humanité, crimes de guerre, crimes contre la paix), le concept de génocide n'était pas encore juridiquement défini. Le terme sera employé pendant les débats du tribunal de Nuremberg et connaîtra une reconnaissance mondiale au fur et à mesure que les conditions de l'extermination des juifs par les Nazis y seront révélées. La sanction des génocides sera d'abord le fait de tribunaux ad hoc puis l'ONU reconnaîtra la « compétence universelle » des tribunaux nationaux à poursuivre tout acte de génocide où qu'il ait eu lieu, tout en créant une instance internationale spécialisée, la Cour pénale internationale.

Tribunaux nationaux disposant d'une « compétence universelle »[modifier | modifier le code]

Des procès, relevant de cette compétence dite « universelle », ont eu lieu en Belgique, en Suisse et au Canada pour des crimes relevant du génocide au Rwanda, ou encore aux Pays-Bas pour le gazage d'un village irakien.

Cas particulier de la France[modifier | modifier le code]

Des lois, appelées « dispositions non codifiées relatives aux violations graves du droit international humanitaire », donnent compétence aux tribunaux français de juger aussi des crimes de génocide commis dans d'autres pays dans certaines circonstances. Des instructions sont en cours contre des ressortissants rwandais accueillis en France, et des plaintes déposées contre X (des militaires français) par des Rwandais vivants au Rwanda sont à l'étude au tribunal aux armées à Paris à la suite de deux décisions de la cour d'appel de Paris en mai et [62].

En dépit de la ratification par la France du Statut de Rome de la Cour pénale internationale le [63], aucune loi n'a à ce jour été votée par le Parlement français[64] qui permettrait d'instaurer la compétence universelle des juridictions françaises pour connaître des crimes relevant de la compétence de la Cour : le crime de guerre, le crime contre l'humanité et le génocide[65],[66].

Tribunaux ad hoc[modifier | modifier le code]

Il s'agit de tribunaux qui ont été créés de toutes pièces pour juger certains crimes de génocide :

Cour pénale internationale[modifier | modifier le code]

L'une des particularités de cette Cour est qu'elle ne se substitue en aucune manière aux tribunaux nationaux, ce qui n'est pas le cas des tribunaux ad hoc. La CPI n'intervient que lorsque les tribunaux nationaux ne sont pas en mesure de juger les crimes pour lesquels elle est compétente, à partir du , date d'entrée en vigueur du statut de la CPI.

Une des difficultés de ce tribunal est qu'il ne peut traiter que de crimes récents dont les auteurs ont perdu le pouvoir, qui ne sont pas poursuivis par les successeurs ou qui n'ont pas été renvoyés devant des cours spéciales, ce qui limite à l'extrême son activité.

Les génocides dans l'histoire[modifier | modifier le code]

Les mots « génocide » et « génocidaire », termes juridiques du XXe siècle, peuvent être utilisés rétrospectivement et précautionneusement, avec des critères précisément définis, pour apporter une analyse nouvelle de certains événements historiques, dont les meurtres collectifs massifs[67]. Certains historiens préfèrent travailler avec la notion moins polémique de massacre, ou préfèrent se concentrer sur les génocides étendus et systématiques contemporains, mais la grande majorité reconnaissent aujourd'hui, comme jadis Raphael Lemkin ou encore la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide[68], que certains peuples anciens ont été décimés parce que des tyrans ou des conquérants ont voulu qu'ils disparaissent avec leur culture, pour des raisons complexes, sans que la destruction soit leur première motivation[69].

Il est impossible d'énumérer les nombreux massacres génocidaires de l'histoire, ces tragédies où une unité militaire ou une foule en colère a fait périr des centaines de membres d'une collectivité humaine désignée à la vindicte, qui représentaient une petite partie locale du groupe entier. Les massacres génocidaires, ainsi que les politicides et les grands effondrements de populations, ne sont évoqués dans la liste qui suit que s'ils permettent d'éclairer les « vrais » génocides ou s'ils ont été couramment appelés « génocides » par des journalistes, des politiciens ou des militants et ont pénétré les études académiques. Les événements désignés ci-dessous en caractères gras sont des génocides très étudiés et reconnus par une majorité de spécialistes[70].

Pour des exemples de massacres génocidaires dits « génocides subalternes » ou « génocides par les opprimés »[71], voir les articles Révolte des Pueblos, Révolte de Túpac Amaru II, Massacres de 1804 en Haïti, Révolte des cipayes. Pour un célèbre exemple de « génocide réciproque » ou « rétributif » où deux collectivités s'entretuent[72], voir l'article Partition des Indes.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Bien que des traces de massacres préhistoriques aient été identifiées et que, notamment, l'hypothèse des violences génocidaires expliquant l'extinction de l'Homme de Néandertal ne soit pas de probabilité négligeable, il est impossible de s'assurer d'événements apparentés au génocide avant l'Antiquité[73]. Certes, certains récits antiques sont très exagérés, les événements sont inventés ou recouverts par le mythe, à l'image de l'anéantissement de Troie chez Homère, ou de celui de Jéricho dans l'Ancien Testament ; cela montre déjà, selon l'historien Norman Naimark, que les Anciens croyaient que les relations entre les peuples, mêlées de décisions divines, pouvaient conduire à des désastres radicaux et marquants[74]. D'autres récits d'atteinte à la vie de communautés humaines sont réalistes, convaincants, voire vérifiables. Plus la victime ressemble à une cité-État jadis rayonnante, plus le niveau de destruction dépasse les standards de l'époque, plus le terme « génocide » devient pertinent ; cependant, ce qui déshonore à nos yeux le bourreau et ne le rend pas plus riche, est souvent pour lui un moyen d'accroître ou d'afficher son pouvoir[75].

  • Surréactions très exceptionnelles du roi d'Assyrie Sennachérib[75] :
    • l'extermination des habitants de Hirimme, ville fortifiée réputée indépendante et arrogante, a lieu lors de la première campagne du roi contre la rebelle Babylone en  ;
    • la destruction de Babylone en fut décrite à l'époque comme totale mais ce ne fut vraisemblablement pas le cas, bien que le coût humain, matériel et culturel fût élevé.
  • Atrocités de la guerre du Péloponnèse : les historiens Ben Kiernan, spécialiste des génocides, et Hans van Wees, spécialiste de la Grèce antique, ont des lectures différentes du récit de ce conflit par Thucydide, le premier taxant la militariste Sparte de brutalité et de xénophobie quasi génocidaires[77], le second qualifiant de génocides un nombre très réduit d'actions athéniennes préméditées[75].
    • Le siège de Mélos, achevé au début de l'année , reste l'épisode génocidaire le plus connu de cette période : tenant enfin les Méliens à sa merci, Athènes extermine les hommes et réduit en esclavage femmes et enfants, pour la raison qu'ils ont refusé de se soumettre un an plus tôt, préférant la neutralité dans le conflit avec Sparte ; des Athéniens colonisent ensuite l'île[78].
  • Anéantissement de Carthage par la République romaine en  : cette tragédie, métaphore de la destruction planifiée et du meurtre de masse dans l'esprit de nombreux criminels, des conquistadors aux nazis[79], est particulièrement citée par les spécialistes des génocides[80]. Rome attaque son ancienne rivale, qui voulait pourtant se soumettre, et après un long et meurtrier siège, réduit en esclavage les survivants (peut-être 55 000 sur une population initiale estimée à 200-400 000 habitants, 700 000 d'après Strabon[81]), puis rase la cité, dont le sol sera quasiment déserté pendant un siècle[82].

« Carthage doit être détruite. »

— Antienne attribuée à Caton le Censeur, parfois considérée comme la première incitation au génocide enregistrée par l'histoire[81].

L'esclavage se rencontre dans toute l'Antiquité mais il est difficile de savoir si les chasseurs de « sauvages » et de « barbares » ont conscience que des tribus et leur culture peuvent disparaître lors des opérations de grande envergure. L'expansionniste République romaine commence à profiter de telles opérations en , quand 85 000 esclaves de Sardaigne et d'Istrie remplissent les marchés ; 150 000 Épirotes s'ajoutent dix ans plus tard. La méthode consiste à massacrer jusqu'à inhiber la population, qui se laisse asservir[75]. Mais les Romains désanonymisent les tribus qui leur opposent une forte résistance, comme en Gaule. En outre, la République affronte des puissances orientales, comme le royaume du Pont de Mithridate VI qui planifie en des actions coordonnées pour massacrer rapidement les migrants romains et italiens dans des cités d'Asie Mineure : ces Vêpres asiatiques font peut-être 100 000 victimes. Ainsi, à la fin de l'Antiquité pèse la menace de génocides comparables à ceux de l'époque moderne : les victimes ne sont pas ou pas complètement rassemblées, mais soit éparpillées sur de grands espaces ruraux, soit mêlées à la population urbaine protégée par le génocidaire.

Si des génocides ou des crimes similaires surviennent dans d'autres parties du monde, la difficulté est toujours d'avoir des récits fiables. En Chine, les Seize Royaumes, surtout connus par le tardif Livre des Jin, ont engendré un événement étonnant. Vers , un général du Zhao postérieur nommé Ran Min, d'origine han mais élevé parmi les Jie, tribu originaire d'Asie centrale dont une famille dirige ce royaume, massacre cette famille après avoir vraisemblablement développé un sentiment identitaire pernicieux, prend le pouvoir avec ses subordonnés han, puis concrétise un projet génocidaire : tuer massivement les « barbares » et donc, principalement, les Jie dont les visages ont des traits caractéristiques. Ran Min récompense les têtes coupées de barbares, ce qui entraîne une journée de violence insoutenable à Ye, la capitale, puis il affronte des armées barbares venues à sa rencontre. Il sera finalement vaincu par le chaos qu'il a provoqué. Peut-être 200 000 Jie sont morts, si l'on croit les textes anciens[85].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

  • Croisade des albigeois (1209-1229) : distingué par le massacre d'une grande partie de la population des comtés languedociens impliqués, ce conflit, dont le sac de Béziers constitue le plus fameux excès, invente le génocide idéologique, selon certains historiens comme Mark G. Pegg[86], même si la destruction est, contrairement à de tels génocides au XXe siècle, externe à la société du perpétrateur, qui par conséquent n'a pas à payer le prix fort[87]. Rarement qualifiées de génocidaires, l'Inquisition médiévale, dont cette croisade est un sommet, et notamment l'Inquisition espagnole instaurée à la fin du XVe siècle, font en revanche des victimes « internes » dans leur recherche de l'homogénéité catholique[88].

« Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens. »

— Ordre d'extermination probablement apocryphe, attribué au légat pontifical Arnaud Amaury ; il justifie un massacre indiscriminé, la justice divine étant censément capable d'éradiquer l'hérésie albigeoise tout en sauvant les bons chrétiens.

  • Phénomène sans précédent, les larges conquêtes mongoles ont entraîné la disparition de dizaines de millions d'Eurasiens, surtout en Chine. Gengis Khan et ses héritiers ont montré deux visages : celui du respect de la vie et des cultures même très différentes, et celui de la destruction impitoyable de peuples qu'ils connaissaient à peine et n'avaient pas appris à haïr, mais dont les chefs s'étaient montrés offensants et belliqueux. Des cités entières, voire des royaumes, ont reçu le châtiment génocidaire des puissants khans[89]. Citons deux exemples fameux :
    • l'invasion et la ruine de l'Empire khwarezmien en 1219-1221 : des centaines de milliers d'innocents sont exterminés alors qu'ils ne représentaient aucun danger ; le dernier souverain khwarezmien en fuite est assassiné quelques années plus tard ;
    • la première invasion du royaume de Hongrie en 1241-1242 lors des incursions européennes de l'armée de Batu : près de la moitié de la population des régions occupées disparaît et la Hongrie ne doit vraisemblablement sa survie qu'au retrait des Mongols à l'annonce du décès de leur empereur Ögedeï.
  • Destruction du royaume de Champa par le Dai Viêt : en 1471, 120 000 Chams sont massacrés ou capturés dans une guerre éclair et leur territoire est réduit à une petite enclave[90]. Née d'un projet expansionniste « civilisateur » et poursuivie par intermittence jusqu'en 1509, la politique génocidaire vietnamienne est liée à la maîtrise des armes à feu, qui donne au conquérant un sentiment de supériorité vérifiée dans ses victoires écrasantes[91].

XVIe siècle[modifier | modifier le code]

  • Certains partisans de l'indigénisme et militants anticolonialistes appellent « génocide amérindien » le désastre démographique des Amériques, qui suit le contact Indiens-Européens[92] : la population indigène est réduite de quelques dizaines de millions d'individus en 150 ans. Les maladies contagieuses venues d'Europe sont la première cause de cet effondrement, souvent accentué par des guerres, des tueries et diverses formes de maltraitances de la part des colons[93]. Tout entier, il n'est pas un génocide au sens juridique du terme, mais du point de vue des anthropologues et des historiens, des situations ou épisodes génocidaires, c'est-à-dire des massacres ou de longues oppressions mortifères dans lesquels l'intention de réduire un groupe ethnique ou national est suspectée, sont repérables et la question de la qualification en génocide est ouverte ou ouvrable pour chaque cas. Parmi les exemples de la colonisation espagnole de l'Amérique, se détachent :
    • la disparition de l'ethnie taino des Grandes Antilles : à partir de 1495 et pendant des dizaines d'années, les Espagnols ont massacré puis durement exploité, jusqu'à ne plus pouvoir empêcher l'extinction, ces indigènes affaiblis par le choc viral[94] ;
    • la chute de l'Empire aztèque provoquée par Hernán Cortés avec notamment la complicité de chefs tlaxcaltèques : la société aztèque est durement frappée en 1521 en son cœur biologique, politique et culturel, Mexico-Tenochtitlan, et la population survivante (et survivante aux épidémies) est peu à peu réduite en esclavage[95].

« Ces Indiens de Caribana ont mille fois mérité la mort, car c'est une race détestable. […] Aussi ce que je propose n'est pas de les faire esclaves, ils sont trop mauvais pour cela, mais de les brûler tous, grands ou petits, pour qu'il ne reste pas trace de si vilaines gens. »

— Vasco Núñez de Balboa, Lettre à Ferdinand le Catholique du [96].

  • La deuxième invasion de la Corée par le Japon de Toyotomi Hideyoshi en 1597 et 1598 devait vider ce pays protégé par la Chine de ses habitants, par des exterminations et des réductions en esclavage. Trop ambitieuse et donc inachevée, cette entreprise génocidaire fait pourtant quelques centaines de milliers de victimes[91].

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

  • Élimination de la nation pequot par les colonies de Nouvelle-Angleterre lors de la guerre des Pequots (1636-1638) : ces Amérindiens sont massacrés, réduits en esclavage ou dispersés. Selon plusieurs historiens, une partie au moins de cette élimination est génocidaire[97].
  • Massacre des Hurons par les Iroquois, notamment lors du carnage dans le village de Taenhatentaron (Saint-Ignace) en , et disparition de la Huronie : il s'agit d'un des plus célèbres exemples de violence génocidaire exercée sur un peuple indigène par un autre sans approbation des colons européens (mais qui n'aurait probablement pas eu lieu sans le commerce des fourrures et des armes à feu)[98],[99].
  • Campagnes brutales des Cosaques russes contre les peuples de Sibérie qui opposent une forte résistance à leur conquête, notamment contre les Daur en 1645 et 1650[100].

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

  • Du XVIIe au XIXe siècles, des massacres de noirs africains eurent lieu dans le cadre des traites négrières, en Afrique lors des razzias, ou dans le Nouveau Monde lors des rébellions. La traite des noirs est reconnue comme un crime contre l'humanité par la plupart des pays[réf. nécessaire]. En France, une loi du affirme que la traite négrière et l'esclavage constituaient des crimes contre l'humanité. La reconnaissance par l'ONU d'un génocide est demandée par certains pays africains, ainsi que par de nombreuses organisations non gouvernementales « du Nord », par exemple le Conseil mondial de la diaspora panafricaine (CMDP) et la Société savante des encyclopédistes africains[101]. Selon ces derniers, l'argument répandu selon lequel le principe d'une traite est la commercialisation et non l'extermination d'êtres humains, autrement dit les nombreux morts sont une de ses conséquences mais non le but recherché, ne peut à lui seul écarter le soupçon du génocide, car les esclavagistes qui savaient que leur entreprise tuait massivement, sur terre ou en mer, avaient malgré tout l'intention de la poursuivre. Pourtant, ce que l'on sait de la traite, prise dans sa globalité, ne permet pas de l'identifier à un génocide au sens juridique strict : généralement, l'intention de soumettre, vendre, blesser, tuer des individus, même appartenant à un groupe racial ou ethnique détesté, n'est pas associée à l'intention de détruire le groupe en tant que tel.
  • Campagnes d'extermination ordonnées par les autorités de la Nouvelle-France au début des années 1730 : la tribu des Natchez est éliminée en représailles à sa révolte violente, et la nation des Mesquakies (Renards) est détruite dans ce qui s'apparente à un génocide et est parfois appelé ainsi[102].

« [Les Renards] ne sont plus en état de donner des inquiétudes, il n'en sera pas longtemps question, toutes les nations étant actuellement en campagne pour en éteindre la race […] je ne pense pas qu'il soit question d'aucun Renard l'année prochaine. »

— Charles de La Boische, gouverneur de la Nouvelle-France, sur la « question » des Renards, Lettre au Ministre du [103].

  • Guerre de l'Empire russe contre les Tchouktches et d'autres autochtones du Kamtchatka : à partir de 1730, l'extermination des hommes et l'asservissement des femmes et des enfants tentent de mater la résistance indigène ; l'impératrice Élisabeth ordonne en 1742 une campagne pour « extirper totalement » les Tchouktches et leur mode de vie, mais les Russes sont défaits avant d'atteindre cet objectif[104].
  • Exploitation mortifère des Aléoutes par des chasseurs-trappeurs russes qui, dans les années 1750, soumettent les îles Aléoutiennes à un régime colonial immoral qui ne sera aboli que sous le règne de Catherine II[105].
  • La Dzoungarie est ravagée en 1756 et 1757 par la guerre d'annexion brutale ordonnée par l'empereur chinois Qianlong, qui surréagit à une longue situation d'instabilité dans la région : les combats, les massacres, l'esclavage, les dispersions et les épidémies vident le pays de ses autochtones (peut-être 600 000 Dzoungars), si bien que plusieurs historiens évoquent un génocide[106].

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

  • Expansion meurtrière du Royaume zoulou autour de l'année 1820 : les guerriers du roi Chaka, sélectionnant qui doit être tué ou incorporé selon les besoins, dévastent plusieurs tribus du Sud de l'Afrique et engendrent un chaos migratoire[110].
  • Massacres, en Australie, des Aborigènes, dont la population est estimée à 350 000 avant la colonisation, et qui furent en outre décimés par les maladies infectieuses, les migrations forcées, à l'instar des Amérindiens ; en Tasmanie, la population aborigène a intégralement disparu.
  • La conquête de l'Algérie par la France entre 1830 et 1875 est faite de combats, de massacres et de déplacements forcés, suivis d'épidémies locales et de famines ; ces fléaux réduisent de peut-être 30 % une population algérienne estimée à trois millions de personnes en 1830. Selon une thèse controversée du politologue Olivier Le Cour Grandmaison[111], l'État colonial s'est organisé en vue d'une guerre permanente contre la population indigène, dont l'effondrement a des causes étroitement liées entre elles ; cela s'apparente à un « projet cohérent de génocide[112] ». Les historiens, dans leur grande majorité, n'identifient pas la conquête à un génocide[113] ; pourtant, les destructions de tribus (El Ouffia en 1832, Ouled Riah en 1845…), le bain de sang de Constantine en 1837 ou encore les fantasmes d'extermination chez certains acteurs racistes, sont typiques de la violence génocidaire coloniale selon la perspective des genocide studies[114].
  • Politiques anti-indiennes durant la conquête de l'Ouest américain : des pionniers repoussent des Autochtones loin de leurs terres, fondent parfois des États qui les discriminent et font la guerre à outrance à ceux qui résistent[115]. Deux ensembles d'événements sont particulièrement étudiés :
    • les exterminations au Texas, État qui s'est construit entre 1821 et 1845 en alternant, avec les tribus locales, les bons rapports et les pires[116], et dont les autorités ont longtemps récompensé les scalps d'Indiens, plusieurs années après l'intégration définitive dans l'Union en 1870[117] ;
    • le long génocide des Indiens de Californie, autour des années 1850, exacerbé par la Ruée vers l'or, divise par cinq la population autochtone et amène au bord de l'extinction certaines tribus (Yanas, Yukis…)[118] : banalisés voire institutionnalisés à cette époque, les meurtres, viols, enlèvements dont sont victimes des dizaines de milliers d'Amérindiens, sont qualifiés de génocide par le gouverneur de Californie Gavin Newsom en 2019[119].

« Il faut s'attendre à ce qu'une guerre d'extermination se poursuive entre les races jusqu'à l'extinction de la race indienne. »

— Peter Burnett, premier gouverneur de Californie, Governor's Annual Message to the Legislature, January 7, 1851[120].

  • Massacres de milliers de babis entre 1848 et 1853 : ce petit groupe religieux persan paie cher sa résistance à un pouvoir intolérant. Nassereddine Shah échappe à un attentat en 1852 ; il ordonne alors de tuer les babis partout où ils peuvent être trouvés. La plupart des survivants épouseront la foi baha'ie qui sera elle-même persécutée[121].
  • En Argentine, la période 1878-1885 est marquée par des politiques de discrimination et de destruction des peuples indigènes, exacerbées par la conquête du Désert. Peu d'intellectuels ont soutenu la revendication récente des Mapuches pour la reconnaissance d'un génocide ; cependant, au XXIe siècle, plusieurs chercheurs argentins justifient l'emploi du mot[125].
  • Conquêtes éthiopiennes de Menelik II (1879-1900) : alors que ce roi souhaite bâtir un empire capable de résister aux puissances européennes, ses campagnes s'avèrent parfois plus violentes que celles de ses prédécesseurs, des empereurs amharas chrétiens ethnonationalistes ; mutilations et tueries à grande échelle frappent plusieurs peuples, et des famines (surtout chez les Oromos, principale ethnie éthiopienne) portent même le bilan à plusieurs millions de morts. Plus de 90 % des habitants de la région de Maji périssent. Détruit, le royaume de Kaffa subit pendant des années des raids esclavagistes[126].
  • Extermination des Selknam par les colons de Terre de Feu entre 1880 et 1905, qualifiée de génocide en 2003 par une commission instituée par le gouvernement chilien[127].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

  • Le territoire correspondant à l'actuelle République démocratique du Congo fut martyrisé durant le XXe siècle par la colonisation, la dictature et la guerre, et les accusations de génocide sont nombreuses devant les millions de victimes à déplorer. L'historien Timothy Stapleton a produit une récente synthèse[129]. Les rares auteurs qui dénoncent un vaste génocide lié aux exactions commises dans l'État indépendant du Congo avant 1908, sont davantage focalisés sur l'effondrement démographique et les atrocités qui ont rendu le cas célèbre, plutôt que sur les définitions juridiques. Les adversaires du Premier ministre Patrice Lumumba (y compris des officiels des Nations unies) qui prétendaient qu'il avait génocidé les Baluba du Kasaï en 1960, voulaient justifier son renversement et son assassinat. Durant la deuxième guerre du Congo (1998-2003), les leaders les plus négligents ou prédateurs n'étaient pas des génocidaires ; après la guerre, la peur du génocide permit à des rebelles et des milices de contrôler des territoires. Stapleton ne retient finalement, comme cas possible de génocide, que les massacres de 1996 et 1997 contre des réfugiés rwandais, liés aux diverses confrontations haineuses entre Hutus et Tutsis et notamment au génocide rwandais de 1994 (voir plus bas).
  • Le génocide en Namibie, ou génocide des Héréros, perpétré par l'armée coloniale de l'Empire allemand, est reconnu officiellement par l'Allemagne en 2015[130]. Les historiens sont en désaccord sur l'étendue du crime : les tueries impitoyables de 1904, incluant le déplacement forcé des Héréros dans un désert inhospitalier, constituent l'essentiel du génocide, mais d'autres peuples sont concernés, surtout les Namas, et plusieurs de leurs membres sont déportés, comme les Héréros survivants, dans de meurtriers camps de concentration et de travail qui ne fermeront qu'en 1908[131]. On estime qu'environ 80 000 indigènes sont morts dans ces événements ; 80 % des Héréros, 50 % des Namas auraient disparu[132].

« Je considère que la nation Héréro comme telle doit être annihilée ou, si ce n'est tactiquement pas faisable, expulsée hors du territoire par tous les moyens possibles. […] J'estime le plus approprié que la nation périsse[132]. »

— Général Lothar von Trotha, dans une lettre à un officier, .

  • Génocides perpétrés par le gouvernement des Jeunes-Turcs contre les minorités chrétiennes de l'Empire ottoman[133] :
    • le génocide assyrien ou assyro-chaldéen (1914-1920), également appelé Seyfo (« l'épée »), permis par l'aide des alliés kurdes des Jeunes-Turcs, fait au moins 250 000 morts, peut-être le double, voire le triple, car les épidémies et les famines engendrées par les persécutions gonflent les chiffres ;
    • le génocide arménien de 1915 à 1916 (ou 1923 selon certaines sources), qui fait 1,5 million de morts, est le crime ottoman dont la qualification en « génocide » a obtenu un si large consensus qu'elle ne fait plus débat aujourd'hui : méthodiquement organisé, il a pour objectif premier (et atteint) la dislocation des Arméniens de l'Empire par l'arrestation des élites de Constantinople, le meurtre et l'esclavage loin des villes, mais l'objectif se mue rapidement en anéantissement total (non atteint) par le moyen plus ou moins discret de déportations dans des lieux désertiques où hommes, femmes et enfants sont massacrés ;
    • la tragédie pontique (1916-1923), ou génocide des Grecs d'Anatolie et du Pont, fait quelques centaines de milliers de victimes, une estimation rendue très difficile en raison des famines, des conversions religieuses et des migrations.
  • Violences génocidaires de l'URSS stalinienne : si les Grandes Purges n'entrent pas dans la catégorie du génocide, la question se pose en revanche pour plusieurs événements qui les entourent, préfigurés par les expulsions tsaristes de Juifs et d'Allemands vers 1915 et la décosaquisation de 1919-1920, pour laquelle les révolutionnaires bolcheviks n'avaient pas tous les moyens de leurs ambitions. Ne se contentant pas du Goulag, Staline déploie des moyens considérables et inédits pour « ranger » son vaste empire en décimant ou en déportant des classes sociales, des peuples et des minorités[134]. Une loi russe sur les « peuples opprimés » évoque en 1991 une « politique de calomnie et de génocide » menée par l'URSS dans ses premières décennies[135],[136].
    • La dékoulakisation du début des années 1930 cible supposément les riches paysans exploitant les pauvres et sabotant la collectivisation, mais certains officiels soviétiques attribuent à ces « koulaks » des caractères héréditaires voire raciaux[137].
    • Selon des études récentes qui tendent à confirmer la thèse du génocide adoptée par l'Ukraine entre autres, la grande famine ukrainienne appelée Holodomor, qui fait quelques millions de morts, est d'abord une conséquence non désirée des politiques staliniennes, comme d'autres famines soviétiques de 1931-1933, mais est particulière car intentionnellement aggravée par Staline[138], qui fantasme alors un complot ukrainien et une potentielle « guerre à mort » dirigés contre son gouvernement[134].
    • À la fin des années 1930, les frontières de l'URSS sont « nettoyées d'éléments ethniquement et socialement suspects » notamment grâce à des déportations vers la Sibérie, le Kazakhstan ou ailleurs. Après une opération du NKVD pour arrêter 144 000 Polonais et citoyens d'origine polonaise, 110 000 sont exécutés en 1938, y compris des communistes[139].
    • Dans les années 1940, de nombreuses déportations concernent quelques millions de supposés ennemis de l'État ou potentiels agents nazis ; si, par exemple, les Polonais ou les Baltes ne sont déplacés qu'en partie, des peuples entiers (donc beaucoup d'enfants et de personnes vulnérables) sont disloqués dans le but de détruire leurs sentiments nationalistes. Dans les cinq années qui suivent l'opération Tchétchévitsa, les 500 000 Tchétchènes et Ingouches sont réduits d'un quart ; près de la moitié des 238 000 Tatars de Crimée meurent de faim et de maladie après une déportation mal organisée[134],[140].
  • Génocides et massacres génocidaires en Europe sous domination ou influence de l'Allemagne nazie :
    • l'extermination des handicapés mentaux et physiques en Allemagne et dans des territoires occupés, notamment lors de l'Aktion T4 (1939-1941), fait au moins 200 000 morts ; elle n'est considérée comme un génocide que dans certaines interprétations du cas ;
    • le Porajmos ou génocide tsigane, dont les victimes se comptent vraisemblablement en centaines de milliers (500 000 est le chiffre symbolique souvent retenu), n'est que timidement reconnu par les États d'Europe malgré la journée de commémoration proposée par le Parlement européen en 2015[149] ; les historiens sont eux-mêmes réticents sur l'usage du mot « génocide » à cause des paradoxes du cas : les nazis ont épargné ceux des Tsiganes qu'ils considéraient comme « aryens », et les Tsiganes massivement tués en Europe pour diverses raisons (et parfois déportés et gazés) n'ont pas été la cible d'un plan unique d'extermination[150],[151] ;
    • la Shoah (ou, dans la langue des nazis, « solution finale à la question juive » : die Endlösung der Judenfrage), extermination systématique des trois quarts des Juifs de l'Europe occupée[152], soit les deux tiers de la population juive européenne totale et environ 40 % des Juifs du monde, est un événement très marquant de la Seconde Guerre mondiale, dont l'étude, fondatrice et intensive, impacte la recherche sur tous les génocides[80] : sur les cinq à six millions de victimes[153], trois millions sont assassinés dans des centres de mise à mort pourvus d'une chambre à gaz et de fours crématoires et pensés pour la disparition massive et rapide des corps, ce qui donne un caractère industriel unique à ce vaste génocide, paroxysme des persécutions antijuives des siècles passés (certains pogroms, notamment ceux de la guerre civile russe autour de 1919, étaient très violents et meurtriers, mais on trouve dès l'Antiquité la trace de massacres génocidaires visant des communautés juives) ;
    • le génocide des Serbes dans l'État indépendant de Croatie, qui fait 300 000 à 500 000 morts[154],[155] entre 1941 et 1945, est organisé par Ante Pavelić et les Oustachis dans cet État satellite de l'Allemagne nazie ; le camp de concentration de Jasenovac accueille aussi des Tsiganes, des Juifs et des Partisans ;
    • les nazis ont massacré des populations civiles slaves (des Polonais et des Russes notamment), des prisonniers de guerre soviétiques, des opposants politiques ; des groupes culturels et religieux sont persécutés pour de supposés liens avec les Juifs, la franc-maçonnerie européenne sort extrêmement diminuée de la guerre ; des milliers d'hommes homosexuels sont victimes des camps de concentration ;
    • d'importants massacres de Polonais furent commis en Volhynie par l'Armée insurrectionnelle ukrainienne entre 1942 et 1944.

« Nous avions le droit moral, nous avions le devoir envers notre peuple, de détruire ce peuple qui voulait nous détruire. Mais nous n'avons pas le droit de nous enrichir […]. Nous ne voulons pas à la fin, parce que nous avons exterminé un bacille, être infecté par ce bacille et en mourir. »

— Heinrich Himmler fantasmant la nocivité extrême des Juifs pour justifier l'injustifiable, Discours de Posen du [156].

  • Le régime communiste de Roumanie (1945-1989), dont le système répressif a frappé des centaines de milliers de personnes sur des critères socio-politiques, est tenu pour responsable d'un génocide de la nation roumaine par une commission présidentielle en 2006 ; beaucoup de spécialistes critiquent un tel emploi du terme « génocide »[157].
  • Les mesures brutales de Mao Zedong pour façonner une république populaire de Chine débarrassée de ses « nuisibles » (reconquête de territoires perdus à la chute des Qing, collectivisation de l'agriculture durant le Grand Bond en avant, laogais, destruction des traditions pendant la révolution culturelle…) entraînent la mort de dizaines de millions de personnes dans des famines, des massacres, par épuisement au travail… Comme des groupes ethniques, religieux ou nationaux en sont victimes (notamment les Mongols, les Ouïghours et les Tibétains), des accusations de génocide culturel ou physique sont régulièrement lancées par des juristes, certains sinologues et des militants, contre le régime communiste, même bien après la mort de Mao et la condamnation de sa politique. La communauté scientifique use toutefois assez peu du mot « génocide » pour décrire ces assimilations systématiques souvent violentes[158].
  • La guerre du Biafra est déclenchée après le massacre de 30 000 Igbos par le gouvernement militaire fédéral du Nigeria en , massacre identifié à un génocide dans la propagande des Biafrais sécessionnistes ; elle fait jusqu'en 1970 entre un et deux millions de morts, principalement dans une famine de grande ampleur elle-même identifiée à un « génocide par la faim » dans certaines couvertures médiatiques à travers le monde. Même si peu d'analyses aujourd'hui donnent du crédit aux accusations de génocide, ces événements sont très importants parce qu'ils montrent le pouvoir du mot sur l'opinion publique, et parce qu'ils mettent l'ONU en face d'un échec : l'équipe d'observateurs internationaux formée notamment avec le Royaume-Uni qui vendait des armes au Nigeria, ne mena pas d'enquête impartiale avant de conclure à l'inexistence d'un génocide[163].
  • Les crimes contre l'humanité de l'Indonésie sous la conduite de Soeharto sont parfois analysés comme des génocides :
    • le PKI, troisième parti communiste au monde en nombre d'adhérents, est éradiqué, et certains secteurs de la société (immigrés, chrétiens) sont ciblés, au cours d'une purge qui débute fin 1965, entraînant la mort d'au moins 400 000 Indonésiens, peut-être largement plus[167] ;
    • la Nouvelle-Guinée occidentale (Papouasie indonésienne) est livrée presque continûment à des exactions et tueries de « forces de sécurité », qui font officiellement 30 000 morts mais peut-être largement plus de 100 000 en réalité[168],[169] ;
    • une large part de la population du Timor oriental (100 000 à 200 000 personnes) est exterminée, par des actions militaires et les famines engendrées, pendant l'occupation indonésienne (1975-1999) ; plus que les deux autres, cet événement est appelé « génocide » dans la littérature récente, bien que des experts en droit international identifient mal le ou les groupes culturels victimes[170],[171].
  • Génocide au Bangladesh (Pakistan oriental à l'époque) : lors de la guerre de libération du Bangladesh en 1971, une grande partie du peuple bengali et plus particulièrement des hindous sont frappés par les innombrables massacres, la campagne de viol des femmes et l'épuration ethnique qui font partie de la répression à outrance de la rébellion bengalie par l'armée pakistanaise et des milices islamistes. Le bilan des morts (victimes directes et indirectes) pourrait avoisiner le million[172]. L'intervention militaire de l'Inde, une des rares démarches réussies pour stopper un génocide, est néanmoins suivie de représailles des indépendantistes qui font des dizaines de milliers de morts notamment parmi les Biharis qui ont collaboré avec les autorités pakistanaises[173].

« Tuez-en trois millions, et le reste nous mangera dans la main. »

— Muhammad Yahya Khan, président du Pakistan, devant des généraux, le [174].

  • Persécutions des Hmongs : ce peuple, barbare et sauvage dans certaines représentations racistes en Chine et Indochine, subit depuis longtemps des violences au potentiel génocidaire. Aux XVIIIe et XIXe siècles, les Hmongs qui refusent de se soumettre à leurs seigneurs mandchous sont massacrés. En 1975, la guerre civile laotienne fait place à un conflit déséquilibré entre le pouvoir communiste et des rebelles hmongs ; ceux qui ne peuvent pas fuir le pays sont tués par des armes chimiques ou encore torturés dans des camps « de rééducation »[175],[176],[177]. Aujourd'hui les Hmongs sont dispersés à travers le monde, le Laos n'est plus une menace pour sa propre petite communauté hmong et les accusations de génocide ne sont repérables que dans des discours militant pour les droits des dernières familles de rebelles cachées dans la jungle.
  • Répression menée par la dictature militaire argentine à la fin des années 1970 : des milliers de familles d'opposants politiques supposés sont victimes de « disparitions » (exécutions, emprisonnements, vols de bébés…). Plus tard, une cour de justice argentine, jugeant des responsables pour crimes contre l'humanité, suggère qu'un génocide a détruit une part de la nation pour altérer le destin de celle-ci. Certains spécialistes internationaux sont dubitatifs et critiques[180].
  • À la fin du XXe siècle, les territoires de la Corne de l'Afrique et du Soudan connaissent des conflits incessants durant lesquels les meurtres de masse et les famines se banalisent : sélectionner des épisodes génocidaires relève de la clairvoyance pour certains spécialistes, de l'arbitraire pour d'autres[181]. Malgré tout, des événements sont particulièrement observés :
  • Persécution génocidaire des baha'is d'Iran après 1979 : la nouvelle république islamique intensifie la lutte contre ce groupe religieux né sur son territoire cent ans auparavant, puis recule sous la pression internationale dans les années 1990. C'est un cas de génocide « naissant » et « suspendu » : pour certains spécialistes, le génocide a été évité ; pour d'autres, le crime a eu lieu mais sans conséquence effroyable (on ne dénombre « que » deux cents morts)[121].
  • Le massacre de Sabra et Chatila du a été déclaré « acte de génocide » par l'Assemblée générale des Nations unies[185] par 123 voix pour, 0 contre et 22 abstentions[186],[187],[188]. Bien que tous les délégués qui prirent part au débat furent d'accord qu'un massacre s'était produit, son caractère génocidaire, ou les compétences de l'Assemblée à caractériser un événement comme tel, fut mis en question par plusieurs d'entre eux[188]. Selon William Schabas, spécialiste du droit international, « le terme génocide (…) avait à l'évidence été choisi pour embarrasser Israël plutôt que par véritable souci de précisions légales[188] ».
  • Génocide au Guatemala pendant la dictature du général Efraín Ríos Montt (1982-1983) : sommet de violence de la guerre civile guatémaltèque, un politicide impitoyable (villages rasés par des milices ou par l'armée, viols, démembrements, enfants battus à mort) frappe collectivement des dizaines de milliers de civils mayas sur le prétexte d'un soutien à la guérilla marxiste qui enrôle principalement des Mayas. Ríos Montt est condamné en 2013 dans son propre pays pour le génocide du petit groupe des Mayas ixils, dont une partie a été massacrée, une plus large partie déportée ; la condamnation, saluée par des organisations des droits de l'homme mais cassée pour vice de forme, n'a pas achevé le débat scientifique sur l'ampleur d'un génocide logé dans le politicide[189],[25],[190],[191].

« Nous ne pratiquons pas une politique de la terre brûlée, nous pratiquons une politique de communistes brûlés. »

— Ríos Montt, lors d'une conférence de presse le [192].

  • L'indépendance du Rwanda et du Burundi au début des années 1960 est accompagnée et suivie par des rivalités intercommunautaires qui explosent en violences génocidaires à maintes reprises en Afrique des Grands Lacs : les Hutus, majoritaires mais parfois exclus du pouvoir politique, et les Tutsis, qui ne forment pourtant pas une ethnie différente à proprement parler, sont tour à tour victimes de tueries provoquées par leurs membres les plus radicaux et haineux[195],[196]. Cinq événements se détachent :
    • au Rwanda, au moins 10 000 Tutsis, dont des leaders politiques modérés, sont victimes de milices hutues encouragées par l'administration Kayibanda dès  ;
    • au Burundi, le massacre de dizaines de milliers de Hutus (peut-être 200 000) par l'armée à dominance tutsie entre avril et est souvent appelé Ikiza[197] (« catastrophe, fléau » en kirundi), « génocide des Hutus au Burundi » ou simplement « génocide burundais » ;
    • au Burundi, après l'assassinat du président Melchior Ndadaye, près de 20 000 Tutsis sont massacrés par des Hutus en octobre et (« génocide des Tutsis au Burundi »), et l'armée fait autant de victimes hutues en représailles ;
    • le génocide des Tutsis au Rwanda est reconnu dans un rapport de la Commission des droits de l'homme de l'ONU le , puis par le Tribunal pénal international pour le Rwanda : après l'attentat qui coûte la vie au président burundais Cyprien Ntaryamira et surtout au président rwandais Juvénal Habyarimana, environ 800 000 personnes, très majoritairement des Tutsis, sont tuées par des compatriotes en seulement trois mois entre avril et , dans des massacres principalement à la machette et à l'arme blanche préparés par le Hutu Power ;
    • au Zaïre en 1996 et 1997, la poursuite éradicatrice de membres du Hutu Power par les forces armées rwandaises et des rebelles congolais fait plus de 200 000 victimes, directes et indirectes, parmi les réfugiés rwandais hutus : seuls quelques spécialistes évoquent un génocide.

« L'on doit comprendre, moi, j'estime qu'au lieu de fuir, mieux vaudrait mourir […] nous devons donc combattre les Inkotanyi, en finir avec eux, les exterminer, les balayer, dans tout ce pays… parce qu'il n'y a pas de refuge, pas de refuge alors ! »

— Kantano Habimana, animateur de la radio des Mille Collines, demandant au gouvernement rwandais de ne rien céder à un ennemi mortel tutsi, le [198].

  • Crimes majeurs des conflits en ex-Yougoslavie :
    • Le massacre de Srebrenica, commis par des militaires serbes de Bosnie en durant la guerre de Bosnie-Herzégovine, fait environ 8 000 victimes, des hommes bosniaques. Le massacre et les persécutions qui lui sont directement corrélées, notamment la déportation de nombreux bosniaques, sont qualifiés de génocide par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie. L'étendue du génocide, dans un conflit où les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité sont nombreux, est débattue par les spécialistes[199] : rares sont ceux pour qui le mot « génocide » est employé à tort, moins rares sont les évocations d'un plus large génocide bosniaque.
    • Violences lors de l'épuration ethnique décidée par Slobodan Milošević durant la guerre du Kosovo : environ 10 000 Kosovars albanais sont tués. La question du génocide divise les spécialistes : si certains massacres peuvent être qualifiés de génocidaires, la difficulté est de prouver l'intention de détruire la population quand l'intention de la faire fuir semble plus manifeste a priori[200].

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

  • Génocide(s) de la guerre du Darfour à partir de 2003 : une première enquête de l'ONU conclut en 2005 que le gouvernement soudanais ne mène pas une politique génocidaire contre la population du Darfour mais que des crimes très graves sont commis, peut-être parfois avec une intention génocidaire ; les preuves s'accumulant, le président Omar el-Bechir finit par faire l'objet d'un mandant d'arrêt de la Cour pénale internationale en deux temps : pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité en 2009, puis en 2010 pour génocides d'une partie des groupes ethniques four, masalit et zaghawa. Selon des commentateurs qui acceptent l'emploi du terme « génocide », on peut mêler plusieurs génocides en un seul, celui des peuples du Soudan que Khartoum étiquette « non arabes » (« noirs », « africains »), qui aurait commencé pendant la seconde guerre civile soudanaise[201] (voir la section XXe siècle).

« La continuelle existence des yézidis jusqu'à ce jour est une situation que les musulmans devraient remettre en cause puisqu'ils seront interrogés là-dessus au jour du Jugement, étant donné qu'Allah a révélé le verset de l'épée il y a plus de 1 400 ans. »

— Extrait du quatrième volume du magazine de propagande Dabiq[203], suggérant que les yézidis qui n'ont pas voulu se convertir depuis 1 400 ans devraient maintenant être éliminés par tous les moyens indiqués dans le verset 5 de la neuvième sourate du Coran.

  • Génocide culturel des Ouïghours : le Parti communiste chinois a accentué depuis 2017 sa politique discriminatoire contre des centaines de milliers d'habitants de la région autonome du Xinjiang, en majorité des musulmans ouïghours, qui sont internés dans des camps dits « de rééducation politique ». Les familles y sont assurément séparées et, malgré une stratégie du secret du Parti, on soupçonne des contraceptions et des stérilisations forcées. Ainsi, certains experts évoquent la possibilité d'un génocide biologique systématique par entrave des naissances, malgré l'impossibilité actuelle d'une enquête poussée pour prouver l'intention exterminatrice des autorités chinoises[209],[210].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. William Korey, « Raphael Lemkin: 'The Unofficial Man' », Midstream, juin–juillet 1989, p. 45–48.
  2. a b et c Anson Rabinbach (trad. Claire Drevon), « Raphael Lemkin et le concept de génocide », Revue d'histoire de la Shoah, no 189, juillet-décembre 2008, p. 511-554.
  3. Traduction de l'anglais par Claire Drevon dans « Raphael Lemkin et le concept de génocide ».
  4. a et b (en) Ana Filipa Vrdoljak, « Human Rights and Genocide: The Work of Lauterpacht and Lemkin in Modern International Law, Part I », European Journal of International Law, Social Science Research Network, no ID 1401234,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juillet 2018).
  5. a et b Constance Pâris de Bollardière, De Lemberg à Nuremberg, laviedesidees.fr, .
  6. a b et c Annette Wieviorka, « Le crime des crimes », L'Histoire, mensuel 439, .
  7. Israël W. Charny : Le Livre noir de l'Humanité, encyclopédie mondiale des génocides (préfaces de Simon Wiesenthal et Desmond Tutu), Privat, (ISBN 2-7089-5607-8) et (ISBN 9782708956070).
  8. Jacques Beauchemin (dir.): La concurrence des mémoires et la crise de l’histoire nationale, Université du Québec, Montréal et Mémoires, histoire, identités : l’histoire nationale face à la concurrence des mémoires, Institut national de recherche pédagogique, Lyon, sur [1].
  9. Stanislav Kulchitsky sur « La famine en URSS en 1932-1933 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 26 mars 2013), Infographie de RIA Novosti.
  10. (en) « Raphael Lemkin sur EuropaWorld »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 26 mars 2013). lien archivé.
  11. Claire Mouradian, entretien avec Michèle Champenois et Simon Roger : « Un prototype des génocides du XXe siècle », dans Le Monde 2, no 61 du (Demain, avoir un enfant sans grossesse), p. 63.
  12. Dans la Pravda du , citée dans S. Melgounov : La terreur rouge, 1924, Ian Sodrabs dit Latzis, l'un des premiers directeurs de la Tcheka déclarait en 1923 : Notre action ne vise pas des personnes en particulier : nous exterminons l'aristocratie, la bourgeoisie et les paysans réfractaires en tant que classes. Ne cherchez pas, dans nos enquêtes, des documents ou des preuves de ce que l'accusé aurait fait, en actes ou en paroles, contre les autorités soviétiques. Ce n'est pas la question : la question, c'est à quelle classe il appartient, quelle est son origine, son éducation, ses opinions, sa profession ; Vladimir Zazoubrine (1895-1937) : Le Tchékiste (1923) réédité en 1990 après avoir été retrouvé par Kolesnikovan à la Bibliothèque Lénine à Moscou. Zazoubrine était l'un des écrivains préférés de Staline.
  13. Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide, approuvée et soumise à la signature et à la ratification ou à l'adhésion par l'Assemblée générale dans sa résolution 260 A (III) du , entrée en vigueur le , conformément aux dispositions de l'article XIII.
  14. Statut de Rome de la Cour pénale internationale.
  15. On emploie parfois l'expression « génocidaire dans ses conséquences » pour qualifier une série de décisions malveillantes et d'actes violents qui entraîne l'annihilation d'un groupe, quand le caractère intentionnel de celle-ci est incertain.
  16. Au Bangladesh en 1971, si des hindous furent tués en tant qu'hindous, il est moins clair que des Bengalis furent tués en tant que Bengalis. La mythologie nazie faisant des Tsiganes des descendants des « Aryens », ils furent (mais pas tous) persécutés pour leur métissage, leur non-appartenance au groupe « pur ».
  17. André Larané, « 1915-1994 : Le Siècle des génocides », chronique d'herodote.net sur le livre de Bernard Bruneteau Le Siècle des génocides, (version modifiée d'une publication antérieure).
  18. (en) William Schabas, « The Law and Genocide », dans Donald Bloxham et A. Dirk Moses, The Oxford Handbook of Genocide Studies, Oxford University Press, 2010, p. 132-134.
  19. Statut de Rome sur le site de la Cour Pénale Internationale[PDF].
  20. a et b (en) William Schabas, « The Law and Genocide », dans Donald Bloxham et A. Dirk Moses, The Oxford Handbook of Genocide Studies, Oxford University Press, 2010, p. 130-131.
  21. [lire en ligne (page consultée le 11 novembre 2008)].
  22. Ulysse Bellier, « « Au cours de la colonisation du Canada, il y a eu des épisodes génocidaires » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 14 juillet 2019).
  23. a et b Jean-Pierre Tuquoi, « Mengistu Haïlé Mariam, le Négus Rouge, est reconnu coupable de génocide en Éthiopie », Le Monde.fr, .
  24. (en) Vladimir Tismaneanu et Marius Stan, Romania Confronts Its Communist Past: Democracy, Memory, and Moral Justice, Cambridge University Press, 2018, p. 155-159.
  25. a b et c Paulo A. Paranagua, « Le génocide des Mayas en débat au Guatemala », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne).
  26. (es) Roy Irribarren, « Martín Vizcarra : ¿Presidente genocida? Una denuncia cuestionable », La Ley.pe, 22 août 2020.
  27. Naomi Klein (trad. Lori Saint-Martin et Paul Gagné), La Stratégie du choc : la montée d’un capitalisme du désastre [« The Shock doctrine. The rise of disaster capitalism »], Paris, Léméac/Actes Sud, , 669 p. (ISBN 978-2-7427-7544-6), p. 126-129.
  28. Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, tome 3 : Le temps du monde, Paris, Armand Colin, LGF-Le Livre de Poche, (ISBN 2-253-06457-2), 1993.
  29. Stéphane Courtois et al., Le Livre noir du communisme, Paris, Robert Laffont, (ISBN 2-221-08204-4), 1997.
  30. Israel Charny et al., Le Livre noir de l'humanité, Paris, Privat, (ISBN 2-7089-5607-8), 2001.
  31. Bernard Bruneteau, Le Siècle des génocides, Armand Colin, 2004, et Yves Ternon, L'Innocence des victimes. Regard sur les génocides du XXe siècle, Desclée de Brouwer, 2001.
  32. (en) Colin Tatz, With Intent to Destroy: Reflections on Genocide, Verso, Essex, 2003 (ISBN 1-85984-550-9).
  33. (en) Samuel Totten et Steven L. Jacobs, Pioneers of Genocide Studies (Clt), Transaction Publishers, New Brunswick, 2002 (ISBN 0-7658-0151-5).
  34. (en) R. J. Rummel, Statistics of Democide, 2006.
  35. (en) Black Book: The Tragedy of Pontus, 1914-1922.
  36. (en) Kostas Photiades, Kostas, The Annihilation of the Greeks in Pontos by the Turks[PDF], Université de Tübingen, Allemagne, 1987.
  37. E. G. Baltazzi, Les atrocités turques en Asie Mineure et dans le Pont [PDF], Athènes, 1922.
  38. G. W. Rendel, Mémoire Du Bureau des Affaires Étrangères sur les Massacres et les Persécutions commises par les Turcs sur les Minorités depuis l'Armistice, , (a) Paragraphe 7, (b) Paragraphe 35, (c) Paragraphe 24, (d) Paragraphe 1, (e) Paragraphe 2.
  39. (en) Taner Akcam, From Empire to Republic, Turkish Nationalism and the Armenian Genocide, , Zed Books, pages (a) 240, (b) 145.
  40. (en) Mark Levene, Creating a Modern "Zone of Genocide": The Impact of Nation- and State-Formation on Eastern Anatolia, 1878–1923, Université de Warwick, United States Holocaust Memorial Museum 1998.
  41. (en) en:International Commission of Inquiry Into the 1932–1933 Famine in Ukraine.
  42. Hélène Despic-Popovic, « Kiev reconnaît la grande famine comme génocide », dans Libération du , [lire en ligne].
  43. Fujiwara, Shôwa tennô no jû-go nen sensô, Aoki Shoten, 1991, p. 122.
  44. (en) « Jeontaeil jeontaeil 40 cycles of young lives .. 2010 », sur news.media.daum.net (consulté le 13 novembre 2010).
  45. Michel Collon, Poker menteur,  éd. E.P.O., Bruxelles 1998, (ISBN 2 87262 114 8) ; Daniel Bensaïd, Contes et légendes de la guerre ethnique,  éd. Textuel, 1999.
  46. Nicolas Trifon, Paul Goma et Norman Manea : le témoignage littéraire dans l'engrenage de la concurrence mémorielle, Le Courrier des Balkans, .
  47. Valérie Igounet, Histoire du négationnisme en France,  éd. du Seuil, 2000 ; Marie-Laure Colson, Ces négationnistes qui votent Ahmadinejad, Libération, .
  48. Pierre Vidal-Naquet : Les Assassins de la mémoire : « Un Eichmann de papier » et autres essais sur le révisionnisme, La découverte/Poche, 2005, (ISBN 2-7071-4545-9).
  49. (en) Site des Nations unies avec la cote E/CN.4/SUB.2/1985/6.
  50. Rapport du Sénat français sur la loi no 2001-70 du relative à la reconnaissance du génocide arménien de 1915.
  51. Among other examples which can be cited as qualifying are the German massacre of Hereros in 1904, (12) the Ottoman massacre of Armenians in 1915-1916, (13) the Ukrainian pogrom of Jews in 1919, (14) the Tutsi massacre of Hutu in Burundi in 1965 and 1972, (15) the Paraguayan massacre of Ache Indians prior to 1974, (16) the Khmer Rouge massacre in Kampuchea between 1975 and 1978, (17) and the contemporary Iranian killings of Baha'is. (18)
  52. E/CN.4 / Sub.2/416, 4 1979 Juillet.
  53. Résolution 955 du Conseil de sécurité de l'ONU du .
  54. Résolution 935 du Conseil de sécurité de l'ONU du .
  55. AFP, « Des restes humains exhumés près de Srebrenica » dans Le Monde, . Consulté le .
  56. (en) Jugement de Radislav Krstić[PDF].
  57. (en) « Killing of Iraq Kurds ‘genocide’ - A court in The Hague has ruled that the killing of thousands of Kurds in Iraq in the 1980s was an act of genocide. », sur news.bbc.co.uk (consulté le 13 novembre 2010).
  58. « « Un génocide est toujours en cours au Darfour », déclare le Procureur de la CPI devant le Conseil de sécurité », Nations unies,‎ (lire en ligne).
  59. Le Figaro, .
  60. « Mandat d’arrêt contre el-Béchir », Le Soir,‎ (lire en ligne).
  61. « Nouveau chef d'accusation de génocide contre Omar Al-Bachir », Le Monde Afrique,‎ .
  62. Voir le suivi des plaintes des rwandais en France sur le site de la CEC.
  63. Site de la Cour pénale internationale, Situation actuelle au regard de la ratification et de la mise en œuvre.
  64. « Affaires étrangères : adaptation du droit pénal à la Cour pénale internationale », sur www.assembleenationale.fr (consulté le 13 novembre 2010).
  65. Juger enfin en France les auteurs de crimes internationaux. Sur le nouvel article 689-11 du Code de procédure pénale adopté par le Sénat[PDF], CFCPI, .
  66. Avis sur la loi portant adaptation du droit pénal à l'institution de la Cour Pénale Internationale[PDF], CNCDH, .
  67. Samuel Tanner, « Le génocide à l’épreuve des massacres de masse contemporains : vers une rupture paradigmatique ? », Criminologie, vol. 39, no 2,‎ , p. 39-58 (DOI 10.7202/014427ar, lire en ligne).
  68. Cette convention reconnaît qu'« à toutes les périodes de l'histoire le génocide a infligé de grandes pertes à l'humanité ».
  69. Donald Bloxham et A. Dirk Moses (dir.), The Oxford Handbook of Genocide Studies, Oxford University Press, 2010, en particulier l'introduction et les chapitres 1 et 12.
  70. On ne s'étonnera donc pas si, par exemple, l'extermination des babis au milieu du XIXe siècle, peu étudiée et pourtant correspondant aisément à l'idée qu'on se fait d'un génocide, ne soit pas en gras contrairement, à la même époque, au moins rapide et plus complexe génocide des Indiens de Californie, événement traumatisant aux États-Unis.
  71. Voir Nicholas A. Robins et Adam Jones (dir.), Genocides by the Opressed: Subaltern Genocide in Theory and Practice, Indiana University Press, 2009, en particulier l'introduction et les chapitres 1, 2 et 9.
  72. Voir Ian Talbot, « The 1947 Partition of India », dans Dan Stone, The Historiography of Genocide, Palgrave Macmillan, 2008, chap. 16.
  73. (en) Norman Naimark, Genocide: A World History, Oxford University Press, 2017, p. 7.
  74. (en) Norman Naimark, Genocide: A World History, Oxford University Press, 2017, p. 10.
  75. a b c et d (en) Hans van Wees, « Genocide in the Ancient World », dans Donald Bloxham et A. Dirk Moses, The Oxford Handbook of Genocide Studies, Oxford University Press, 2010, chap. 12.
  76. a et b (en) Hans van Wees, « Genocide in the Ancient World », dans Donald Bloxham et A. Dirk Moses, The Oxford Handbook of Genocide Studies, Oxford University Press, 2010, p. 254-255.
  77. a et b (en) Ben Kiernan, Blood and Soil : A World History of Genocide and Extermination from Sparta to Darfur, New Haven, Yale University Press, , 724 p. (ISBN 978-0-300-10098-3, lire en ligne), chap. 1.
  78. (en) Norman Naimark, Genocide: A World History, Oxford University Press, 2017, p. 12.
  79. (en) Ben Kiernan, Blood and Soil : A World History of Genocide and Extermination from Sparta to Darfur, New Haven, Yale University Press, , 724 p. (ISBN 978-0-300-10098-3, lire en ligne), p. 27-28.
  80. a et b (en) Alexander Laban Hinton, « Critical Genocide Studies », Genocide Studies and Prevention: An International Journal, vol. 7, no 1,‎ , p. 4-15 (lire en ligne).
  81. a et b Ben Kiernan, « Le premier génocide : Carthage, 146 A.C. », Diogène, no 203, 2003, p. 32-48.
  82. Il est intéressant de comparer les sorts de Carthage et de Corinthe, détruite la même année.
  83. (en) Ben Kiernan, Blood and Soil : A World History of Genocide and Extermination from Sparta to Darfur, Yale University Press, , p. 13 et 14.
  84. (en) Joan E. Taylor, The Essenes, the Scrolls, and the Dead Sea, Oxford University Press, 2012, p. 243.
  85. (en) David A. Graff, Medieval Chinese Warfare, 300-900, Londres et New York, Routledge, coll. « Warfare and History », , p. 62-63.
  86. Mark Gregory Pegg (trad. Patrick Hutchinson), « ‘Le monde était changé à tout jamais’ - La ‘croisade des albigeois’ et l'invention du génocide », World Religion Watch,‎ (lire en ligne).
  87. Kurt Jonassohn et Karin Solveig Björnson rappellent qu'avant son annexion au domaine royal, le Languedoc n'est pas en France, dans Genocide and Gross Human Rights Violations: In Comparative Perspective, Transaction Publishers, 1998, p. 50-52.
  88. a et b Kurt Jonassohn et Karin Solveig Björnson, Genocide and Gross Human Rights Violations: In Comparative Perspective, Transaction Publishers, 1998, p. 52-54.
  89. Norman Naimark, Genocide: A World History, Oxford University Press, 2017, p. 16-25.
  90. Anne-Valérie Schweyer, Le Viêt Nam ancien, Belles Lettres, 2005, p. 47.
  91. a et b (en) Ben Kiernan, Blood and Soil : A World History of Genocide and Extermination from Sparta to Darfur, New Haven, Yale University Press, , 724 p. (ISBN 978-0-300-10098-3, lire en ligne), chap. 3.
  92. Frédéric Dorel, « La thèse du « génocide indien » : guerre de position entre science et mémoire ».
  93. Russell Thornton, American Indian Holocaust and Survival: A Population History since 1492, Norman: University of Oklahoma Press, 1987.
  94. Christian Duverger, « Espagnols-Indiens : le choc des civilisations », L'Histoire, no 322, , p. 14-21.
  95. (en) Ben Kiernan, Blood and Soil : A World History of Genocide and Extermination from Sparta to Darfur, New Haven, Yale University Press, , 724 p. (ISBN 978-0-300-10098-3, lire en ligne), chap. 2.
  96. Traduction de Paul Gaffarel, Núñez de Balboa : La Première Traversée de l'Isthme américain, Paris, Librairie de la Société bibliographique, 1882, p. 52.
  97. (en) Benjamin Madley, « Reexamining the American Genocide Debate : Meaning, Historiography, and New Methods », The American Historical Review 120:1, , p. 98-139.
  98. Denys Delâge, Le Pays renversé : Amérindiens et Européens en Amérique du Nord-Est, 1600-1664, Montréal, Éditions du Boréal, , 416 p. (ISBN 978-2890523708), chap. 4.
  99. (en) Roger Carpenter, « Making War More Lethal: Iroquois vs. Huron in the Great Lakes Region, 1609 to 1650 », Michigan Historical Review, vol. 27, no 2,‎ , p. 33-51.
  100. (en) Jamie Bisher, White Terror: Cossack Warlords of the Trans-Siberian, Routledge, 2006, p. 6.
  101. « Projet de la renaissance intellectuelle et culturelle de l'Afrique au XXIe siècle », sur www.afrology.com (consulté le 13 novembre 2010).
  102. (en) Russell D. Edmunds et Joseph L. Peyser, The Fox Wars: The Mesquakie Challenge to New France, University of Oklahoma Press, .
  103. Théo Le Boulch, La Guerre des Renards : Histoire de la violence dans le Pays d'en Haut (1712-1738), mémoire de Master 2 sous la direction de Philippe Hamon, université Rennes-II, 2016, p. 124-125.
  104. (en) James Forsyth, A History of the Peoples of Siberia, Cambridge University Press, 1994, p. 145-147.
  105. (en) James Forsyth, A History of the Peoples of Siberia, Cambridge University Press, 1994, p. 151.
  106. Mark Levene, « Empires, Native Peoples, and Genocide », dans Dirk Moses, Empire, Colony, Genocide: Conquest, Occupation, and Subaltern Resistance in World History, Berghahn Books, 2008, p. 188.
  107. Jacques Hussenet (dir.), « Détruisez la Vendée ! » Regards croisés sur les victimes et destructions de la guerre de Vendée, La Roche-sur-Yon, Centre vendéen de recherches historiques, , 634 p., p. 127, 148.
  108. David A. Bell, « The French Revolution, the Vendée, and Genocide », Journal of Genocide Research, vol. 22, no 1, 2020, p. 19-25.
  109. « Le « génocide vendéen » peut-il être reconnu ? », Le Point, .
  110. Michael R. Mahoney, « The Zulu kingdom as a genocidal and post-genocidal society, c. 1810 to the present », Journal of Genocide Research, vol. 5, no 2, 2003, p. 251-268.
  111. Laure Blévis « La situation coloniale entre guerre et paix : enjeux et conséquences d'une controverse de qualification », Politix, no 104, 2013, p. 87-104.
  112. Olivier Le Cour Grandmaison, Coloniser, exterminer. Sur la guerre et l'État colonial, Fayard, 2005, p. 123.
  113. Les ouvrages généraux sur les génocides ou sur la colonisation française, aux bibliographies très fournies, soit n'évoquent pas la question, soit reconnaissent tout au plus des violences génocidaires épisodiques. Le mot « génocide » désigne des campagnes militaires entières, mais aussi des événements algériens tragiques du XXe siècle, dans des discours victimaires venus d'Algérie, qui résonnent notamment dans la propagande de Recep Tayyip Erdoğan en Turquie : comparer les avis irréconciliables des historiens Mohamed El-Korso et Pierre Vermeren.
  114. (en) Ben Kiernan, Blood and Soil : A World History of Genocide and Extermination from Sparta to Darfur, New Haven, Yale University Press, , 724 p. (ISBN 978-0-300-10098-3, lire en ligne), chap. 9.
  115. Élise Marienstras, « Guerres, massacres ou génocides ? Réflexions historiographiques sur la question du génocide des Amérindiens », dans David El Kenz (dir.), Le Massacre, objet d'histoire, Gallimard, coll. « Folio histoire », 2005, p. 275-302.
  116. (en) Ben Kiernan, Blood and Soil : A World History of Genocide and Extermination from Sparta to Darfur, New Haven, Yale University Press, , 724 p. (ISBN 978-0-300-10098-3, lire en ligne), chap. 8.
  117. (en) Alfred A. Cave, « Genocide in the Americas », dans Dan Stone (dir.), The Historiography of Genocide, Palgrave Macmillan, 2008, p. 285.
  118. (en) Benjamin Madley, An American Genocide: The United States and the California Indian Catastrophe, 1846-1873, Yale University Press, 2016.
  119. (en) Jill Cowan, « "It's Called Genocide": Newsom Apologizes to the State's Native Americans », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 1er août 2020).
  120. Journals of the Senate and Assembly of the State of California, at the Second Session of the Legislature, 1851-1852, San Francisco, G. K. Fitch & Co. et V. E. Geiger & Co., State Printers, 1852, p. 15.
  121. a et b Moojan Momen, « The Babi and Baha'i community of Iran: A case of "suspended genocide"? », Journal of Genocide Research, vol. 7, no 2, 2005, p. 221-241.
  122. André Brett, « ‘The miserable remnant of this ill-used people’: colonial genocide and the Moriori of New Zealand's Chatham Islands », Journal of Genocide Research, vol. 17, no 2, 2015, p. 133-152.
  123. Terry Hunt, « L'île de Pâques détruite par les rats ? », Pour la science, no 351, .
  124. Adam Jones, Genocide: A Comprehensive Introduction, Routledge, 3e  éd., 2017, p. 169-171.
  125. Walter Delrio, Diana Lenton, Marcelo Musante, Mariano Nagy, Alexis Papazian et Pilar Pérez, « Discussing Indigenous Genocide in Argentina: Past, Present, and Consequences of Argentinean State Policies toward Native Peoples », Genocide Studies and Prevention, vol. 5, no 2, 2010, p. 138-159.
  126. Mekuria Bulcha, « Genocidal Violence in the Making of Nation and State in Ethiopia », Arfican Sociological Review, vol. 9, no 2, 2005, p. 1-54.
  127. (en)Jérémie Gilbert, Nomadic Peoples and Human Rights, Routledge Research in Human Rights Law, 2014, (ISBN 9781136020162), 272 pages, p. 23-24
  128. Benny Morris et Dror Ze'evi, The Thirty-Year Genocide: Turkey's Destruction of Its Christian Minorities, 1894–1924, Harvard University Press, 2019.
  129. Timothy J. Stapleton, A History of Genocide in Africa, Praeger Security International, 2017, chap. 4.
  130. Frédéric Lemaître, « L'Allemagne reconnaît le génocide des Héréros et des Namas en Namibie », lemonde.fr, (consulté le 17 juillet 2015).
  131. Adam Jones, Genocide: A Comprehensive Introduction, Routledge, 3e  éd., 2017, p. 226-228.
  132. a et b Joël Kotek, « Le génocide des Héréros, symptôme d’un Sonderweg allemand ? », Revue d'histoire de la Shoah, no 189, 2008, p. 177-197.
  133. Carole André-Dessornes, « De la banalité des tragédies du Moyen-Orient… aux traumatismes », Confluences Méditerranée, no 101, 2017, p. 155-168.
  134. a b et c (en) Nicolas Werth, « Mass Deportations, Ethnic Cleansing, and Genocidal Politics in the Later Russian Empire and the USSR », dans Donald Bloxham et A. Dirk Moses, The Oxford Handbook of Genocide Studies, Oxford University Press, 2010, chap. 19.
  135. (ru) « Закон Российской Советской Федеративной Социалистической республики "О реабилитации репрессированных народов" » [« Loi de la république socialiste soviétique fédérative de Russie "Sur la réhabilitation des peuples opprimés" »], Ведомости Съезда народных депутатов РСФСР и Верховного Совета РСФСР, Москва, Юридическая литература, no 18,‎ , p. 536-538 (lire en ligne, consulté le 19 février 2018). L'article 2 de la loi dispose (p. 537) : « Sont reconnus comme opprimés les peuples (nations, nationalités ou groupes ethniques et autres communautés culturelles et ethniques de personnes, historiquement formées, par exemple les Cosaques), à l’égard desquels, à cause de leurs signes d’appartenance nationale ou autres, était menée au niveau de l’État une politique de calomnie et de génocide qui s’accompagnait de leur déplacement forcé, de la dissolution des formations nationales étatiques, du redécoupage des frontières nationales territoriales, de l’instauration d’un régime de terreur et de violence dans des lieux spéciaux d’établissement. »
  136. Autonomies locales, intégrité territoriale et protection des minorités : Actes du Séminaire UniDem organisé à Lausanne du au en coopération avec l’Institut suisse de droit comparé, Strasbourg, Conseil de l’Europe, coll. « Science et technique de la démocratie » (no 16), , 349 p. (ISBN 92-871-3172-4), p. 135.
  137. (en) Norman Naimark, Genocide: A World History, Oxford University Press, 2017, p. 87.
  138. Andrea Graziosi, « Les famines soviétiques de 1931-1933 et le Holodomor ukrainien. Une nouvelle interprétation est-elle possible et quelles en seraient les conséquences ? », Cahiers du monde russe, vol. 46, no 3, 2005, p. 453-472.
  139. (en) Norman Naimark, Genocide: A World History, Oxford University Press, 2017, p. 90.
  140. Stéphane Courtois, Communisme et Totalitarisme, Paris, Perrin, 2009, p. 385.
  141. Steeve Coupeau, The History of Haiti, Greenwood Press, 2008, p. 83.
  142. Eric Paul Roorda, « Genocide Next Door: The Good Neighbour Policy, the Trujillo Regime, and the Haitian Massacre of 1937 », Diplomatic History, vol. 20, no 3, 1996, p. 301-319.
  143. Ce massacre raciste systématique peut être aisément qualifié de « génocidaire » ; la nation haïtienne en a pourtant peu souffert (jusqu'à exiger des réparations jugées très faibles), aussi les spécialistes qui emploient le substantif « génocide » à la manière des deux sources précitées sont rares.
  144. (it) Giorgio Rochat, « Il genocidio cirenaico et la storiografia coloniale », Belfagor, vol. 35, no 4, 1980, p. 449-455.
  145. (it) Nicola Tranfaglia, Dalla prima guerra mondiale al fascismo, Turin, UTET, 1995, p. 670.
  146. (it) Nicola Labanca, « Il razzismo coloniale italiano », dans Alberto Burgio, Nel nome della razza. Il razzismo nella storia d'Italia 1870-1945, Bologne, Il Mulino, 1999, p. 145-163.
  147. Pierre Milza, Mussolini, Fayard, 1999, p. 672-673.
  148. (en) Ben Kiernan, Blood and Soil : A World History of Genocide and Extermination from Sparta to Darfur, New Haven, Yale University Press, , 724 p. (ISBN 978-0-300-10098-3, lire en ligne), chap. 12.
  149. Lauriane Clément, « En mémoire des Roms tués durant la Seconde Guerre mondiale », La Croix, .
  150. (en) Christopher R. Browning, « The Nazi Empire », dans Donald Bloxham et A. Dirk Moses, The Oxford Handbook of Genocide Studies, Oxford University Press, 2010, chap. 20.
  151. (en) Sybil Milton, « Holocaust: The Gypsies », dans Samuel Totten et William S. Parsons, Century of Genocide: Critical Essays and Eyewitness Accounts, New York/Londres, Routledge (Taylor & Francis), 2009 (3e édition), p. 133-167.
  152. Donald Niewyk et Francis Nicosia, The Columbia Guide to the Holocaust, Columbia University Press, 2000, p. 45 : « The Holocaust is commonly defined as the murder of more than 5 000 000 Jews by the Germans in World War II » : « Le mot "Holocauste" désigne communément l'assassinat de plus de 5 000 000 Juifs par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. » The Columbia Guide to the Holocaust, extraits en ligne.
  153. Le chiffre de six millions de victimes a été présenté lors du procès de Nuremberg (Pierre Vidal-Naquet, Les Assassins de la mémoire, éd. La Découverte, 2005, p. 27). Après avoir dépouillé les archives du IIIe Reich, l'historien Raul Hilberg, dans son ouvrage La Destruction des Juifs d'Europe (éd. Gallimard, collection Folio, 2006 Tome III, p. 2251), arrive au chiffre de 5,1 millions de morts minimum.
  154. (en) Rory Yeomans, Visions of Annihilation: The Ustasha Regime and the Cultural Politics of Fascism, 1941-1945, University of Pittsburgh Press, 2012, p. 18.
  155. (en) Martin Mennecke, « Genocidal Violence in the Former Yugoslavia: Bosnia Herzegovina and Kosovo », dans Samuel Totten et William S. Parsons, Century of Genocide: Critical Essays and Eyewitness Accounts, Routledge (Taylor & Francis), 2009 (3e édition), p. 430.
  156. Extrait du document PS-1919, dans Procès des grands criminels de guerre devant le Tribunal militaire international, t. XXIX, Nuremberg, 1948, p. 110-173 ; traduction sur le site du concours national de la résistance et de la déportation.
  157. (en) Vladimir Tismaneanu et Marius Stan, Romania Confronts Its Communist Past: Democracy, Memory, and Moral Justice, Cambridge University Press, 2018, chap. 3 à 5.
  158. Uradyn E. Bulag, « Twentieth-Century China: Ethnic Assimilation and Intergroup Violence », dans Donald Bloxham et A. Dirk Moses, The Oxford Handbook of Genocide Studies, Oxford University Press, 2010, chap. 21.
  159. Robert A. F. Thurman, « Tibet », dans Dinah L. Shelton, Encyclopedia of Genocide and Crimes Against Humanity, Macmillan Reference, 2004, 3e vol., p. 1026-1029.
  160. Elliot Sperling, « The Body Count », sur le site Tibetan Buddhism in the West (info-buddhism.com), .
  161. « La justice espagnole va enquêter contre Hu Jintao pour "génocide" au Tibet », sur Le Monde.fr, .
  162. « La justice espagnole demande l'arrestation de l'ex-président chinois Jiang Zemin pour génocide », Les Échos.fr, .
  163. Karen Elizabeth Smith, Genocide and the Europeans, Cambridge University Press, 2010, chap. 3.
  164. Tiemoko Coulibaly, « Sur fond de discriminations ethniques et régionales, lente décomposition en Côte d'Ivoire », Le Monde diplomatique, , p. 24-25.
  165. Samba Diarra, Les Faux Complots d'Houphouët-Boigny, Paris, Karthala, 1997.
  166. Peu d'intellectuels connaissent la revendication de survivants de cet excès meurtrier pour la reconnaissance d'un « génocide guébié ». Dans « L'Étymologie du mot génocide » (un article du journal ivoirien Notre voie, no 540, ), Koné Dramane écrit : « Le génocide est une destruction méthodique d'un groupe ethnique. […] Le concept juridique de génocide […] a été utilisé parfois à bon escient, parfois de façon contestable et même parfois de façon abusive […]. De nos jours, les massacres des Cambodgiens, des Kosovars, des Kurdes, des Tutsi du Rwanda, des Guébiés de Côte d'Ivoire sont de bons exemples d'utilisation correcte du mot « génocide ». Dans ce mot, on y saigne, on y viole, on y tue, on y assassine. Délibérément et normalement au nom de l'ethno-nationalisme porté à son paroxysme. »
  167. « Indonesia », sur le site Genocide Studies Program de l'université Yale.
  168. Ron Crocombe, Asia in the Pacific Islands: Replacing the West, IPS Publications, University of the South Pacific, 2007, chap. 12.
  169. Elizabeth Brundige, Winter King, Priyneha Vahali, Stephen Vladeck et Xiang Yuan, Indonesian Human Rights Abuses in West Papua: Application of the Law of Genocide to the History of Indonesian Control, rapport dirigé par James Silk et édité par Barbara Mianzo, de la faculté de droit de Yale, pour l'Indonesia Human Rights Network, .
  170. Ben Saul, « Was the conflict in East Timor "genocide" and why does it matter? », Melbourne Journal of International Law, vol. 2, no 2, 2001, p. 477-522.
  171. « East Timor », sur le site Genocide Studies Program de l'université Yale.
  172. Moins d'un million pour des études récentes hors de l'Inde et du Bangladesh, beaucoup plus pour les nombreuses sources teintées de militantisme. Le bilan ne sera jamais estimé avec précision.
  173. Adam Jones, Genocide: A Comprehensive Introduction, Routledge, 3e  éd., 2017, p. 535-546.
  174. (en) Ben Kiernan, Blood and Soil : A World History of Genocide and Extermination from Sparta to Darfur, New Haven, Yale University Press, , 724 p. (ISBN 978-0-300-10098-3, lire en ligne), p. 573-574.
  175. (en) Arthur A. Hansen, « Human Disaster, Social Trauma and Community Memory », dans Kim Lacy Rogers, Selma Leydesdorff et Graham Dawson, Trauma and Life Stories, Routledge, 1999, p. 225-226.
  176. (en) Lao People's Democratic Republic: Hiding in the jungle - Hmong under threat, rapport d'Amnesty International, référence ASA 26/003/2007, .
  177. (fr) Guerre secrète au Laos, Dailymotion, reportage diffusé dans Envoyé spécial le .
  178. (en) « Cambodian Genocide Program », sur le site Genocide Studies Program de l'université Yale (consulté le ).
  179. Pierre Motin, « Quarante ans après, les derniers dirigeants khmers rouges condamnés pour génocide », Mediapart,‎ (lire en ligne, consulté le 20 novembre 2018).
  180. Daniel Feierstein, « National Security Doctrine in Latin America: the Genocide Question », dans Donald Bloxham et A. Dirk Moses, The Oxford Handbook of Genocide Studies, Oxford University Press, 2010, chap. 24.
  181. a et b Alex de Waal, « Genocidal Warfare in North-East Africa », dans Donald Bloxham et A. Dirk Moses, The Oxford Handbook of Genocide Studies, Oxford University Press, 2010, chap. 26.
  182. Véronique Grappe-Nahoum et Pierre Pachet, « Silence sur le Soudan », Esprit, no 286, , p. 27-32.
  183. (en) Ben Kiernan, Blood and Soil : A World History of Genocide and Extermination from Sparta to Darfur, New Haven, Yale University Press, , 724 p. (ISBN 978-0-300-10098-3, lire en ligne), p. 572.
  184. Samuel Totten, Genocide by Attrition: The Nuba Mountains in the Sudan, Transaction Publishers, 2012.
  185. (en) U.N. General Assembly, Resolution 37/123, adopted between 16 and 20 December 1982[PDF].
  186. (en) Voting Summary U.N. General Assembly Resolution 37/123D.
  187. (en) Leo Kuper, « Theoretical Issues Relating to Genocide: Uses and Abuses », in George J. Andreopoulos, Genocide: Conceptual and Historical Dimensions, University of Pennsylvania Press, 1997, (ISBN 0-8122-1616-4), p. 37.
  188. a b et c (en) William Schabas, Genocide in International Law. The Crimes of Crimes, p. 455.
  189. Jo-Marie Burt, « Rios Montt Convicted of Genocide and Crimes Against Humanity: The Sentence and Its Aftermath », International Justice Monitor, .
  190. « Au Guatemala, le procès du dictateur Rios Montt ajourné le temps d'une expertise psychiatrique », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne).
  191. (en) Adam Jones, Genocide: A Comprehensive Introduction, Routledge, 3e  éd., 2017, p. 250-262.
  192. « Guatemalan vows to aid democracy », The New York Times, , p. 14.
  193. « La justice irakienne rend son verdict sur le massacre des Kurdes en 1988 », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 15 février 2021).
  194. Clémence Scalbert-Yücel, « Le peuplement du Kurdistan bouleversé et complexifié : de l'assimilation à la colonisation », L'Information géographique, vol. 71, no 1, , p. 63-86.
  195. Timothy J. Stapleton, A History of Genocide in Africa, Praeger Security International, 2017, chap. 2-4.
  196. René Lemarchand (dir.), Forgotten Genocides, University of Pennsylvania Press, 2011, chap. 1 et 2.
  197. Jean-Pierre Chrétien et Jean-François Dupaquier, Burundi 1972, au bord des génocides, Paris, Karthala, 2007, p. 9.
  198. Jean-Pierre Chrétien (dir.), Rwanda : Les Médias du génocide, Paris, Karthala, 1995, p. 304-305.
  199. (en) Martin Mennecke, « Genocidal Violence in the Former Yugoslavia: Bosnia Herzegovina and Kosovo », dans Samuel Totten et William S. Parsons, Century of Genocide: Critical Essays and Eyewitness Accounts, New York/Londres, Routledge (Taylor & Francis), 2009 (3e édition), p. 423-461.
  200. (en) Jason Abrams, « The Atrocities in Cambodia and Kosovo: Observations on the Codification of Genocide », New England Law Review, vol. 35, no 2,‎ , p. 303-309.
  201. Norman Naimark, Genocide: A World History, Oxford University Press, 2017, p. 136-140.
  202. « John Kerry: Isis is committing genocide in Syria and Iraq », The Guardian, .
  203. a b et c Vian Dakhil, Aldo Zammit Borda et Alexander R. J. Murray, « ‘Calling ISIL Atrocities Against the Yezidis by Their Rightful Name’: Do They Constitute the Crime of Genocide? », Human Rights Law Review, vol. 17, no 2, 2017, p. 261-283.
  204. « Yazidis : l'ONU dénonce un génocide en cours », Le Figaro, , p. 7.
  205. « Une résolution du Parlement européen pour reconnaître un « génocide » en Irak », La Croix,‎ (lire en ligne).
  206. Sarah Myers Raben, « The ISIS Eradication of Christians and Yazidis: Human Trafficking, Genocide, and the Missing International Efforts to Stop It », Revista de Direito Internacional, vol. 15, no 1, 2018, p. 239-254.
  207. Resolution to Declare the Rohingya Persecution a Crime of Genocide and Crimes Against Humanity, International Association of Genocide Scholars, .
  208. Geoffrey Robinson, « State-Sponsored Violence and Secessionist Rebellions in Asia », dans Donald Bloxham et A. Dirk Moses, The Oxford Handbook of Genocide Studies, Oxford University Press, 2010, chap. 23.
  209. Laurence Defranoux et Valentin Cebron, « Ouïghours : au Xinjiang, un lent et silencieux génocide culturel », sur Libération.fr, (consulté le 21 novembre 2020)
  210. Laurence Defranoux, « Ouïghours : l'entrave aux naissances, un critère de génocide », sur Libération.fr, (consulté le 21 novembre 2020).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Théorie du génocide et prévention : droit, politique, psychocriminologie[modifier | modifier le code]

  • Vincent Duclert (dir.), Rapport de la « Mission génocides », CNRS éditions, 2018.
  • Daniel Zagury, « Le travail psychique du crime chez les tueurs en série et les acteurs de génocide », dans Françoise Neau (dir.), Cruautés, Presses universitaires de France, 2014, p. 25-40.
  • Bernard Bruneteau, Génocides. Usages et mésusages d’un concept, CNRS éditions, 2019.
  • Jacques Semelin, Purifier et détruire. Usages politiques des massacres et génocides, Paris, Seuil, 2005.
  • Jean-Louis Panné, « Rafaël Lemkin et Raul Hilberg. À propos d'un concept », Commentaire, no 127, , p. 643-651.
  • Anson Rabinbach (trad. Claire Drevon), « Raphael Lemkin et le concept de génocide », Revue d'histoire de la Shoah, no 189:2,‎ , p. 511-554 (lire en ligne).
  • Olivier Beauvallet, Lemkin face au génocide, suivi d'un inédit de R. Lemkin, Les Poursuites judiciaires contre Hitler, Michalon, 2011 (ISBN 978-2-84186-560-4).
  • Raphael Lemkin, Qu'est-ce qu'un génocide ?, Éditions du Rocher, 2008. Ce volume contient les neuf chapitres d'analyse du concept de génocide élaboré par R. Lemkin (première édition en français) ; son texte Le Crime de génocide paru à La Documentation française en 1946 ; une préface de Jean-Louis Panné, « Le pouvoir sans pouvoir ».
  • (en) Raphael Lemkin, Axis Rule in Occupied Europe, Laws of Occupation, Analysis of Government, Proposals for Redress, Washington, Carnegie Endowment for International Peace, 1944.
  • (en) Samuel Totten et Steven L. Jacobs (dir.), Pioneers of Genocide Studies, Transaction Publishers, 2002 (ISBN 0-7658-0151-5).
  • (en) Colin Tatz, With Intent to Destroy: Reflections on Genocide, Verso Books, 2003 (ISBN 1-85984-550-9).
  • (en) William Schabas, Genocide in International Law: The Crime of Crimes, Cambridge University Press, 2009 (2e édition).
  • (en) Larry May, Genocide: A Normative Account, Cambridge University Press, 2010.
  • (en) Payam Akhavan, Reducing Genocide to Law: Definition, Meaning, and the Ultimate Crime, Cambridge University Press, 2012.
  • (en) Karen Elizabeth Smith, Genocide and the Europeans, Cambridge University Press, 2010.
  • (en) Charles H. Anderton et Jurgen Brauer (dir.), Economic Aspects of Genocides, Other Mass Atrocities, and Their Prevention, Oxford University Press, 2016.

Récits de génocides et analyses : histoire, témoignage, lutte[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Parler des camps, penser les génocides, Albin Michel, 1999 (ISBN 2226223177).
  • Régine Waintrater, Sortir du génocide. Témoignage et Survivance, Paris, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2011 (ISBN 978-2-228-90611-1).
  • Raul Hilberg, La Destruction des Juifs d'Europe, Gallimard, coll. « Folio-histoire », , 3 vol.
  • Olivier Weber, Les Impunis. Cambodge : un voyage dans la banalité du mal, Robert Laffont, 2013.
  • Stéphane Courtois, Le Livre noir du communisme. Crimes, Terreur, Répression, avec Nicolas Werth, Jean-Louis Panné, Andrzej Paczkowski, Karel Bartosek, Jean-Louis Margolin (en coll.), Robert Laffont, 1997, 923 p. (ISBN 978-2221082041, 978-2266086110 et 978-2221088616).
  • Alison Des Forges, Aucun témoin ne doit survivre. Le Génocide au Rwanda, Human Rights Watch/FIDH, Karthala, 1999.
  • Arnold J. Toynbee, Les Massacres des Arméniens : le meurtre d'une nation (1915-1916), Paris, Payot, 2004 (ISBN 2-228-89872-4).
  • Yves Ternon, Les Arméniens : Histoire d'un génocide, Paris, Seuil, 1977, 1996.
  • Yves Ternon, Du négationnisme. Mémoire et Tabou, Paris, Desclée de Brouwer, 1998.
  • Yves Ternon, L'État criminel. Les Génocides au XXe siècle, Paris, Seuil, 1995.
  • Yves Ternon, L'Innocence des victimes. Regard sur les génocides du XXe siècle, Desclée de Brouwer, 2001.
  • Bernard Bruneteau, Un siècle de génocides. Des Hereros au Darfour (1904-2004), Armand Colin, 2016 (ISBN 2200613105).
  • (en) Samuel Totten (dir.), William S. Parsons, Century of Genocide: Critical Essays and Eyewitness Accounts, Routledge (Taylor & Francis), 2012 (4e édition).
  • (en) Robert Gellately, Ben Kiernan (dir.), The Specter of Genocide: Mass Murder in Historical Perspective, Cambridge University Press, 2003.
  • (en) Ben Kiernan, Blood and Soil: A World History of Genocide and Extermination from Sparta to Darfur, Yale University Press, 2007 (ISBN 0300144253).
  • (en) David M. Crowe, War Crimes, Genocide, and Justice: A Global History, Palgrave Macmillan, 2014.
  • (en) Norman Naimark, Genocide: A World History, Oxford University Press, 2017.
  • (en) René Lemarchand (dir.), Forgotten Genocides: Oblivion, Denial, and Memory, University of Pennsylvania Press, 2011.

Encyclopédies et ouvrages généraux[modifier | modifier le code]

  • Katia Boustany et Daniel Dormoy (dir.), Génocide(s), Bruxelles, Bruylant, 1999.
  • Israel Charny (dir.), Le Livre noir de l'humanité. Encyclopédie mondiale des génocides, Paris, Privat, 2001 (ISBN 2-7089-5607-8).
  • (en) Dinah Shelton (dir.), Encyclopedia of Genocide and Crimes Against Humanity, Macmillan Reference, 2004, 3 vol.
  • (en) Leslie Alan Horvitz et Christopher Catherwood, Encyclopedia of War Crimes and Genocide, Facts on File, 2011 (édition révisée ; 1re édition 2006).
  • (en) Samuel Totten et Paul R. Bartrop, Dictionary of Genocide, Greenwood Press, 2007.
  • (en) Dan Stone (dir.), The Historiography of Genocide, Palgrave Macmillan, 2008.
  • (en) A. Dirk Moses (dir.), Empire, Colony, Genocide: Conquest, Occupation and Subaltern Resistance in World History, Berghahn Books, 2008.
  • (en) Donald Bloxham et A. Dirk Moses (dir.), The Oxford Handbook of Genocide Studies, Oxford University Press, 2010.
  • (en) Howard Ball, Genocide: A Reference Handbook, ABC-Clio, 2010.
  • (en) Martin Shaw, What is Genocide, Polity Press, 2015 (2e édition ; 1re édition 2007).
  • (en) Adam Jones, Genocide: A Comprehensive Introduction, Routledge, 2017 (3e édition ; 1re édition 2006).

Il existe également plusieurs encyclopédies de la Shoah.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles et compléments[modifier | modifier le code]

Ressources audio-visuelles[modifier | modifier le code]