Volhynie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Volhynie
Воли́нь (uk)
Wołyń (pl
Blason de la région
La Volhynie par rapport aux frontières actuelles de l'Ukraine.
La Volhynie par rapport aux frontières actuelles de l'Ukraine.
Pays Drapeau de l'Ukraine Ukraine :
oblast de Volhynie
oblast de Rivne
Principales langues Ukrainien, russe, polonais
Cours d'eau Pripiat
Ville(s) Rivne
Loutsk

La Volhynie ou Volynie (en ukrainien : Волинь, Volyn ; en polonais : Wołyń) est une entité géographique et culturelle dans le nord-ouest de l’Ukraine. L’oblast de Volhynie actuel ne couvre qu'une partie de la région historique. C’est une des premières régions d’Europe à avoir été habitée par des Slaves orientaux.

L'origine du nom de Volhynie se rapporte sans doute au château légendaire de Volyn, un donjon de la Rus' de Kiev construit au XIe siècle. La variante latinisée de Lodomérie ou Lodomirie[1] vient du nom de la demeure seigneurale de Volodymyr, anciennement Ladomir. La désignation du royaume autrichien de Galicie et de Lodomérie (bien qu'il ne comprenait pas la Volhynie) est originaire du titre des rois de Hongrie au Moyen Âge tardif.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la Volhynie s'étend des rives du fleuve Boug à l'ouest jusqu'au bassin de la Teteriv, près de la ville de Jytomyr, à l'est. La partie nord, bordée de forêts et de marécages, se caractérise par l'absence même de relief ; au sud s'étendent les contreforts des Carpates. La région confine à la Polésie au nord et à la Galicie et à la Podolie au sud.

La rivière principale est le cours supérieur de la Pripet avec ses affluents, dont la Styr, l'Horyn et la Sloutch. Les plus grandes villes sont Kovel, Loutsk, Novovolynsk, Rivne, Kremenets, Doubno, Sarny, Novohrad, Korosten et Volodymyr.

Histoire[modifier | modifier le code]

La future Volhynie, peuplée de Scythes dans l’Antiquité, voit arriver les Goths au IVe siècle, les Slaves au Ve siècle et les Alains au VIIe siècle. De la synthèse de ces peuples naissent les peuples Doulèbe et Drevliens, de langue slave, adorateurs du dieu Péroun. Vivant dans des villages et des fortins en bois, agriculteurs, éleveurs et trappeurs exportateurs de fourrures, ils sont christianisés au Xe siècle dans le giron de Constantinople.

Selon la Chronique de Nestor, la tribu slave des Volhyniens (en ukrainien : Волиняни) s'installent dans la région au Xe siècle ; leur territoire s'étendait entre la zone des Vislanes sur le cours supérieur de la Vistule à l'ouest jusqu'a la région des Drevliens à l'est. En 907, ils ont participé à la campagne du prince Oleg de Kiev contre « les Grecs » à Constantinople. Les Volhyniens sont également mentionnés par le polygraphe arabe Al-Mas'ûdî vers l'an 956. Le siège principal de la société tribale, le château de Volyn, se trouvait probablement sur la rive du Boug près de Hrubieszów.

En 981, les troupes du grand-prince Vladimir Ier conquirent les domaines à l'ouest du Boug, la future Ruthénie rouge. Six ans après, il fit construire le château fort de Volodymyr qu'il céda à son fils Vsevolod. Entre 1018 et 1031, le duc Boleslas Ier de Pologne occupait la Ruthénie rouge en vainquant les forces du grand-prince Iaroslav le Sage. La forteresse de Volyn a été mentionnée pour la dernière fois en 1077 ; ensuite, la résidence seigneurale fut établie à Volodymyr (nommé d'après Vladimir Ier).

Principauté[modifier | modifier le code]

La cathédrale de l'assomption à Volodymyr, construite vers 1160.

Les débuts de l’histoire de la Volhynie proprement dite sont marqués par l’émergence des principautés de Halytch (Galicie) et de Volodymyr (Volhynie) qui échappent au contrôle des grand-princes de Kiev après la mort de Iaroslav le Sage en 1054. Sous le règne de ses fils, les pays ont été frappés par des guerres fratricides. Vers l'an 1084, pendant le règne du grand-prince Iaropolk de Kiev sur la Volhynie, des principautés indépendantes ont émergé à Przemyśl, Terebovlia et Zvenyhorod au sud-ouest. En 1141, le prince Vladimirko les a réunies au sein d'une seule principauté et a transféré la capitale à Halytch, d'où vient le nom de Galicie.

La Volhynie et la Galicie fusionnent en 1199 sous le règne du prince Roman Mstislavitch dit « le Grand » pour former le royaume de Galicie-Volhynie qui devient rapidement l’état le plus puissant de l'Europe de l'Est et s'empare de Kiev sous Daniel de Galicie.

La domination lituanienne[modifier | modifier le code]

La tour du château de Loutsk.

Après le décès du dernier roi de la dynastie fondée par Roman le Grand vers 1340, la Pologne et la Lituanie se partagent la région. La Pologne s’empare de l’ouest de la Volhynie, la Lituanie de l’est. Dans la seconde partie du XVIe siècle, la Volhynie devient une province de la république des Deux Nations. De nombreux Polonais et Juifs qui avaient été, après leurs différentes expulsions d’Europe occidentale, accueillis par les rois de Pologne s’installent dans la région. Des églises catholiques de rite latin sont érigées dans la région. Au XVIIe siècle, une partie de Volhyniens orthodoxes, las d’être considérés comme des sujets de second ordre dans un royaume catholique, reconnaissent l’autorité du pape (Union de Brest) mais en gardant leurs rites orientaux et le mariage des prêtres : c’est le début de l'Église grecque-catholique ukrainienne. Des mennonites allemands s’installent également en Volhynie au XVIIIe siècle.

La période russe[modifier | modifier le code]

Après le troisième partage de la Pologne en 1795, la Volhynie est rattachée à la Russie en tant que gouvernement. À la fin du XIXe siècle, la Volhynie compte plus de 200 000 colons allemands, un grand nombre d’entre eux ayant émigré depuis la Pologne russe[réf. nécessaire]. Un petit nombre de colons tchèques s’installe également dans la région. Mais la minorité de loin la plus importante est celle des Juifs ashkénazes.

La Volhynie au XXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1921, après la guerre russo-polonaise de 1920, la Volhynie revient à la Pologne et devient la voïvodie de Volhynie.

En septembre 1939, après la signature du Pacte germano-soviétique, l’Allemagne nazie puis l’Union soviétique envahissent la Pologne. La Volhynie passe sous contrôle soviétique et, le , devient l’oblast de Volhynie, une subdivision de la République socialiste soviétique d’Ukraine.

En juin 1941, l’Allemagne nazie envahit et occupe la région (opération Barbarossa). Durant l’occupation allemande de la Volhynie, 350 000 Juifs de Volhynie sont exterminés par les nazis. Les mouvements nationalistes ukrainiens, l'UPA branche armée de l'Organisation des nationalistes ukrainiens et polonais se développent fortement dans la région. En 1942, création en Volhynie de l'Armée insurrectionnelle ukrainienne, qui combattra successivement, pour (Collaboration en Ukraine durant la Seconde Guerre mondiale), puis contre les nazis et les Soviétiques jusqu'à 1954. En même temps, des combats éclatent entre les miliciens ukrainiens et polonais, et des milliers de civils polonais sont massacrés au cours de la tragédie volhynienne.

Après la Seconde Guerre mondiale, l’annexion de la Volhynie par l’Union soviétique n’est pas remise en cause, malgré l’action des mouvements de résistance ukrainiens, durement réprimés par les troupes spéciales du NKVD[2].

Depuis la dislocation de l’Union soviétique, en , l’oblast de Volhynie fait partie de l’Ukraine indépendante. Au sein de celle-ci, la Volhynie a plutôt soutenu la Révolution orange en 2004, contrairement aux régions orientales et méridionales du pays.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. M.-N. Bouillet, Dictionnaire d’histoire et de géographie.
  2. Nikolaï F. Bugaï, Les Déportation des peuples d’Ukraine, de Biélorussie et Moldavie, Hg. v. Dittmar Dahlmann et Gerhard Hirschfeld, Essen, 1999, p. 567–581. — Nikolaï F. Bugaï, « K voprosu o deportatsii narodov SSSR v 30-40-kh godakh » [Sur la question de la déportation des peuples de l’URSS dans les années 1930 et 1940], Istoriia SSSR, nov.-déc. 1989, no 6, p. 140.