Justice militaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La justice militaire est une justice spécialisée qui a pour objet de juger les faits et actes commis ou subis par des militaires dans l'exercice de leurs fonctions.

Définition[modifier | modifier le code]

La justice militaire distingue le « temps de guerre » et le « temps de paix ». En temps de paix, ce sont des juridictions de droit commun spécialisées dans les affaires militaires qui sont chargées du contentieux des affaires pénales militaires. En temps de guerre, ce sont des juridictions militaires qui s'en chargent.

Dans les pays qui relèvent des droits de tradition civiliste, c'est un code de justice militaire qui encadre le plus souvent les attributions.

Dans le monde[modifier | modifier le code]

En France, les juridictions de droit commun spécialisées en matière militaire sont compétentes pour le jugement des crimes et des délits commis en temps de paix sur le territoire de la République par des militaires. Depuis la suppression du tribunal aux armées de Paris en 2012, les juridictions de droit commun spécialisées en matière militaire ayant leur siège à Paris sont également compétentes pour le jugement des crimes, délits et contraventions commis en temps de paix hors du territoire par les membres des forces armées françaises ou à l’encontre de celles-ci[1]. En temps de guerre, le ressort des tribunaux territoriaux des forces armées s’étend sur le territoire, ou ses parties[2]. Des tribunaux militaires peuvent être établis aux armées lorsque ces dernières stationnent ou opèrent hors du territoire[3].

En Suisse, tous les militaires en service ainsi que les gardes-frontière sont soumis à la juridiction des Tribunaux militaires, institution dépendant de l'armée suisse, en temps de paix comme de guerre[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Code de la justice militaire, article L111-1
  2. Code de la justice militaire, article L112-1
  3. Code de la justice militaire, article L112-27
  4. Bundeskanzlei - P, « RS 321.0 Code pénal militaire du 13 juin 1927 (CPM) », sur www.admin.ch (consulté le 1er mars 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Clemenceau, Justice militaire, Paris : P.-V. Stock, 1901 [1]
  • Denis Langlois, Le Cachot, Paris : Maspero, 1967. (Un objecteur de conscience condamné par la justice militaire.)
  • Félicien Monnier, Juge et soldat. Essai sur les fondements de la justice militaire suisse, Pully : CHPM, 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Pour mémoire : les fusillés de la Grande Guerre, © SCÉRÉN-CNDP, 2011, 76 p. [2]

Articles connexes[modifier | modifier le code]