Exécution sommaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une exécution sommaire ou extrajudiciaire est un type d'homicide dans lequel l'accusé ou le suspect d'activités criminelles ou subversives est tué, souvent sur le lieu et au moment de sa découverte, après avoir été arrêté et fait prisonnier au préalable.
Parce que les exécutions sommaires ont lieu sans procès préliminaire ou à la suite d'une parodie de procès (surtout lorsque le laps de temps entre la capture et l'exécution a été très court), rarement suite à une enquête, et en dehors de tout cadre légal, elles sont le plus souvent considérées comme un meurtre ou un assassinat.

Les exécutions sommaires sont souvent employées lors d'actions de guérilla, guerre civile, par des forces spéciales (impossibilité de garder des prisonniers) ou lors de répression par une dictature ou des escadrons de la mort, non seulement dans le but d'éliminer un adversaire, mais également ou parfois principalement en recherchant un effet psychologique de terreur sur les témoins ou les populations.

Une exécution sommaire est régulièrement commise avec des méthodes expéditives telles que la pendaison, l'arme à feu, l'arme blanche, la lapidation, entre autres…

Dans quelques rares cas, elles peuvent être considérées comme plus acceptables en des circonstances extrêmes, telles que dans une zone de guerre, ou dans un contexte similaire d'instabilité profonde où la justice n'est plus en état de fonctionner, ou trop débordée pour faire face à un effondrement général du gouvernement. L'aspect légal des exécutions sommaires est traité par la Conventions de Genève de 1949, qui protège les prisonniers de guerre.

Exemples d'exécutions sommaires[modifier | modifier le code]

Exécutions sommaires en fiction[modifier | modifier le code]

  • Débat sur la nécessité de l'exécution sommaire d'un soldat allemand prisonnier qui ne peut être transporté dans le film Il faut sauver le soldat Ryan.
  • Dans le film L'Armée des ombres, des résistants sont réunis dans une villa pour exécuter un traitre qui a livré plusieurs membres du réseau. L'arrivée inopinée d'une famille de vacanciers dans le voisinage immédiat les empêche d'utiliser une arme à feu pour accomplir leur justice sommaire, après un débat vif et houleux ils décident de garrotter le traitre.
  • Dans la série Frères d'armes, on assiste à deux scènes d'exécution sommaire. la première en Normandie après la bataille des Haies met en scène un sous-officier américain, le lieutenant Ronald Speirs, qui aurait, selon la rumeur, distribué des cigarettes à des prisonniers allemands avant des les abattre avec sa Thompson, ne laissant qu'un survivant. En Allemagne, les soldats de la Easy Company sont témoins d'exécution de prisonniers allemands par des soldats français.
  • Dans le film Vent d'est, le général commandant la première armée nationale russe fait pendre un de ses hommes coupable de pillage et de viol. Il explique pour sa défense qu'il doit faire régner l'ordre pour éviter le chaos dans la troupe, en l'absence d'institution judiciaire il doit appliquer le châtiment le plus approprié.
  • Dans le film Le Pacha, le commissaire de police Louis Joss (Jean Gabin) explique qu'il va organiser la « Saint-Barthélémy du mitan », ce qui revient à faire abattre des truands plutôt que de les arrêter.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jon Lee Anderson, Che Guevara: A Revolutionary Life, New York, Grove Press, 1997 (ISBN 0-8021-1600-0), p. 231-232.
  2. « Guevara : La face cachée du Che », lexpress.fr, 27 septembre 2007.
  3. « Il s’agit plutôt d’une exécution sommaire », Le Temps, 3/5/2011
  4. « La mort et l'enterrement de Ben Laden continuent de faire débat », RMC, 4/5/2011