Soviétiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Drapeau de l’URSS
L’Union des républiques socialistes soviétiques occupait un sixième des terres émergées.
Photo prise en 1934 à Komsomolsk-sur-l'Amour, illustrant l'idéal des sovietskiïe lioudi ou Homo sovieticus.

Un Soviétique (en russe : советский человек) était un citoyen de l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS), en son temps le plus grand pays au monde par sa superficie, créée en 1922 et dissoute en 1991.

Métonymies[modifier | modifier le code]

Le terme synecdoque de Soviétique vient directement du mot soviet qui désignait un « conseil » d'ouvriers, de paysans et de soldats, officiellement organe politique de base en URSS, mais cette métonymie est devenue abusive parce qu'en réalité les soviets de base ont perdu dès 1919 tout pouvoir au profit du Soviet suprême, du gouvernement bolchévik et de sa police politique[1]. Outre cet abus de langage social et politique, la confusion entre « Russe » (personne originaire de Russie ou résidant de la République socialiste fédérative soviétique de Russie, la plus importante des républiques fédérée de l'URSS) et « Soviétique » était fréquente, comme on confond souvent « Anglais » et « Britannique », « Hollandais » et « Néerlandais ».

Organisation administrative de l'URSS en 1989.
Carte simplifiée des groupes ethniques d'Union soviétique, d'après celles des Atlas scolaires soviétiques : en rose le groupe slave majoritaire.

Population[modifier | modifier le code]

Le nombre total des Soviétiques (советские люди Sovietsiïé lioudi soit citoyens de l'URSS, précision figurant sur les documents d'identité à la rubrique гражданство grajdanstvo : « citoyenneté » selon le droit du sol) était estimé à 288 millions en 1990, soit un peu plus que la population des États-Unis à la même époque (253 millions en 1990). Ils étaient répartis en plus de 130 peuples différents (figurant sur les documents d'identité à la rubrique национальность natsionalnost : « nationalité » dans le sens d'ethnie selon le droit du sang)[2]. Selon ces critères, plus de la moitié de la population soviétique était slave (russe, biélorusse et ukrainienne principalement) et environ 40% appartenait à d'autres peuples et nations de diverses origines[3].

Langue et culture[modifier | modifier le code]

Afin de créer une culture et un « peuple soviétique » (советский народ), la propagande officielle communiste prônait l’« amitié indéfectible des peuples » et la « solidarité pansoviétique » dans la « plurinationalité institutionnalisée ». Dans la pratique quotidienne, c’était un processus de russification forcée appelé « rapprochement-fusion » (сближение – слияние, sblijenie-sliyanie), et la langue russe commune, langue véhiculaire de l'Union, ainsi que la prépondérance de la culture russe diffusée notamment par l’enseignement, donnaient aux peuples minoritaires, surtout ceux qui n’étaient pas slaves et qui avaient déjà des identités historiques avant d’être intégrés de force dans l’URSS, le sentiment que les structures fédérales qui leur étaient dédiées n’étaient pas conçues « pour eux » mais « contre eux »[4].

Cela suscitait un certain degré d’animosité inter-ethnique, entre autres à cause de la prédominance des Russes sur l’appareil de l’État fédéral, mais aussi dans les instances dirigeantes des républiques soviétiques non russes. De plus, les frontières entre les différentes subdivisions territoriales de l'Union soviétique étaient souvent arbitraires : à titre d’exemple, le Haut-Karabagh, peuplé d’Arméniens, n’était pas rattaché à l’Arménie toute proche (comme le Nakhitchevan azéri était rattaché à l’Azerbaïdjan), mais appartenait à l’Azerbaïdjan. Ces tracés arbitraires furent, lors de la dislocation de l'URSS, source de nombreux conflits post-soviétiques[5],[6].

Le peuple soviétique comme concept politique[modifier | modifier le code]

Selon le recensement russe de 2010, 27 000 personnes s’identifiaient encore, vingt ans après la dislocation de l'URSS, comme « membres du peuple soviétique »[7], ce qui est l’une des formes de la nostalgie de l’URSS[8],[9].

Religions[modifier | modifier le code]

L’appartenance à une confession était peu visible du temps de l’URSS, en raison de la politique anti-religieuse soviétique et de l’athéisme promu par l’état communiste.

En langue russe[modifier | modifier le code]

En russe (transcription suivie de l’original en cyrillique) :

  • sovietskiï tchieloviek (советский человек) : être humain Soviétique (m/f singulier) ;
  • sovietskiïe lioudi (советские люди) : personnes Soviétiques (m/f pluriel) ;
  • sovietskiï (советский) : soviétique (m singulier) ;
  • sovietskaïa (советская) : soviétique (f singulier) ;
  • sovietskiïe (советские) : soviétiques (m ou f pluriel) ;
  • sovietskiï narod (советский народ) : peuple soviétique ;
  • sovietskiï grajdanstvo (советский гражданство) : citoyen soviétique ;
  • sovietskiïe natsionalnosti (советский национальность) : nationalités (ethnies) soviétiques ;
  • tcheloviek (человек) : être humain ;
  • lioudi (люди) : personnes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Heller et Aleksandr Nekrich, L'Utopie au pouvoir, histoire de l'URSS de 1917 à nos jours, Calmann-Lévy, coll. « Liberté de l'esprit », 1985, p. 34.
  2. Véronique Soulé, « Les passeports intérieurs russes embarrassent Moscou. Les communistes réclament le rétablissement de la «nationalité». », Libération, 29 octobre 1997.
  3. Y. Slezkine, « The USSR as a Communal Apartment, Or How a Socialist State Promoted Ethnic Particularism » in Slavic Review n° 53-2, 1994, pp. 414-452.
  4. Brubaker, R. (février 1994). Nationhood and the National Question in the Soviet Union and Post-Soviet Eurasia: An Institutionalist Account. Theory and Society. 23. p. 47-78.
  5. Martine Couderc, Chronologie : CEI 1991-2002, Outre-Terre, (lire en ligne), p. 296-315.
  6. Les secousses du monde post-soviétique, France Culture, 10 octobre 2020.
  7. (en) « Psychosis of nationalities appeared simultaneously with Soviet regime », sur Vestnik Kavkaza.net, (consulté le ).
  8. Christina Maza, (en) « Russia vs. Ukraine: More Russians Want the Soviet Union and Communism Back Amid Continued Tensions » in : Newsweek - [1] consulté le 20 déc. 2018.
  9. (ru) Ностальгия по СССР (« Nostalgie de l'URSS ») : [2] de levada.ru consulté le 19 déc. 2018.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]