Tuerie en milieu scolaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une tuerie en milieu scolaire désigne dans cet article les actes criminels ayant entraîné la mort d’une ou plusieurs personnes dans l’enceinte d’un établissement scolaire. Contrairement aux autres formes de violence scolaire, il n’y a généralement pas qu’une seule cible, l’objectif principal étant de tuer le maximum de personnes. Ces actes peuvent être perpétrés par des étudiants, des membres du personnel, des anciens étudiants voire des personnes extérieures à l’établissement, le plus souvent par fusillade.

Ces tueries font l’objet d’une médiatisation internationale. Elles peuvent provoquer ou relancer des débats sur la discipline scolaire ou policière, ou la circulation et l’accessibilité des armes à feu sur le territoire.

Profil des meurtriers[modifier | modifier le code]

Une étude réalisée par le United States Secret Service indique qu’il n’existe pas de profil-type[1]. Les chercheurs ont constaté que les tueurs ne commettent pas un acte irréfléchi : ils planifient, ils achètent des armes, ils racontent à d’autres ce qu’ils projettent. Leur travail de préparation peut être très long. Certains ont vécu avec leurs deux parents dans « une famille idéale américaine ». Certains étaient dans des familles monoparentales ou dans des familles adoptives. Quelques-uns étaient solitaires, mais la plupart du temps ils avaient de nombreux amis[2].

Terrorisme, guerre civile et criminalité[modifier | modifier le code]

Entre 2009 et 2012, plus de 30 pays ont connu une série d’attaques ciblées sur les écoles, les enseignants et les étudiants par des groupes armées[3].

Les écoles sont visées, en autres, par certains groupes terroristes. Notons le mouvement Boko Haram qui s’est spécifiquement déclaré opposé à l’éducation des filles. Le Pakistan est le pays connaissant le plus d’attaques d’établissements scolaires au monde avec 838 attaques recensées entre 2009 et 2012[4].

Exemples de tueries en milieux scolaires[modifier | modifier le code]

Exemples de tueries en milieux scolaires
Date Pays Faits
Drapeau des États-Unis États-Unis Attentat de Bath Consolidated School : au moyen d’une bombe, un homme tua 45 personnes dont 38 enfants âgés de 6 à 12 ans et fit 58 blessés.
Drapeau des États-Unis États-Unis Attaque de Poe Elementary : dans une école élémentaire, Paul Orgeron tua 5 personnes, dont son fils puis se suicida.
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Massacre de Cologne : un homme tua 8 élèves et 2 enseignants avant de se suicider.
Drapeau des États-Unis États-Unis Tuerie de l’Université du Texas à Austin : un homme tua sa mère, sa femme puis 15 personnes et fit 31 blessés. Il fut tué lors de l’assaut de la police.
Drapeau d’Israël Israël Massacre de Ma'alot : dans une école à Ma'alot-Tarshiha, des terroristes palestiniens tuèrent 26 personnes et firent 60 blessés.
Drapeau du Canada Canada Fusillade de la Centennial Secondary School : un homme tua 2 personnes et fit 13 blessés avant de se suicider.
Drapeau du Canada Canada Fusillade de St. Pius X High School : un homme tua une personne et fit 5 blessés avant de se suicider.
Drapeau des États-Unis États-Unis Brenda Ann Spencer : une adolescente de 16 ans tua le concierge et le directeur de cette école et blessa 6 élèves. Peu avant son arrestation, elle déclara « ne pas aimer les lundis ».
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Dans un collège d’Eppstein, un homme tua 5 personnes (3 élèves, 1 enseignant, 1 policier) puis se suicida.
Drapeau des États-Unis États-Unis Fusillade de la cour d’école de Stockton : un sans-abri tua 5 enfants de 6 à 9 ans et en blessa 29 autres ainsi qu’un professeur avant de se suicider, le tout en moins de trois minutes. Une conséquence fut le dépôt de projets de loi afin d’interdire les armes de guerre en Californie, mais ils n’aboutissent qu’à un contrôle accru.
Drapeau du Canada Canada Tuerie de l'École polytechnique de Montréal: un homme tua 13 étudiantes et une secrétaire, et fit 14 blessés avant de se suicider.
Drapeau du Canada Canada Tuerie de l'Université Concordia, un enseignant tua 4 personnes et fit un blessé avant d’être maîtrisé par un agent de sécurité.
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Tuerie de Dunblane, un homme tua 16 élèves de 4 à 6 ans et leur institutrice et fit 16 blessés avant de se suicider. Une conséquence fut l’interdiction des armes à feu au Royaume-Uni.
Drapeau des États-Unis États-Unis À l’école de tir de Jonesboro (Arkansas), deux enfants de 11 et 13 ans tuèrent 4 étudiantes et un professeur et firent 10 blessés.
Drapeau des États-Unis États-Unis Tuerie de l'école secondaire de Thurston : un adolescent de 16 ans tua ses 2 parents, puis deux de ses camarades dans son école et fit 25 blessés. Il fut arrêté par l’un d’entre-eux et remis à la police.
Drapeau des États-Unis États-Unis Fusillade du lycée Columbine : deux élèves de 18 et 17 ans tuèrent 12 élèves et un professeur et firent 24 blessés avant de se suicider.
Drapeau du Canada Canada Fusillade de W. R. Myers High School : un adolescent de 14 ans tua une personne et fit 3 blessés.
Drapeau des États-Unis États-Unis Le meurtre de Kayla Rolland : une fillette de 6 ans fut volontairement tué par un camarade de classe du même âge (qui devint par le fait même le plus jeune meurtrier des États-Unis).
Drapeau des États-Unis États-Unis Fusillade de Lake Worth Middle School (en) : un adolescent de 13 ans tua son professeur et blessa d’autres élèves avant d’être arrêté par les policiers.
Drapeau du Japon Japon Tuerie de l'école d’Osaka : au moyen d’un couteau, un homme tua 8 personnes, essentiellement des enfants de 7 à 8 ans. Condamné à mort, le meurtrier fut pendu le .
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Tuerie d’Erfurt : un homme tua 13 professeurs, 2 élèves et un policier avant de se suicider.
Drapeau de la Russie Russie Prise d'otages de Beslan : des terroristes séparatistes tchétchènes prirent en otage pendant plusieurs jours un établissement scolaire. Le , après trois jours de siège, les forces spéciales russes donnèrent l’assaut qui se solda par 344 morts dont 186 enfants.
Drapeau de la République populaire de Chine Chine Massacre de Ruzhou : au moyen d’une arme blanche, un étudiant tua 8 camarades et fit 4 blessés dans le dortoir du lycée.
Drapeau des États-Unis États-Unis Tuerie de Red Lake High School : un homme tua 9 personnes et fit 12 blessés avant de mourir.
Drapeau de la France France Tuerie du campus de La Source à Orléans : Julia Bastide, une étudiante en IUT âgée de 20 ans fut tuée par balle par Jean-Loup Hahn, un de ses camarades entré dans la classe armé d’une carabine .22 Long Rifle achetée sur Internet quelques mois plus tôt. Il ouvrit le feu à trois reprises et fut arrêté une quarantaine de minutes après les faits.
Drapeau du Canada Canada Fusillade au collège Dawson : un homme tua une personne et fit 19 blessés, puis se suicida après avoir été touché au bras par un policier.
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Fusillade au collège d’Emsdetten (de) : un homme blessa 11 personnes puis alluma des fumigènes qui intoxiquèrent 16 personnes supplémentaires avant de se suicider[5].
Drapeau des États-Unis États-Unis Dans une école amish de Nickel Mines : un chauffeur routier tua 5 élèves avant de se suicider.
Drapeau des États-Unis États-Unis Fusillade de l'Université Virginia Tech : un homme tua 32 personnes et fit 29 blessés avant de mourir. C’est la plus grande fusillade qui n’ait jamais eu lieu sur un campus américain. Au même endroit quatre ans plus tard, une nouvelle fusillade faisait 3 victimes le dont un policier.
Drapeau des États-Unis États-Unis Fusillade de l'Académie SuccessTech (en) : un adolescent de 14 ans blessa par balles deux de ses professeurs et deux de ses camarades avant de se suicider.
Drapeau de la Finlande Finlande Fusillade du centre scolaire de Jokela : un homme tua 8 personnes avant de mourir.
Drapeau des États-Unis États-Unis Fusillade dans l’Université de Northern Illinois : un homme tua 5 personnes et fit 16 blessés avant de se suicider.
Drapeau de la République populaire de Chine Chine Dans une école du sud de la Chine, un ancien élève tua 2 élèves et fit 4 blessés avant de se suicider[6].
Drapeau d’Israël Israël Massacre de Merkaz Harav : dans une école de Jérusalem, 8 élèves furent tués et 10 blessés[7].
Drapeau de la Finlande Finlande Fusillade du lycée professionnel de Kauhajoki : un homme tua 10 personnes, en blessa deux autres[8] avant de se suicider (il décèdera plus tard de ses blessures)[9].
Drapeau des États-Unis États-Unis Fusillade sur une pelouse d’une école primaire à Détroit : une personne fut tuée et 3 autres blessées[10].
Drapeau des États-Unis États-Unis Fusillade dans un campus de l’Université de l’Arkansas : une personne tua 2 personnes et fit un blessé avant d’être interpelée[11].
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Fusillade de Winnenden : un adolescent de 17 ans tua 15 personnes soit 9 élèves, 3 enseignantes et 3 passants avant de se suicider.
Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan Académie d’État du pétrole à Bakou : un homme de 29 ans tua entre 3 et 7 personnes avant d’être « neutralisé » par la police.
Drapeau de la République populaire de Chine Chine Province du Fujian : au moyen d’une arme blanche, un homme tua 8 enfants dans une école et fit 20 blessés. Il fut condamné à mort puis exécuté le [12].
Drapeau du Brésil Brésil Fusillade de Realengo : un ancien élève de 24 ans tua 12 élèves et fit 18 blessés, puis se serait suicidé après avoir été blessé par la police.
Drapeau de la France France Tuerie à l’école juive Ozar Hatorah : un terroriste islamiste tua un professeur, 3 enfants et fit également plusieurs blessés[13]. Quelques jours plus tard, il fut tué pendant l’assaut de la police.
Drapeau des États-Unis États-Unis À l’Université d'Oikos : un homme d’origine coréenne tua 7 étudiants et fit 3 blessés avant d’être interpellé[14].
Drapeau de l'Italie Italie Attentat devant un lycée à Brindisi : au moyen d’une bombe, un homme tua une élève et fit 5 blessés. Il fut interpellé après une surveillance policière de quatre semaines. Il aurait agi « par dépit ».
Drapeau des États-Unis États-Unis Tuerie de l'école primaire de Sandy Hook : un homme de 20 ans tua sa mère avec laquelle il vivait, puis tua 26 personnes dont 20 enfants et fit 3 blessés avant de se suicider.
Drapeau de la France France À Albi : une enseignante se fit mortellement poignarder en pleine salle de classe devant ses élèves de maternelle par une déséquilibrée mentale[15].
Drapeau des États-Unis États-Unis Au lycée de Marysville-Pilchuck : un adolescent de 15 ans ouvrit le feu sur 5 adolescents, tuant un élève et en blessant grièvement 4 autres avant de se suicider. Trois des étudiants blessés succombèrent dans les jours qui suivirent la fusillade, portant le bilan final à 5 morts incluant l’assaillant.
Drapeau du Pakistan Pakistan Tuerie de l'école militaire de Peshawar : 6 terroristes du groupe de talibans Tehrik-e-Taliban Pakistan s’introduisirent dans l’école militaire de Peshawar et tuèrent à vue. 141 personnes trouvèrent la mort dont 132 enfants.
Drapeau du Kenya Kenya L’Attaque de l'Université de Garissa : attentat perpétré à Garissa au Kenya par le groupe islamiste somalien Al-Shabbaab. Elle cibla les étudiants de l’Université de Garissa et fit 152 morts, dont 142 étudiants, 3 policiers, 3 militaires et 4 terroristes.
Drapeau de l'Espagne Espagne Dans un collège de Barcelone : un élève armé d’un couteau et d’une arbalète tua un enseignant et blessa 4 personnes[16].
Drapeau des États-Unis États-Unis Fusillade au collège communautaire Umpqua à Roseburg : 10 personnes trouvèrent la mort au sein du Umpqua Community College en plus du tireur qui fut abattu.
Drapeau de la Suède Suède Attaque d'une école de Trollhättan : un homme masqué, animé par des motivations racistes[17], tua avec une épée un enseignant et un étudiant et blessa grièvement un autre élève et un autre enseignant. L’homme décéda plus tard des blessures par balles qu’il reçut au cours de son interpellation par la police.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Fusillade de l’Université Virginia Tech. Rassemblement à la mémoire des victimes, le lendemain de la tuerie.

Théâtre[modifier | modifier le code]

La pièce Le 20 novembre de Lars Norén met en scène un jeune homme adepte de jeux vidéo qui s’apprête à entrer dans une école pour y perpétrer un massacre. L’œuvre consiste en un monologue dans lequel le personnage justifie son acte, créant un grand malaise chez les lecteurs et chez les spectateurs. De plus, lors de la première de la pièce, le personnage fut joué par une femme, rendant le malaise encore plus grand.

Liste de films ou séries télévisées sur les massacres scolaires[modifier | modifier le code]

Liste de chansons sur les massacres scolaires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Secret Service Information Guide » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  2. (en) United States Secret Service and United States Department of Education, « The final report and findings of the safe school initiative : Implications for the prevention of school attacks in the United States » [PDF], Washington, D.C.,‎ (consulté le 1er mars 2017).
  3. (en) Global Coalition to Protect Education from Attack, « Map of Affected Countries », sur http://www.protectingeducation.org,‎ (consulté le 1er mars 2017).
  4. (en) Global Coalition to Protect Education from Attack, « Education under attack 2014 – Country Profiles – Pakistan », sur http://www.protectingeducation.org,‎ (consulté le 1er mars 2017).
  5. «  » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Libération.fr, , sur http://www.liberation.fr, brisé le 1er mars 2017.
  6. « Chine – Un ancien élève tue deux écoliers », Le Figaro,‎ (consulté le 1er mars 2017).
  7. (en) Isabel Kershner et Steven Erlanger, « 8 Burials for Jerusalem Seminary’s Dead », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  8. « Fusillade dans un lycée finlandais : le tireur avait été interrogé par la police ».
  9. http://www.romandie.com/infos/ats/display2.asp?page=20080923183624166172194810700_brf055.xml modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant, sur www.romandie.com,‎ .
  10. « Un tué et 3 blessés dans une fusillade dans une école américaine », sur http://www.french.xinhuanet.com, Xinhua,‎ (consulté le 1er mars 2017).
  11. «  » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Yahoo, brisé le 1er mars 2017.
  12. « Nouvelle attaque dans une école: 28 enfants blessés, selon Chine Nouvelle », Le Monde (consulté le 29 avril 2010).
  13. « Émotion et recueillement après la tuerie de Toulouse : trois enfants et un adulte abattus devant un collège juif », Le Parisien,‎ (consulté le 1er mars 2017).
  14. D.C et S.M., « Fusillade à Oakland : le meurtrier a aligné ses victimes contre un mur », sur Le Parisien,‎ (consulté le 1er mars 2017).
  15. « Une institutrice poignardée devant ses élèves par une déséquilibrée à Albi », 20minutes,‎ (consulté le 1er mars 2017).
  16. « Un professeur tué dans un collège de Barcelone : Le suspect, qui a moins de 14 ans, est “gardé” par la police, qui ne peut pas l’interpeller en raison de son âge », Le Monde,‎ (consulté le 1er mars 2017).
  17. (en) « Sweden school attack: killer Anton Lundin Pettersson glorified Nazis and targeted dark-skinned victims : Police found a handwritten letter in his apartment in Trollhättan, which showed he had planned the attack and expected it would be his final act », South China Morning Post Publishers Limited,‎ (consulté le 1er mars 2017).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Glen Muschert et Sumiala, School Shootings: Mediatized Violence in a Global Age, Bingley, Emerald, coll. « Studies in Media and Communications » (no 7), .
  • Nathalie Paton, School shooting – La violence à l’ère de YouTube, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, .
  • Ilana Lachkar, Tueries scolaires,  éd., .