Joël Kotek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Joël Kotek, né à Gand en 1958, est un politologue et historien belge, d'origine polono-hongroise, né réfugié de l'ONU.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une (2e) licence en histoire contemporaine de l'Université libre de Bruxelles (ULB, 1980), il a soutenu sa thèse à Institut d'études politiques de Paris en 1992 : Paix et guerre parmi les jeunes et les étudiants : les organisations internationales de jeunesse et d'étudiants dans la Guerre froide, 1935-1967 : contribution à l'étude de la Guerre froide (directeur de thèse: Pierre Hassner; président de thèse: Alfred Grosser), puis deux DEA en Études européennes et soviétiques (directeur : Hélène Carrère d'Encausse). Il a été boursier Wiener Anspach à Oxford au St Antony's College [1]. Joël Kotek occupe aussi, depuis 1989, les fonctions de Conseiller de direction au Parlement francophone bruxellois. Il y dirige la cellule des relations publiques et internationales.

En 2000, il publie avec Pierre Rigoulot Le siècle des camps, qui sera traduit en 6 langues et qui vaudra le prix Chateaubriand à ses auteurs.

Son travail porte essentiellement sur les questions de génocide, (notamment la Shoah), d'antisémitisme et de nationalisme, ainsi que sur la construction de l'Europe.

Il est professeur de sciences politiques à l’ULB et à l'IEP de Paris. Il a enseigné aussi à l'École supérieure de journalisme (ESJ) de Lille. Il est actuellement secrétaire général du Centre européen d'études sur le racisme (CEESAG). Il a été de 2003 à 2007 directeur de la formation au Mémorial de la Shoah de Paris Centre de documentation juive contemporaine (CDJC). Il est membre du comité de rédaction de la Revue d'Études de la Shoah, du Israel Journal of Foreign Affairs, du conseil scientifique de Yahad-In Unum [2] du Père Patrick Desbois. Il est, depuis 2002, le correspondant belge du Stephen Roth Institute for the Study of Contemporary Antisemitism and Racism [3]. En 2002, il fut invité comme conférencier au World Economic Forum de Davos qui se tint, cette année-là, à New York. En 2001, il avait déjà été invité à l'European Economic Forum de Salzbourg.

Il est membre du conseil d'administration du Musée juif de la Shoah de Malines et dirige la revue Regards, le mensuel du Centre communautaire laïc juif (CCLJ). Il appartient au conseil scientifique du projet Aladin, parrainé par l'UNESCO, qui vise à une meilleure compréhension de la Shoah au sein du monde arabo-musulman. Il est également membre du Comité international de conseil et de rédaction du conseil israélien aux affaires étrangères.

En 2011, il supervise une bande dessinée nommée Préjugés décrivant 12 épisodes de l'antisémitisme à travers les âges qui sera remis aux écoles suisses romandes sous l'égide de la Coordination intercommunautaire contre l’antisémitisme et la diffamation[1].

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • L'Affaire Lyssenko ou l'histoire réelle d'une science prolétarienne en Occident, avec Dan Kotek, Paris/Bruxelles, PUF/Complexe, 1986.
  • L'Europe et ses étudiants juifs : l'UEEJ, le Komsomol et l'Agence juive, 1978-1988, Bruxelles, Éd. Zweistein, 1990.
  • La nouvelle Europe centrale : histoire de l'Europe kidnappée, actualité de l'Europe libérée, Bruxelles, Université libre de Bruxelles, Centre d'étude des relations internationales, 1990.
  • L'insurrection du ghetto de Varsovie (dir., avec Raul Hilberg), Bruxelles, Éd. Complexe, 1994.
  • L'Europe et ses villes-frontières (dir.), Éd. Complexe, 1996.
  • (en) Students and The Cold War, Macmillan/St Martin Press, 1996.
  • (en) Brussels and Jerusalem, from Conflict to Resolution, Truman institute, 1996 avec Steven Kaplan et Simone Susskind.
  • La jeune garde : entre KGB et CIA, la jeunesse mondiale, enjeu des relations internationales, 1917-1989, Paris, Seuil, 1998.
  • L'école face au racisme et les jeunes au défi de l'ethnicité, Quorum, 1998, avec Ahmed Medhoune.
  • Le siècle des camps : détention, concentration, extermination : cent ans de mal radical, avec Pierre Rigoulot, Paris, JC Lattès, 2000.
  • Au nom de l'antisionisme : l'image des juifs et d'Israël dans la caricature depuis la seconde Intifada, avec Dan Kotek, avant-propos de Plantu, Bruxelles, Éd. Complexe, 2003.
  • La Belgique et ses Juifs : de l'antijudaïsme comme code culturel, à l'antisionisme comme religion civique, Études du CRIF, 2004.
  • La carte postale antisémite : de l'affaire Dreyfus à la Shoah, avec   Gérard Silvain, Paris, Berg, 2005.
  • (en) Cartoons and extremism: Israel and the Jews in Contemporary Arab and Western Cartoons, Vallentine Mitchell, London, 2008.
  • Enseigner la Shoah au collège et au lycée, CDJC, Paris, 2009, avec Iannis Roder
  • Dictionnaire de la Shoah, Larousse, Paris, 2009. Ouvrage collectif avec Georges Bensoussan, Édouard Husson et Jean-Marc Dreyfus, coauteurs.
  •  Mickey à Gurs. Les Carnets de Horst Rosenthal, avec Didier Pasamonik, Paris, Calmann-Lévy, 2014.
  •  Israël et les médias francophones au miroir du conflit gazaoui", CCOJB, Bruxelles, 2015.
  •  1939, le quatrième partage de la Pologne (sld.), Académie Royale de Belgique, Bruxelles, 2015.
  •  Février 1945, la conférence de Yalta (sld.), Académie Royale de Belgique, Bruxelles, 2016.
  •  Shoah et Bande dessinée, l'image au service et la mémoire, Denoël, Paris, 2017, avec Didier Pasamonik.

Autres ouvrages (participation) et principaux articles[modifier | modifier le code]

  • Martin Gilbert, Atlas de la Shoah (traducteur), éd. de l'Aube, 1992.
  • '"Tintin : un mythe de remplacement" in Anne Morelli (dir. ouvrage collectif), Les Grands Mythes de l’histoire de la Belgique, de Flandre et de Wallonie, Éditions Vie ouvrière, Bruxelles, 1995, p. 280-292.
  • Camps et centres d’extermination au XXe siècle : essai de classification in Les Cahiers de la Shoah 2003/1 (no 7).
  • 'Le génocide des Herero, symptôme d'un Sonderweg allemand ?' In Revue d'histoire de la Shoah (RHS) no 189, Violences de guerre, violences coloniales, violences extrêmes avant la Shoah, juillet-décembre 2008.
  • 'Un enfant du siècle malgré lui' in Pourquoi je suis devenu historien" André Versaille éditeur, Bruxelles, 2008.
  • 'Les leçons du Rwanda. Un Casque bleu peut-il se muer en témoin moral ?' In Revue d'histoire de la Shoah (RHS) no 90. Rwanda, quinze ans après - Penser et écrire l'histoire du génocide des Tutsi, janvier-juin 2009
  • (en) Transmitting the history of the Shoah in a Universal way, in Cora Alexa Deving & Nicolas Schwaller, Minority Narratives and National minorities, Unipub, Oslo, 2010.
  • Dictionnaire des racismes, de l'exclusion et des discriminations (dir. Esther Benbassa), Paris, Larousse, 2010, articles crime contre l'humanité, génocides, ethnocide, camps et centres d'extermination, système concentrationnaire, épuration ethnique, génocide des Herero et des Nama, génocide des Arméniens, génocide des Juifs, génocide des Tutsi.
  • (en) avec Maxime Steinberg, Turning a blind eye: Aspects of Holocaust memory in Belgium, dans Roni Stauber (ed.) Collaboration with the Nazis, public discourse after the Holocaust, Routledge Jewish studies Series, New York, 2011.
  • 'Dérives médiatiques de la théologie de la falsification', in Judaïsme, Christianisme, Islam, le judaïsme entre 'théologie de la substitution et théologie de la falsification', acte du colloque tenu à l'IEJ de l'ULB, septembre 2008. Didier Devillez éditeur, 2010.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 24 heures (Suisse), Un spectacle et une BD pour lutter contre l'antisémitisme, par Chloé Dethurens, 10.10.2011 lien site du journal 24 heures