Prostitution forcée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La prostitution forcée est la prostitution imposée par un tiers et une variante d'esclavage sexuel. Le terme « prostitution forcée » figure dans les traités internationaux et humanitaires, comme le Statut de Rome mais l'application de ces conventions est inégale. Le Statut de Rome inclut la prostitution forcée parmi les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre.

Législations relatives à la prostitution forcée[modifier | modifier le code]

La prostitution forcée est illégale dans les coutumes de tous les pays[1]. Elle ne doit pas être confondue avec la prostitution libre, sur laquelle les pays adoptent des législations diverses : certains l'interdisent sous peine de mort[2], d'autres considèrent qu'elle est légale et reconnue dans la réglementation en tant qu'activité professionnelle.

S'il existe diverses législations sur la prostitution des adultes, la prostitution enfantine est illégale dans pratiquement tous les pays du monde. En 1949, l'Assemblée générale des Nations unies adopte la Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l'exploitation de la prostitution d'autrui. Cette convention remplace plusieurs traités précédents, qui portaient sur certains aspects de la prostitution forcée mais aussi sur d'autres éléments relatifs à la prostitution. La Convention de 1949 rend illégales l'embauche et l'incitation à des fins de prostitution ainsi que l'exploitation de bordels[1]. De nombreux États ne ratifient pas le traité car la prostitution y est légale et réglementée en tant qu'activité professionnelle : en Allemagne[3], au Pays-Bas[3], en Nouvelle-Zélande[4], en Grèce[5] et en Turquie[6], entre autres.

Crime contre l'humanité et crime de guerre[modifier | modifier le code]

Le Statut de Rome inclut la prostitution forcée dans les crimes contre l'humanité (article 7) et les crimes de guerre (article 8).

« Aux fins du présent Statut, on entend par crime contre l'humanité l'un quelconque des actes ci-après lorsqu'il est commis dans le cadre d'une attaque généralisée ou systématique lancée contre toute population civile et en connaissance de cette attaque :
Viol, esclavage sexuel, prostitution forcée, grossesse forcée, stérilisation forcée ou toute autre forme de violence sexuelle de gravité comparable[7]. »

« Aux fins du Statut, on entend par « crimes de guerre » :
xxii) Le viol, l'esclavage sexuel, la prostitution forcée, la grossesse forcée, telle que définie à l'article 7, paragraphe 2, alinéa f), la stérilisation forcée ou toute autre forme de violence sexuelle constituant une infraction grave aux Conventions de Genève[7]. »

Traite d'êtres humains[modifier | modifier le code]

Après la première convention internationale sur la traite d'êtres humains, qui s'est tenue à Paris en 1885, une série d'initiatives sont lancées pour limiter la commercialisation des femmes à des fins sexuelles. La Société des nations et l'organisation des Nations unies ont soulevé le problème[8].

La traite d'êtres humains, en particulier les filles et les femmes, conduit souvent à la prostitution forcée et à l'esclavage sexuel. D'après un rapport de l'Office des Nations unies contre les drogues et le crime, les victimes de cette traite à l'international sont le plus souvent envoyées en Thaïlande, au Japon, en Israël, en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Italie, en Turquie et aux États-Unis[9]. En majorité, ces victimes proviennent de Thaïlande, de Chine, du Nigeria, d'Albanie, de Bulgarie, de Biélorussie, de Moldavie et d'Ukraine[9]. Les victimes de traite sexuelle par Internet (en) sont emmenées puis obligées d'accepter des actes sexuels ou bien elles subissent des viols devant une webcam, diffusés en direct[10],[11],[12] ; ces vidéos donnent souvent lieu à des transactions financières (monétisation)[13].

En 2010, un rapport de l'Office des Nations unies contre les drogues et le crime estime que, mondialement, 70% des victimes connues de la traite d'êtres humains sont destinées à l'exploitation sexuelle, 18% au travail forcé et 3% à d'autres formes d'exploitation. En septembre 2011, la Commission européenne préliminaire propose les données suivantes : 75% des victimes du trafic de personnes servent à l'exploitation sexuelle, les 25% restants sont utilisées pour le travail forcé et d'autres formes d'exploitation[14].

En raison de la nature souvent clandestine de la prostitution et de différences méthodologiques pour séparer la prostitution forcée de la prostitution libre, il est difficile d'estimer avec précision l'ampleur du phénomène. En 2008, un rapport du Département d'État des États-Unis annonce : « chaque année, d'après les recherches commandées par le gouvernement en 2006, entre 600 000 et 800 000 personnes victimes de trafic d'êtres humains traversent la frontière nationale ; ce recensement ne tient pas compte des millions de victimes dans leur propre pays. Environ 80% des victimes transnationales sont des femmes et des filles — les mineures peuvent représenter jusqu'à 50% — et la majorité de ces victimes est destinée à l'exploitation sexuelle marchande »[15]. En 2014, un rapport de la Commission européenne établit qu'entre 2010 et 2013, dans les 28 États-membres de l'Union européenne, 30 146 personnes sont signalées comme victimes de trafic d'êtres humains, dont 69% sont victimes d'exploitation sexuelle[16].

Néanmoins, d'après The Economist en 2004, seule une petite fraction des prostituées est clairement victime de la traite d'êtres humains[3].

Le Protocole additionnel à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants (en) (aussi appelé protocole de Palerme), dans le cadre de la Convention de Palerme, décrit la traite d'êtres humains comme « le recrutement, le transport, le transfert, l’hébergement ou l’accueil de personnes, par la menace de recours ou le recours à la force ou à d’autres formes de contrainte, par enlèvement, fraude, tromperie, abus d’autorité ou d’une situation de vulnérabilité, ou par l’offre ou l’acceptation de paiements ou d’avantages pour obtenir le consentement d’une personne ayant autorité sur une autre aux fins d’exploitation »[17]. Sigma Huda (en), rapporteuse spéciale sur la traite des personnes, remarque qu'« en majeure partie, la prostitution qui a actuellement cours dans le monde correspond aux critères de traite »[18],[19]. Toutefois, pour Save the Children, le trafic de personnes et la prostitution relèvent de domaines distincts[20].

Prostitution enfantine[modifier | modifier le code]

La prostitution enfantine est fondamentalement considérée comme une exploitation non consentie car les enfants sont trop jeunes pour accorder leur consentement légal. Dans la majorité des pays, la prostitution enfantine est illégale, quel que soit l'âge du mineur.

Les États signataires du protocole facultatif sur la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants sont dans l'obligation d'interdire la prostitution des mineurs. Le protocole entre en vigueur le 18 janvier 2002[21].

En 1999, la Convention concernant l'interdiction et l'action immédiate pour l'élimination des pires formes de travail des enfants de l'Organisation internationale du travail statue que « l'utilisation, le recrutement ou l'offre d'un enfant à des fins de prostitution » fait partie des « pires formes de travail des enfants ». Adopté en 1999, le traité dispose que tout pays qui le ratifie doit éradiquer immédiatement cette pratique.

Aux États-Unis, le Victims of Trafficking and Violence Protection Act of 2000 (en) considère que toute « forme d'acte sexuel marchand [qui] est obtenu par la force, la tromperie ou la coercition, ou qui implique une personne n'ayant pas atteint 18 ans » est une « forme grave de trafic de personnes »[22].

Dans de nombreux États, surtout les plus pauvres, la prostitution enfantine demeure un véritable problème et de nombreux touristes venus de pays occidentaux visitent ces territoires pour s'adonner au tourisme sexuel sur les mineurs (en). La Thaïlande, le Cambodge, l’Inde, le Brésil et le Mexique sont des plaques tournantes de l’exploitation sexuelle d'enfants[23].

Histoire[modifier | modifier le code]

Esclavage et prostitution[modifier | modifier le code]

Prostitution rituelle[modifier | modifier le code]

Guerre de Canudos au Brésil[modifier | modifier le code]

La guerre de Canudos (1895-1898) est un conflit inégal entre l'État du Brésil et environ 30 000 habitants d'une communauté rebelle appelée Canudos, au Nord-Est du Bahia[24]. Cette guerre civile est la plus meurtrière de l'histoire brésilienne et elle s’achève sur des atrocités collectives[25]. Après plusieurs tentatives infructueuses de répression militaire, la révolte est brutalement écrasée en octobre 1897, avec l'arrivée d'une vaste armée brésilienne qui investit le village et tue pratiquement tous ses habitants. Les hommes sont découpés devant leurs épouses et leurs enfants. Quelques-unes des survivantes sont réduites en esclavage et envoyées dans des bordels au Salvador[26].

Allemagne nazie[modifier | modifier le code]

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le Troisième Reich ouvre des bordels militaires allemands dans une grande partie de l'Europe occupée au bénéfice des soldats de la Wehrmacht et de la Schutzstaffel[27]. Dans l'ensemble, ces bordels étaient neufs mais, à l'Ouest, certains remplaçaient des lupanars précédents ou d'autres bâtiments. Jusqu'en 1942, l'Europe occupée compte près de 500 bordels militaires[28]. Ces bordels, souvent des hôtels confisqués puis dirigés par la Wehrmacht, étaient destinés aux soldats en voyage et à ceux qui revenaient du front[29],[30]. D'après les archives, au moins 34 140 femmes ont été forcées de se prostituer pendant que l'Allemagne occupait leur pays, dont les prisonnières des camps de concentration[27]. En Europe de l'Est, ces femmes étaient souvent enlevées dans les rues des villes occupées au cours de rafles[29],[30]. Les nazis avaient établi des bordels dans les camps de concentration (Lagerbordell) afin d'encourager les prisonniers à collaborer, même si la plupart des usagers étaient des Kapos, des « prisonniers-fonctionnaires » de droit commun ; en effet, les détenus ordinaires, démunis et épuisés, étaient trop fragilisés pour s'y rendre et ils se méfiaient des stratagèmes des Schutzstaffel. Au final, les bordels des camps n'ont conduit à aucune hausse détectable de productivité chez les prisonniers ; en revanche, ils ont favorisé l'émergence d'un marché aux coupons entre les plus favorisés des camps[31]. Les femmes obligées de rester dans ces bordels venaient principalement du camp de Ravensbrück[32], sauf à Auschwitz qui exploitait ses propres prisonnières[27].

Femmes de réconfort[modifier | modifier le code]

Image prise à Rangoon, en Birmanie, le 8 août 1945. Une jeune Chinoise issue des « bataillons de réconfort » de l’armée impériale japonaise s’entretient avec un officier des forces alliées.

Le terme « femmes de réconfort » est une périphrase pour désigner les femmes officiant dans les bordels militaires et, en particulier, dans ceux de l'Empire du Japon au cours de la Seconde Guerre mondiale[33],[34]. D'après les estimations, environ 200 000 victimes sont concernées, avec des fourchettes allant de 20 000 pour certains experts japonais[35] jusqu'à 410 000 pour certains experts chinois[36] - le débat sur le nombre de victimes est toujours en cours. Des historiens et des chercheurs pensent que la majorité des femmes étaient issues de Corée, de Chine, du Japon et des Philippines[37], toutefois des citoyennes de Thaïlande, du Vietnam, de Malaisie, de Taïwan, d'Indonésie, du Timor Oriental[38] étaient présentes dans les « stations de réconfort ». Ces stations se trouvaient au Japon, en Chine, aux Philippines, en Indonésie (alors britannique), en Thaïlande, en Birmanie, en Nouvelle Guinée, à Hong Kong, à Macao et en Indochine française[39],[40].

Dans les pays occupés par l'armée japonaise, il y a des signalement de jeunes femmes enlevées à leur domicile. Il arrivait aussi qu'elles soient recrutées via une proposition de travailler dans l'armée[41]. Les soldats japonais enrôlaient des femmes de force[42].

Situation mondiale[modifier | modifier le code]

Continent américain[modifier | modifier le code]

Le gangster Charles « Lucky » Luciano condamné pour prostitution forcée et proxénétisme aux États-Unis en 1936.

Aux États-Unis en 2002, le Département d’État a repris une estimation précédente de la CIA : chaque année, environ 50 000 femmes et enfants sont amenés sur le territoire américain contre leur volonté à des fins d’exploitation sexuelle[43],[44]. Outre les victimes de traite internationale, des ressortissants américains sont aussi forcés de se prostituer. D’après le Centre national des Enfants disparus et exploités, entre « 100 000 et 293 000 enfants sont en danger d’être livrés à l’exploitation sexuelle »[45].

Moyen-Orient[modifier | modifier le code]

Les femmes victimes de traite en Europe de l’Est sont convoyées vers plusieurs pays du Moyen-Orient, dont la Turquie et les Émirats arabes unis[46]. Jusqu’en 2004, Israël était l’une des destinations du trafic de personnes à des fins d’exploitation sexuelle[47]. De nombreuses femmes irakiennes qui ont fui la guerre se sont tournées vers la prostitution et d’autres ont été victimes de trafiquants qui les ont envoyées en Syrie, en Jordanie, en Égypte, au Qatar, aux Émirats arabes unis, en Turquie et en Iran[48]. La Syrie à elle seule compte environ 50 000 femmes (souvent veuves) et filles réfugiées qui sont devenues prostituées[49]. Les faibles tarifs demandés par les prostituées irakiennes ont participé à faire de la Syrie, avant la guerre civile, une destination populaire de tourisme sexuel. Les clients venaient de pays plus aisés du Moyen-Orient[50]. Les femmes vierges valent cher[50],[51].

Europe[modifier | modifier le code]

En Europe, depuis la chute du Rideau de fer, certains pays de l’ex-bloc soviétique sont des plaques tournantes du trafic de femmes et d’enfants : Albanie, Moldavie, Bulgarie, Russie, Biélorussie et Ukraine[52],[53]. Des jeunes filles et jeunes femmes reçoivent de prétendues proposition de travail et d’argent, puis elles sont réduites en esclavage sexuel[54]. D’après les estimations, chaque année, l’Europe de l’Est et la Chine sont à l’origine des deux tiers du trafic mondial de femmes destinées à la prostitution[9],[55], dont les trois quarts n’avaient jamais travaillé dans l’industrie du sexe[56],[57]. Les principales destinations sont la Belgique, les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Italie, la Turquie, le Moyen-Orient (Israël, les Émirats arabes unis), l’Asie, la Russie et les États-Unis[58],[59].

Asie[modifier | modifier le code]

En 2009, les estimations sur la traite d’êtres humains en Asie du Sud-Est varient entre 200 000 et 400 000 victimes, dont une part importante est obligée de se prostituer[60].

Cambodge[modifier | modifier le code]

Au Cambodge, au moins un quart des 20 000 personnes travaillant dans la prostitution sont des enfants, parfois âgés de cinq ans[61].

Corée du Nord[modifier | modifier le code]

Inde[modifier | modifier le code]

En Inde du Sud et en Odisha, les devadâsî s'adonnent à une forme de prostitution rituelle[62] et certaines pratiques consistent à consacrer de très jeunes filles, via un mariage rituel, à une divinité ou un temple ; elles y exercent des fonctions de guides spirituels, de danseuses et de prostituées au service des hommes qui viennent au temple. Human Rights Watch signale que certaines devadâsî sont forcées d’accepter ce sacerdoce et, dans certains cas, de se prostituer auprès de membres de castes privilégiées[63]. Plusieurs gouvernements en Inde ont adopté plusieurs lois, avant et après l’Indépendance, pour mettre fin à cette pratique[64], qui perdure néanmoins dans certaines régions indiennes, notamment au Karnataka et en Andhra Pradesh[65].

Japon[modifier | modifier le code]

En Asie, le Japon est la principale destination de la traite de femmes (en), surtout celles venant des Philippines et de Thaïlande. Chaque année depuis 2001, le Département d’État américain classe le Japon parmi les scores élevés de trafic de personnes. Ces classements indiquent que le Japon (dans une certaine mesure) n’applique pas entièrement les mesures de base pour éradiquer le trafic d’êtres humains[66].

Il est courant de voir des femmes Thaï emmenées au Japon avec de fausses promesses puis livrées à des bordels, contrôlés par les Yakuza, où elles sont forcées d’enchaîner des clients[67],[68].

Népal[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990, on estime qu'environ 6 000 à 7 000 filles népalaises ont été victimes de trafic transnational. Toutefois, ces chiffres ont connu une forte croissance : en 2008, les victimes sont estimées entre 10 000 et 15 000 chaque année[69].

Philippines[modifier | modifier le code]

A la fin des années 1990, l’Unicef estime qu’il y a 60 000 enfants prostitués aux Philippines et remarque que les bordels d’Ángeles sont « célèbres » pour leur exploitation sexuelle d’enfants[70].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ilias Bantekas et Susan Nash, International Criminal Law, Cavendish, Routledge, , 2d éd. (ISBN 978-1859417768, lire en ligne), p. 6
  2. « Iran - Facts on Trafficking and Prostitution » [archive du ] (consulté le )
  3. a b et c « Prostitution: Sex is their business », The Economist,‎ (lire en ligne, consulté le ) Accès payant
  4. « Policing prostitution: The oldest conundrum », The Economist,‎ (lire en ligne, consulté le ) Accès payant
  5. « Greece », sur U.S. Department of State (consulté le )
  6. Susanne Güsten, « Turkey Cracks Down on Legal Brothels », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. a et b « Statut de Rome de la Cour pénale internationale », sur icc-cpi.int. [PDF]
  8. Dennis Altman, Global Sex, University of Chicago Press, (ISBN 9780226016054, lire en ligne), p. 114
  9. a b et c « UN highlights human trafficking », the BBC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. Joshua T. Carback, « Cybersex Trafficking: Toward a More Effective Prosecutorial Response », Criminal Law Bulletin, vol. 54, no 1,‎ , p. 64–183 p. 64.
  11. Virginia Greiman et Christina Bain, « The Emergence of Cyber Activity as a Gateway to Human Trafficking », Journal of Information Warfare, vol. 12, no 2,‎ , p. 41–49 p. 43.
  12. « Surge in online sex trade of children challenges anti-slavery campaigners », sur Reuters,
  13. « Child Sexual Exploitation », sur Europol,
  14. The EU Strategy towards the Eradication of Trafficking in Human Beings, 2012–2016, Commission européenne Directorate-General for Migration and Home Affairs (en).
  15. « Trafficking in Persons Report, I. Introduction », (consulté le )
  16. Trafficking harms 30,000 in EU - most in sex trade, BBC News (17 October 2014).
  17. "United Nations Convention against Transnational Organized Crime", Annex II, Section I, Article 3 (pg. 42). Retrieved on 21 September 2009.
  18. « Prostitution and Human Trafficking: Tackling Demand » [archive du ] (consulté le )
  19. Norma Ramos, « "It's Not TV, Its Sexploitation" Protest Against Home Box Office », On the Issues Magazine, (consulté le )
  20. « Definition of Trafficking » [archive du ], Save the Children (consulté le )
  21. « Optional Protocol to the Convention on the Rights of the Child on the sale of children, child prostitution and child pornography », sur United Nations Treaty Collection (consulté le )
  22. « Victims of Trafficking and Violence Protection Act of 2000 » [archive du ], US State Department, (consulté le )
  23. Emilio Godoy, « RIGHTS-MEXICO: 16,000 Victims of Child Sexual Exploitation » [archive du ], IPS,
  24. Robert M. Levine, « Canudos in the National Context », The Americas, vol. 48, no 2,‎ , p. 208 (DOI 10.2307/1006824, JSTOR 1006824)
  25. « Especial – NOTÍCIAS – Uma nova agenda militar », sur revistaepoca.globo.com, ÉPOCA (consulté le )
  26. Peter Robb, A Death in Brazil, Picador, , Reprint éd. (ISBN 978-0312424879), p. 208
  27. a b et c Nanda Herbermann, Hester Baer et Elizabeth Roberts Baer, The Blessed Abyss: Inmate #6582 in Ravensbruck Concentration Camp for Women, Detroit, Wayne State University Press, , 33–34 p., Google Books (ISBN 978-0-8143-2920-7, lire en ligne)
  28. Helge Sander, Barbara Johr (Hrsg.), Befreier und Befreite - Krieg - Vergewaltigung - Kinder, Frankfurt a.M. 2005
  29. a et b Hebrew Literature in the Wake of the Holocaust, Fairleigh Dickinson University Press, , 13–32 p. (ISBN 978-0-8386-3499-8), « Narrative Perspectives on Holocaust Literature »
  30. a et b Ronit Lenten, Israel and the Daughters of the Shoah: Reoccupying the Territories of Silence, Berghahn Books, , 33–34 p. (ISBN 978-1-57181-775-4)
  31. "Camp Brothel". Wollheim Memorial. Accessed 30 June 2011.
  32. SPIEGEL ONLINE, Hamburg Germany, « Nazi Sex Slaves: New Exhibition Documents Forced Prostitution in Concentration Camps - SPIEGEL ONLINE - International », Spiegel Online,‎ (lire en ligne)
  33. Tessa Morris-Suzuki, « Japan's 'Comfort Women': It's time for the truth (in the ordinary, everyday sense of the word) » [archive du ], (consulté le )
  34. WCCW 2004.
  35. (en) Asian Women’s Fund, « The “Comfort Women” Issue and the Asian Women’s Fund », sur awf.or.jp, [PDF] Asian Women'sFund, p. 10
  36. Rose 2005, p. 88
  37. Jone Johnson Lewis, « Women and World War II - Comfort Women », sur About.com Education (consulté le )
  38. « Japanese Military Sexual Slavery in East Timor » (consulté le )
  39. « FACTBOX-Disputes over Japan's wartime "comfort women" continue », (consulté le ).
  40. (nl) Ministerie van Buitenlandse zaken, « Gedwongen prostitutie van Nederlandse vrouwen in voormalig Nederlands-Indië [Enforced prostitution of Dutch women in the former Dutch East Indies] », Handelingen Tweede Kamer der Staten-Generaal [Hansard Dutch Lower House], vol. 23607, no 1,‎ (ISSN 0921-7371).
  41. Yoshimi 2000, p. 100–101, 105–106, 110–111
    Martin Fackler, « No Apology for Sex Slavery, Japan's Prime Minister Says », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
    « Abe questions sex slave 'coercion' », sur BBC News, (consulté le ).
  42. (nl) Ministerie van Buitenlandse zaken, « Gedwongen prostitutie van Nederlandse vrouwen in voormalig Nederlands-Indië [Enforced prostitution of Dutch women in the former Dutch East Indies] », Handelingen Tweede Kamer der Staten-Generaal [Hansard Dutch Lower House], vol. 23607, no 1,‎ , p. 6–9, 11, 13–14 (ISSN 0921-7371)
  43. « Worldwide Tragedy: U.S. Not Immune to Sexual Slavery » [archive du ]
  44. « 2002 Report », (consulté le )
  45. « Human Trafficking: Sexual Trafficking » [archive du ]
  46. « Sex Traffickers Prey On Eastern Europeans », sur RadioFreeEurope/RadioLiberty (consulté le )
  47. Israel a Human Trafficking Haven FoxNews.com
  48. « sexual-terrorism.org » [archive du ] (consulté le )
  49. « '50,000 Iraqi refugees' forced into prostitution » [archive du ], sur The Independent (consulté le )
  50. a et b « Iraqi refugees forced into prostitution » [archive du ]
  51. Katherine Zoepfmay, « Desperate Iraqi Refugees Turn to Sex Trade in Syria », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  52. Francis Loncle, « Eastern Europe Exports Flesh to the EU » [archive du ], Le Monde diplomatique, (consulté le )
  53. « Local women fall prey to sex slavery abroad » [archive du ] (consulté le )
  54. Neha A Deshpande et Nawal M Nour, « Sex Trafficking of Women and Girls », Reviews in Obstetrics and Gynecology, vol. 6, no 1,‎ , e22–e27 (PMID 23687554, PMCID 3651545)
  55. « Almost half of all women trafficked into Britains prostitution are Chinese » [archive du ]
  56. « Eastern Europe - Coalition Against Trafficking of Women » [archive du ]
  57. « BBC NEWS - Europe - A modern slave's brutal odyssey » (consulté le )
  58. Moldova: Lower prices behind sex slavery boom and child prostitution « https://web.archive.org/web/20080501093606/http://www.tiraspoltimes.com/node/653 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  59. « The Russian Mafia in Asia » (consulté le )
  60. Far Eastern Economic Review: "Costs Of Human Trafficking In Southeast Asia." Janis Foo, April 2009.
  61. « Somaly Mam Foundation » [archive du ] (consulté le )
  62. Anti-Slavery Society. Child Hierodulic Servitude in India and Nepal « https://web.archive.org/web/20110707083135/http://anti-slaverysociety.addr.com/hieroras.htm »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  63. Human Rights Watch. Caste: Asia's Hidden Apartheid
  64. United Nations Committee on the Elimination of Discrimination against Women. Thirty-seventh session: 15 January – 2 February 2007
  65. « 'Project Combat' launched to eradicate 'Devadasi' system », The Hindu,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  66. « Japan 2017 Trafficking in Persons Report » [archive du ], sur U.S. Department of State (consulté le )
  67. "Woman's Dying Wish: to punish traffickers who ruined her life" The Nation, 23 January 2006
  68. « A modern form of slavery: Trafficking of Burmese Women and Girls into Brothels in Thailand »
  69. "Lost Daughters - An Ongoing Tragedy in Nepal," Women News Network - WNN, 5 December 2008
  70. « Britain to Take Action Against Sex Tourists », BBC, (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]