Dabiq (magazine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dabiq
دابق

Pays Syrie
Langue arabe, anglais, allemand et français
Périodicité variable (presque mensuel)
Format pdf
Genre magazine en ligne
Fondateur État islamique
Date de fondation
Date du dernier numéro
Éditeur Al Hayat Media Center
Ville d’édition Raqqa

Dabiq (arabe : دابق) est un magazine publié sur Internet par le groupe terroriste État islamique. Ce magazine de propagande prétend justifier les actes commis par le groupe comme l'esclavage et les décapitations avec des rhétoriques violentes et apocalyptiques[1]. Il est remplacé depuis septembre 2016 par le magazine Rumiyah.

Théories mises en avant[modifier | modifier le code]

Le nom du magazine vient de la ville de Dabiq, au nord de la Syrie. D'après l'eschatologie islamique, c'est là où les armées de l’islam affronteront les forces anti-islamiques lors de l'apocalypse[2],[3]. En août 1516, la bataille de Marj Dabiq avait marqué la victoire des Ottomans sur les mamelouks ; en octobre 2016, Dabiq et ses environs sont pris par l'Armée syrienne libre (d'où peut-être l'arrêt d'édition du magazine).

Dans son numéro d'octobre 2014, un photomontage sur la couverture intitulée « L'échec de la croisade » montre le drapeau noir de l'État islamique flottant sur l'obélisque égyptien situé au centre de la place Saint-Pierre au Vatican[4]. L'imam bosniaque Bilal Bosnić (en) était également cité, avec la phrase « Le moment venu, le monde entier sera un État islamique [...] Notre but est de nous assurer que même le Vatican devienne musulman »[5].

Le même numéro contenait un article intitulé « La renaissance de l'esclavage avant l'Heure », qui reconnaissait la mise en esclavage des femmes yézidies après avoir envahi leurs villages dans l'Irak du Nord-Ouest. L'article présentait les justifications religieuses à l'esclavage et chantait les louanges de sa renaissance[6],[7],[8],[9],[10].

Autres publications[modifier | modifier le code]

D'autres périodiques sont publiées en ligne par l'organisation État islamique :

  • Dar al-Islam (en) (signifiant « Pays d'islam »), édité en français, de décembre 2014 jusqu'en 2016 ;
  • Konstantiniyye (en) (« Constantinople »), en turc, depuis juin 2015 ;
  • Rumiyah (« Rome »), en arabe, anglais, allemand, français, indonésien et turc, depuis septembre 2016[11].

Ces publications sont en concurrence avec :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La propagande apocalyptique de Daech (en Français) »
  2. Enquête. Ce que veut vraiment l’État islamique, Courrier International, 18 mars 2015.
  3. (en) Why Islamic State chose town of Dabiq for propaganda, 17 novembre 2014, BBC News
  4. Umberto Bacchi, « International Business Times: Isis magazine Dabiq Threatens 'Rome Crusaders' Flying Islamic State Flag at Vatican on Front Cover », International Business Times, (consulté le 10 mars 2015)
  5. Yaron Steinbuch, « ISIS: ‘The whole world will be an Islamic state’ », The New York Post,‎ (lire en ligne, consulté le 2 janvier 2015)
  6. (en) Salma Abdelaziz, "ISIS states its justification for the enslavement of women," CNN, October 13, 2014
  7. (en) Reuters, "Islamic State Seeks to Justify Enslaving Yazidi Women and Girls in Iraq," Newsweek, 10-13-2014
  8. (en) Athena Yenko, [« "Judgment Day Justifies Sex Slavery Of Women – ISIS Out With Its 4th Edition Of Dabiq Magazine," »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) ] International Business Times-Australia, October 13, 2014
  9. (en) Allen McDuffee, "ISIS Is Now Bragging About Enslaving Women and Children," The Atlantic, Oct 13 2014
  10. (en) Richard Spencer, "Thousands of Yazidi women sold as sex slaves 'for theological reasons', says Isil," The Daily Telegraph, 13 Oct 2014.
  11. Robin Verner, « On a lu Rumiyah, la nouvelle revue de propagande de l'État islamique », sur www.slate.fr, .