Conquistador

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2009).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Cet article ou cette section concernant l'Amérique précolombienne doit être recyclé. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Discutez des points à améliorer en page de discussion.

Une réorganisation, une clarification ou une exportation du contenu est nécessaire.

 Ne doit pas être confondu avec Conquistador (collection).
Suite aux conflits de partage de l'Amérique entre royaumes européens et aux dénonciations des abus contre les indigènes, les conquistadors ont fait valoir la légitimité de leur invasion notamment en raison de la nécessité religieuse d'évangéliser les peuples du Nouveau Monde. C'est pourquoi on trouve beaucoup de représentations de conquistadors pieux, accompagnés de prêtres ou, ici, priant avant une bataille.

Les conquistadors (terme qui signifie conquérants en castillan et en portugais) sont des explorateurs, et plus généralement les chefs d'expédition et leurs soldats qui ont exploré puis conquis le Nouveau Monde du XVe au XVIe siècles pour la couronne d'Espagne, participant directement à la conquête de l'Amérique. Cet épisode de l'histoire est désigné sous le terme colonisation espagnole des Amériques. Un processus similaire eut lieu ultérieurement dans le pacifique, aux Philippines et Guam. Plus que de simples explorateurs (dans le sens aventuriers, ou grands navigateurs), ils ont un caractère essentiellement militaire. Au Brésil, le terme utilisé pour la colonisation est bandeirante.

Historique[modifier | modifier le code]

Les voyages de Christophe Colomb ont permis à l'Espagne d'envoyer des colons sur le continent américain. Peu de temps après le retour de Colomb, des expéditions furent organisées pour conquérir et évangéliser le Nouveau Monde.

Les chefs de ces expéditions étaient appelés conquistadors. Ce nom évoquait la Reconquista (711-1492), la reconquête des territoires de la péninsule Ibérique occupés par des musulmans.

Portrait d'un hidalgo.

De nombreux conquistadors étaient des hobereaux (nobles peu fortunés) hidalgos, dont beaucoup venaient d'Estrémadure « extrême et dure ». Individualistes et mercenaires dans l'âme, cette activité leur permettait de s'enrichir dans les « Indes » car ils ne pouvaient pas le faire en Europe.

Les pionniers[modifier | modifier le code]

Les premiers conquistadors connus sont Juan Ponce de León, qui conquit Porto Rico, Diego Velázquez (compagnon de Colomb) qui prit Cuba en et Vasco Núñez de Balboa qui fonda en la première colonie sur le continent, dans l'actuel Panama et découvrit le Pacifique.

Parmi les succès les plus mémorables des conquistadors se trouvent ceux de Hernán Cortés au Mexique, qui fut le premier à établir des contacts diplomatiques avec les autochtones à Cozumel, où les Espagnols rencontrèrent des Mayas qui les accueillirent chaleureusement et offrirent à Cortés de la nourriture, des plumes et de l'or. Les conquêtes de Francisco Pizarro et de Diego de Almagro au Pérou, avec des troupes bien inférieures en nombre à celles des empires qu'ils agressaient, restent connus pour avoir aisément soumis et éliminé les plus puissants souverains, aidés par une supériorité technologique certaine, des circonstances politiques exceptionnellement favorables, ainsi que par la propagation de nombreuses maladies apportées par les Européens et les Africains, qui décimèrent les habitants du Nouveau Monde pour qui elles étaient complètement nouvelles (variole, grippe, typhus…).

Développement[modifier | modifier le code]

Des rumeurs faisant état de cités d'or circulèrent rapidement à leur retour en Europe. On racontait qu'une ville merveilleuse portant le nom de Cibola avait été découverte en Amérique du Nord, et l'Eldorado en Amérique du Sud. ces histoires furent à l'origine de nombreuses expéditions qui partirent à la recherche de ces cités, mais de nombreuses revinrent bredouille ou en ramenant moins d'or qu'ils n'espéraient. Ils trouvèrent d'autres métaux précieux comme l'argent qui, lui, était particulièrement abondant (mines du Potosí).

Partage du monde[modifier | modifier le code]

Le monde partagé entre conquistadors espagnols et portugais.
Article détaillé : Inter caetera.

Témoignage des conquistadors[modifier | modifier le code]

Les journaux des conquistadors[modifier | modifier le code]

Critique de la conquête[modifier | modifier le code]

Certains Espagnols, comme Bartolomé de Las Casas prirent la défense des populations autochtones, car un certain nombre de conquistadores se montrèrent cruels envers les indigènes qu'ils massacrèrent ou réduisirent en esclavage. Mais d'autres (tel Cortés) eurent en général de bons rapports avec les populations indigènes. En 1542, des lois pour protéger les indigènes furent promulguées, mais peu d'administrations coloniales les respectèrent quand elles entraient en opposition avec les profits en particulier miniers.

En 1552, Bartolomé de Las Casas publia Brevísima relación de la destrucción de las Indias, livre dont se servirent les autres puissances européennes pour critiquer avec un rien d'hypocrisie la colonisation espagnole et en firent souvent un prétexte pour attaquer les galions qui amenaient ces immenses richesses dans la métropole[1].

Les abus des conquistadors ont été dénoncés dans la lettre apostolique Immensa Pastorum Principis (Benoît XIV, ) et l'encyclique Lacrimabili Statu (Pie X, ).

Liste de conquistadors espagnols[modifier | modifier le code]

Voici une liste de conquistadores et explorateurs espagnols. Vous trouverez entre parenthèses la date des lieux conquis ou explorés et les années concernées.

Panama, Colombie et Venezuela[modifier | modifier le code]

Pérou, Amazone et Équateur[modifier | modifier le code]

Mexique, côte des États-Unis et Yucatán[modifier | modifier le code]

Les explorateurs portugais[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Grunberg, Dictionnaire des conquistadors du Mexique, L'Harmattan, 2003, 632 pages (ISBN 9782747510073).
  • Bernard Grunberg, « L'univers des conquistadores dans la conquête de la Nouvelle Espagne pendant la première moitié du XVIe siècle », Histoire, économie & société, 1993, no 3, p. 373-379. [lire en ligne].
  • (en) Hammond Innes, The Conquistadors, Penguin, (ISBN 978-0-14-139122-9).
  • F. A. Kirkpatrick, Les conquistadors espagnols [« The Spanish Conquistadores »], Paris, Payot, .
  • (en) John Pohl, The Conquistador : 1492-1550, Osprey Publishing, , 64 p. (ISBN 1780967586).
  • (en) John Pohl et Charles Robinson, Aztecs And Conquistadores : The Spanish Invasion And the Collapse of the Aztec Empire, Osprey Publishing, 184 p. (ISBN 1841769347).
  • (en) Matthew Restall et Felipe Fernandez-Armesto, The Conquistadors : A Very Short Introduction, Oxford University Press, , 125 p. (ISBN 0195392299).
  • (en) Matthew Restall, Seven Myths of the Spanish Conquest, Oxford University Press, , 240 p. (ISBN 0199839751).
  • (en) Michael Wood, Conquistadors, BBC Books, (ISBN 978-0-563-48706-7).

Article connexe[modifier | modifier le code]

  • Hidalgo, titre de petite nobilité établi à l'issue de la Reconquista.