Racisme en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le racisme en France a pris et peut prendre plusieurs facettes, il n'est pas instauré par l’État, mais dépend du comportement de chacun. il s'agit parfois de xénophobie. Dans le passé, des périodes de racisme d'État ont pu exister. Aujourd'hui, le droit ne crée pas de différence de droit si ce n'est sur la base de la nationalité. 

En particulier, en France, il n'existe pas de critère officiel de classification de la population en race. Toutefois le fichier de police STIC classe les individus recherchés sur la base suivante : blanc (caucasien) ; méditerranéen ; gitan ; moyen-oriental ; nord-africain maghrébin ; asiatique eurasien ; amérindien ; indien (Inde) ; métis-mulâtre ; noir ; polynésien ; mélanésien-canaque[1],[2].

Question de l'esclavage et du métissage[modifier | modifier le code]

Arrêté consulaire du 13 messidor an X (2 juillet 1802) interdisant aux noirs, mulâtres et gens de couleurs d'entrer en France
Circulaire du ministre de la justice du 18 nivôse an XI (8 janvier 1803) interdisant aux officiers d’état civil la célébration des mariages entre Blancs et Noirs en France
Article détaillé : Esclavage.

Établi dans le but de régir la vie des esclaves noirs dans les colonies françaises des Antilles, le Code noir (1685) a institutionnalisé le racisme en justifiant la mise en esclavage des déportés africains sur les colonies des Antilles et de Guyane. Aboli par la Convention en 1794, rétabli par Napoléon Ier par la loi du 20 mai 1802, réaboli en 1815 par Napoléon mais aussitôt rétabli par la Restauration, l'esclavage est resté en vigueur en France jusqu'au décret d'abolition de l'esclavage du 27 avril 1848.

La différence de traitement imposé aux Noirs et « gens de couleur » dans la métropole et aux colonies incitait ces derniers à s'établir en métropole. En 1776, environ 5 000 Noirs vivent en France, essentiellement à Paris. Devant l'ampleur du mouvement, dans le dernier quart du XVIIIe siècle la législation coloniale ségrégative est étendue au territoire du Royaume (France métropolitaine). La Déclaration royale du 9 août 1777 sur la police des Noirs, mulâtres ou autres gens de couleur en France interdit à ces derniers, qu'ils soient libres ou non, l'entrée en France[3]. Cette loi créait un « dépôt de Nègres » dans chaque port qui recevait ceux qui arrivaient en attendant qu'on puisse les renvoyer. L'Arrêt du Conseil d’Etat du 5 avril 1778 interdit les mariages « interraciaux » entre blancs et noirs ou gens de couleur en France[4]. Selon l'historien Pierre Pluchon « ces mesures, inspirées par une perception négative des Noirs et des Métis, répondent au souci de protéger les Français de la souillure funeste qui menace leur race »[5]. Ces mesures, qui témoignent de la peur croissante du métissage sur le sol français, sont en effet prises après le recensement décidé en 1776 par le ministre de la Marine, Antoine de Sartine qui déclarait les « Nègres  se multiplient dans le Royaume... On y favorise leurs mariages avec les Européens ; les maisons publiques en sont infectées ; les couleurs se mêlent, le sang s'altère » [6],[7].

Après la loi du 20 mai 1802 rétablissant l'esclavage, des mesures discriminatoires similaires à celles de l'Ancien Régime sont à nouveau prises par Napoléon à l'encontre des Noirs et « gens de couleur » libres sur le territoire métropolitain. Le 29 mai 1802, les officiers de couleur sont exclus de l'armée ; le 2 juillet 1802, le territoire métropolitain est interdit aux Noirs et « gens de couleur  » puis le 8 janvier 1803, les mariages interraciaux « entre des blancs et des négresses  » et « entre des nègres et des blanches » sont interdits[8],[9]. Ainsi on pouvait lire dans les Annales périodiques de la ville d'Orléans en 1809: « Nouvelles de Paris - Des officiers de l'état civil avaient proposé la question de savoir si la défense de recevoir des actes de mariage entre les blancs et les négresses, ou entre des nègres et des blanches, s'étend à ceux que l'on appelle vulgairement mulâtres. Cette question a été soumise à l'autorité ministérielle, qui a décidé que cette défense ne concerne que les nègres proprement dits, et qu'elle n'est point applicable aux mulâtres ou hommes de couleur, qui jouissent, quant au mariage, des mêmes droits que les autres sujets de l'Empire. »[10]

La politique napoléonienne imposa ainsi durant seize années dans la métropole une discrimination à l’égard des Noirs. Ce n'est que sous la Restauration que des mesures anti-esclavagistes et des politiques raciales plus libérales furent mises en place en métropole. En 1818, le comte de Serre, devenu ministre de la Justice, abolit l’interdiction concernant les mariages interraciaux. En août 1818, l’interdiction de voyager pour les « gens de couleur » de condition libre fut également supprimée par une circulaire ministérielle et confirmée en février 1819 par le ministre[11],[12].

Racialisme[modifier | modifier le code]

Les thèses racialistes, qui tentaient de fonder sur l'autorité de la science l'idéologie raciste, ont été développées en France dès le milieu du XIXe siècle, avec l'Essai sur l'inégalité des races humaines du comte de Gobineau, qui eut une influence importante par la suite. Ce courant a été perpétué par Georges Vacher de Lapouge à la fin du XIXe siècle, Jules Soury ou encore George Montandon et René Martial, auteur des Traits de l'immigration et de la greffe inter-raciale (1931), lors des années 1930.

Antisémitisme[modifier | modifier le code]

L'antisémitisme en France est généralement distingué du racisme.[pas clair] Il a été particulièrement fort lors de l'affaire Dreyfus à la fin du XIXe siècle, puis lors des années 1930 et sous Vichy.

Racisme anti-maghrébins[modifier | modifier le code]

Le journaliste Fausto Giudice a recensé plus de deux cents Maghrébins assassinés lors de crimes racistes et plusieurs centaines d’autres agressés entre 1971 et 1991[13],[14].

L'année 1973 est celle qui a connu le plus grand nombre de meurtres de Maghrébins. Le 25 août 1973, à Marseille, le meurtre d’un conducteur de bus par un immigré algérien, déclenche une série d'agressions à la suite notamment d'un article de Gabriel Domenech dans Le Méridional[15]. Pendant plusieurs mois, des meurtres de Maghrébins vont être commis dans tout le sud de la France. Cette chasse à l’homme culmine le 12 décembre 1973 avec l’attentat du Consulat algérien revendiqué par le Club Charles Martel qui fait quatre morts et plusieurs dizaines de blessés. C’est à la suite de ces événements que le gouvernement algérien décide de suspendre l’émigration en direction de la France[16]. Au total, 52 Maghrébins (essentiellement Algériens) furent tués ou blessés lors de crimes racistes au cours de cette année 1973[17].

Pour plusieurs auteurs, l'islamophobie d'aujourd'hui n'est qu'un racisme anti-maghrébin déguisé. Ainsi selon Olivier Roy, « pour beaucoup de gens, la critique de l’islam comme religion permet de reprendre un discours anti-immigration en le « déracialisant ». Au lieu de critiquer les immigrés ou les Arabes/Berbères, on se réfère aux « musulmans », mais il s’agit bien sûr de la même population. »[18]

Racisme anti-Roms[modifier | modifier le code]

Depuis la présidence de Nicolas Sarkozy, les déclarations et les incidents racistes anti-Roms recensés en France ont augmenté de façon exponentielle. En septembre 2013[19], Manuel Valls (alors ministre de l'Intérieur), sur le caractère inassimilable des populations Roms, [Qui ?]ont créé un scandale et interviennent dans la foulée de celles de Gilles Bourdouleix, député-maire de Cholet : « Hitler n’en a peut-être pas tué assez ». Il s'agirait d'une réhabilitation du racisme « à l'ancienne »[13].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Droits de l'homme en France.

D'après les renseignements généraux, il y a eu 1 513 faits racistes et antisémites déclarés, dont 361 violents en France en 2004. Ils étaient 833 en 2003 et 1313 en 2002. Les faits antisémites sont les plus nombreux (950 en 2004) dont 199 actes violents. La région parisienne est la plus affectée. Les actes antimaghrébins ont connu une forte augmentation en 2004 (563 faits parmi lesquels 162 violents). Les profanations de cimetières et les atteintes aux mosquées se sont multipliées[20].

Pour sa part, la Commission nationale consultative des droits de l’homme dresse pour l’année 2007 un tableau des manifestations de racisme, antisémitisme et xénophobie. La diminution des actes racistes et antisémites constatée en 2005 et 2006 semble se poursuivre, ces derniers sont en outre de plus en plus pris en compte par les autorités judiciaires. Les violences et menaces à caractère raciste et xénophobe sont pour l’année 2007 en baisse de 9 %, les personnes d’origine maghrébine étant les plus touchées à la fois par les actes racistes (68 % de la violence raciste est dirigée contre la communauté maghrébine) et les menaces racistes (60 % du volume global). Le rapport constate que la lutte contre l’antisémitisme porte ses fruits : 386 faits ont été recensés en 2007 contre 571 en 2006 (- 32,5 %), après une nette augmentation entre 2005 et 2006[21].

Après une forte hausse en 2015, consécutive aux attentats de janvier 2015 (808 actes antisémites et 429 actes anti-musulmans sur l'année), les actes antisémites diminuent de 61 % et les actes antimusulmans de 52 % sur les dix premiers mois de 2016[22].

La France et l'Europe[modifier | modifier le code]

Selon une étude suédoise, la France est l’un des pays les plus racistes d’Europe. En effet, 22,7 % des français ne veulent pas d’un voisin d’une autre « race » que la leur[23],[24].

Selon un rapport publié par la CNCDH le , 35 % des Français se disent racistes (9 % se disent « plutôt racistes » et 26 % « un peu racistes »). D'autre part, 87 % des Français considèrent que les Roms constituent un « groupe à part ». Ce pourcentage est de 82 % pour les gens du voyage, 56 % pour les musulmans, 46 % pour les Maghébins, 41 % pour les Asiatiques, 31 % pour les Juifs, les Noirs étant les mieux acceptés avec 23 % des Français qui considèrent qu'ils constituent un « groupe à part ». Seuls 14 % des Français pensent qu'il y a des « races » supérieures à d'autres et 80 % estiment que les personnes qui tiennent publiquement des propos racistes, comme « sale noir », doivent être condamnées sévèrement par la justice[25],[26].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fichiers de police et de gendarmerie - La Documentation française
  2. Une nouvelle classification a été proposée dans le cadre de la réflexion sur l’évolution du fichier STIC-Canonge, et notamment des types mentionnés en vue de l’identification puis de l’interpellation des individus recherchés :
    • type européen (nordique, caucasien, méditerranéen);
    • type africain/antillais;
    • type métis;
    • type maghrébin;
    • type moyen-oriental;
    • type asiatique
    • type indo-pakistanais;
    • type latino-américain;
    • type polynésien;
    • type mélanésien (dont notamment canaque...)
  3. Déclaration du Roi pour la police des Noirs du 9 août 1777
  4. Arrêt du Conseil d’Etat du 5 avril 1778
  5. Introduction de Pierre Pluchon in Haïti au XVIIIe siècle: richesse et esclavage dans une colonie française (1797), Alexandre-Stanislas baron de Wimpffen, Karthala, 1993, p. 22
  6. Pierre H. Boulle, Race et esclavage dans la France de l'Ancien Régime, Perrin, 2007, p.135
  7. Rapport de Sartine, ministre de la Marine, au conseil des dépêches sur la « Police des Noirs » [août 1777], AN, Col., F/1B/3, n° 379. 66.
  8. Alain-Jacques Tornare, La Révolution française, EDI8, 2012, p.247
  9. Jean-Simon Loiseau, Dictionnaire des arrêts modernes, Clament, 1809, volume 2, p.449
  10. Annales périodiques de la ville d'Orléans, 6e année, n°598, samedi 23 septembre 1809, p. 212.
  11. Jennifer HEUER, « The one drop rule in reverse ? Interracial marriages in Napoleonic and Restoration France », Law and History Review, 27-3, 2009, p. 515-548
  12. Rebecca H. SCHLOSS, Sweet liberty : The final days of slavery in Martinique, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2009, pp. 92-93.
  13. a et b Fausto Giudice, Arabicides, La Découverte, Paris, 1992.
  14. « ARABICIDES », de Fausto Giudice Le mal chronique, Le Monde, Juillet 1992.
  15. « Bien sûr, on nous dira que l'assassin est fou, car il faut bien une explication, n'est-ce pas, pour satisfaire ceux qui refusent d'admettre que le racisme est arabe/berbère avant d'être européen. Et qu'il n'y a, finalement, de racisme européen que parce que l'on tolère, depuis trop longtemps, tous les abus du monde arabe… pour de basses raisons pétrolières. La folie n'est pas une excuse. Cet assassin-là, même s'il est fou (je dirai plus, s'il est fou), les pouvoirs publics sont encore plus gravement coupables de l'avoir laissé pénétrer sur notre territoire. Nous en avons assez. Assez des voleurs algériens, assez des casseurs algériens, assez des fanfarons algériens, assez des trublions algériens, assez des syphilitiques algériens, assez des violeurs algériens, assez des proxénètes algériens, assez des fous algériens, assez des tueurs algériens. Nous en avons assez de cette immigration sauvage qui amène dans notre pays toute une racaille venue d'outre-Méditerranée et se mêlant (pour leur malheur et ils le savent, et ils sont avec nous lorsque nous dénonçons le mal) aux honnêtes et braves travailleurs venus pour gagner leur vie et celle de leur famille… parce que l'indépendance ne leur a apporté que la misère, contrairement à ce qu'on leur avait laissé espérer. Hier, c'était un malheureux chauffeur d'autobus marseillais, qui a été la victime de la bête malfaisante que M. Boumediene nous a envoyée au titre de la Coopération. Encore un ouvrier, après des chauffeurs de taxi, des petits commerçants, des vieillards sans défense et des jeunes filles ou des femmes attaquées, alors qu'elles rentrent seules. Jusqu'à quand ? et qu'attend-on pour faire quelque chose, nous le demandons une fois de plus ? Ne comprendra-t-on que trop tard, en haut lieu, que tout cela risque de finir très mal ? et laissera-t-on longtemps les criminels gauchistes - comment les qualifier autrement ? - entretenir la haine du Blanc parmi les immigrés arabes/berbères… pour se servir d'eux et obtenir ce qu'ils souhaitent le plus : une « ratonnade » ! Leur rêve ! Car, dès lors, la France pourrait enfin être mise au ban des nations civilisées. Notre gouvernement est-il donc stupide au point de ne pas comprendre cela ? », Gabriel Domenech, Le Méridional, 26 août 1973.
  16. Yvan Gastaut, L’Immigration et l’opinion en France sous la Ve République, Paris, Seuil, 2000.
  17. Marseille 73, la ratonnade oubliée, 2006, film documentaire de Morad Aït-Habbouche et Hervé Corbiere pour l’émission « Lundi Investigation » de Canal Plus.
  18. Olivier Roy : « La critique de l’islam comme religion permet de reprendre un discours anti-immigration en le « déracialisant »., Interview Olivier Roy, 11. mai 2005
  19. « « NOUS RÉCLAMONS JUSTICE » L'EUROPE DOIT PROTÉGER DAVANTAGE LES ROMS CONTRE LES VIOLENCES RACISTES », sur https://www.amnesty.fr, (consulté le 19 avril 2017)
  20. « Actes racistes et antisémites en France : 2004 aura été une année noire », Le Monde,
  21. CNCDH, « La lutte contre le racisme et la xénophobie: rapport d'activité 2007 »
  22. Agence France Presse, « Les actes antisémites et antimusulmans en baisse de plus de 50% en un an selon Bernard Cazeneuve », huffingtonpost.fr, (consulté le 5 décembre 2016)
  23. La France est l'un des pays les plus racistes du continent européen, Slate.fr, 16 mai 2013.
  24. fascinating map of the world’s most and least racially tolerant countries, Washington Post, 15 mai 2013.
  25. Racisme : 75 % des Français estiment qu'il y a trop d'immigrés en France, RTL.FR, 4 avril 2014.
  26. Rapport de la Commission nationale consultative des droits de l'Homme, 2014.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Noiriel, Immigration, antisémitisme et racisme en France (XIX-XXe siècle), Paris, Fayard, coll. « Nouvelles Etudes Historiques », (ISBN 2213630011)
  • Michel Wieviorka (dir.), La France raciste, Seuil, Paris, 1992
  • Fausto Giudice, Arabicides, La Découverte, Paris, 1992
  • François Noël Bernardi, Jean Dissler, Alain Dugrand, Alex Panzani, Les Dossiers noirs du racisme dans le Midi de la France, Éditions du Seuil, Paris, 1976
  • Marseille 73, la ratonnade oubliée, 2006, film documentaire de Morad Aït-Habbouche et Hervé Corbiere pour l’émission « Lundi Investigation » de Canal Plus
  • Yvan Gastaut, La flambée raciste de 1973 en France, Revue européenne de migrations internationales, Année 1993, Volume 9, Numéro 9-2, pp. 61-75

Articles connexes[modifier | modifier le code]