Ben Kiernan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ben Kiernan
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
David P. Chandler (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Ben Kiernan (1953, Melbourne) est un professeur d'histoire à l'université Yale, né en 1953 à Melbourne, en Australie. Il est spécialiste du génocide cambodgien. Il est notamment le directeur du Programme sur le génocide cambodgien (PGC), conduit depuis 1994 par l'université américaine de Yale et financé par le département d'État américain[1].

Critiques[modifier | modifier le code]

Le travail de Kiernan avant 1978, en particulier son travail avec la publication de News from Kampuchea, a été critiqué comme pro-Khmers rouges (voir déni du génocide au Cambodge (en)[2],[3]. En effet, avant d'entamer ses travaux d'historien sur le Cambodge, Ben Kiernan fait partie des intellectuels procommunistes qui saluent la « libération » de Phnom Penh par les Khmers rouges en 1975.

Alors que Kiernan est devenu un critique du comportement des Khmers rouges, Peter Rodman déclare que « lorsque Hanoï s'est tourné publiquement contre Phnom Penh, il est soudainement devenu respectable pour de nombreux membres de la gauche de » découvrir « les qualités meurtrières des Khmers rouges - qualités qui étaient évidentes à des observateurs impartiaux pendant des années. Kiernan correspond parfaitement à ce modèle. Son livre montre même un désir d'absoudre de toute responsabilité génocidaire les membres des Khmers rouges qui ont fait défection à Hanoi et ont ensuite été réinstallés au pouvoir à Phnom Penh par l'invasion vietnamienne du Cambodge en 1978. »[4]

En 1994, Kiernan reçoit une subvention de 499 000 $ du Congrès des États-Unis pour aider le gouvernement cambodgien à documenter les abus des Khmers rouges. Stephen J. Morris, à l'époque chercheur associé au département du gouvernement de l'université Harvard, cite alors les déclarations que Kiernan avait faites au sujet des Khmers rouges dans les années 1970. Dans un article d'opinion du Wall Street Journal, Morris affirme que les opinions antérieures de Kiernan faisaient de lui un mauvais choix pour étudier les abus des Khmers rouges. Gerard Henderson, directeur exécutif de l'Institut australien de Sydney, déclare que Kiernan avait « apporté son support aux Khmers rouges lorsque les champs de la mort cambodgiens étaient étouffés par des cadavres ». L'article de Morris a été contesté par 29 spécialistes cambodgiens qui ont fait l'éloge de Kiernan comme « un historien de premier ordre et un excellent choix pour la subvention du département d'État[5],[6]. »

Bibliographie sommaire[modifier | modifier le code]

  • (en) Social Cohesion in Revolutionary Cambodia, Australian Outlook, 1976.
  • (en) Vietnam and the Governments and People of Kampuchea, Bulletin of Concerned Asian Scholars, 1979.
  • avec Serge Thion, Khmers rouges ! Matériaux pour l'histoire du communisme au Cambodge, La Vieille Taupe, Paris, 1981, 396 p.[7]
  • (en) Avec Chanthou Boua, Peasants and Politics in Kampuchea, 1942-1981. Zed Books Ltd, 1981.
  • (en) How Pol Pot Came to Power: Colonialism, Nationalism, and Communism in Cambodia, 1930-1975, Yale University Press, 1985. Rééd. en 2004. (ISBN 0300102623).
  • (en) Cambodia: The Eastern zone Massacres, Center for the Study of Human Rights, Columbia University, 1986.
  • Collectif, Cambodge, histoire et enjeux 1945-1985. L'Harmattan, 1986.
  • (en) Ben Kiernan, éd., Genocide and democracy in Cambodia. The Khmer Rouge, the United Nations and the international community, Yale Univ Southeast Asia Studies, 1993[8]
  • (en) The Pol Pot Regime: Race, Power and Genocide in Cambodia under the Khmer Rouge, 1975-1979, Yale University Press, 1996. Rééd. en 2002. (ISBN 0300096496).
  • Le Génocide au Cambodge, 1975-1979: Race, idéologie, et pouvoir. Gallimard, 1998.
  • (en) Blood and Soil: A World History of Genocide and Extermination from Sparta to Darfur, Yale University Press, 2007.
  • (en) Genocide and Resistance in Southeast Asia: Documentation, Denial, and Justice in Cambodia and East Timor, Transaction Publishers, 2007.
  • (en) Viet Nam: A History from Earliest Times to the Present, Oxford University Press, 2017.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. «Les Khmers rouges doivent être jugés». L'historien Ben Kiernan plaide pour que le génocide cambodgien ne reste pas impuni., entretien, liberation.fr, 9 mai 1998
  2. Stephen Morris, « The Wrong Man to Investigate Cambodia » [archive du ],
  3. (en) Geoffrey Gunn, Cambodia Watching Down Under, Bangkok, Institute of Asian Studies, Chulalongkorn University, (ISBN 974-579-532-1)
  4. (en) Peter W. Rodman, "Grantsmanship & the Killing Fields", Commentary, mars 1996
  5. Patrick Dilger; Back to the "Killing Fields" « https://web.archive.org/web/20070526002417/http://www.yalealumnimagazine.com/issues/96_04/cambodia.html »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Yale Alumni Magazine, avril 1996
  6. (en) Stephen J. Morris, « Disowning Morris », sur The Phnom Penh Post
  7. Bui Xuan Quang, [Ben Kiernan et Serge Thion. Khmers rouges ! David P. Chandler Ben Kiernan (ed.). Revolution and its Aftermath in Kampuchea. Eight Essays "Cambodge I", ASEMI. Jean Delvert. Le Cambodge (compte-rendu)], Politique étrangère, Année 1984, 49-2, pp. 495-497
  8. Frédéric Durand, Ben Kiernan, éd., Genocide and democracy in Cambodia. The Khmer Rouge, the United Nations and the international community. (compte-rendu), Études rurales, Année 1998, 147-148, pp. 165-168

Liens externes[modifier | modifier le code]