Régicide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la politique
Cet article est une ébauche concernant la politique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Un exemple de régicide : l'assassinat du roi de Pologne Przemysl II en 1296, vu par Wojciech Gerson en 1881.

Le régicide désigne en premier lieu l'assassinat d'un monarque, ainsi que l'auteur de cet acte. La victime peut être un roi, comme le suggère l'étymologie du mot, mais aussi un empereur ou tout autre prince régnant. L'exécution d'une sentence de mort portée par un tribunal ou une assemblée à l'encontre d'un souverain déposé, comme Louis XVI en France ou Charles Ier en Angleterre, est également considérée comme un régicide.

Le terme de « régicide » n'est pas utilisé pour qualifier l'assassinat d'autres chefs d'États, tels que des présidents de la République. Il ne s'applique pas non plus pour les homicides accidentels (comme la mort d'Henri II lors d'un tournoi), ni pour les morts au combat (comme celle de Richard III).

Thomas d'Aquin, suivant en cela Aristote, considère que l'assassinat d'un tyran peut être licite dans certaines circonstances, mais on parle alors de tyrannicide.

Régicides célèbres[modifier | modifier le code]

Charles Ier[modifier | modifier le code]

L'ordre d'exécution de Charles Ier.

Au terme de son procès, le roi d'Angleterre Charles Ier est jugé coupable de haute trahison le 27 janvier 1649 et condamné à mort. Son acte d'exécution porte la signature de cinquante-neuf commissaires. Le roi est décapité trois jours plus tard, le 30 janvier, et la monarchie abolie une semaine après. Après la Restauration, en 1660, plusieurs commissaires sont à leur tour exécutés pour régicide, tandis que certains morts avant cette date, notamment Oliver Cromwell, sont l'objet d'une exécution posthume. D'autres régicides finissent leurs jours en prison ou bien en exil.

Louis XVI[modifier | modifier le code]

Article connexe : Votes sur la mort de Louis XVI.

Dans le cas de Louis XVI, « régicide » désigne l'exécution de la peine de mort prononcée contre lui par la Convention nationale, ainsi que les Conventionnels qui ont voté la mort. Ce terme de régicide est surtout employé au moment de la Restauration. Les « conventionnels régicides » ont fait ultérieurement l'objet d'une loi d'indignité et de bannissement. Toutefois, le 24 juin 1795, le futur Louis XVIII, alors comte de Provence, à l'annonce de la mort de Louis XVII au Temple, envoie de Vérone un manifeste dans lequel il prévoit en cas de retour au pouvoir le rétablissement des anciennes institutions politiques et religieuses, ainsi que la « punition des régicides »[1].

Noms de vingt députés célèbres ayant voté l'exécution du roi sans appel au peuple et sans sursis lors du vote sur la mort de Louis XVI :

Sanction[modifier | modifier le code]

Dans la France de l'Ancien Régime, un régicide ou même une tentative de régicide est puni par l'écartèlement. Au XVIIIe siècle, cependant, la peine prévue pour régicide est ramenée à la peine des parricides habituelle : la main droite coupée en signe d'expiation suivie de la décapitation. Cette complication de la peine de mort, destinée à renforcer l'horreur du crime par celle du châtiment, est abolie à la Restauration.

Liste de régicides[modifier | modifier le code]

Date Victime Régicide Méthode Remarques
842 av. J.-C. ? Adad-Idri, roi d'Aram-Damas Hazaël suffocation
338 av. J.-C. Artaxerxès III, Grand Roi achéménide Bagoas poison
336 av. J.-C. Arsès, Grand Roi achéménide Bagoas poison
336 av. J.-C. Philippe II, roi de Macédoine Pausanias d'Orestis
Caracalla, empereur romain Iulius Martialis arme blanche
Valentinien III, empereur romain Optila et Thraustila
757 Æthelbald, roi de Mercie
786 Cynewulf, roi de Wessex Cyneheard (en)
24 ou Oswulf, roi de Northumbrie
Ælfwald Ier, roi de Northumbrie Sicga
Æthelred Ier, roi de Northumbrie
842 Langdarma, empereur du Tibet Lhalung Pelgyi Dorje
Edmond Ier, roi d'Angleterre Léofa
Knut IV, roi de Danemark
Conrad de Montferrat, roi de Jérusalem
Éric IV, roi de Danemark
Przemysł II, roi de Pologne
Éric V, roi de Danemark arme blanche
Albert Ier, roi de Germanie Jean de Souabe arme blanche
Jacques Ier, roi d'Écosse Sir Robert Graham (en) arme blanche
Henri III, roi de France Jacques Clément arme blanche
Henri IV, roi de France François Ravaillac arme blanche
Charles Ier, roi d'Angleterre décapitation
Gustave III, roi de Suède Jacob Johan Anckarström arme à feu
Louis XVI, roi de France guillotine Exécution de Louis XVI
Paul Ier, empereur de Russie
Chaka, roi zoulou Dingane et Umthlangana
Alexandre II, empereur de Russie explosifs
Nasseredin Shah, chah d'Iran Mirza Reza Kermani arme à feu
Humbert Ier, roi d'Italie Gaetano Bresci arme à feu
Alexandre Ier, roi de Serbie arme à feu Coup d'État de mai
Charles Ier, roi de Portugal Alfredo Luís da Costa (pt) et Manuel Buíça (pt) arme à feu Régicide de Lisbonne (pt)
Georges Ier, roi de Grèce Aléxandros Schinás arme à feu
Nicolas II, empereur de Russie arme à feu Assassinat de la famille impériale russe
Mohammad Nadir Shah, roi d'Afghanistan Abdul Khaliq arme à feu
Alexandre Ier, roi de Yougoslavie Vlado Tchernozemski arme à feu Assassinat d'Alexandre Ier et Louis Barthou
Abdallah Ier, roi de Jordanie Mustafa Ashi arme à feu
Fayçal, roi d'Arabie saoudite Fayçal ben Moussaid arme à feu
Birendra, roi du Népal Dipendra Bir Bikram Shah Dev arme à feu Massacre de la famille royale du Népal

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Soboul, La Révolution française, Paris, Gallimard, 1962, 2 vol, tome 2 p. 182 ; François Furet, Denis Richet,La Révolution française, Paris Fayard, 1973, p. 308.
  2. Absent au vote sur la procédure d'appel au peuple qu'il condamna verbalement lors de la procédure suivante sur la peine.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Jean-Pierre Bouchard, Jean-Christian Petitfils. Henri IV un mythe français : L’énigme Ravaillac. Le Figaro Magazine, 7 mai 2010.
  • Emmanuel Régis, Les régicides dans l'histoire et dans le présent. Etude médico-psychologique, 1890
  • Raoul de Tayrac, Le régicide, étude de psychologie et de sociologie criminelle, 1902, 221 p.