Génocide des Yézidis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Manifestation à Paris contre la persécution des Kurdes et des Yézidis.

L'État islamique (EI) est reconnu par l'Organisation des Nations unies (ONU) comme étant l'auteur du génocide des Yézidis en Irak. Le génocide a entraîné l'expulsion, la fuite et l'exil des Yézidis de leurs terres ancestrales du nord du pays, les femmes et les filles ont été forcées de devenir esclaves sexuelles par l'organisation terroriste et les hommes ont été tués par milliers. La persécution des Yézidis par l'EI a attiré l'attention de la communauté internationale et a conduit à la Seconde guerre civile irakienne.

Le 10 mai 2021, Karim Khan, chef de l'enquête spéciale de l'ONU qui travaille sur ces massacres, déclare ainsi avoir identifié la « preuve claire et convaincante qu’un génocide a été commis par l’EI contre les yézidis en tant que groupe religieux »[1]. La commission d'enquête annonce au passage avoir identifié 1 444 coupables présumés du génocide, dont 18 hauts-responsables de l'État islamique[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Les enquêteurs de l’ONU ont réuni les preuves du génocide de l’EI contre les Yézidis », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]