Discrimination systémique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le concept de discrimination systémique présente une dimension sociologique mais aussi politique, au regard de la forte charge idéologique qu’il contient. La discrimination systémique, c'est d’abord la discrimination produite par le système (sous-entendu social), c'est-à-dire l'ensemble des discriminations qui relèvent de mécanismes systémiques de fonctionnement de la société.

Ces discriminations sont produites par une majorité qui impose son pouvoir et ses privilèges sur les autres groupes grâce à des moyens politiques, économiques et institutionnels. C'est aussi l'oppression structurelle de ces autres groupes au travers des normes culturelles et de leur représentation dans les médias, qui tendent à les dénigrer et à les faire se dénigrer eux-mêmes. La discrimination peut dès lors être décrite comme « des préjugés plus du pouvoir », car les deux notions combinées forment un système inégalitaire.

Elles sont le fruit de processus historiques qui ont pour effet, par exemple, de rendre moins accessible à certains groupes l'accès aux soins et à la santé, à un logement décent ou à un emploi stable. Les discriminations systémiques sont donc constituées par ces processus qui produisent et reproduisent les places sociales inégalitaires en fonction de l’appartenance à une « classe », une religion, une « race » ou un « sexe ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Perrot, « La discrimination systémique dans le système éducatif français », Cahiers de l’Urmis, nos 10-11,‎ (lire en ligne)
  • Pierre Tevanian, La mécanique raciste, Paris, éditions Dilecta, coll. « État des lieux », (ISBN 2916275444).

Article connexe[modifier | modifier le code]