Pauvrophobie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La pauvrophobie ou aporophobie est une attitude d’hostilité, plus ou moins visible, à l’égard des personnes qui vivent la pauvreté ou la précarité. Elle se compose notamment d’un ensemble de préjugés et d’idées reçues. Elle peut avoir un impact sur les relations entre individus ainsi que sur les relations entre individus et institutions, menant notamment à différentes formes de discriminations et à la mise en place de politiques basées sur une image tronquée de la pauvreté.

Origine[modifier | modifier le code]

Le mot a été inventé par l’association ATD Quart Monde en 2016 en France[1]. À la suite de l’adoption par l’Assemblée nationale française le 24 juin 2016 du critère de discrimination pour précarité sociale, ATD Quart Monde lance une campagne pour trouver un nom[2] pour ce phénomène et le terme « pauvrophobie » est choisi parmi d’autres (misérophobie, paupérophobie, pauvrisme, classisme et ptochophobie). L’Académie Française a par ailleurs expliqué « qu’il n’y a pas de terme équivalent à raciste ou homophobe pour désigner des préjugés de classe[1] ». En Belgique, prolongeant le travail d’ATD Quart Monde, le Forum-Bruxelles contre les inégalités a également publié une « Petite encyclopédie des idées reçues sur la pauvreté »[3] reprenant 85 idées reçues sur la pauvreté en général et dans le contexte belgo-bruxellois en particulier, dans l'esprit du travail réalisé par ATD Quart Monde avec la publication de l'ouvrage "En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté" en 2013, 2014 et 2016. Un équivalent du terme "pauvrophobie" existe depuis les années 1990 en Espagne ; il s'agit du concept d'"aporophobie", inventé par la philosophe Adela Cortina[4].

Conséquences[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La pauvrophobie comprend un ensemble de préjugés sur les pauvres: « Les chômeurs sont des fainéants, les pauvres sont des fraudeurs », mais également à propos de la pauvreté et de ses origines « quand on veut, on peut », « il y a du travail pour tout le monde, qui cherche trouve ».

Ces préjugés se retrouvent chez tout un chacun et peuvent affecter les relations entre personnes mais également entre personnes et institutions (police, justice, santé, services sociaux…). En donnant une image tronquée de la pauvreté, de ses causes et de ses conséquences, les idées reçues ne permettent pas de problématiser celle-ci de manière pertinente afin de lui apporter une solution.

Ces préjugés, puisque basés sur un groupe social entier « les pauvres », mènent aux stéréotypes. Ces préjugés et stéréotypes, s’ils sont associés à des émotions comme la peur ou la haine et s’ils sont répétés dans la société, deviennent des phobies qui engendrent un clivage et une naturalisation des représentations et donc de la discrimination.

La pauvrophobie est donc une discrimination envers la précarité sociale. Elle implique des représentations, des croyances, des idéologies ou des pratiques à caractère hostile ou rejetant basées sur la situation socio-économique des individus les moins fortunés de la société.

Selon certains philosophes comme, par exemple,Adela Cortina, il existe seulement le racisme et la xénophobie contre ceux qui sont perçus comme pauvres. Habituellement, les étrangers riches ne sont pas rejetés. Pour cette raison, elle considère l’aporophobie comme la principale source de rejet social[5].

Classification[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le sociologue français Serge Paugam, s’interrogeant sur les préjugés vis-à-vis des pauvres et de la pauvreté, plus particulièrement parmi les classes sociales les plus aisées, propose trois grandes familles de préjugés négatifs[6].

  • Des préjugés qui tracent une frontière entre « eux » et « nous ».
  • Des préjugés qui relèvent de formes de répulsion physique, liés à des peurs de la violence ou de la maladie.
  • Des préjugés qui rationalisent et légitiment la pauvreté, et tendent à neutraliser la compassion spontanée et les solidarités organisées.

Comme l’indique Thomas Lemaigre, ces préjugés se renforcent et font apparaître une image de la pauvreté « comme un phénomène inné, naturel, donc universel et indépassable » [7]. Cela permet notamment de corroborer un discours qui réduit la pauvreté à des problèmes individuels et responsabilise, voire culpabilise les individus de leur situation.

Exemples[modifier | modifier le code]

La pauvrophobie a des impacts concrets également. En 2016, un logement pour sans-abris dans le 16e arrondissement de Paris est incendié de manière volontaire, alors que certains habitants de ce quartier aisé avaient manifesté à plusieurs reprises leur hostilité au projet[8]. De plus en plus régulièrement, des dispositifs anti-SDF voient le jour. En Belgique, des règlements visant à interdire la mendicité font leur apparition[9]. Enfin, les discours politiques en fournissent également des exemples :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Qu'est-ce que la pauvrophobie », Le figaro,‎ .
  2. https://www.atd-quartmonde.fr/un-nom-pour-dire-non-pauvrophobie/
  3. Le Forum-Bruxelles contre les inégalités (dir.). Pauvrophobie. Petite encyclopédie des idées reçues sur la pauvreté. Luc Pire, 2018.
  4. https://www.fundeu.es/recomendacion/aporofobia/
  5. (es) Adela Cortina, Aporofobia, el rechazo al pobre : Un desafío para la democracia, Planeta, (ISBN 978-84-493-3338-5, lire en ligne).
  6. Serge Paugam et al., Ce que les richents pensent des pauvres., Seuil, 2017.
  7. Thomas Lemaigre, "Pauvrophobie" la stigmatiser avant qu'elle ne se banalise, Pauvérité, no 20, septembre 2018."
  8. http://www.leparisien.fr/paris-75016/paris-incendie-criminel-au-futur-centre-de-sdf-du-xvie-arrondissement-17-10-2016-6218841.php
  9. « Le règlement anti-mendicité de Namur aménagé mais maintenu », Le Soir,‎ (lire en ligne).
  10. http://www.europe1.fr/politique/wauquiez-l-assistanat-est-un-cancer-532559
  11. http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2017/10/17/25001-20171017ARTFIG00205-toucher-le-chomage-pour-partir-en-vacances-castaner-provoque-un-tolle.php
  12. https://www.levif.be/actualite/belgique/claude-eerdekens-etre-mendiant-c-est-un-choix-de-vie/article-normal-884155.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]