William Schabas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une personnalité image illustrant québécois image illustrant le [[droit <adj>]]
Cet article est une ébauche concernant une personnalité québécoise et le droit.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

William Schabas
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
AcadémicienVoir et modifier les données sur Wikidata

William A. Schabas (né en 1950), professeur associé à la faculté de science politique et de droit du département des sciences juridiques de l'Université du Québec à Montréal (UQAM).

Spécialiste du droit international, de la peine de mort, de la torture, des droits de la personne et du droit rwandais, il s’est intéressé aux problèmes judiciaires posés par le génocide au Rwanda. Il est également directeur du Centre irlandais des Droits de l’homme à l’Université nationale d’Irlande à Galway. Éditeur en chef du journal Criminal Law Forum, il a aussi travaillé en tant que consultant au ministère de la justice du Rwanda, à l’USAID et à l’OSCE. De 1994 à 1998, il a été directeur du Département des sciences juridiques de l’Université du Québec à Montréal.

Le journaliste et essayiste Robin Philpot a porté des accusations contre William Schabas et d'autres Canadiens comme Hélène Pinske, André Paradis et Louise Arbour pour avoir pris part dans la prétendue rivalité entre USAFRICOM et la Françafrique.

Schabas a fait paraître de nombreux ouvrages sur le droit international, le droit rwandais et les rapports entre le génocide et les lois internationales.

Dans le cadre onusien, il est nommé le 11 août 2014 à la tête d'une commission chargée d’enquêter sur les éventuels crimes de guerre commis à Gaza pendant l'opération Bordure Protectrice[1]. Sa nomination est remise en cause parce qu'il est connu pour être anti israélien [2],[3]. Il aurait été nommé en raison de sa partialité[4]. Mis en cause par Israël pour « conflit d'intérêt » - en 2012 il a été rémunéré 1300 dollars pour une mission de consultant pour l'Organisation de libération de la Palestine - il donne sa démission le 3 février 2015[5] afin de ne pas gêner la rédaction du rapport d'enquête[6].

Publications[modifier | modifier le code]

  • (et Stéphane Beaulac), International Human Rights and Canadian Law - Legal Commitment, Implementation and the Charter, Toronto, Carswell, 2007.
  • International human rights law and the Canadian charter, Toronto, Carswell, 1991 ; 1996.
  • (et Daniel Turp), Droit international, canadien et québécois des droits et libertés: notes et documents, Cowansville, Y. Blais, 1994 ; 1998.
  • The abolition of the death penalty in international law Cambridge, Angleterre, Cambridge University Press, 1993 ; 1997.
  • Les infractions d'ordre sexuel, Cowansville, Y. Blais, 1995.
  • The death penalty as cruel treatment and torture : capital punishment challenged in the world's courts, Boston, Northeastern University Press, 1996.
  • (éd.), The international sourcebook on capital punishment, Boston, Northeastern University Press, 1997.
  • Précis du droit international des droits de la personne. Avec une attention particulière au droit du Canada et du Québec, Cowansville, Y. Blais, 1997.
  • (et Martin Imbleau), Introduction to Rwandan law, Cowansville, Y. Blais, 1997.
  • (et Martin Imbleau), Introduction au droit rwandais, Cowansville, Y. Blais, 1999.
  • Genocide in international law : the crimes of crimes Cambridge, Angleterre, Cambridge University Press, 2000.
  • (et Gérard Cohen-Jonathan, dir.), La peine capitale et le droit international des droits de l'homme, Paris, Éditions Panthéon-Assas, 2003.
  • An Introduction to the International Criminal Court, Cambridge, Angleterre, Cambridge University Press, 2004.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hélène Sallon, « Violente campagne en Israël contre la commission d’enquête de l'ONU », Le Monde, no 21647,‎
  2. (fr) « Un éminent professeur de droit international dénonce la partialité, "flagrante", de William Schabas de l'ONU - UN Watch », sur UN Watch,‎ (consulté le 10 juin 2016)
  3. « Qui est William Schabas, ce juge vendu pour mener l’enquête sur Gaza ? Ses déclarations parlent d’elles-mêmes… | JSSNews », sur jssnews.com (consulté le 10 juin 2016)
  4. (fr) « Un professeur de droit de l'université de Georgetown : le CDH a «tué ma candidature» pour enquêter sur la Palestine parce que je ne suis pas «partiale» comme William Schabas - UN Watch », sur UN Watch,‎ (consulté le 10 juin 2016)
  5. « Gaza/ONU: démission du chargé d'enquête », sur Le Figaro,‎ (consulté le 3 février 2015)
  6. « Le chef de la commission d'enquête de l'ONU sur Gaza démissionne », sur Le Monde,‎ (consulté le 3 février 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]