Anthropocentrisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la philosophie
Cet article est une ébauche concernant la philosophie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

L'arbre de la vie de Haeckel fait de l'Homme l’aboutissement de l’évolution.

L’anthropocentrisme est une conception philosophique qui considère l’homme comme l'entité centrale la plus significative de l'Univers et qui appréhende la réalité à travers la seule perspective humaine.

Aristote fut le premier à en développer la théorie, en même temps que celle du géocentrisme.

L'idée connut un certain prolongement moral avec l'humanisme, qui assigne à l'homme le rôle de mètre-étalon pour mesurer toute chose ou phénomène, mais cela n'empêcha pas plusieurs astronomes (en l'occurrence les célèbres Galilée et Nicolas Copernic, mais aussi Johannes Kepler et Tycho Brahe) de faire admettre que la Terre n'était pas au centre de l'Univers - et que, par conséquent, les hommes ne l'étaient pas non plus.

Le philosophe Celse refuse cette vision du monde, dans son Discours vrai contre les Chrétiens.

Voir aussi[modifier | modifier le code]