Sardaigne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sardaigne
Sardegna
Blason de Sardaigne Sardegna
Héraldique
Drapeau de Sardaigne Sardegna
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Chef-lieu Cagliari
Provinces 5
Communes 377
Président Christian Solinas (PSd'Az)
2019-
NUTS 1 ITG (Italie insulaire)
ISO 3166-2 IT-88
Démographie
Population 1 654 796 hab. (13/03/2020)
Densité 69 hab./km2
Géographie
Superficie 2 409 000 ha = 24 090 km2
Localisation
Localisation de SardaigneSardegna
Liens
Site web regione.sardegna.it
La Pelosa, Stintino
Bouches de Bonifacio, Santa Teresa Gallura
Spiaggia di Portixeddu (Fluminimaggiore-Buggerru)
Plage de Portixeddu (Fluminimaggiore-Buggerru)

La Sardaigne (italien : Sardegna, /sarˈdeɲɲa/; sarde : Sardigna, /saɾˈdiɲɲa/) est une île de la mer Méditerranée et une région italienne, qui se trouve à l'ouest de l'Italie continentale, au sud de la Corse. Son chef-lieu est la ville de Cagliari.

La Sardaigne est par sa surface, la seconde île de la mer Méditerranée et une région autonome à statut spécial d'Italie dont la dénomination officielle est « région autonome de la Sardaigne  » (en italien Regione Autonoma della Sardegna, en sarde Regione Autònoma de Sardigna[1]). Son statut spécial, inscrit dans la constitution de 1948, garantit l'autonomie administrative des institutions locales et la protection de ses particularités ethnolinguistiques et culturelles.

La Sardaigne, séparée de la Corse par les bouches de Bonifacio, est située au milieu de la mer Méditerranée occidentale : cette position centrale a favorisé depuis l'Antiquité les rapports commerciaux et culturels comme les intérêts économiques, militaires et territoriaux.

À l'époque moderne, de nombreux écrivains ont exalté la beauté de la Sardaigne, qui conserve encore, malgré l'extension du tourisme côtier, un paysage protégé et un patrimoine important, parmi lequel les vestiges de la culture nuragique.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Sardaigne en Europe (vert et gris foncé) et en Italie (vert).
Photographie du mont Gennargentu
Mont Gennargentu.

Situation[modifier | modifier le code]

La Sardaigne est située en Méditerranée, à 12 kilomètres au sud de la Corse, et à 190 km au sud-ouest de la punta Torre Ciana, sur la péninsule italienne. Avec une superficie de plus de 24 000 km2, elle constitue la deuxième île de Méditerranée, après la Sicile[2].

Reliefs[modifier | modifier le code]

L'île est majoritairement constituée de montagnes et collines. Le massif montagneux principal, le Gennargentu, qui se trouve dans la partie centre-orientale de l’île, culmine à 1 834 m. Au sud le mont Linas (1 236 m) et les monts du Sulcis s'adoucissent vers la mer avec des altitudes inférieures.

Lac Omodeo.

Plaines, cours d'eau et lacs[modifier | modifier le code]

Les zones plates occupent 18 % de l'île. La plus grande est celle du Campidano, vaste plaine d’origine fluviale séparant les reliefs du centre des montagnes de l'Iglesiente au sud-ouest. Celle de Nurra est située dans la partie nord-ouest de l'île, dans le périmètre constitué entre les villes d'Alghero, Stintino, Sassari, et Porto Torres.

Les fleuves ont principalement un caractère torrentiel : les plus importants sont le Tirso (152 km), le Flumendosa (127 km), le Coghinas (116 km), le Cedrino (80 km), le Temo (55 km) et le Flumini Mannu (42 km). Sur la plupart d’entre eux ont été installés des barrages qui, formant de grands réservoirs, sont principalement utilisés pour irriguer les cultures, y compris le bassin du lac Omodeo, le plus grand lac artificiel d’Italie. Suivent ensuite les bassins du Flumendosa, du Coghinas, de Posada. Le lac de Baratz, seul lac naturel de Sardaigne, est situé au nord d’Alghero.

Carte physique de Sardaigne.

Géologie[modifier | modifier le code]

La géologie sarde est remarquable car ses roches sont parmi les plus anciennes d'Europe. En effet, la base rocheuse de la Sardaigne méridionale date de la période précambrienne, et plus précisément du début de l'éon protérozoïque (l'ère paléoprotérozoïque). On trouve, au nord-est de l'île, des roches sédimentaires issues de cette période. Ces sédiments ont permis la création de roches carbonifères.

Des roches plus récentes, issues de l'éon phanérozoïque telles que des roches volcaniques sont fréquentes dans la région occidentale et méridionale de l'île[3].

De longues périodes d'érosion expliquent les altitudes modestes des montagnes de Sardaigne.

L'exploitation passée d'un grand nombre de mines, pour de très nombreux métaux différents et dès la période antique, dans l'île atteste sa richesse géologique.

La Corse et la Sardaigne formaient autrefois, à une époque vieille de plus de 20 millions d'années[4], un micro-continent[4] qui s'est détaché de la Provence voisine dans un mouvement dit "cénozoïque". Les géologues parlent ainsi de la « dérive cénozoïque de la Corse et de la Sardaigne »[5] pour évoquer le fait que ce micro-continent se soit détaché plus globalement de la marge sud du continent européen au cours de la période du Cénozoïque[5]. Le plus probable est un départ de la Provence[5] mais les géologues ont émis l'hypothèse qu'il était, à une période encore plus ancienne encore[4], rattaché à la Péninsule ibérique[4], et ne s'est rapproché de la Provence que dans un second temps[4]. A la période appelée "Permien moyen", des éruptions volcaniques se sont produites sur les deux territoires, pouvant attester d'une continuité géologique entre la Provence et les îles placées à son sud[4]. Les laves qui forment les massifs montagneux de l’Estérel en Provence et du Cinto en Corse, de dimension il est vrai très différentes, en sont les traces les moins contestées[4]. A la période de l'Oligo-Miocène, un volcanisme calco-alcalin s'est développé dans la partie centrale de Sardaigne, de manière importante, alors qu'il est plus discret et localisé en Provence, attestant lui aussi de mouvements relatifs de plaques[5] dont la dérive du micro-continent regroupant la Corse et de la Sardaigne est une conséquence directe[5].

De manière moins claire, la couverture géologique de la période mésozoïque présente tout autour de la région de la Provence dite "cristalline" « n'est connue en Sardaigne, et surtout en Corse hercynienne, qu'à l'état de lambeaux épars sur le socle »[5]

La présence du bloc ou micro-continent corso-sarde près de l'Espagne repose sur moins d'évidences. Selon l'hypothèse la plus fréquente, sa collision partielle avec la France, en s'en rapprochant[4], aurait créé la chaîne pyrénéo-provençale[4]. La Sardaigne en aurait des traces géologiques. Les chercheurs étudient ainsi, en particulier depuis 1975, l'influence sur les Pyrénnées d'une « importante phase tectonique sarde médio-ordovicienne, avec formation de plis kilométriques et sans doute de failles »[6].

Climat[modifier | modifier le code]

Carte de la Sardaigne avec la distribution annuelle des précipitations
Distribution annuelle des précipitations en Sardaigne.

Méditerranéen dans l'ensemble, le climat devient plus rigoureux dans le centre de l'île avec de la neige en hiver. Les étés sont chauds et secs, d'où des incendies fréquents. Les températures moyennes sont comprises entre 11 et 17 °C. La pluviométrie moyenne est entre 700 et 800 mm d'eau par an, répartis sur seulement 60 jours dans l'année[7],[8]. La Sardaigne est une région venteuse, les vents dominants sont le Mistral et le Ponant[9].

Cagliari, 4 m Jan Fév Mar Avr Mai Juin Juil Aoû Sep Oct Nov Déc Ann
T moyennes maximales (°C) 14 15 16 18 22 27 30 30 27 23 18 15 21,2
T moyennes minimales (°C) 6 6 7 9 12 16 19 19 17 14 10 7 11,8
Précipitations (mm) 46 57 44 37 24 9 3 9 31 56 56 55 427
Fonni, 1 000 m Jan Fév Mar Avr Mai Juin Juil Aoû Sep Oct Nov Déc Ann
T moyennes maximales (°C) 6 7 9 11 16 21 26 25 22 16 11 8 15
T moyennes minimales (°C) 1 1 2 5 8 13 17 16 14 10 5 3 8
Précipitations (mm) 97 118 110 88 73 33 11 18 40 93 107 131 919

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers vestiges[modifier | modifier le code]

C'est sans doute au paléolithique inférieur (500 000 ans av. J.-C.) que remontent les premiers vestiges certains de la fréquentation de l'île par le genre Homo. Les dates du premier peuplement humain varient suivant les sources[10]. L'espèce sapiens s'y installe de manière stable bien plus tard, au néolithique inférieur (6000 av. J.-C.).

Chronologie av. J.-C.

menhirdomus de janasCulture nuragiqueCorse-SardaignecarthaginoisPhéniciens

La première civilisation sarde ayant une physionomie et des caractères bien définis et autochtones est la civilisation dite de "Bonuighinu". Elle s'installe au cours du IVe millénaire av. J.‑C. pratique l'agriculture, se regroupe en villages, et est en contact étroit avec la Corse, l'Italie et le Sud de la France. Des céramiques et obsidiennes en sont la trace archéologique.

A partir du XXIIIe siècle av. J.-C., la culture campaniforme se diffuse durant trois siècles environ de la péninsule Ibérique à la Vistule (Cracovie) et jusqu"aux îles Britanniques (Beakers). On trouve quelques traces de la culture campaniforme sur les côtes de Sardaigne, de Sicile et au Maroc, mais seulement en quelques endroits.

Les premiers Nuraghes[modifier | modifier le code]

Apparaît ensuite la population plus célèbre des Nuraghes, de la culture nuragique[11], qui se développe à l'âge du bronze ancien (1500 av. J.-C.) et qui décline progressivement à la fin de l'âge du fer (500 av. J.-C.) pour ne disparaître complètement qu'avec l'occupation romaine.

La culture de Bonnanaro marque le tout début de l’âge nuragique entre -1800 et -1600, résultant de l'évolution finale de la culture campaniforme ainsi que d'influences de la péninsule italienne (culture de Polada).

La culture nuragique a ainsi été nommée à cause de son architecture la plus typique : le nuraghe, construction en forme de tour (tronc de cône) élevée à l'aide de gros blocs de pierre équarris et travaillés, qui prend une forme plus articulée et complexe lors de la période la plus resplendissante de cette civilisation (en plein âge du fer).

La tombe des géants de Sa Domu 'e S'Orku, Siddi.
Photographie du Nuraghe Loelle
Nuraghe Loelle.

Il existe d'autres constructions typiques de l'âge pré-nuragique et intermédiaire : les domus de janas (traduction : les maisons des fées) creusées dans le granit et servant à inhumer les morts, les tombes des géants, très fréquentes à l'intérieur de l'île, et de dimensions cyclopéennes. Le mégalithisme (avec des menhirs notamment) est une caractéristique prénuragique[12].

Photographie du village nuragique à Serra Orrios
Village nuragique à Serra Orrios.

Contemporaines de la fin de l'époque nuragique et de sa civilisation (entre 900 av. J.-C. et 535 av. J.-C.), lors de l'âge du fer, les petits bronzes, représentaient souvent des guerriers en armes et animaux, mais aussi des orants par exemple. De la même époque, il existe aussi des sculptures de pierre, de petite mais aussi de grande taille comme les Géants de mont Prama.

Périodes puniques, romaine et vandale[modifier | modifier le code]

Les riches ressources minières de l'île attirent l'attention et l'intérêt commercial des populations de la Méditerranée orientale, comme les Mycéniens et les Chypriotes, mais ce sont les Phéniciens qui, à partir du IXe et du VIIIe siècle av. J.-C. constituent les premières colonies stables, occupant des sites le long de la côte, facilement accessibles, favorables aux échanges et au commerce[13]. La Sardaigne qui appartenait à l'Empire carthaginois (son occupation va de 535 à 239 av. J.-C.)[14],[15] privilégie, outre la production des ressources minières, celle du froment et du bois (l'île était quasiment recouverte de forêts). Cette exploitation perdure également avec la conquête romaine (239 av. J.-C. 476 apr. J.-C.). La Sardaigne fut rattachée à Rome à la suite de la première guerre punique et, en 227 av. J.-C., est constituée la province romaine de Corse-Sardaigne[16].

Rome, pour affirmer sa domination sur les zones internes et notamment la Barbaria (devenue l'actuelle Barbagia) où les habitants parlant une langue pré-latine y sont considérés comme plus fiers et courageux que sur les côtes, s'impose par une administration forte et bien organisée et son efficacité est assurée principalement par un réseau routier très ramifié dont quelques morceaux originaux ont survécu çà et là, repris en grande partie par le tracé du réseau routier moderne[17].

L'affaiblissement de l'Empire romain se propage jusqu'à l'île et a pour conséquence l'abandon progressif des terres agricoles et des côtes, ainsi qu'une perte de dynamisme notable de la démographie.

Abandonnée à elle-même et sans défense, la Sardaigne est occupée et subit les razzias durant quelque 80 ans (vers 460-530 apr. J.-C.) par les Vandales d'Afrique qui, défaits sous Justinien, laissent l'île sous la domination de Byzance.

Occupation musulmane en Sardaigne[modifier | modifier le code]

Quand, au IXe siècle, les Arabes achèvent la conquête de la Méditerranée, du Nord de l'Afrique, de l'Espagne et de la Sicile, les côtes sardes sont soumises à leurs attaques incessantes et à leurs razzias[18].

En 1014, une alliance de Gênes et de Pise provoque la défaite de Museto, un chef de guerre arabe qui s'était emparé de Cagliari.

Le désintérêt et le vide de pouvoir qui s'ensuit de la part de la lointaine Byzance poussent l'île à gérer elle-même son sort : ainsi, elle s'organise administrativement et militairement en quatre judicats: ceux de l'Arborée, de Calaris (Cagliari), de la Gallura et du Logudoro (Torres), royaumes souverains et indépendants les uns des autres[17].

La domination pisane[modifier | modifier le code]

La Sardaigne passe sous domination pisane, du XIe au XIVe siècle, en se transformant lentement en protectorat. L'évolution se concentre surtout entre la deuxième moitié du XIIe siècle et les premières décennies du XIVe siècle[19]. Ainsi, dès 1258, le Judicat de Cagliari disparaît, pris par les Pisans, tandis que sept ans plus tard en 1265, Mariano de Serra est « l’unique Sarde investi d’une charge de gouvernement dans une île tombée entièrement au pouvoir d’étrangers »[20]. Le passage sous domination pisane s'effectue surtout via l'implication personnelle et matrimoniale d'une oligarchie de type aristocratique[19], transplantée de Pise[19], qui contrôle le principaux rôles de la structure politique sarde l'époque, celle de ces consuls[19].

Le systême des consuls est chapeauté par la charge de podestat, tout d'abord en permanence confiée à l'un ou l'autre membre des deux principales familles, les Donoratico et les Visconti, et plus tard confiée à des étrangers[19]. Cependant,la politique des papes a souvent interféré en choisissant d'opposer toujours les Génois aux Pisans, d’appuyer toujours la partie la plus faible, contre la partie la plus forte »[21]. Les familles des deux cités se disputent alors soit les territoires, soit les places de juge des différents Judicats.

Les gouvernements locaux, appelés judicats, plus proches de la population sarde[19], n'en sont pas moins associés à cette domination d'une petite élite de nobles, via des traités d'alliance militaires permettant de leur porter assistance et des conventions commerciales assorties d'honneurs et distinctions[19]. Des capitales judicales installées dans les principales sités sardes sont dotées d'un palais du juge[19], véritable centre du pouvoir[19], systme décrit par les historiens comme celui des rois juges. Les deux judicats où la présence pisane s'affirme le plus tôt et la plus fortement, sont Cagliari[19] et Arbor[19].

De nombreux mariages de pisans dans les familles régnantes sardes, en particulier avec les héritières des trônes judicaux[19], témoignent des liens étroits et prolongés entre Pise et la Sardaigne au cours de cette partie du Moyen-âge[19].

Avec des soubresauts, les judicats survivent jusqu'à la fin du XIIIe siècle, lorsqu'ils deviennent territoires contrôlés ou alliés avec les républiques maritimes, leurs familles changées en seigneuries du continent italien de Pise et de Gênes.

En 1323, l'Arborée s'allie à Jacques II d'Aragon pour une campagne militaire contre Pise et Gênes qui aura pour fin de créer le royaume de Sardaigne. Après avoir aidé à détruire les autres judicats, celui d'Arborée résiste et reste indépendant jusqu'en 1420, jusqu'au moment où il vend le reste des territoires pour 100 000 florins d'or à son ancien allié le roi d'Aragon, qui conquiert définitivement l'île tout entière, déjà concédée en zone féodée depuis 1297 par le pape Boniface VIII ainsi que la Corse voisine (à laquelle les Aragonais renoncent en 1487)[17].

Le « Regnum Sardiniæ et Corsicæ » ainsi créé le demeurera sous la domination des couronnes d'Aragon puis d'Espagne jusqu'au début de 1700[17].

Chronologie apr. J.-C.

Traité de Londres (1718)ItalieItalieRoyaume d'ItalieRoyaume d'ItalieRoyaume de SardaigneRoyaume de SardaigneEmpire espagnolRoyaume d'AragonRépublique de PiseJudicatEmpire byzantinVandalesCorse-Sardaigne

Maison de Savoie[modifier | modifier le code]

Après une brève parenthèse autrichienne (1708-1718), confirmée par le traité d'Utrecht, le Regnum Sardiniæ est cédé, lors du « traité de Londres (1718) », aux États de Savoie, dont le duc prend le titre de roi de Sardaigne, en échange de la Sicile[17]. La Maison de Savoie a introduit l'italien chez les Sardes pour la première fois comme la seule langue officielle du Royaume en 1760[22].

Le royaume de Sardaigne est ainsi constitué (désigné généralement sous le nom de Piémont-Sardaigne par les historiens français puisque sa capitale est à Turin et une vice-royauté est installée à Cagliari), et à l'intérieur de celui-ci l'île maintient son statut autonome jusqu'à 1847, année où elle fusionne avec le Piémont et donne le jour à un gouvernement central unique, renonçant ainsi à son autonomie historique.

L'expédition de Sardaigne et ses conséquences[modifier | modifier le code]

En 1793 a lieu l'invasion de l'île de Sardaigne par la France révolutionnaire, au nord dans l’archipel de La Maddalena, au sud sur la plage du Poetto, échouée elle aussi, et dans l'île de San Pietro, où une république autonome résista quelques mois. Le une véritable rébellion antiféodale éclate à Cagliari et, deux ans après, une nouvelle insurrection est menée par l'émissaire du vice-roi Giovanni Maria Angioy qui, après avoir été vaincu par les loyalistes, s'enfuit à Paris pour persuader la France d'annexer l'île.

Vue d'ensemble de quelques-unes des plus importantes villes de la Sardaigne : Cagliari, Alghero, Sassari, Nuoro, Oristano, Olbia

Le transfert de la Cour piémontaise à Cagliari[modifier | modifier le code]

En 1799, le roi Charles-Emmanuel IV fut évincé du Piémont par l'armée française et transféra sa cour à Cagliari (son frère et successeur Victor-Emmanuel Ier ne revint à Turin qu'en 1814). A la fin du XVIIIe siècle, les universités de Sassari et Cagliari furent restaurées.

Retour à la Maison de Savoie[modifier | modifier le code]

En 1820, les Savoyards imposèrent à l'île la "Loi des Enclos" (editto delle chiudende), un acte législatif qui transforma la propriété collective traditionnelle de la terre, pierre angulaire culturelle et économique de la Sardaigne depuis l'époque nuragique, en propriété privée.

La réforme a favorisé les propriétaires terriens du continent tout en excluant les pauvres agriculteurs et bergers sardes, qui ont assisté à l'abolition des droits communaux et à la vente des terres. De nombreuses rébellions locales comme l'émeute de Su Connottu (« Le déjà connu  » en sarde) en 1868, toutes réprimées par l'armée du roi, ont abouti à une tentative de retour dans le passé et de réaffirmer le droit d'utiliser la terre autrefois commune.

Le comte Alberto La Marmora parcourt l'île de Sardaigne de 1819 à 1825 et en effectue une des premières descriptions détaillées, statistique, géographique et physique, en 1826, dont l'écrivain français Humbert Ferrand, publie un compte-rendu français 14 ans plus tard, en 1840[23], en quatre volumes[23].

La plupart des forêts sardes ont été défrichées à cette époque, afin de fournir aux Piémontais des matières premières, comme le bois, utilisées pour fabriquer des traverses de chemin de fer sur le continent. L'extension des forêts naturelles primaires, saluée par tous les voyageurs visitant la Sardaigne, serait en fait réduite à un peu plus de 100 000 hectares à la fin du siècle.

En 1847, sous le roi Charles Albert, toutes les différences administratives entre la Sardaigne et le continent italien ont été abolies par la fusion dite parfaite  : ce manoveur avait été présenté comme le seul moyen possible d'accorder des droits égaux à tous les habitants du Royaume, qui allait devenir un État unitaire et la législation fondamentale de l'Italie unie à venir.

Royaume d'Italie[modifier | modifier le code]

Avec la fin des guerres pour la unification politique de la péninsule italienne, le royaume de Piémont-Sardaigne devient royaume d'Italie en 1861.

La Sardaigne est une région complexe qui a conservé, au travers de ses témoins culturels, des matériaux présentant un intérêt historique et artistique, un bagage original très caractéristique que l'on n'arrête pas de redécouvrir et qu'il sied de revaloriser en tenant compte de toute sa richesse.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Dessin représentant les armoiries du royaume de Sardaigne
Armoiries du royaume de Sardaigne.

L'origine du symbole sarde n'est pas bien définie, mais on retrouve sa trace historique attestée en 1281. On doit noter son analogie avec celui de la Corse voisine. Plusieurs faits historiques peuvent l’expliquer[24]. En effet, le premier événement historique se déroule en 1014, par la victoire sur Museto à Cagliari (voir l'histoire), et ainsi, les têtes de Maures représenteraient les vaincus, et sont au nombre de quatre en référence aux régions sardes.

Mais le fait historique le plus explicatif du symbole serait celui datant de 1096, lorsque le roi Pierre Ier d'Aragon vainquit les Maures lors de la bataille d'Alcoraz. Il expliqua cette victoire sur les quatre rois arabes tués sur le champ de bataille, par le concours providentiel de saint Georges (dont la bannière est une croix rouge sur fond blanc)[25]. D'ailleurs, d'anciennes représentations montrent parfois quatre têtes couronnées.

C'est le que l'emblème devient, par décret, le symbole officiel de la Sardaigne. La Loi régionale du a relevé le bandeau sur le front des Maures (à l'origine, il leur bandait les yeux), pour des raisons diplomatiques[26].

Administration[modifier | modifier le code]

Carte administrative de la Sardaigne, à la suite des réformes de 2016.
Les huit provinces sardes en 2009

Après avoir été précédemment divisée en huit provinces, la Sardaigne est aujourd'hui divisée en cinq provinces: Sassari, Oristano, Nuoro, Sardaigne du Sud, Cagliari.

Politique[modifier | modifier le code]

Palais du Conseil régional, Cagliari

La région autonome est régie par un statut spécial, approuvé par une loi constitutionnelle du qui a donné pouvoir de légiférer de manière exclusive dans certains cas (organisation des administrations locales, construction, agriculture et forêts). Dans d'autres domaines (santé, assistance publique), la région peut légiférer dans le cadre des principes établis par la loi de l'État. Ces compétences ont été étendues par la réforme du titre V de la Constitution italienne (dans le domaine de la recherche et de la formation).

Le Statut organise les trois autorités qui représentent la Sardaigne :

  • le Conseil régional (pouvoir législatif régional) ;
  • la Junte régionale (pouvoir exécutif régional) ;
  • le président de la région (chef du pouvoir exécutif régional).

Depuis la réforme constitutionnelle du , le président est élu directement, en même temps que le Conseil régional.

En 2004, les élections au Conseil régional (comprenant celle du président de la région autonome), les premières après la réforme constitutionnelle, ont eu lieu sur la base du statut spécial en vigueur et en tenant compte des provinces nouvellement créées en 2001. Ces premières élections régionales en Sardaigne ont vu la coalition dite de L’Olivier afficher un score en diminution avec 45,86% mais cependant toujours supérieur à celui de l'autre coalition dite Maison des libertés. Les suivantes, les Élections régionales de 2009 en Sardaigne sont marquées par une nette poussée à droite, la gauche sarde ne refaisant qu'une partie de son retard lors des Élections régionales de 2014 en Sardaigne tandis qu'une troisième force, nouvelle, le Mouvement cinq étoiles fait son entrée dans la vie politique régionale lors des Élections régionales de 2019 en Sardaigne.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution démographique[modifier | modifier le code]

La population sarde a connu une forte croissance jusqu'au XXe siècle, alors que la Corse voisine se dépeuplait à cause de l'émigration des Corses qui fuyaient la misère. Puis, elle se stabilise aux alentours de 1 600 000 habitants au début du XXIe siècle du fait d'une baisse de la natalité. La pyramide des âges laisse présager un dépeuplement qui sera ou non compensé par l'immigration.

En , plusieurs chercheurs de l'université de Montréal se sont rendus en Sardaigne pour y étudier une particularité de la population sarde. En effet, les médecins de l'île ont constaté un nombre important d'hommes supercentenaires (110 ans et +)[27], ce qui est rare, car habituellement ce sont les femmes qui atteignent ces âges avancés[27]. Plusieurs explications sont avancées tels que « l’air des montagnes ou le régime alimentaire[28] », mais encore des « facteurs génétiques ». Il est probable que ces facteurs interagissent comme le pense Robert Bourbeau. Ainsi, le Centre de recherche en démographie[29],[30] et l'INED s’intéressent également à la Sardaigne, dans le cadre du projet européen sur les conditions de vie futures des personnes âgées en Europe[31].

Top 10 des villes sardes par la population (2019)[32]
Ville Habitants
1 Cagliari 153 231
2 Sassari 126 218
3 Quartu Sant'Elena 70 352
4 Olbia 61 323
5 Alghero 43 743
6 Nuoro 35 763
7 Oristano 31 469
8 Selargius 29 202
9 Carbonia 27 611
10 Assemini 26 848
Tableau et graphique démographique de 1861 à 2011
Date du recensement Population Variation %
31/12/1861 609 000 0 0
31/12/1871 636 000 24 000 +4,4
31/12/1881 680 000 44 000 +6,7
10/02/1901 796 000 116 000 +8,2
10/06/1911 868 000 72 000 +8,5
01/12/1921 885 000 17 000 +1,9
21/04/1931 984 000 99 000 +11,3
21/04/1936 1 034 000 50 000 +10,1
04/11/1951 1 276 000 242 000 +13,6
15/10/1961 1 419 000 143 000 +10,8
24/10/1971 1 474 000 55 000 +3,8
25/10/1981 1 594 000 120 000 +7,9
20/10/1991 1 648 000 54 000 +3,3
21/10/2001 1 632 000 −16 000 -1,0
21/10/2011 1 639 362 7 362 0,4

Habitants recensés (en millier)

Pyramide des âges de la Sardaigne

Habitants recensés (en millier)

La Zone bleue des centenaires[modifier | modifier le code]

Nuoro, ville sarde, est à l'origine de l'appellation de zone bleue qui identifie les rares régions du monde où la longévité des habitants est très nettement au-dessus de la moyenne[33]

Le nom a été créé par l'universitaire italien Gianni Pes et le démographe belge Michel Poulain[34]. Ils ont découvert en 2000 à Nuoro la plus forte concentration au monde d’hommes centenaires alors connue[34] localisée dans de nombreux villages de montagne de cette province.

Les hommes de Nuoro, souvent d'anciens bergers, ont la même espérance de vie que les femmes et l'on compte 30,9 centenaires pour 100 000 habitants avec des nonagénaires en très bonne condition physique[35].

Personnalités sardes[modifier | modifier le code]

Artistes Personnalités politiques et de l'administration Personnalités de la littérature Personnalités de la philosophie et des sciences

Culture sarde[modifier | modifier le code]

Carte de la Sardaigne délimitant la répartition des différentes langues sardes
Carte de la répartition des différentes langues sardes.

Langues et dialectes[modifier | modifier le code]

Comme dans le reste du pays, la langue officielle et la plus largement utilisée est l'italien, mais il y a plusieurs langues locales et régionales, toutes de la famille des langues romanes. Parmi ceux-ci la langue la plus répandue est le sarde[36], qui comprend plusieurs dialectes, langue romane distincte de l'italien et restée très proche du latin. Elle comprend des termes de substrat pré-latin dont certains sont similaires au basque, selon l'avis d'Eduardo Blasco Ferrer et Michel Morvan.

Le sarde possède divers dialectes et deux orthographes principales, le logoudorais et le campidanais.

  • Le sarde logoudorais (en sarde sardu logudoresu, en italien sardo logudorese), correspondant à la région du Logudoro, est la variété sarde restée la moins influencée par d'autres langues, du fait de son isolement géographique au centre de l'île. Elle se décline en deux dialectes, le commun, et le logudorais du Nord. Au logoudorais, on associe le nuorais (en sarde nugoresu, en italien nuorese), autour de la ville de Nuoro, variété la plus archaïque.
  • Le sarde campidanais (en sarde sardu campidanesu, en italien sardo campidanese), correspondant à la région du Campidano, est la plus parlée de l'île. Au sein du campidanais, on distingue parfois l’ogliastrino (en sarde ollastrinu), parlé autour de la ville de Lanusei, en Ogliastra.

D'autres idiomes sont parlés au nord de l'île, avec surtout deux variétés dérivées du corse et du toscan (considérés comme des langues par l'UNESCO). Il s’agit du sassarais (sassaresu, en italien sassarese) parlé autour de Sassari vers Porto Torres et Castelsardo, et du gallurais (gadduresu, en italien gallurese) parlé en Gallura, qui sont considérés comme des dia-systèmes sardo-corses. Bien que la structure des deux langues soit italienne (corse et toscane), une part importante de leur vocabulaire est empruntée au sarde. La langue galluraise partage 80 % de son vocabulaire avec la variété sartenaise dite oltremontano de la langue corse, et 20 % avec la langue sarde.

Deux autres langues romanes sont également présentes en Sardaigne : le génois ou ligure, appelé tabarquin, et le catalan. Nommé ici tabarquin, le ligure est pratiqué dans le Sud-Ouest, dans les îles de Carloforte et Calasetta. La variété catalane qu'est l'alguérois (alguerès), relevant du catalan oriental, est pratiquée dans la ville portuaire d'Alghero (L'Alguer en catalan), au Nord-Ouest de l'île.

Depuis le XVIIIe siècle, date de l'introduction officielle de l'italien en Sardaigne par une loi (1760), il y a eu un processus progressif d'italianisation culturelle des structures sociales et de conversion linguistique vers l'italien, aujourd'hui à un stade avancé. En 2000, l'ISTAT rapporte que le sarde est la langue minoritaire la plus importante en Italie. Elle est parlée par 83,2% de la population sarde âgée de plus de 6 ans[37]. En 2006, le même institut révèle que seuls 29,3% de la population sarde alternaient l'italien et le sarde au sein de la famille, et que seuls 16,6% parlaient principalement le sarde ou d'autres langues non italiennes[38]. Des données plus récentes suggèrent qu'à ce jour, parmi les jeunes, seuls 10% de la population ont déclaré avoir une certaine maîtrise de la langue[39],[40].

Les langues régionales sont utilisées dans la signalisation routière bilingue de certaines municipalités.

Littérature[modifier | modifier le code]

Peintures murales[modifier | modifier le code]

Photographie de fresques murales de la ville de Fonni.
Une des nombreuses Murales de la ville de Fonni.

La Sardaigne compte plusieurs milliers de peintures dites murales (prononcer : « mouraless ») sur les murs de l'île. C'est typique de la région. Cet art populaire s'étale sur les murs, mais aussi sur les rochers. Elles véhiculent assez souvent un message politique (actuel ou historique) ou citoyen, comme sur l’hygiène à l'initiative des collectivités locales. Les fresques remarquables initiées par le professeur Francesco Del Casino à Orgosolo, patrie du muralisme italien[41], empruntent souvent à l'esthétique d'artistes connus comme Picasso, Miro, De Chirico ou au style de certaines bandes-dessinées. Les murales sont apparues en 1966 à San Sperate sur une idée du sculpteur Pinuccio Sciola[42].

Chant, danse, et musique[modifier | modifier le code]

Les instruments traditionnels sardes sont très utilisés en accompagnement des chants et des danses. La Sardaigne possède plusieurs traditions musicales uniques comme par exemple:

Photographie d'un groupe de chanteurs sardes lors d'un festival
Un groupe de chanteurs sardes "a tenore" lors d'un festival.
  • Le canto a chiterra est un chant monodique accompagné à la guitare sarde, la chiterra , instrument surtout utilisé dans les régions Logudoro et Gallura, au Nord de la Sardaigne[44].
  • Le launeddas est l'instrument sarde par excellence. C'est le plus ancien, original et unique. Cet instrument à vent est composé de trois parties (sorte de clarinette) de différentes tailles, et se joue en utilisant la technique de respiration circulaire[44].
  • L'organetto, petit accordéon apparu depuis moins de deux siècles, est aussi utilisé pour les danses et le chant.

Maria Carta réussit à promouvoir la musique traditionnelle sarde dans des manifestations populaires nationales et internationales[45].

Les danses sardes d'origine traditionnelle sont des danses en rond dans lesquelles les danseurs se tiennent étroitement liés par les avant-bras, comme dans les gavottes bretonnes. La plupart se dansent avec une sorte de rebond ou vibration au double du tempo. Elles sont dansées sur le chant ou des instruments traditionnels, ou aujourd'hui fréquemment l'accordéon diatonique comme dans des nombreuses régions d'Europe. Le ballu tundu, dont le pas est d'ailleurs identique à l'hanter dro breton hormis la vibration, est la plus connue et répandue des danses dans l'île, mais il en existe diverses autres, telles le a passu, et le ballu seriu. Certaines de ces danses laissent aujourd'hui place à une improvisation en couple au centre du rond, ainsi qu'à des pas techniques au sein du rond, en principe réalisés par des hommes.

La culture populaire sarde comprend aussi des hymnes qui ont joué un rôle essentiel à différentes périodes de l'histoire sarde, incitant à l'action ou renforçant le sentiment d'appartenance nationale[46]. Le seul hymne aimé (et aussi officiel) est Procurad'e moderare (it), hymne révolutionnaire composé par Francesco Ignazio Mannu en 1795 en l'honneur de l'insurrection sarde de 1794[47]. L' hymne national sarde (S'hymnu sardu nationale) était l'hymne du royaume savoyard de Sardaigne. Il a été composé en 1843 par Giovanni Gonella (it). Il existe également l'hymne de la brigade « Sassari » (Dimonios) composé par Luciano Sechi en 1994 et le fameux Naneddu Meu (it) écrit par Peppino Mereu (it) !

Tenues traditionnelles[modifier | modifier le code]

Photographie d'une tenue traditionnelle sarde féminine
Un exemple de tenue traditionnelle sarde féminine.

On peut admirer les vêtements traditionnels lors des principales fêtes religieuses ou populaires[48].

Pour la femme, la tenue traditionnelle est souvent finement brodée, de couleurs vives (vert, et/ou bleu, et/ou or, et/ou rouge) et réalisée dans des tissus précieux. Les tenues peuvent être très différentes. Chaque village ou presque possède son propre costume traditionnel féminin, comme pour se démarquer, malgré des parties fixes telles que le châle, le corsage, la jupe longue, et la chemise blanche. Les femmes peuvent également porter des bijoux sardes, en or, argent ou corail, souvent finement gravés[49],[50].

En revanche, pour l'homme, la tenue traditionnelle est dans la droite ligne de la tradition pastorale chère à la Sardaigne. On constate souvent une chemise et un pantalon blanc, un gilet et une veste noirs (parfois avec du rouge), un chapeau de forme particulière, et parfois un manteau (de cuir ou de laine).

Plusieurs musées permettent de contempler ces tenues typiques[48]:

Les contes sardes[modifier | modifier le code]

La forte tradition orale de la Sardaigne a produit de très nombreux contes et légendes. Il existe même, dans la ville de Boroneddu, Il museo della fiaba sarda (Le musée de la fable sarde) consacré aux personnages des fables traditionnelles[49],[52].

Quelques exemples de contes:

  • Come Sant'Antonio rubò il fuoco al diavolo (Comment saint Antonio vola le feu au diable) ;
  • Il vecchio e la rupe (Le vieux et le rocher) ;
  • Mariedda del piccolo popolo delle janas (Mariedda du petit peuple des fées) ;
  • La vitellina dalle corna d'oro (Le petit veau aux cornes d'or).

Les fêtes sardes[modifier | modifier le code]

Photographie de costumes carnavalesques sarde : « les Mamuthones »
Costumes de carnaval sarde : les Mamuthones.

Il existe de nombreuses fêtes en Sardaigne (Carnavals, processions…), qui révèlent la culture sarde fortement ancrée dans l'île[49],[50].

  • La Sartiglia: c'est une course de chevaux qui a lieu le dernier dimanche, et le mardi gras pendant la période du carnaval à Oristano. Durant deux jours, des cavaliers somptueusement vêtus enchaînent courses, tournois et acrobaties spectaculaires. Les départs des équipes se font au son des trompettes et des roulements de tambours.[53]
  • La die de sa Sardigna (Le jour de la Sardaigne) : C'est la fête du peuple sarde. Elle est établie par le conseil régional de Sardaigne le en souvenir de l'insurrection du . Ce jour, les écoles restent fermées[54].
  • Carnaval de Tempio Pausania: C'est le carnaval le plus célèbre de l'île. Pendant une semaine se succèdent fêtes, défilés et bals. Le personnage principal est le Roi Giorgio, un énorme pantin qui finira brûlé sur la place principale[55].
  • Carnaval de Mamoiada: Cette fête est l'une des plus intrigantes de Sardaigne. Tous les ans, en janvier, les Mamuthones défilent avec leurs masques noirs traditionnels à l'expression inquiétante. Ils sont vêtus d'épaisses peaux de chèvres et portent sur leur dos plusieurs sonnailles qui résonnent au rythme de leurs pas[56].
  • La procession pour Santa Maria del mare (sainte Marie de la mer) : une procession de bateaux le à Bosa,
  • Les Candelieri (it) : c'est une procession qui se déroule le à Sassari (entre autres).
  • L'Assunta : procession à Orgosolo.
  • Fête de Sant'Efisio, Procession en costumes traditionnels, 1er mai 2018
    La Sagra di Sant'Efisio : Cette fête religieuse dédiée au Saint Patron de la Sardaigne se déroule le à Cagliari. Elle regroupe de nombreux fidèles, en costumes traditionnels, des musiciens et des cavaliers. On peut également y admirer le défilé des " Traccas ", ces chars à bœufs magnifiquement décorés. L'avenue principale, recouverte de milliers de pétales de roses, se transforme pour l'occasion en un superbe tapis multicolore[57],[58].
  • La cavalcata sarda (it) : une course de chevaux à Sassari au mois de mai.
  • La Sagra di San Salvatore : procession de septembre à Cabras.
  • Sagra del Redentore: Cette fête est dédiée au Rédempteur de Nuoro sur le Mont Ortobene. Elle a lieu à la fin du mois d'août. Elle rassemble de nombreux événements folkloriques et permet de découvrir les chants, la gastronomie et les costumes traditionnels sardes[59].
  • L'Ardia (it), S'ardia en sarde : course de chevaux dans les ruelles du village de Sedilo.
  • La fête des Merdules : se déroule à Ottana.
  • La fête de San Pietro : se déroule à Carloforte le .

Universités sardes[modifier | modifier le code]

On trouve deux universités en Sardaigne, l'université de Cagliari, et l'université de Sassari, qui est spécialement reconnue pour ses cours de droit.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Le porcheddu (maialetto ou porchetto en italien) est un cochon de lait entier (5 kg maximum) parfumé au myrte et au laurier, cuit au four ou à la braise dans un trou recouvert de terre. C'est une tradition venant, dit-on, des bergers malhonnêtes qui cuisinaient de cette façon les cochons de lait volés aux autres bergers. Lorsque le cochon de lait est plus gros, on le coupe en deux et on le cuit à la broche sur un feu de myrte. On peut aussi le mouiller avec le filu 'e ferru (it), la grappa locale, ou avec de l'eau. Ajouter du laurier, sel, poivre, beaucoup d'ail et de myrte.

Les Culurgiones sont l'interprétation sarde des raviolis sans viande : la farce réunit harmonieusement le goût sucré des bettes et celui plus franc du pecorino sarde, ainsi que les arômes, agréablement en opposition, de la noix de muscade et du safran. Certains les mangent enrichis par une sauce tomate avec de la viande hachée. Dans certaines provinces sardes appelés Culurzones, ayant une farce faite de ricotta et d'herbes (persil, etc.), ces Culurgiones sont généralement servis avec une sauce tomate et saupoudrés de pecorino sarde.

Cuisine[modifier | modifier le code]

La cuisine a connu une évolution particulière qui conserve encore aujourd'hui beaucoup de ses anciennes caractéristiques.

Parmi les pâtes on distingue les culurgiones (sorte de raviolis fourrés d’un mélange de pommes de terre, ail, fromage et menthe), les malloreddus (en forme de coquillages), mais aussi les pillus (sorte de nouilles).

La viande, cuite à la braise, souvent aromatisée au myrte ou à la suie, est la reine des repas de fête : agneau, chevreau, cochon de lait, marcassin. Le stufato de mouton, réalisé avec un gigot de mouton cuit dans du vin rouge avec des légumes et des épices. Le pane carasau est un pain typique sarde.

Fromages[modifier | modifier le code]

Photographie de fromage pecorino sarde
Pecorino Sardo

L'important troupeau de trois millions de brebis qui donne lieu à la transhumance en Sardaigne[60] est à l'origine de la richesse de l'offre de fromages dans l'île. Les premières traces de production de fromage en Sardaigne remonte à l'époque romaine le Pecorino[61].

Le fromage de brebis (pecorino sardo) est célèbre dans le monde entier. Il est produit à partir du lait de brebis sarde, une race locale. Ce fromage est protégé par le label de qualité européen DOP. Il est habituellement consommé avec la carta musica ou pistoccu (it), pain très fin en semoule de blé dur.

Il existe d'autres fromages produits en Sardaigne, tels que la fleur Sarde (Il Fiore Sardo), le Casu marzu, le Canestrati, ou les caprini (au lait de chèvre).

Pâtisseries[modifier | modifier le code]

Enfin les gâteaux, le plus souvent aux amandes (les amarettus ou Amaretti, les Gattò), mais aussi au miel et aux épices. On peut donner d'autres exemples comme les Pardulas ou Casadinas (petits gâteaux à base de Ricotta), les chiacchiere (sortes de bugnes), l'aranzata (gâteaux à l'orange), les sebadas (beignets au fromage, au citron et au miel) ou les Cardinali (petits gâteaux moelleux), les Papassinos, et enfin les Sospiri (bonbons d'amandes sucrés).

Boissons[modifier | modifier le code]

Les vins sardes sont moins connus que ceux d'autres régions d'Italie, mais leur renommée grandit. L'eau-de-vie (de raisin et de myrthe) et la vernaccia (vin très doux avec un haut degré d'alcool) sont très courants.

Exemples de cépages implantés en Sardaigne :

Exemples d'autres alcools sardes :

Tourisme[modifier | modifier le code]

Photographie de la côte est de la Sardaigne
Côte est de l'île, Cala Goloritzé.

La Sardaigne est une destination touristique réputée notamment grâce à ses plages, la côte d’émeraude (costa Smeralda) , la ville catalane fortifiée d’Alghero, le massif montagneux de Gennargentu, le petit port de Bosa dominé par une forteresse et bien d'autres sites[62].

En 1962 le consortium Costa Smeralda, associe des industriels comme le propriétaire de San Pellegrino et le magnat de la bière Patrick Guiness, à Porto Cervo où les marques de luxe« ont toutes pignon sur rue » tandis que le Monte di Mola Museum (MDM) expose « du Pop Art et du Street art »[63]. Ils recrutent des architectes célébres comme Jacques Couelle et Michele Busiri Vici[64].

Les autorités locales témoignent d'abord de la compréhension[65], le consortium s'engageant à un relatif équilibre entre ciment et nature[65]. L'aspect des constructions et des espèces végétales des jardins est réglementé, ce qui entrainera un style «néo-méditerranéen», mélange de Grèce et de Provence[66]. Le consortium Costa Smeralda acquiert 55 kilomètres de côtes, 80 plages et 5 000 hectares à Arzachena[67], commune la plus étendue d'Italie après Rome[67], dont les 6000 habitants voient en dix ans se créer 4000 emplois permanents[67], mais aussi affluer les photographes[67], sur fond de commérages et barrages routiers[67], parfois déclenchés par le va-et-vient de princes de la " jet-society " entre l'aéroport d'Olbia et le golfe de Porto-Cervo, à bord de l'hélicoptère privé[67]. Cependant, Dominique Fernandez, professeur à l’Institut français de Naples, s'interroge dès 1965 sur les miracles attribués àl'Aga Khan [66], dans la soixantaine de pages qu'il consacre à la Sardaigne, où il interroge de nombreux insulaires, de son premier livre [68]. En 1967, des urbanistes américains conçoivent une extension, confiée à l'architecte Luigi Vietti[67], transmise aux autorités en février 1970[67]. Le gouvernement sarde s'y oppose, demandant une réduction du volume global[67], mais aussi plus d'hôtels et moins de résidences secondaires[67]. Selon le consortium[65], 15 % seulement de la zone serait bâtie[65].

Après deux ans de blocage, en octobre 1971, l'Aga Khan menace de licencier tout le personnel s'il n'obtient pas une réponse[65]. Des manifestations ont lieu, des commentateurs italiens s'enflamment sur le thème "La Sardaigne aux Sardes. Chassons l'argent étranger"[67]. A partir de 1980, la commune d'Arzachena a finalisé son propre projet d'hôtels[65], plus réduit, et après dix ans de polémiques[65], l'Aga Khan s'en va. Une partie des hôtels bâtis par lui sera finalement cédée au conglomérat américain Starwood[66]. Seules quelques extensions ont lieu, comme Marmorata Village, ex-Club Med[66] des années 1970, passé à un millier de chambres dont les Français représentent deux tiers de la clientèle[66].

En 1994, l'archipel de la Maddalena, est classé parc national marin (Parco dell'Arcipelago della Maddalena). Il s'étend sur plus de 20 000 hectares de terre et de mer[69] et 180 km de côtes. 100 000 touristes visitent ce parc chaque année[70].

Le développement de ses infrastructures touristiques, son climat, ses vestiges archéologiques (nuraghe, etc.), font de cette île une destination qui peut accueillir « environ 12 millions de touristes par an, dont 80 % en juillet-août »[71]. De nombreux complexes hôteliers sont construits dans le sud (Villasimius), dans l’est (Muravera), et dans l’ouest (Santa Margherita di Pula et Chia) de l'île.

Ces dernières années, la Sardaigne, comme le reste de l'Italie, se voit dépassée par le "surtourisme" qui impacte le patrimoine et la qualité de vie sardes[72]. Pour remédier à cet afflux de touristes, des mesures sont prises comme la mise en place, en 2019, d'un numerus clausus sur les plages[72]. De même, le projet européen Stratus soutient les initiatives locales en faveur d'un tourisme durable marin et balnéaire[73].

Le tourisme nature tend à se développer avec le "Festival di Scirarindi", qui fait office aussi de salon de l'écotourisme. Il se déroule chaque année au mois de novembre à Cagliari[74]. Ce type d'activité artisanale s'est développé principalement sur la côte orientale de l'île, dans la partie préservée, l'Ogliastra et la Barbagia.

Il existe un moyen étonnant de découvrir la Sardaigne. En effet, le trenino verde (le petit train vert), est un chemin de fer à vapeur remis en marche, avec locomotives et wagons rénovés, afin de faire visiter l'île[75].De nombreux objets en liège sont fabriqués tels que des cartes postales, des damiers, et autres objets de toutes sortes[76].

Compétitions sportives renommées[modifier | modifier le code]

De nombreuses manifestations de renommée nationale ou internationale se déroulent en Sardaigne comme:

Maddalena, l'archipel émeraude de la Sardaigne

Activités économiques et ressources[modifier | modifier le code]

Le secteur des services et le tourisme sont les principales activités économiques de l'île.

Le revenu par habitant en Sardaigne est le plus haut du Mezzogiorno (16 837 € par personne). Les principales villes ont des revenus plus élevés : à Cagliari le revenu par habitant est 27 545 , à Sassari 24 006 , à Oristano 23 887 , à Nuoro est 23 316  et à Olbia 20 827 .

Malgré cela, la Sardaigne souffre d'un fort taux de chômage[81] (environ 7 %), surtout chez les jeunes (environ 22 %). « Le problème le plus important est l'emploi, en Corse comme en Sardaigne. Si cette question n'est pas résolue, il y aura toujours un mal-être et une émigration. L'intérieur des terres de la Sardaigne se dépeuple. »[81].

L'Union européenne a répondu en partie à la demande sarde, en mettant en place un « régime d'aide à l'emploi »[82].

Élevage[modifier | modifier le code]

L'élevage est très implanté en Sardaigne, en bénéficiant des nombreuses régions montagneuses, d'où une importance économique, mais aussi sociale. Il est traditionnellement pratiqué en extensif ou semi-extensif sur les 1 500 000 hectares de prairies naturelles[83].

Le type d'élevage principal est l'élevage ovin, l'île comptait un million de moutons sardes au XVIIe siècle, deux millions en 1918 et 2 500 000 en 1971[83]. Le lait de brebis est apprécié et très utilisé, et la viande d'agneau est un repas de choix.

L'autre type est l'élevage de caprin. Le lait de chèvre est également recherché. Ainsi, le fromage est le produit le plus couramment fourni.

Photographie d'un chariot agricole traditionnel sarde
Chariot agricole traditionnel sarde. Il était tracté par un couple de bœufs.

L'objectif des 13 000 à 15 000 éleveurs d'ovins et caprins que l'on peut recenser, est d'augmenter la production de produits à forte valeur ajoutée tels que les AOP. Dès lors, les associations d’éleveurs caprins de Nuoro et Cagliari et l’Istituto Zootecnico e Caseario per la Sardegna ont décidé de « définir des stratégies de sélection pour la chèvre sarde »[84].

La Sardaigne est le plus grand exportateur de fromage aux États-Unis et au Canada, même si elle a connu quelques difficultés avec la baisse du dollar. »[71]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Photographie du recto d'une médaille commémorative
Recto d'une médaille inaugurative.

On peut voir plusieurs types de cultures en Sardaigne, dont l'agriculture est assez diversifiée. On trouve des céréales (blé…), des fruits (agrumes, cerises…), des légumes (artichaut…), du crocus printanier pour récolter le safran, de l'olive qui est largement utilisée pour produire l'huile, du liège, de la vigne pour le vin. Cette dernière production date de fort longtemps en Sardaigne, car déjà présente à l'âge nuragique. La production d'olives en revanche n'a été introduite en Sardaigne qu'à partir du XVIe siècle.

La saliculture et bien sûr les ports de pêche, sont également des cultures présentes sur l'île. Cependant cette dernière activité est relativement marginale pour des raisons historiques. On peut cependant noter une exception pour la pêche de l'anguille pêchée depuis l'Antiquité.

L’exploitation minière[modifier | modifier le code]

La Sardaigne possède de nombreuses mines, dispersées sur toute l'île. La zone géographique ayant le plus de ressources minières est le sud-ouest. Le travail minier dans l'île date de temps très éloignés (6000 av. J.-C.). Grâce à ces nombreuses ressources minières, notées dans la partie historique, la Sardaigne a pu se développer en attirant commerçants et envahisseurs, dès l'Antiquité puis au Moyen-âge.

La Province de Sardaigne du Sud inclut Carbonia,chef-lieu de l'ancienne province de Carbonia-Iglesias et ses mines de charbon des années 1930 à 1960, qui ont marqué l'histoire de l'île. Le tourisme minier, avec musées, guides, visites et reconstituions y est très développé dans les villages en à-pic sur la mer.

Minerais de fer Minerais de calcium Autres
Photographie du verso de la médaille commémorative remise aux mineurs pour le centenaire des mines de Montevecchio
Médaille commémorative remise aux mineurs pour le centenaire des mines de Montevecchio (verso).

Mais on trouve également des productions d'argent, de charbon et de zinc.

Alors que depuis la domination romaine sur l'île l'exploitation minière était très importante en Sardaigne, la production d'aluminium, de charbon et de plomb a chuté par la suite au XXe siècle. "Dans les années 1960, un premier plan de développement économique de la Sardaigne a été mis en place, fondé sur la monoculture industrielle : la chimie. Quand la chimie s'est écroulée pour des raisons de difficultés mondiales, il y a eu une crise de désindustrialisation en Sardaigne, amplifiée par la baisse d'activité dans l'aluminium et les mines de charbon et de plomb. Sur les quatre pôles chimiques historiques, deux existent encore à la fin des années 2010. "Aujourd'hui, nous cherchons à dépasser cette phase de désindustrialisation, en passant à un système productif plus flexible" a résumé Efisio Orru, préfet de Sardaigne[85].

Aujourd'hui, cette activité est donc réduite, mais la découverte européenne d'une nouvelle technique, a permis l'ouverture en 1997 d'une mine d'or, minerai qui n'était pas jusque-là exploité sur l'île[86].

Industrie[modifier | modifier le code]

Centre industriel de Porto Torres.

L'industrie sarde s'est développée dans les domaines d'activité très variés, allant de l'agroalimentaire, à la métallurgie et au textile. L'un des fleurons du secteur de l'agroalimentaire est l'usine d'Arborea, érigée sur des marais asséchés vers 1928[87], qui constitue la 1ère coopérative laitière de Sardaigne par laquelle transite environ 80 % du lait de vache de Sardaigne[87]. Elle produit beurre, crème, yaourt, mascarpone, lait au cacao, à la mangue, stockés dans un magasin haut de 25 mètres[87].

Energie[modifier | modifier le code]

La Sardaigne produit un surplus d'électricité, tout en bénéficiant d'une industries chimique et pétrochimique[88] mais est restée la seule région d'Italie qui n'a pas accès au gaz . L'île exporte de l'électricité vers la Corse et le péninsule italienne. De par sa position géographique et la volonté de la région, la Sardaigne se présente en chef de file du projet ENERMED[89] (pour ENERgie MEDiterranée) visant à promouvoir les énergies renouvelables. Par exemple en ce qui concerne l'implantation d'éoliennes : « le potentiel éolien est donc important dans le nord de la Sardaigne. Tous les facteurs sont réunis pour favoriser l’implantation d’éoliennes : présence de vents réguliers, existence de larges espaces à faible densité de population, et accès aisé aux zones potentielles. À ce titre, l’Union européenne (UE) considère la Sardaigne comme un site idéal pour le développement de ce type de production d’électricité et a décidé de financer leur construction. Les objectifs sont de contribuer à l’indépendance énergétique de l’UE et de réduire les émissions de combustibles fossiles, dans le cadre du respect des objectifs du Protocole de Kyoto »[90]. Vient s'associer à cela d'autres fonds comme à Nurri. En effet, EDF et ENEL s'y sont associés en 2004 pour réaliser un parc éolien de 22 MW[91]. Mais ENEL va plus loin, car il double sa production en Sardaigne en 2006, par la création du parc éolien de Sedini[92].

La Sardaigne a été épargnée par la grande coupure d'électricité italienne de 2003, cette île « étant connectée au continent par un câble sous-marin en courant continu »[93], ce qui peut permettre d'élaborer un système de protection énergétique dans le cadre des interconnexions entre pays.

En ce qui concerne les énergies fossiles, la Sardaigne est amenée à devenir un point de passage important entre le continent africain et l'Europe. En effet, l'Algérie voulant mettre en place une exportation énergétique vers l'Europe, est mis à l'étude un projet de gazoduc vers la Sardaigne, qui pourrait ensuite approvisionner l'Italie et la Corse[94].

Transport[modifier | modifier le code]

Photographie d'un avion de la compagnie aérienne sarde Meridiana
Meridiana : compagnie aérienne sarde.

Accès à l'île[modifier | modifier le code]

Les ferries de la compagnie Moby Lines, reconnaissables à leurs livrées particulières représentant des personnages issus des Looney Tunes, assurent toute l'année la liaison entre la Sardaigne et le continent.

Il est possible d'accéder à l'île par le ferry ou l'avion. Le ferry offre l'avantage de pouvoir partir avec sa voiture, et comme inconvénient le temps de la traversée. Pour la France, on trouve des départs de Marseille et Toulon vers Porto Torres, mais également de Bonifacio vers Santa Teresa Gallura.

Les villes en partance d'Italie sont Gênes, Civitavecchia, Naples et Livourne. Les prix d'une traversée sont comparables à ceux d'un vol sur une compagnie à bas coûts.

Le transport aérien s'effectue via les aéroports de Cagliari-Elmas (au sud), d'Alghero-Fertilia et celui de l'aéroport d'Olbia, siège depuis 1963 d'Alisarda devenue Air Italy en 2018 et qui a contribué à faire de l'île une destination touristique majeure. Les aéroports sardes sont notamment desservis à partir des aéroports de Rome, Milan, Turin et Naples depuis l'Italie.

Cependant, le premier a des vols directs provenant de Londres Luton, et le second de Londres Stansted. Les villes de Cagliari et Alghero sont desservies par des vols directs depuis l'aéroport à bas coût de Paris-Beauvais et également à partir de l'aéroport de Marseille Provence. Depuis 2009, la compagnie Ryanair a inauguré une série de vols depuis différentes villes européennes (dont l'aéroport de Charleroi-Bruxelles-Sud) vers les aéroports d'Elmas et Fertilia. Il existe aussi un petit aéroport à Tortoli desservi depuis Elmas, Olbia et Fertilia par de petits avions bimoteurs.

La naissance de la compagnie aérienne Alisarda faisait partie des "retombées" économiques du développement touristique[65], dans les années 1960, au cours des premières décennies d'existence du Tourisme en Sardaigne[65]. Par la suite, le , débute ses premiers vols internationaux vers Barcelone, Paris, Londres et Francfort qui en font une grande compagnie aérienne. Encore très rentable en 1998[95], sa stuation se déteriore ensuite[95].

En , la Commission européenne donne son feu vert à l'achat de 50% d'Alitalia par la compagnie Qatar Airways qui veut en faire la marque numéro 1 du transport aérien en Italie, avec une classe business sur chaque vol[96]. L'objectif est alors de passer, en seulement 4 ans, de 11 à 50 appareils et de seulement 2,6 millions à 10 millions de passagers[97].

Le , la compagnie est rebaptisée Air Italy)[98],[99]. Mais moins de deux ans et demie après, des centaines de millions de pertes financières causent l'arrêt de l'exploitation[100] et la mise en liquidation, ce qui met 1200 emplois en jeu [97]. Malgré ses difficultés, Alitalia a maintenu la concurrence contre Alitalia, se battant plus que jamais, en particulier sur les vols vers la Sardaigne[96], le duo Air Italy-Alisarda a souffert en particulier de l'arrêt du Boeing 737 MAX[96].

Transports intérieurs[modifier | modifier le code]

La gare et port de Arbatax

Sur place, il est possible de traverser toute l'île en train, et en particulier avec le trenino verde (petit train vert)[101], à vocation touristique. Il dessert les villes de Mandas, Arbatax, Isili, Sorgono, Macomer, Bosa, Tempio, et Palau

On peut également se déplacer en bus avec diverses compagnies régionales, ou bien sûr en voiture.

Contrairement à la Corse, le réseau routier en Sardaigne comprend des voies rapides à travers l'île, qui « permettent de se déplacer facilement » d'une région à l'autre[102].

La route principale est la SS 131, sur le tracé d'une ancienne voie romaine qui traverse l'île du nord au sud.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

La Sardaigne, par sa faible densité de population, est restée très sauvage dans des vastes régions. On y retrouve donc une belle variété de faune et de flore, ainsi que de nombreuses espèces endémiques en raison de l'isolement. De plus, une équipe de recherche de l’université de Cagliari[103], a mis en évidence « 65 espèces végétales ayant des propriétés médicales » seulement dans le sud-ouest de l'île.

En raison du nombre important d'animaux marins, dont des crustacés, dans ses eaux, les Grecs nommèrent la sardine d'après le nom de la Sardaigne[104].

Parcs naturels protégés[modifier | modifier le code]

On trouve neuf parcs naturels sur le territoire sarde, dont trois nationaux et six régionaux :

On peut également noter la présence de plusieurs parcs ou oasis privés, appartenant à diverses organisations telle que le WWF.

Exemples d’espèces[modifier | modifier le code]

Exemples de faune sarde[modifier | modifier le code]

Photographie d'un Geai des chênes

Exemples de flore sarde[modifier | modifier le code]

Photographie de Myrte commune
Myrte commune

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Delibera della Giunta regionale del 26 giugno 2012.
  2. Collectif, Dominique Auzias, Jean-Paul Labourdette, Sardaigne 2010-2011, (ISBN 2746927365, lire en ligne), p. 29.
  3. (it) Ignazio Camarda, Sabina Falchi et Graziano Nudda, L'ambiente naturale in Sardegna, Sassari, Carlo Delfino, (ISBN 88-7138-131-9), « La costituzione geologica », p. 20-28.
  4. a b c d e f g h et i "Où étaient autrefois la Corse et la Sardaigne ? 15 février 2019 sur Actu géologique [1]
  5. a b c d e et f "La dérive cénozoïque de la Corse et de la Sardaigne", dans la Revue alpine en 1980 [2]
  6. "SUR L’IMPORTANCE DES ÉVÉNEMENTS SARDES (MÉDIO-ORDOVICIENS) DANS LES PYRÉNÉES" par Michel DONZEAU et Bernard LAUMONIER en 2008 [3]
  7. (it) « Previsioni meteo aggiornate della Sardegna. », sur www.paradisola.it (consulté le 21 avril 2021)
  8. (it) « Climatologia », sur Benvenuto su Sardegna Clima (consulté le 21 avril 2021)
  9. (it) Piero Angelo Chessa et Alessandro Delitala, « Il vento », sur SardegnaArpa (consulté le 29 janvier 2016).
  10. (it) Une des publications officielles sur le sujet reste la chronologie des cultures préhistoriques que l’on trouve dans le livre du professeur Giovanni Lilliu, La civiltà dei Sardi, Turin, éd. Eri, 1988, 3e édition (ISBN 8886109733).
  11. « Roger Joussaume, La Sardaigne mégalithique - Clio - Voyage Culturel », sur www.clio.fr (consulté le 21 avril 2021)
  12. (it) Giovanni Lilliu, Betili e betilini nelle tombe di giganti della Sardegna, revue : Atti della Accademia Nazionale dei Lincei, Memorie, Serie IX, Vol VI, .
  13. (it) Ferruccio Barrecca, La Sardegna fenicia e punica, Chiarella, .
  14. Collectif, Actes du Colloque international : Carthage et les Autochtones de son empire au temps de Zama, Tunis, Siliana, , pdf.
  15. (it) Piero Bartoloni et Spanò Giammellaro, Atti del V Congresso internazionale di studi fenici e punici ; chapitre : Fenici e Cartaginesi nel Golfo di Oristano, Palerme, .
  16. (it) Francesco Cesare Casula, Breve Storia di Sardegna, Sassari, Carlo Delfino, (ISBN 88-7138-065-7).
  17. a b c d et e (it) Francesco Cesare Casula, La storia di Sardegna, Sassari, Delfino, (ISBN 88-7138-063-0).
  18. (it) Alfonso Stiglitz, Giovanni Tore, Giuseppe Atzori et Salvatore Sebis, Un millennio di relazioni fra la Sardegna e i paesi del Mediterraneo (chapitre : La penisola del Sinis tra i bronzo finale e la prima età del ferro, Selargius Cagliari, .
  19. a b c d e f g h i j k l et m Jean-Michel Poisson, « Elites urbaines coloniales et autochtones dans la Sardaigne pisane (XII-XIIIe siècle) », Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public,‎ , p. 65-181 (lire en ligne)
  20. Fernand Hayward, Sardaigne terre de lumière, p. 47.
  21. Auguste Boullier, L’Île de Sardaigne, p. 79 [lire en ligne].
  22. Amos Cardia, S'italianu in Sardìnnia candu, cumenti e poita d'ant impostu: 1720-1848; poderi e lìngua in Sardìnnia in edadi spanniola, Ghilarza, Iskra, , p. 88, 91
  23. a et b "Voyage en Sardaigne - Description statistique, physique et politique de cette ile, avec des recherches sur ses productions naturelle» et ses antiquités, par le comte Alberto La Marmora, compte rendu de Humbert Ferrand. [4]
  24. * (it) Barbara Fois, Lo stemma dei quattro mori: breve storia dell'emblema dei sardi, Sassari, Carlo Delfino Editore, .
  25. (es) Antonio Ubieto Arteta, Una narración de la batalla de Alcoraz atribuida al abad pinatense Aimerico, Argensola: Revista de Ciencias Sociales del Instituto de Estudios Altoaragoneses, (lire en ligne), p. 7:245–56.
  26. (it) Franciscu Sedda, La vera storia della bandiera dei sardi, Cagliari, Edizioni Condaghes, .
  27. a et b Université de Montréal.
  28. Deiana et al., 1999 ; Lio et al., 2003.
  29. « Le Centre », sur UCLouvain (consulté le 21 avril 2021)
  30. « Centre de recherche en démographie », sur UCLouvain (consulté le 21 avril 2021)
  31. « Future Elderly Living Conditions in Europe », sur Ined - Institut national d’études démographiques (consulté le 21 avril 2021)
  32. « Statistiche demograficheITALIA, densità abitativa, popolazione, età media, famiglie, stranieri », sur ugeo.urbistat.com (consulté le 27 avril 2021)
  33. Dr Martin Juneau et M.D., « Les Blue Zones : des régions où l’on vit mieux et plus longtemps », sur Observatoire de la prévention, (consulté le 27 avril 2021)
  34. a et b Dan Buettner (trad. Jean-Louis de Montesquiou, version française parue dans Books de novembre-décembre 2014), « L'Icarie, l'île où on vit (vraiment) plus longtemps qu'ailleurs », New York Times Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le 27 septembre 2017).
  35. Sandrine Marcy, « Le secret des centenaires en Sardaigne », sur francetvinfo.fr (consulté le 27 septembre 2017).
  36. (it) Max Leopold Wagner, La lingua sarda. Storia, spirito e forma, Nuoro, (1re éd. 1950).
  37. « LEM - langues - sarde », sur portal-lem.com (consulté le 27 avril 2021)
  38. (it) istat, « La lingua italiana, i dialetti e le lingue straniere » [« La langue italienne, les dialectes et les langues étrangères »], Istituto nazionale di statistica (publication officielle),‎ (lire en ligne)
  39. Coretti, Paolo. La Nuova Sardegna, 04/11/10, Per salvare i segni dell'identità
  40. Luciano Piras, « Silanus diventa la capitale dei vocabolari dialettali » [archive du ],
  41. « Les peintures murales à Orgosolo », sur Site officiel du tourisme en Italie, (consulté le 27 avril 2021)
  42. (it) Desirée Maida, « Il “Paese Museo” di San Sperate compie 50 anni. Gli eventi da non perdere », Artribune,‎ (lire en ligne).
  43. « Canto a tenore sardo | Unesco Italia », sur www.unesco.it (consulté le 27 avril 2021)
  44. a b c et d « Sardaigne, une tradition à part | Mondorama » (consulté le 2 mai 2021)
  45. « Maria Carta », sur timenote.info (consulté le 2 mai 2021)
  46. « HYMNES ET CHANTS PATRIOTIQUES », sur www.canzoneitaliana.it (consulté le 2 mai 2021)
  47. « Hymne Sarde Procurade 'e moderare (Innu sardu) (traduction rimée) - michele angelo murgia », sur www.inlibroveritas.net (consulté le 2 mai 2021)
  48. a et b « Les costumes traditionnels sardes », sur Le Blog Sardegna.com: infos, curiosités et événements pour votre séjour en Sardaigne, (consulté le 3 mai 2021)
  49. a b et c (it) Francesco Alziator, Il Folklore sardo, Cagliari, Zonza Editori, (ISBN 88-8470-135-X).
  50. a et b (it) Antonio Dessì, Raccolta di usi e consuetudini della provincia di Cagliari, Cagliari, .
  51. « IsreSardegna - Musei - Museo del Costume », sur www.isresardegna.it (consulté le 3 mai 2021)
  52. (it) « Museo della fiaba sarda », sur Ministero per i Beni e le Attività culturali e per il Turismo (consulté le 28 avril 2021)
  53. (it) « Fondazione Oristano », sur www.sartiglia.info (consulté le 28 avril 2021)
  54. « Sa die de sa Sardigna », sur www.festivita-italiane.com (consulté le 28 avril 2021)
  55. « Carnaval de Tempio Pausania | Agenda Sardaigne », sur Routard.com (consulté le 28 avril 2021)
  56. Paolo Melissi, « LE CARNAVAL DE MAMOIADA », (consulté le 28 avril 2021)
  57. « Fêtes et foires en Sardaigne: informations touristiques », sur Sardaigne (consulté le 28 avril 2021)
  58. « Eventi speciali - Feste, sagre, sport a Cagliari - Cagliari Turismo », sur www.cagliariturismo.it (consulté le 28 avril 2021)
  59. « La Fête du Rédempteur: de la spiritualité et du folklore », sur SardegnaTurismo - Sito ufficiale del turismo della Regione Sardegna, (consulté le 28 avril 2021)
  60. Robert Bergeron, « Problèmes de la vie pastorale en Sardaigne. Premier article », Géocarrefour, vol. 42, no 4,‎ , p. 311–328 (DOI 10.3406/geoca.1967.2620, lire en ligne, consulté le 27 avril 2021)
  61. « À Rome, mange comme les Romains », sur Made In Italy (consulté le 5 mai 2021)
  62. (es) « Villes et villages de la Sardaigne », sur Guide tourisme Sardaigne (consulté le 5 mai 2021)
  63. "La Côte d’Emeraude, bijou sarde" par Eileen Hofer, le 5 août 2016 dans Le Temps [5]
  64. " La Sardaigne, réveillée par le prince Karim Aga Khan, secouée par Silvio Berlusconi" par Olivier Tosseri Olivier Tosseri le 30 juillet 2014 " dans L'Opinion [6]
  65. a b c d e f g h et i "L'Aga Khan claque la porte en Sardaigne" par Philippe Pons le 29 janvier 1983 " dans Le Monde [7]
  66. a b c d et e "Les secrets des Lestrygons" par Arnaud Bouillin, le 31/07/2003 dans L'Express
  67. a b c d e f g h i j et k " Le paradis du prince Karim deviendra-t-il l'enfer des promoteurs ?" par Jacques Nobécourt le 20 novembre 1971" dans Le Monde [8]
  68. "Mère Méditerranée" par Dominique Fernandez, aux Editions Grasset, en 1965
  69. (en-GB) « The national park of the Maddalena archipelago », sur SardegnaTurismo - Sito ufficiale del turismo della Regione Sardegna, (consulté le 3 mai 2021)
  70. « Parcs du monde : Maddalena, l'archipel émeraude de la Sardaigne », sur Franceinfo, (consulté le 3 mai 2021)
  71. a et b Chambre de commerce de Cagliari sur le site du Sénat français.
  72. a et b « L'Europe se mobilise contre le « surtourisme » », sur Les Echos, (consulté le 5 mai 2021)
  73. « Projet STRATUS : vers un tourisme de qualité en Sardaigne du sud », sur TV5MONDE - Voyage, (consulté le 5 mai 2021)
  74. (it) « Festival Scirarindi - Cagliari 23 e 24 Novembre 2019 », sur Festival Scirarindi (consulté le 6 mai 2021)
  75. « Trenino Verde 2021 – Voyage dans la Sardaigne la plus reculée | Sardinias », sur sardinias.fr (consulté le 5 mai 2021)
  76. www.dodify.com, « Le liège: la ressource naturelle plus précieuse de la Gallura », sur gallurago (consulté le 5 mai 2021)
  77. « WRC - Le Rallye de Sardaigne met le cap sur Olbia », sur www.autohebdo.fr (consulté le 6 mai 2021)
  78. (it) « Rallye di Sanremo – Sito ufficiale del Rallye Sanremo » (consulté le 5 mai 2021)
  79. (it) « Contatti », sur Il Giro di Sardegna (consulté le 5 mai 2021)
  80. (it) « Girosardegna », sur www.girosardegna.it, (consulté le 5 mai 2021)
  81. a et b « La Sardaigne attend de l'Union européenne une aide pour l'emploi surtout, qui demeure le plus grand problème de l'île. Sans travail, on n'est pas libre ». Gian Franco Anedda, député de Sardaigne.
  82. Décision de la Commission relative à un régime d'aides à l'emploi en Sardaigne.
  83. a et b Jean-Jacques Lavergne, « Caractéristiques de la race ovine sarde », Genetics Selection Evolution,‎ (lire en ligne).
  84. S. Ligios, A. Carta, P.L. Bitti et I. Tuveri, Description des systèmes d’élevage caprin en Sardaigne et évaluation des stratégies d’amélioration génétique, (Lire en ligne [PDF].
  85. Efisio Orru, préfet de Sardaigne, sur le site du Sénat français.
  86. « Découverte d'or en Sardaigne »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 25 mai 2017).
  87. a b et c "Dans l'usine d'Arborea, la 1ère coopérative laitière de Sardaigne" le 14 novembre 2018 [9]
  88. Il existe un projet de gazoduc Algérie-Sardaigne-Corse. Chambre de commerce de Cagliari.
  89. Étude de faisabilité du projet ENERMED, [lire en ligne] [PDF].
  90. Dominique Perrin & col. (2006). Carte postale de Sardaigne, [lire en ligne].
  91. communiqué de presse EDF Énergies nouvelles, du 19/03/2007, [lire en ligne].
  92. Source ADIT le 13/07/2006, p. 3 et 11. [lire en ligne].
  93. Le Sénat, Mission commune d'information sur la sécurité d'approvisionnement électrique de la France et les moyens de la préserver, le 2 mai 2007. [lire en ligne].
  94. Compte rendu analytique officiel de l'assemblée nationale, le 30/01/2007. [lire en ligne].
  95. a et b "La compagnie italienne Meridiana à la recherche d'un repreneur" par Denis Fainsilber, dans Les Echos, le 25 janvier 2000 [10]
  96. a b et c "Deux ans après sa relance, la compagnie aérienne Air Italy est déjà en faillite" par Olivier Chicheportiche, pour BFM TV, le 11 février 2020 [11]
  97. a et b "La compagnie Air Italy met la clef sous la porte, 1200 emplois en jeu" par l'AFP le mercredi 12 février 2020 [12]
  98. (it) Mara Monti, « Meridiana diventa AirItaly: flotta di 50 aerei entro il 2020 e nuove rotte », sur Il Sole 24 ORE, (consulté le 19 février 2018).
  99. (en) « Italy’s Meridiana Relaunches as Air Italy », sur airlinegeeks.com,
  100. "Clap de fin pour Air Italy", sur le site de Capital le 11/02/2020 [13]
  101. Article du Monde sur la Sardaigne, lire l'encadré sur le petit train vert.
  102. "Carnet de route", dans Le Monde du 28 septembre 2005 [14]
  103. (en) Ethnobotanical research in the territory of Fluminimaggiore (south-western Sardinia).
  104. Définitions lexicographiques et étymologiques de « Sardine » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales.
  105. (en) Bruno Díaz López et J. A. Shirai, « Bottlenose dolphin (Tursiops truncatus) presence and incidental capture in a marine fish farm on the north-eastern coast of Sardinia (Italy) », Journal of Marine Biological Ass. UK, vol. 87,‎ , p. 113-117.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources anciennes
Ouvrages modernes
  • Marcel Otte, La Protohistoire, Boeck Université, (ISBN 2-8041-3297-8).
  • Jean Germain (linguiste), Bibliographie sélective de linguistique française et romane, Boeck Université, éd Duculot, (ISBN 2-8011-1160-0).
  • Lauranne Milliquet, La Porte d'argent. Contes sardes, Slatkine/Sodifer, Coll. Le Miel des contes, (ISBN 2-8321-0074-0).
  • (it) Giulio Angioni, Sa laurera: il lavoro contadino in Sardegna Cagliari-Sassari 1976, Nuoro, (ISBN 88-86109-69-5).
  • (it) Patricia Bourcillier, SardegnaMadre, Flying Publisher, , 268 p. (ISBN 3-924774-38-2).
  • (it) Barbara Fois, Lo stemma dei quattro mori, breve storia dell'emblema dei Sardi, Sassari, Carlo Delfino, (ISBN 88-7138-022-3).
  • (it) Sardegna Cagliari e il golfo degli Angeli le coste della Gallura Barbagie e Gennargentu, Touring Editore, Guide Verdi Italia (ISBN 88-365-2163-0).
  • (it) Alberto Melis, Fiabe della Sardegna, Giunti Kids, (ISBN 88-09-02551-2).
  • (it) Enrica Delitala, Fiabe e leggende nelle tradizioni popolari della Sardegna, Carlo Delfino, (ISBN 88-7138-165-3).
  • (it) Eduardo Blasco Ferrer, Storia della lingua sarda, Cagliari, Cuec, .
  • (it) Eduardo Blasco Ferrer, Le radici linguistiche della Sardegna neolitica, Berlin, De Gruyter, .
  • (it) Francesco Cesare Casula, Breve Storia di Sardegna, Sassari, Carlo Delfino, (ISBN 88-7138-065-7).
  • (it) Francesco Cesare Casula, La storia di Sardegna, Carlo Delfino Editore, (ISBN 8871380630 et 9788871380636, OCLC 32106130, lire en ligne)
  • (it) Alfonso Stiglitz, Giovanni Tore, Giuseppe Atzori et Salvatore Sebis, Un millennio di relazioni fra la Sardegna e i paesi del Mediterraneo, Selargius Cagliari, .
  • (it) Max Leopold Wagner, La lingua sarda. Storia, spirito e forma, Nuoro, (1re éd. 1950).
  • (it) Francesco Alziator, Il Folklore sardo, Cagliari, Zonza Editori, (ISBN 88-8470-135-X).
  • (it) AA.VV., La società in Sardegna nei secoli. Lineamenti storici, Turin, ERI, .
  • (it) AA.VV., Storia dei Sardi e della Sardegna, Milan, Jaca Book, (ISBN 88-16-40234-2).
  • (it) Luigi Berlinguer et Antonello Mattone, La Sardegna in Storia d'Italia. Le regioni dall'Unità a oggi, Turin, Einaudi, (ISBN 978-88-06-14334-3).
  • (it) Gianni Bagioli et Anna Ferrari Bravo, Sardegna, Milan, Touring Club italiano, (ISBN 88-365-0023-4).
  • (it) Ferruccio Barrecca, La Sardegna fenicia e punica, Chiarella, .
  • (it) Alberto Boscolo, Luigi Bulferetti et Lorenzo Del Piano, Profilo storico-economico della Sardegna dal riformismo settecentesco ai piani di rinascita, Franco Angeli Editore, .
  • (it) Alberto Boscolo, Manlio Brigaglia et Lorenzo Del Piano, La Sardegna Contemporanea, Cagliari, Della Torre, (ISBN 88-7343-282-4).
  • (it) Raimondo Carta Raspi, Storia della Sardegna, Milano, Mursia, .
  • (it) Francesco Cesare Casula, La storia di Sardegna, Sassari, Delfino, (ISBN 88-7138-063-0).
  • (it) Raffaello Delogu et Amalia Mezzetti, L'architettura del Medioevo in Sardegna, Sassari, Carlo Delfino, (lire en ligne).
  • (it) Antonio Dessì, Raccolta di usi e consuetudini della provincia di Cagliari, Cagliari, .
  • (it) Sebastiano Dessanay, Identità e autonomia in Sardegna: scritti e discorsi (1937- 1985), Cagliari, EDES, .
  • (it) Maria Lepori, Dalla Spagna ai Savoia: ceti e corona nella Sardegna del Settecento, (ISBN 88-430-2557-0).
  • (it) Maurice Le Lannou et Manlio Brigaglia, Pastori e contadini di Sardegna, Cagliari, Della Torre, (ISBN 88-7343-407-X).
  • (it) Giovanni Lilliu, La civiltà dei Sardi: dal neolitico all'età dei nuraghi, Il Maestrale, (ISBN 88-86109-73-3).
  • (it) Marco Magnani et G. Altea, Pittura e scultura del primo '900 (recueil : Storia dell'arte in Sardegna), Nuoro, Ilisso, (ISBN 88-85098-39-8).
  • (it) Franco Masala, Architettura in Sardegna dall'unità d'Italia alla fine del Novecento, Sassari, Ilisso, (ISBN 88-87825-35-1).
  • (it) Antonello Mattone et Italo Birocchi, La Carta de logu d'Arborea nella storia del diritto medievale e moderno, Bari, Laterza, (ISBN 978-88-420-7328-4).
  • (it) Alberto Moravetti et Carlo Tozzi, Sardegna, Edizioni A.B.A.C.O., (ISBN 88-86712-01-4).
  • (it) Ettore Pais et Attilio Mastino, Storia della Sardegna e della Corsica durante il periodo romano, Nuoro, Ilisso, (ISBN 88-85098-92-4).
  • (it) Margherita Pinna, Il Mediterraneo e la Sardegna nella cartografia musulmana (dall'VIII al XVI secolo), 2 vv., Nuoro, Istituto superiore regionale etnografico, .
  • (it) Fulco Pratesi et Franco Tassi, Guida alla natura della Sardegna, Milan, Mondadori, .
  • (it) Pasquale Tola, Codice diplomatico della Sardegna, vol. 1 [15] - Volume II [16], Sassari, Carlo Delfino, .
  • (it) Giovanni Ugas, L'alba dei nuraghi, Cagliari, Fabula, (ISBN 8889661003 et 9788889661000, OCLC 228781816, lire en ligne)
  • (it) Giovanni Ugas, Shardana e Sardegna : i popoli del mare, gli alleati del Nordafrica e la fine dei Grandi Regni (XV-XII secolo a.C.), Cagliari, Edizioni della Torre, (ISBN 9788873434719 et 8873434711, OCLC 970796519, lire en ligne)
  • (it) Wagner Max Leopold, Dizionario Etimologico Sardo, Heidelberg, Carl Winter Universitätsverlag, (ISBN 88-6202-030-9).
  • (it) Regione Autonoma della Sardegna, Gli svantaggi dei comuni sardi, Tangram Edizioni Scientifiche Trento, (ISBN 9788864580340).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 21 avril 2006 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 21 avril 2006 de cet article a été reconnue comme « article de qualité », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.