Nicolas Trifon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nicolas Trifon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (69 ans)
BucarestVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Nicolas Trifon, né le 29 mai 1949 à Bucarest, est un écrivain, éditeur libertaire et sociolinguiste, spécialiste des Aroumains.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il vit en France depuis 1977 et est titulaire d'une thèse de doctorat en linguistique (Paris, EHESS, 1983) intitulée Des blagues : masses parlantes et rhétorique marxiste-léniniste de pouvoir, qui a donné lieu à plusieurs publications en revues (Change International, Babylone, International Journal of Rumanian Studies…). Il a animé quelques années des émissions sur Radio libertaire.

Directeur de publication de Iztok : revue libertaire sur les pays de l'Est[1] entre 1983 et 1991, il est l'auteur notamment de :

  • Marx à l'Est (1984)
  • La Moldavie ex-soviétique : histoire et enjeux actuels, suivi de Notes sur les Aroumains en Grèce, Macédoine et Albanie (1993, avec Matei Cazacu)
  • Les Aroumains, un peuple qui s'en va (2005). Nouv. éd. augm. d'une postface, (2013) ; trad. en serbe par Lila Cona sous le titre Cincari, narod koji nestaje (Beograd, 2010). Trad. en roumain par Adrian Ciubotaru sous le titre Aromânii : pretutindeni, nicaieri = Armanjlji : iutsido, iuva (Chisinau, 2012).
  • La République de Moldavie, un État en quête de nation (Éditions Non Lieu, 2010, avec Matei Cazacu); trad. en roumain Adrian Ciubotaru, Chisinau, 2017.
  • Unde e Aromânia ? interventii, dezbateri, cronici, en roumain (Chisinau, 2014)

Dans ce dernier livre et dans ses contributions récentes, la question nationale en Europe de l'Est et du Sud-Est fait l'objet d'un traitement qui se veut à la fois critique et compréhensif. L'accent est mis sur l'intérêt que peut présenter la prise en compte des réalités prénationales dans une perspective postnationale. Son approche est historique, anthropologique et/ou sociolinguistique selon les sujets abordés.

Depuis 2005, Nicolas Trifon collabore également avec le portail francophone d'information Le Courrier des Balkans.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur la novlangue

  • « Mutisme et bavardage à l’Est : peuple muet ou masses parlantes ? » in Babylone n° 2-3, Paris, 10/18, 1984, pp. 143-169.
  • « La novlangue à l’Est », in La quinzaine littéraire, n° 411, Paris, février 1984, pp. 9-10
  • « L’institutionnalisation lexicale du politique en Roumanie autour de 1950 » in International journal of Rumanian studies, vol. 5 (1987), n° 2, pp. 71-86.
  • « Le support lexicographique de la déstalinisation en Roumanie » in Mots, les langages du politique, n° 21 (décembre 1989) et 22 (1990), pp. 102-108 et 101-115.

Sur le totalitarisme réellement existant

  • « Dissidence et opposition ouvrière au capitalisme d’État », in La rue, n° 32, Paris, 1983, pp. 36-52.
  • « De la résistance à la dissidence : entretien entre Paul Goma et Nicolas Trifon », in Iztok, n° 5 bis (septembre 1982).Cf.
  • « Introduction au problème tzigane à l'Est : entretien avec Alexandru Danciu-Nicolae Gheorghe », Iztok, n° 5 si 6, Paris, 1982 și 1983.
  • « Le mode de domination soviétique en Europe de l’Est : limites économiques et enjeu social », in Agora, Toulouse, juin 1983, pp. 11-14.
  • « Le totalitarisme réellement existant”, in IRL journal d’expressions libertaires, n° 56, Lyon, juillet 1984, pp. 27-31.
  • « Le syndicalisme : révolutionnaire à l’Est? » in Anarcho-syndicalisme et lutes ouvrières, Lyon, ACL, 1985, pp. 87-99.

Sur la Roumanie postcommuniste

  • Dérive et Thermidor communistes en Roumanie : l’exemple syndical : 22 décembre 1989-20 mai 1990 / rapport réalisé pour la Confédération générale du travail – Force ouvrière sous convention avec l’Institut de recherches économiques et sociales (IRES), Paris juin, 1990, 99 p.
  • L’après-Ceausescu, ouvriers roumains 90 / dossier réalisé sous la dir. de Nicolas Trifon ; Iztok, n° 20, pp. 3-84, Paris, juin 1991. Cf.
  • « Paul Goma et Norman Manea : le témoignage littéraire dans l’engrenage de la concurrence mémorielle », Courrier des Balkans, le 10 juillet 2008. Cf.
  • « Les Roumains rattrapés par les Coumans : Neagu Djuvara secoue l’historiographie roumaine », Courrier des Balkans, le 29 august 2007. Cf.
  • « Roumanie, retour sur L’illusion de l’anticommunisme », in Au sud de l'Est, n° 6 (2009).Cf.
  • « Cioran rattrapé par les siens », in Courrier des Balkans, le 17 avril 2009.
  • « Du capitalisme d'État au capitalisme tout court », in Au sud de l'Est, n° 7 (2010).

Sur les Aroumains

  • « Ni Bucarest, ni Athènes… », in Zboru a nostru=Unser Wort, n° 41, Freiburg I Br., 1994, pp. 45-50.
  • « T.J. Winnifrth à la rencontre des Aroumains », in Lupta=Le combat, n° 268, Saint-Cloud, juin 1996.
  • « Les Aroumains, plus grecs que les Grecs », in Geographie et culture, n° 16, Paris 1995, pp. 105-121. Cf.
  • « L’odyssée balkanique des Aroumains » in Esprit, n° 288, Paris, 2002, pp. 168-172.
  • « Des Aroumains aux Tsintsars », postface à La toison d’or. 1 Premier registre / Boris Pekic, Agone, Marseille, 2002, 574 p. Cf.
  • Réponse à « Qui sont les Aroumains et que recherchent-ils par leur propagande : les Hellènes Valaques et Fara armãneascã » de Ioannou Averof dans le quotidien grec To Vima daté du 9 juillet 2006. Cf.
  • Traduction (avec Mariana Bara) et postface à Nous, les poètes des petits peuples : poèmes en macédonarman (aroumain) / Noi, poetslji a populiloru njits : poemi tu limba makedonarmâna (armâna)/choix de poèmes et introduction de Kira Iorgoveanu-Mantsu, Charleroi (Belgia), 2007, 335 p.
  • « Les Aroumains en Roumanie depuis 1990 : comment se passer d'une (belle-)mère patrie devenue encombrante », in Revue d’études comparatives Est-Ouest, n° 38-4, pp. 173-200, Paris, 2008. Cf.
  • Les Aroumains : un peuple qui s'en va, Non lieu, 2013.

Sur la République de Moldavie

  • « A propos des fascistes, revanchards et autres irrédentistes », Courrier des Balkans, le 30 avril 2009. Cf.
  • « Moldavie : désamour et amour avec la Russie », Grande Europe, n° 30, Paris, Documentation française, 2011. Cf.
  • « L’emprise de Moscou sur la République de Moldavie : état des lieux », Géoéconomie, Institut Choiseul, n° 70, Paris, mai 2014.

Sur le Sud-Est européen

  • « Polis versus ethnos : nouveaux regards sur la Macédoine antique », Courrier des Balkans, le jeudi 31 mai 2007. Cf.
  • « Si Alexandre était skopjien... » retour sur le conflit nominal entre la Grèce et la République de Macédoine », Courrier des Balkans, le 17 juillet 2007. Cf.
  • « Bonjour Kosova », in Courant alternatif, n° 183, Reims, octobre 2008, pp. 19-21.
  • « Patrimoine des Balkans : Voskopojë en Albanie, un héritage embarrassant ?", Courrier des Balkans », le 19 janvier 2006.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]