Guerre de libération du Bangladesh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Guerre de libération du Bangladesh
Description de cette image, également commentée ci-après
Théâtre des opérations
Informations générales
Date -
Lieu Pakistan oriental
Issue Indépendance du Bangladesh
Belligérants
Flag of Bangladesh.svg Bangladesh
Drapeau de l'Inde Inde
Drapeau du Pakistan Pakistan
Commandants
M. A. G. Osmani (en)
Jagjit Singh Aurora (en)
Sam Manekshaw (en)
Sagat Singh (en)
J. F. R. Jacob (en)
Chitta Ranjan Dutta
A. A. K. Niazi
Tikka Khan
Forces en présence
175 000 rebelles bangladeshis
250 000 soldats indiens
340 000 soldats pakistanais
dont 73 000 déployés au Bengladesh
Pertes
30 000 rebelles bangladeshis tués
1 426 soldats indiens tués
8 000 soldats pakistanais tués

La guerre de libération du Bangladesh est une guerre d'indépendance qui se déroula en 1971 dans le Pakistan oriental et opposa les rebelles bengalis au pouvoir central pakistanais.

Selon Amnesty International, 3 millions de civils ont été tués et 8 à 10 millions se sont réfugiés en Inde. Plus de 200 000 femmes auraient été victimes de viols[1].

Prélude[modifier | modifier le code]

Dès 1952, à Dacca, les grèves et manifestations sont durement réprimées. La Ligue Awami (la Ligue du peuple), d'orientation socialiste et laïque, milite pour l'indépendance tout en associant cette demande aux revendications sociales des populations défavorisées, comme la réforme agraire. Au sein d’un Front uni, le mouvement défait la Ligue musulmane, un parti nationaliste et conservateur, aux élections locales de 1954 (228 sièges, contre 7), sans toutefois que cela n’ébranle la mainmise des régimes militaires qui se succèdent à Islamabad. La Ligue Awami remporte les élections législatives de décembre 1970, mais l'indépendance lui est toujours refusée. Le 7 mars 1971, Mujibur Rahman, dirigeant de la Ligue Awami, appelle à un mouvement de désobéissance civique et à la grève générale. Le 25, il fait proclamer l’indépendance, conduisant à une sanglante répression de l'armée pakistanaise[1].

Déroulement du conflit[modifier | modifier le code]

Ce conflit opposa l'État et les forces armées du Pakistan aux rebelles bangladais à partir de . Les Pakistanais rencontrèrent une résistance indépendantiste facilement matée malgré la guérilla menée par les Mukti Bahini. Le pourcentage de Bengalis ayant le rang d'officiers dans les forces armées pakistanaises était d'environ cinq pour cent en 1965 et il n'y avait que deux unités spécifiquement est-pakistanaises[2].

En avril, une résolution du parlement de l'Inde demande que la Première ministre de l'Inde Indira Gandhi aide à l'approvisionnement des rebelles dans l'est du Pakistan. Elle obéit, mais refuse de reconnaître le gouvernement provisoire du Bangladesh indépendant.

Une guerre de propagande entre le Pakistan et l'Inde suivit le début de cette guerre d'indépendance. Le Pakistan menaça de guerre l'Inde si ce pays tentait de saisir une partie de son territoire. Tardivement, il remplaça Tikka, dont les tactiques militaires avaient causé des dégâts et des pertes de vie humaines, par le plus sobre lieutenant général A.A.K. Niazi. Un modéré bengali, Abdul Malik, fut installé en tant que gouverneur civil du Pakistan oriental. Ces gestes d'apaisements tardifs ne donnèrent pas de résultats ni n'apaisèrent l'opinion mondiale[3].

L'intervention des forces armées indiennes dans ce qui deviendra la troisième guerre indo-pakistanaise fut décisive afin de mettre un terme au conflit. Les combats cessèrent le , menant à l'indépendance du Bangladesh.

Les conséquences de cette guerre selon Amnesty International sont la mort d'environ trois millions de civils, 200 000 viols et le déplacement en Inde de 8 à 10 millions de réfugiés[4]. Au Bangladesh, le chiffre de 5 millions de morts est souvent avancé. La majorité des morts civils étaient des Hindous, car de nombreux militaires de l'armée pakistanaise suspectaient les Hindous de soutenir l'Inde, pour diviser le territoire pakistanais. De plus, à l'époque, il n'y avait pas d'observateurs étrangers et les journalistes étrangers étaient très rares, souvent cantonnés dans des grandes villes et éloignés des terrains d'opérations militaires. En 1970, les Hindous représentaient environ 26 % de la population du Pakistan oriental (estimation officielle du gouvernement pakistanais à Islamabad), et de nos jours, ils représentent environ 9,2 % (2018) de la population. Il faut aussi ajouter que à l'époque, les Hindous du Pakistan oriental se disaient volontairement sous-estimés dans les chiffres officiels, estimant représenter au moins 30 % de la population du Pakistan oriental. Cette revendication exaspérait les hauts dignitaires de l'armée pakistanaise qui évoquaient une "cinquième colonne" sous mainmise de l'Inde.

Fuyant son pays, le journaliste pakistanais Anthony Mascarenhas fut le premier à témoigner au monde des exactions et massacres commis par les forces pakistanaises au Bangladesh. Son article fut publié dans le Sunday Times le . La Première ministre indienne Indira Gandhi dira par la suite que l'article l'avait si profondément choquée qu'il avait impulsé sa décision en faveur d'une intervention militaire pour soutenir les Bangladais. La BBC estime que l'article de Mascarenhas « participa à mettre fin à la guerre. Il contribua à tourner l'opinion internationale contre le Pakistan, et encouragea l'Inde à jouer un rôle décisif »[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Imtiaz Ahmed, Historicizing 1971 genocide : state versus person, University Press, Dhaka, 2009, 106 p.
  • (en) John H. Gill, An atlas of the 1971 India-Pakistan War : the creation of Bangladesh, Near East South Asia Center for Strategic Studies, National Defense University, Washington, DC, 2003?, 112 p.
  • (en) Christopher Hitchens, « Bangladesh : One genocide, one coup and one assassination », The Trials of Henry Kissinger, Verso, Londres, 2001, p. 44-54 (ISBN 1-85984-631-9)
  • (en) A. M. A. Muhith, American response to Bangladesh liberation war, Dhaka, Bangladesh, University Press, , 499 p. (ISBN 978-9-840-51361-1)
  • (en) Pierre Payne et Robert Payne, Massacre, Place of publication not identified, Macmillan Pub Co, (ISBN 978-0-025-95240-9)
  • (en) Swaran Singh et Samar Sen, Bangla Desh and Indo-Pak war : India speaks at the U.N. ; speeches by India's External Affairs Minister Shri Swaran Singh and India's permanent representative Shri S. Sen at the United Nations, Publications Division, Ministry of Information and Broadcasting, Govt. of India, New Dehli, 1972, 129 p.
  • Bernard-Henri Lévy, Bangla Desh, nationalisme dans la révolution, F. Maspero, Paris, 1973, 327 p.
  • Claude Mossé, Mourir pour Dacca, Ed. R. Laffont, Paris, 1972, 219 p.
  • Jacques Weber, « La guerre du Bangladesh vue de France », Les conflits en Asie du Sud (1947 - 1999), Guerres mondiales et conflits contemporains, no 195, , p. 69-96

Liens externes[modifier | modifier le code]