Audisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec autisme.

L’audisme (originellement en anglais : audism) est un néologisme utilisé, depuis la fin du XXe siècle, pour qualifier les préjugés négatifs, la discrimination ou l'hostilité manifestées à l'encontre des sourds.

Ce phénomène de société, qui ne se limite pas à une forme de capacitisme (discrimination contre les personnes handicapées) puisqu'il concerne un groupe social et linguistique minoritaire, est, pour des militants de la communauté sourde, comparable au racisme, à l'âgisme ou encore au sexisme[1].

Terminologie[modifier | modifier le code]

Audisme[modifier | modifier le code]

Le mot audisme est composé de deux morphèmes : le radical aud- qui vient du verbe latin audire (entendre), et le suffixe -isme servant à designer un système de pratique, le comportement, la croyance ou l'attitude[2].

Une définition simple serait : attitude négative ou oppressive envers les personnes sourdes, exercée par des personnes et des organisations sourdes ou entendantes[3].

Le terme "audism" a été inventé aux États-Unis en 1975, par Tom Humphries, dans sa thèse de doctorat non publiée Audism: The making of a word[4],[5]:

The notion that one is superior based on one's ability to hear or to behave in the manner of one who hears.

« L'idée que quelqu'un est supérieur, sur la base de sa capacité à entendre ou à se comporter de la manière de celui qui entend. »

Dans les années 1990, Harlan Lane reprend ce terme, notamment dans son livre the Mask of Benevolence: Disabling the Deaf Community (1992)[6].

Le terme « audisme » ne figurant actuellement dans aucun dictionnaire de la langue française, des membres de la Fédération nationale des sourds de France militent pour son entrée[7].

Audiste[modifier | modifier le code]

Les personnes qui pratiquent l'audisme sont appelés audistes. Les audistes peuvent être entendants ou sourds[2].

Toutefois, le nom « audiste » ne figure pas dans un dictionnaire de langue française.

Exemples historiques[modifier | modifier le code]

  • Lors du Congrès de Milan, le troisième congrès international sur l'éducation des sourds, à Milan, en 1880, au terme de débats entre entendants au sujet des modes d'éducation des jeunes sourds, sans aucune consultation des sourds, l'éducation orale est choisie au détriment de l'éducation en langue des signes.
  • Dans la région de Valais en Suisse, quelques conseillers municipal acceptent la mariage des sourds en imposant la condition : être stérilisé. On note deux témoignages bernoises dans une correspondance de 1947 :
    • « Le conseiller municipal m’a conseillé de me faire ligaturer, sinon nous n’aurions pas eu l’autorisation de nous marier. Malgré nos protestations nous avons dû y aller. J’ai dû signer à l’hôpital, nous aurions aimé un enfant, ça aurait été notre bonheur… »[8]
    • « Le 21 mars 1946 j’ai accouché à l’hôpital, je me suis fait stériliser pour ne plus avoir d’enfant. C’est la commune qui a exigé que j’aille à l’hôpital. Le Syndic est venu chez nous, nous voulions attendre puis c’est le docteur qui n’a pas permis que j’aie un autre enfant. »[8]

Autres exemples[modifier | modifier le code]

Yves Delaporte écrit un passage de témoignage dans le livre les sourds, c'est comme ça: « Robert passe la visite médicale préalable à l'obtention du permis de conduire. Le médecin lui refuse son autorisation, et déclare : "Revenez me voir quand vous vous serez fait implanter" »[9].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Association des Sourds du Canada, Audisme, Dossiers sur la surdité, cad.ca.
  2. a et b (en) Tom Harrington, What is Audism?, 2002 (révisé en 2009 par Laura Jacobi), Gallaudet University Library.
  3. (en) Jamie Berke, Deaf Culture - Audism : I'm Better Than You, 2014, about.com.
  4. (en) Megan Clancy, Noted deaf culture scholar, trustee Dr. Tom Humphries gives presentation, 2013, Gallaudet University.
  5. H-Dirksen L. Bauman, Listening to Phonocentrism with Deaf Eyes : Derrida’s Mute Philosophy of (Sign) Language, Essays in Philosophy, vol.9, no 1, 2008, Pacific University Library.
  6. (en) H-Dirksen L. Bauman, « Audism », Encyclopædia Britannica, 2015.
  7. Marie-Line Quéau, « Les sourds veulent faire entrer "audisme" dans le dictionnaire », Le Télégramme, 27 août 2014.
  8. a et b http://www.sourds-valais-histoire.ch/fr/les-sourds-et-la-vie-sociale-professionnelle.html
  9. Yves Delaporte, Les sourds, c'est comme ça : Ethnologie de la surdimutité, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, coll. « Ethnologie de la France », , 398 p. (ISBN 9782735109357), p. 95

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Benjamin J. Bahan, H-Dirksen L. Bauman, Facundo Montenegro, Linsay Darnall et Emily Jane Steinberg, Audism unveiled, DawnSign Press, 2008 (ISBN 9781581210477).
  • Sheryl Ballenger, « Strategies to Avoid Audism in Adult Educational Settings », Adult Learning, 2013, vol. 24, no 3, p. 121-127.
  • Tanmoy Bhattacharya, « Deaf Education and Identity in the face of Prevailing Audism », Panel discussion on disabilty and cinema, Nehru Memorial Museum and Library, New Delhi, 2011.
  • H-Dirksen L. Bauman, « Audism: Exploring the metaphysics of oppression », Journal of Deaf Studies and Deaf Education, 2004, vol. 9, no 2, p. 239-246.
  • Richard Clark Eckert et Amy June Rowley, « Audism A Theory and Practice of Audiocentric Privilege », Humanity & Society, vol. 37, no 2, p. 101-130.
  • Richard Clark Eckert, Deafnicity: A study of strategic and adaptive responses to audism by members of the Deaf American community of culture, University of Michigan, 2005.
  • Genie Gertz, « Dysconscious audism: A theoretical proposition », Open your eyes: Deaf studies talking, 2008, p. 219-234.
  • Miguel Augusto Santos, Lejo Swachten, Vítor Téte Gonçalves, « A Deafening Inequality - Portuguese deaf Education and the Call for Debating Audism Schools », Sensos, no 2, 2011.
  • Sarah Shulenberger, Reading, writing, and social justice: a middle school investigation of audism, University of California, San Diego, 2012.
  • Tom Humphries, The making of a word: Audism, manuscrit non publié, 1975 (inclus ensuite dans sa thèse de doctorat Communicating across cultures (deaf-hearing) and language learning en 1977).
  • Graham H. Turner, « I'll tell you later': On institutional audism », Deaf worlds, 2007, vol. 22, no 3, p. 50.
  • Graham H. Turner, « Challenging Institutional 'Audism' », International Perspectives on Language Support: Selected Proceedings from the Supporting Deaf People Online Conferences 2001-2005, 2004.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :