Homosexualité

Cette page est en semi-protection longue.
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Couple homosexuel à Berlin en 2013.
Un couple de lesbiennes américaines en 2013.

L'homosexualité (terme forgé au XIXe siècle) désigne l'attirance sexuelle ou amoureuse envers une personne du même sexe ou genre[d 1],[d 2],[d 3],[d 4].

L'homosexualité est l'une des trois principales catégories d'orientation sexuelle dans la sexualité humaine, aux côtés de l'hétérosexualité et la bisexualité. Bien que minoritaire, elle se retrouve dans tous les groupes ethniques[u 1] et à toutes les époques de l'histoire connue. On observe également des comportements homosexuels entre femelles ou entre mâles dans le règne animal[u 2].

Dans l'Occident contemporain, s'est établie une nomenclature d'usage pour définir les orientations sexuelles associées à l'homosexualité :

  • le terme « gay » est généralement utilisé pour définir les hommes homosexuels ;
  • le terme « lesbienne » est exclusivement utilisé pour désigner des femmes homosexuelles[u 3] ;
  • le terme « bisexuel » est utilisé pour designer les individus ayant un comportement à la fois homosexuel et hétérosexuel ;
  • le sigle LGBT (pour « lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres ») et ses variantes (comme LGBTQIA+) sont utilisés pour élargir inclusivement le champ des désignations à toutes les personnes non hétérosexuelles cisgenre[u 4] ;
  • les personnes non binaires peuvent également se reconnaître dans l'orientation gay ou lesbienne[1].

De nombreux individus homosexuels se désignent comme exclusivement attirés par des personnes de même sexe[o 1]. Certaines études suggèrent toutefois de considérer l'orientation sexuelle comme un spectre continu, dont l'homosexualité et l'hétérosexualité seraient les deux extrémités.

Selon les époques et les cultures, l'homosexualité sous ses différentes formes est plus ou moins acceptée ou réprimée. Au début du XXIe siècle, la tendance, dans les sociétés occidentales, est à l'acceptation et, dans certains pays, à l'établissement d'un statut légal (union civile ou mariage entre personnes de même sexe). Toutefois, en 2020, 69 pays (principalement en Afrique et au Moyen-Orient) condamnent les auteurs « d'actes homosexuels » à des peines plus ou moins sévères, allant jusqu'à l'emprisonnement à perpétuité ou la peine de mort[p 1].

Appellations

Définitions

Les Deux Amies (vers 1895), tableau d'Henri de Toulouse-Lautrec représentant un couple lesbien.

L'homosexualité fait généralement référence à l'attirance sexuelle ou à la pratique d'actes sexuels entre personnes de même sexe. Il n'existe cependant pas de définition universelle de l'homosexualité : d'après Marina Castañeda[réf. nécessaire], « un grand nombre de personnes pratiquent des actes homosexuels sans pour autant se considérer comme homosexuelles ; d'autres se croient homosexuelles sans avoir jamais eu de relations avec quelqu'un de leur sexe. » L'homosexualité ne se résume donc pas au seul aspect de la sexualité, voire au coït entre personnes de même sexe. Elle est aussi, et parfois pour certaines personnes exclusivement, un sentiment amoureux et un comportement social. Le psychiatre américain Judd Marmor, qui milita pour la suppression de la mention de l'homosexualité dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, propose en 1974 la définition suivante : « Peut être considérée comme homosexuelle une personne qui, durant sa vie adulte, manifeste une préférence pour des personnes de son propre sexe, est sexuellement attirée par ces personnes et a habituellement, mais pas nécessairement, des relations sexuelles avec une ou plusieurs de ces personnes »[note 1].

L'homosexualité masculine était autrefois appelée en français sodomie, bougrerie, amour des garçons, amour grec, amitiés particulières, antiphysique, inversion sexuelle ou encore uranisme. L'emploi de ces termes perdure jusqu'au début du XXe siècle. Le mot pédérastie, qui désigne, à l'origine, l'attirance d'hommes adultes pour les garçons adolescents, a fini par désigner aussi l'attirance entre des hommes d'âges semblables, ou encore, par métonymie, l'acte de sodomie. Cet amalgame linguistique s'est poursuivi en ce qui concerne les relations avec des enfants, si bien que les homosexuels masculins sont parfois assimilés à des pédophiles. Or, la sexologie moderne ne retrouve, chez des homosexuels masculins, aucune tendance particulière à la pédophilie, par comparaison avec des hommes ayant des pratiques hétérosexuelles[o 2].

Chez les femmes, l'homosexualité est appelée lesbianisme (ou plus anciennement saphisme). Ces termes font référence à Sappho, une poétesse grecque de l'île de Lesbos qui tenait une sorte de collège de jeunes filles, et à laquelle les poèmes passionnés qu'elle adressait à ses amies, ainsi que sa vie entourée d'autres femmes, ont valu la réputation d'homosexuelle. On disait aussi fricarelle ou tribadisme, mots qui désignent, de nos jours, une pratique sexuelle spécifique.

Étymologie et évolution sémantique

Le terme « homosexualité » et la notion moderne qu'il définit sont apparus en français tout à la fin du XIXe siècle[o 3]. En 1868 et 1869 l'écrivain hongrois Karl-Maria Kertbeny, forge les mots allemands homosexuell et Homosexualität en associant la racine grecque (homo « semblable », parfois confondue avec le substantif latin homo « homme ») et la racine latine (sexualis « sexuel »). Les mots français homosexualité, homosexuel et homosexuelle apparaissent peu après, rapidement rejoints par l'antonyme hétérosexuel[u 5].

Avant cette date, la distinction des différentes pratiques sexuelles considérait déjà comme pertinente la distinction entre homosexuels et hétérosexuels, mais se focalisait plus sur les pratiques que sur une dimension psychologique (on parlait de « sodomites », mais cela pouvait éventuellement désigner un hétérosexuel) ; il existait nombre de qualificatifs pour désigner des pratiques très diverses[u 5]. Certains faisaient par exemple une distinction importante entre comportements actif et passif, ce qui a été le cas dès l'Antiquité grecque ou latine (où la passivité était particulièrement dévalorisée, quel que soit le sexe du partenaire). On qualifiait par exemple aux XVIIe et XVIIIe siècles de bougre, ou de culiste un homosexuel, alors qu'on utilisait le terme coniste pour un hétérosexuel. Charles Fourier (suivi par Pierre-Joseph Proudhon) qualifie les homosexuels d'« unisexuels ». Proudhon parle lui de « monosexie » et d'« unisexualité ».

Les relations entre personnes du même sexe ont été qualifiées au fil du temps des mots suivants (certains de ces termes étaient et restent injurieux) :

Du fait d'une perception populaire assez souvent négative de l'homosexualité, de nombreux termes moqueurs, dégradants ou injurieux ont été créés pour désigner les homosexuels, notamment dans l'argot.

Dans le vocabulaire courant, la locution anglaise gay a pris le pas sur d'autres qualificatifs à partir des années 1960 pour évoquer l'homosexualité masculine, le mot « lesbienne » qualifiant lui l'homosexualité féminine, perdant peu à peu la connotation péjorative voire insultante qu'il véhiculait. Si de nos jours en France le mot générique homosexualité a perdu toute connotation médico-légale, ce n'est pas le cas au Canada francophone où on lui préférera de loin le terme gai (l'usage du mot hétérosexualité y a également une connotation médico-légale). L'apocope homo, très courante en Europe, est largement perçue comme une insulte (l'équivalent du mot européen pédé).

L'utilisation rétroactive du terme homosexualité pour parler de relations sexuelles entre hommes avant le XIXe siècle fait l'objet d'un débat : certains historiens soutiennent que c'est un abus de langage, qu'il n'a de pertinence que dans son usage et contexte strictement contemporains, le sens actuel du mot ne pouvant désigner des pratiques qui à l'époque étaient socialement différentes, d'où des contresens, des anachronismes et des projections[note 2]. D'autres répliquent que, bien que chaque culture approche l'homosexualité d'une façon différente, le phénomène de base, la distinction entre amour du même sexe et amour du sexe opposé, et la notion des catégories sociologiques qui en résultent ont toujours existé ; il leur paraît donc pertinent de discuter l'histoire de l'orientation et des pratiques sexuelles en utilisant les termes homosexuel, hétérosexuel, bien que les personnes concernées ne se seraient pas forcément reconnues comme sous ces qualifiants sexo-identitaires[u 6],[o 4].

Terminologie

L'échelle de Kinsey. Il y a bisexualité dès lors qu'il y a attirance pour les deux sexes (1, 2, 3, 4, 5), et pas seulement lorsque l'attirance pour les deux sexes est égale (3). L'homosexualité est l'attirance unique et exclusive pour des personnes de même sexe (6) ; l'hétérosexualité est l'attirance unique et exclusive pour les personnes de l'autre sexe (0).

L'homosexualité est souvent improprement confondue avec la bisexualité : il s'agit alors d'occultation de la bisexualité — lorsque l'on présuppose qu'une personne ayant des relations amoureuses ou sentimentales avec une personne de même sexe est nécessairement homosexuelle, par exemple.

La bisexualité est statistiquement bien plus fréquente que l'homosexualité. L'universitaire américaine Lisa Diamond déclare à ce propos qu'« il est bien plus fréquent d'être un peu attiré par quelqu'un de son propre sexe que d'être exclusivement attiré par quelqu'un de son propre sexe »[p 2].

De même, une étude datée de 1993 en France a montré que ce que l'on désigne maladroitement par « homosexualité » est dans la quasi-totalité des cas de la bisexualité. Parmi les personnes interrogées ayant eu des relations sexuelles homosexuelles, 96,6 % d'entre elles déclaraient aussi des relations hétérosexuelles, ce qui est constitutif de bisexualité[u 7]. Dans des enquêtes américaines ou danoises, on trouve un nombre tout aussi considérable (de 90 à 96 %) de personnes en réalité bisexuelles, bien qu'abusivement désignées comme homosexuelles[u 7].

Les enquêtes menées par les équipes d'Alfred Kinsey au tournant des années 1950 (à partir de deux études statistiques sur le comportement sexuel des Américains effectuées auprès de quelque 5 300 hommes (en 1948) et de 8 000 femmes (en 1953)) ont constaté qu'homosexualité et hétérosexualité ne sont pas deux orientations sexuelles et amoureuses exclusives mais qu'elles constituent plutôt les pôles d'un même continuum de l'orientation sexuelle.

Histoire de l'homosexualité

Carte à jouer du XVIIe siècle réalisée par Chen Hongshou représentant la passion de la manche coupée, c'est-à-dire-l'empereur Han Aidi coupant sa manche plutôt que de réveiller son amant Dong Xian.

L'histoire de l'homosexualité est une histoire multiple. Elle regroupe diverses histoires différentes en fonction des aires géographiques, même si la mondialisation, en particulier culturelle, politique et sanitaire permet l'émergence d'une histoire mondiale de l'homosexualité. Jusqu'à la fin du XIXe siècle, il n'y a ainsi pas d'histoire mondiale unifiée de l'homosexualité, mais des histoires locales définies sur des aires linguistiques, culturelles, religieuses et politiques, que ce soit en Afrique, en Amérique, en Asie, en Europe, au Moyen-Orient, en Océanie.

L'homosexualité en tant que concept n'apparaît pas avant la fin du XIXe siècle[u 5] : avant cela, les mœurs privées ne sont que peu légiférées tant qu'elles ne portent pas atteinte à l'ordre public, et les éléments de débat portent plus sur des pratiques (comme la sodomie)[o 3] que sur l'idée, bien plus tardive d'une « orientation sexuelle ». De même, contrairement à une croyance répandue l'homosexualité intime n'a pas toujours fait l'objet en Europe d'une condamnation par l’État ou l’Église : seules certaines époques se sont emparées de la question pour en faire un sujet politique (par exemple au XIIIe siècle pour l’Église catholique, avec la sacralisation du mariage), alors que d'autres ont autorisé une tolérance assez large. Certaines époques ont même mis l'homosexualité « à la mode », comme le siècle de Louis XIV fasciné par la Grèce antique, l'entre-deux-guerres parisien et le vent de liberté incarné par Proust et Gide, ou l'entre-deux-guerres allemand, terreau du « Premier mouvement homosexuel ».

Quatre ensembles d'évènements vont aboutir à l'émergence d'histoires globales de l'homosexualité : le colonialisme européen, qui s'accompagne d'une diffusion du christianisme ainsi que du système de rôles sociaux occidentaux en Amérique, en Afrique et en Asie ; l'émergence du premier mouvement homosexuel organisé, qui évoluera par la suite en mouvement LGBT, et permettra de porter des revendications politiques dans le monde ; la mondialisation, qui permet à des œuvres musicales, cinématographiques ou littéraires de circuler largement ; et l’épidémie de Sida, qui affecte toutes les communautés homosexuelles dans le monde.

Les hommes homosexuels et les lesbiennes ont aussi une histoire parfois commune, parfois évoluant de manière parallèle. Enfin, l'histoire de l'homosexualité a de nombreux liens avec l'histoire de la bisexualité ou plus généralement des autres minorités sexuelles et de genre.

Démographie

Relations homosexuelles

De 2 à 11 % des américains ont un contact sexuel homosexuel au cours de leur vie[u 8],[u 9]. Dans une étude de 2006, 20 % répondent anonymement avoir des sentiments homosexuels tandis que 2-3 % s'identifient comme homosexuels[u 10]. Dans les années 1950, les rapports Kinsey ont montré que 37 % des hommes interrogés ont eu au moins une « expérience homosexuelle », sans que cela remette nécessairement en cause leurs rapports hétérosexuels[u 11].

Identité homosexuelle, gaie ou lesbienne

Un sondage américain de 2013, obtient 1,6 % des individus s'affirmant comme gays et lesbiennes et 0,7 % comme bisexuels[l 1]. Des recherches récentes indiquent que 2 à 7 % des hommes et 1 % des femmes se considéreraient comme homosexuels[o 5].

Au Canada, 1,1 % des gens se déclarent homosexuels[l 2] et en Grande-Bretagne 1,5 % (2010)[l 3] ; en France (2010-2015), les chiffres varient entre 1 et 3 % des femmes et 3 et 7 % des hommes pour les gens qui se définissent comme « homosexuels »[l 4],[l 5].

Expériences de vie

Dans Réflexions sur la question gay, Didier Eribon dresse une liste de toutes les expériences de vie commune aux personnes homosexuelles : la confrontation, dès l'enfance, aux insultes homophobes, et ce bien avant toute expérience sexuelle ; la difficulté, parfois jusqu'à la rupture, de maintenir des relations familiales ; la migration loin de son lieu de naissance, vers les grandes villes ou l'étranger ; la prise en compte de l'homophobie dans le choix d'une carrière professionnelle ; l'importance de l'amitié et plus généralement des liens communautaires comme famille de substitution ; la remise en cause, plus ou moins douloureuse, de l'évidence de fonder soi-même une famille ; et, enfin, un certain rapport au secret et à sa révélation, à la fierté et à la honte[o 6].

Anne et Marine Rambach, dans La culture gaie et lesbienne, soulignent que cette cartographie est amenée à changer en fonction du contexte social et légal : elles citent l'exemple de la fondation d'une famille, qui ne se pose pas de la même manière quand l'adoption est ouverte aux couples homosexuels et la procréation médicalement assistée aux couples lesbiens[o 7]. À la liste de Didier Eribon, elles ajoutent le coming-out, la réalisation de son désir homosexuel, la participation active ou passive à des conversations homophobes, la première rencontre avec une personne homosexuelle, la découverte du milieu gay et lesbien, la fréquentation de lieux de drague, et la remise en cause du modèle conjugal traditionnel, avec mariage et enfants [o 7].

Sociabilité

Culture

Le drapeau arc-en-ciel, symbole du mouvement LGBT.

Santé

Comparativement aux hétérosexuels, les non hétérosexuels sont deux à trois fois plus susceptibles d'avoir été victimes de violence sexuelle pendant leur enfance[u 12].

Comparativement à la population générale, les sous-populations non hétérosexuelles courent un risque élevé de souffrir de divers problèmes de santé et de santé mentale[u 12].

Dans les pays occidentaux, les homosexuels subissent souvent une discrimination, nommée fréquemment homophobie, parfois très lourde, au point que l'une des causes de suicide chez les jeunes gays et lesbiennes de 15 à 34 ans est la souffrance ressentie à cause de leur exclusion due à l'homophobie de leur société[o 8]. Un jeune homosexuel aurait entre quatre et sept fois plus de risque d'attenter à sa vie qu'un jeune hétérosexuel, chiffre à augmenter de 40 % pour les jeunes filles[o 9].

Militantisme

Conditions de vie

Contexte légal

Carte du monde
État des législations nationales concernant l’homosexualité dans le monde : Homosexualité légale
  • Mariage reconnu
  • Autre type d’engagement reconnu
  • Mariage à l’étranger reconnu
  • Reconnaissance limitée du mariage homosexuel
  • Droits de la résidence
  • Pas de reconnaissance des couples homosexuels
Homosexualité illégale ou réprimée
  • Lois restreignant la liberté d’expression et d’association
  • Peine théorique non appliquée en pratique
  • Peine d’emprisonnement
  • Peine de mort non poursuivis
  • Peine de mort

Le contexte légal concernant l'homosexualité varie très fortement d'un pays à l'autre. Dans certains, situés majoritairement en Afrique et au Moyen-Orient, l'homosexualité est explicitement interdite : avoir des relations sexuelles avec une personne du même sexe fait s'exposer à des sanctions judiciaires qui peuvent être la prison ou, dans 13 États ou partie d’État, la peine de mort[a 1].

D'autres pays, tels que la Russie, ne condamnent pas l'homosexualité en tant que telle, mais restreignent la liberté d'expression des gays et lesbiennes.

Sans interdire l'homosexualité, de nombreux pays font subir des discriminations légales aux gays et lesbiennes : interdiction de rejoindre l'armée ou de donner son sang, limitation du mariage, de l'adoption ou de la procréation médicalement assistée aux couples hétérosexuels.

Enfin, indépendamment de l'ouverture aux homosexuels des mêmes droits qu'aux hétérosexuels, peuvent exister des législations protégeant spécifiquement les gays et les lesbiennes, en interdisant la discrimination à leur égard dans le domaine du travail ou du sport ou en punissant spécifiquement les violences verbales et physiques à leur égard.

Homophobie

L'homophobie constitue un comportement ou une pensée à rapprocher de notions telles que racisme, sexisme, antisémitisme, et constituant une discrimination ou une forme de violence fondée sur l'appartenance à un groupe. Les agressions homophobes peuvent être verbales, psychologiques ou physiques : insulte, barbarie, harcèlement, viol, meurtre (aux États-Unis, la torture ayant entraîné la mort de Matthew Shepard en 1998 dans le Wyoming).

Prévalence

Dans le vocabulaire des injures, celles-ci sont souvent misogynes ou homophobes.

Le rejet de l'homosexualité ou des homosexuels par certaines sociétés vient d'une méconnaissance de cette thématique. Pour exemple, certaines personnes et certaines sociétés entretiennent l'amalgame entre l'homosexualité, la pédérastie et la pédocriminalité.

Les comportements homophobes et transphobes, souvent associés, expliquent le rapprochement entre certains militants homosexuels et transgenres, bien que l'identité de genre soit largement indépendante de l'orientation affective et sexuelle[u 13].

Lutte contre l'homophobie

À l'initiative de Louis-Georges Tin, auteur du Dictionnaire de l'homophobie, le 17 mai est maintenant la date de la journée mondiale contre l'homophobie et la transphobie. Cette date a été choisie pour célébrer l'anniversaire du retrait de l'homosexualité des maladies mentales par l'Organisation mondiale de la santé en 1990. La première édition de cette journée a eu lieu en 2005 et a été relayée dans quarante pays différents.

Déclaration de Montréal sur les droits humains des LGBT
Martina Navrátilová et Mark Tewksbury lisent la Déclaration de Montréal lors de l'ouverture des Outgames le 29 juillet 2006 au Stade olympique de Montréal.

Les participants de la Conférence internationale sur les droits humains des LGBT de Montréal, qui s'est tenue dans le cadre des premiers Outgames mondiaux 2006, rédigent puis rendent publique, le , la déclaration de Montréal sur les droits humains des LGBT. Elle est diffusée auprès de l'Organisation des Nations unies (ONU) et des gouvernements nationaux afin de mobiliser leur appui au respect des droits LGBT.

La Déclaration de Montréal fait le point sur les droits des LGBT dans le monde en général et dans le monde du sport en particulier. Elle dénonce le double discours de l'ONU qui n'applique pas suffisamment aux homosexuels la Déclaration universelle des droits de l'homme. Plusieurs droits fondamentaux, y compris à la vie, sont bafoués dans plusieurs pays membres de l'ONU, où l'homosexualité est criminalisée.

La déclaration de Montréal interpelle également les gouvernements du monde et certaines grandes religions. Les premiers parce qu'ils ne garantissent pas aux homosexuels le droit de se marier entre eux et les secondes parce qu'elles n'appliquent pas leurs principes de tolérance envers les homosexuels. Cette vision est cependant contestable, puisque l'on demande à des religions ancestrales de faire fi d'interdits absolus. Cette intolérance et les tabous entourant la question nuisent, selon la Déclaration de Montréal, à la lutte contre le sida.

Plus de 1 500 délégués ont traversé le globe pour participer à cette Conférence et y discuter dans les différents ateliers et plénières, où plusieurs experts internationaux ont pris la parole dont Louise Arbour, haute-commissaire aux droits de l'homme de l'ONU et la tenniswoman Martina Navrátilová.

Perceptions de l'homosexualité

La perception en termes de désirabilité sociale concernant l'homosexualité varie selon le genre, les hommes ont plus tendance que les femmes à utiliser des traits moins désirables pour décrire l'homosexualité ; les adolescents perçoivent les homosexuels comme moins désirables et moins utiles socialement que les hétérosexuels[u 14].

L'apparition régulière de l'homosexualité dans le débat public des sociétés occidentales suscite la controverse. Les débats politiques à l'occasion de la modification des législations sont souvent passionnés même si ce n'est pas toujours le cas (au Portugal en 2010[q 1]). Le vote des lois permettant l'égalité de tous les couples devant le mariage s'est fait à une courte majorité en Argentine (après quinze heures de débats houleux[q 2]), dans l'État de New York en 2011 et celui de Washington en 2012. Le droit de veto est parfois employé par la personne chargée de promulguer la loi (New Jersey[q 3] en 2012). Les négociations avec les Églises sont courantes aux États-Unis avec le vote d'exemptions religieuses pour que les Églises ne soient pas dans l'obligation de marier les couples de même sexe. Aux États-Unis certains États ont modifié leur constitution pour définir le mariage comme étant celui d'un homme et d'une femme. En France, les débats ont donné lieu à des échanges parfois violents (comparaison avec la zoophilie[q 4], la pédophilie[q 5]). Le chef de l'Église catholique, Benoît XVI, a mis en garde : « le mariage homosexuel menace l'avenir de l'humanité »[p 3].

Dans plusieurs pays, notamment occidentaux et d'Asie du Sud-Est, l'homosexualité est relativement considérée comme une forme « banale » de sexualité n'ayant pas à faire l'objet de stigmatisation particulière, d'où la reconnaissance officielle de la possibilité de mariage homosexuel. Cependant, même dans les pays acceptant ces unions, les sondages reflètent un certain désaccord social sur le bien-fondé de cette institution[l 6].Par ailleurs, même dans les pays où l'homosexualité est relativement banalisée, tous les homosexuels ne vivent pas forcément bien leur homosexualité, et leurs proches ne l'acceptent pas forcément[l 7].

Points de vue religieux

Comme la sexualité hétérosexuelle hors mariage, l'homosexualité est rejetée par la plupart des instances religieuses, même s'il existe une forte disparité d'appréciation chez les fidèles.

Religions abrahamiques

Les religions abrahamiques rejettent catégoriquement les rapports sexuels homoérotiques, très souvent au travers de la sodomie. Ainsi, dans l'Ancien Testament : Lévitique 18,22 : « Tu ne coucheras pas avec un homme comme tu couches avec une femme, car c'est une abomination. » Le Nouveau Testament réitère la condamnation : Romains 1,26-27 : « Dieu les a livrés à des passions infâmes ; car les femmes parmi eux ont changé l'usage naturel en un autre qui est contre nature. De même aussi les hommes, laissant l'usage naturel de la femme, ont été embrasés dans leur convoitise les uns pour les autres, commettant, homme avec homme, des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes la récompense qui était due à leur égarement. » L'islam traditionnel, sunnite ou chiite, condamne également l'homosexualité par le biais de la charia. Les condamnations sont variables d'une religion à l'autre et tendent à s'assouplir.

Ainsi, dans l'Église catholique, l'accent est mis sur l'accueil et la bienveillance à l'égard des personnes homosexuelles tout en maintenant une interdiction et une condamnation des relations sexuelles. Le pape François a ainsi déclaré en 2013 : « Si une personne est gay et cherche le Seigneur avec bonne volonté, qui suis-je pour la juger ? (…) Nous devons être frères[2]. »

Le protestantisme, dans sa grande majorité, laisse les croyants seuls juges de leur foi et de la manière de l'appliquer. L'homosexualité dans l'anglicanisme, par exemple, semble s'éloigner du rejet de l'acte homosexuel issu du christianisme et au-delà, du judaïsme, avec bénédiction du mariage homosexuel ; mais cette acceptation n'est pas unanime dans l'Église.

En France, des associations confessionnelles autour des questions LGBT existent telles que David et Jonathan pour les chrétiens, Beit Haverim pour les juifs et Homosexuels musulmans de France pour les musulmans. Elles ne sont toutefois pas reconnues par les instances religieuses.

Bouddhisme

Dans un entretien, le quatorzième dalaï-lama, Tenzin Gyatso, déclare : « Comme le christianisme, le bouddhisme recommande d'éviter les relations sexuelles avec quelqu'un du même sexe. Mais, d'un point de vue social, cela ne pose pas de problème pour les gens n'ayant pas de foi particulière, du moment que les rapports sont protégés. »

Représentations de l'homosexualité dans la culture

Marketing

Le couple homosexuel est devenu une cible spécifique du marketing dans les pays occidentaux : le comportement public de certains gays a inspiré la publicité. En cela, le marketing a intégré un certain nombre de clichés gay[p 4],[p 5].

Ainsi, des opérateurs touristiques se sont spécialisés dans le « tourisme gay », des marques de vêtements, de lessives ou de voitures affichent des couples gays dans leurs campagnes publicitaires. Dans les années 1990, sont apparues chez les spécialistes du marketing communautaire des expressions telles que DINK (double income, no kids) — double revenu, pas d'enfants — ou encore pink dollar, pour parler du commerce ciblé sur les gays, lesbiennes, bisexuels et transgenres[p 4],[p 5].

Théories sur l'origine de l'homosexualité humaine

Homosexualité et neurosciences

Dans les années 2000, les recherches en neurosciences ont montré que les êtres humains stimulent leurs zones érogènes car cela procure des récompenses / renforcements dans le cerveau[u 15]. Ces récompenses, en particulier l'orgasme, sont perçues au niveau de la conscience comme des sensations de plaisirs érotiques et de jouissances. En simplifiant, l'être humain recherche les activités sexuelles car elles procurent des plaisirs érotiques intenses.

Chez l'être humain (et certains autres animaux comme le chimpanzé, le bonobo, l'orang-outan et le dauphin), le comportement sexuel n'est plus seulement un comportement de reproduction, mais devient un comportement érotique[note 3]. Au cours de l'évolution, l'importance et l'influence des hormones[u 16] et des phéromones[u 17],[u 18] sur le comportement sexuel a diminué. Or, chez les mammifères les plus simples, ce sont les phéromones qui sont à l'origine de l'hétérosexualité[u 19]. Au contraire, l'importance des récompenses est devenue majeure[u 15]. Chez l'être humain, le but du comportement sexuel n'est plus le coït vaginal mais la recherche des plaisirs érotiques, procurés par la stimulation du corps et des zones érogènes, peu importe le sexe du partenaire[u 20].

Il faut être prudent en ce qui concerne l'aspect biologique : d'abord, en raison de la nature polémique de ce sujet de recherche, en particulier dans les pays anglo-saxons, la validité des études n'est pas garantie[p 6] ; ensuite, les expériences sur des jumeaux doivent être interprétées avec précaution, car il est difficile d'extrapoler une relation directe du niveau génétique au niveau comportemental.

Enfin, les expériences récentes suggérant l'existence d'une orientation sexuelle biologique, mise en évidence chez des homosexuels des deux sexes et dont l'origine serait due aux caractéristiques anatomiques et fonctionnelles de l'aire préoptique médiane[u 21],[u 22],[u 23] ne permettent pas actuellement de savoir si ces caractéristiques fonctionnelles sont innées ou acquises[u 24]. De nombreuses études publiées entre 1990 et 2010 accréditent néanmoins l'idée d'une orientation sexuelle déterminée définitivement au stade prénatal (entre la fécondation et la naissance) en raison notamment de facteurs hormonaux[o 10].

Une autre piste d'abord évoquée en 1981 puis reprise en 2004 indique que, dans certains cas, la préférence pour l'homosexualité proviendrait de circonstances particulières, par exemple d'expériences très positives (récompenses / renforcements) que les personnes auraient vécues avec des partenaires du même sexe[u 25],[u 26],[u 27]. Cette approche est cependant remise en cause par des études publiées entre 2000 et 2010[u 28],[u 29].

Ces études prennent comme présupposé qu'un individu homosexuel naît avec des prédispositions à l'homosexualité, ce qui peut constituer un postulat déterministe et essentialiste lorsqu'il est fait abstraction des cas d'individus bisexuels ou dont l'orientation sexuelle change au cours de la vie[réf. nécessaire]. A contrario les opposants aux études sur l'origine biologique de l'homosexualité peuvent parfois défendre la thèse de l'origine purement sociale et donc acquise de l'homosexualité et tendent à négliger notamment le cas des homosexuels exclusifs et ne pouvant pas changer d'orientation sexuelle. Ces motivations sont souvent basées sur les théories psychanalytiques (freudisme, lacanisme), sans élément de preuve quant à la thèse de l'acquis[p 7].

Génétique

Des études basées sur des familles[u 30] et des jumeaux[u 31] ont suggéré que l’homosexualité masculine a une composante génétique, mais elles n’ont jamais pu préciser les gènes qui pourraient être impliqués (des études contradictoires ont conclu (ou non) que le chromosome Xq28 pourrait être en cause[u 32], mais cette hypothèse n'a pas été confirmée par la grande étude de 2019 d'Andrea Ganna & al. (voir plus bas)).

On s'est aussi demandé si des facteurs d'influences génétiques (gènes ou combinaison de gènes) pouvant potentiellement expliquer certains aspects sexuels de la personnalité (attirance, identité, hétérosexualité ou bisexualité ou homosexualité) et s'ils étaient différents selon qu'on soit femme ou homme. Une hypothèse est que des gènes codant les hormones sexuelles joueraient un rôle majeur[u 33],[u 34],[u 35], mais peu de preuves génétiques ou biologiques directes ont été trouvées[u 36].

Puis les progrès croisés de la génomique et du Big data ont permis de traiter d’énormes ensembles de données provenant de centaines de milliers de personnes, rendant les études bien plus « puissantes ». La plus ample des études jamais conduite en matière d’orientation sexuelle (pangénomique et ayant porté sur environ 500 000 personnes vivant aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Suède) a été publiée en 2019 par Ganna & al., affinant des résultats déjà présentés en 2018. Elle confirme qu’il n’existe pas de gène de l’homosexualité (masculine ou féminine) ni de l’hétérosexualité ni pour l'androphilie et gynophilie ; et que même tous les marqueurs génétiques connus, pris dans leur ensemble, ne prédisent pas qu’un individu sera homosexuel, bisexuel ou hétérosexuel[u 36].

Selon les données scientifiques disponibles les marqueurs génétiques ne peuvent donc pas être utilisés pour prédire le comportement sexuel. Au contraire comme pour nos autres comportements complexes, la génétique influe sur le comportement sexuel mais en étant très « polygénique » : 25 % environ de nos comportements sexuels en dépendraient, mais via les interactions de centaines à milliers de gènes et loci, ayant chacun de petits effets, le comportement sexuel étant par ailleurs aussi très influencé par l'histoire de chacun, sa culture et les interactions sociales[u 36].

Un biais a été noté pour cette étude[u 37] : en réalité, si une personne a déjà eu une relation sexuelle consentie avec une personne du même sexe, ce peut être par curiosité, ce qui pourrait refléter une ouverture à de nouvelles expériences plutôt qu'une orientation sexuelle. Au lieu de demander aux personnes interrogées « Avez-vous déjà eu des rapports sexuels avec une personne du même sexe ? » (question ne permettant pas de distinguer les homosexuels des bisexuels ou d’une personne ayant voulu tester ce type de relation), il aurait été utile de leur demander quelle était selon eux leur orientation sexuelle (ex. : par quel sexe vous sentez-vous le plus attiré(e) ?)[u 37]. Selon William Rice (biologiste de l’évolution à l’Université de Californie), cette étude présente aussi l’intérêt de montrer qu’« une grande partie de la population n'est pas exclusivement hétérosexuelle »[u 37].

Homosexualité dans les autres espèces

L'existence de comportements homosexuels chez des espèces animales a été mentionnée par plusieurs auteurs antiques : Aristote (perdrix), Athénée (colombes, perdrix), Élien (cailles), Horapollon (perdrix), Pline l'Ancien (cailles, coqs, perdrix), Plutarque (coqs). Cependant, ces récits furent contestés par les auteurs et textes suivants : Platon (Lois), Ovide, pseudo-Phocylide, Plutarque, Lucien, Longus, Jean Chrysostome, Caelius Aurelianus, Agathias (VIe siècle), Justinien, Vincent de Beauvais

Les scientifiques modernes ont de fait observé des comportements homoérotiques occasionnels chez un certain nombre d'espèces[3] : abeilles, bonobos, castors, chauve-souris, chèvres, chiens, chimpanzés et certains autres singes, hannetons, lions, lucioles, pigeons, poulains, poules, tourterelles et vaches.

En 2005, Bruce Bagemihl répertorie plus de 450 espèces chez lesquelles ont été observées des pratiques homoérotiques[o 11]. Pour le professeur Thierry Lodé, de l'université de Rennes 1[o 12], « toutes les conduites sexuelles existent dans la nature » bien que les comportements exclusifs restent plutôt rares, l'évolution privilégiant toujours la reproduction.

Toutefois, de nombreux chercheurs[u 38],[u 39],[u 40] pensent que le qualificatif d'« homosexualité » ne peut pas être appliqué au règne animal car bien que le comportement homoérotique occasionnel soit présent chez certains, l'homosexualité au sens humain contemporain d'« attirance sexuelle exclusivement dirigée vers des partenaires de même sexe au détriment de la reproduction sexuée » n'est presque jamais observée, et ne constitue en aucun cas un acte « conscient ».

Ainsi, pour Thierry Hoquet[u 41], « Si l'espèce humaine doit être, à de nombreux égards et peut-être même de part en part, considérée comme une espèce biologique, on peut néanmoins s'interroger sur l'unité des catégories humaines de « viol », de « harem », de « monogamie », ou d'« homosexualité » quand elles sont appliquées indifféremment à tous les animaux ». Cette idée rejoint celle de Ruth Bleier selon laquelle un tel abus de langage relève d'un « ethnocentrisme qui engendre des présupposés non examinés, des questions biaisées, un usage sélectif des modèles animaux, un anthropomorphisme des concepts et du langage (machisme des insectes, prostitution chez les grands singes ou les oiseaux, homosexualité des vers de terre), ainsi que des distorsions et des représentations fautives dans l'usage des données »[u 42].

Notes

  1. « Clinically, I define the homosexual as one who is motivated in adult life by a preferential erotic attraction to members of the same sex and who usually, but not necessarily, engages in overt sexual relations with members of that sex. »
    (en) Barbara Wilkins, « Dr. Judd Marmor: Straight Talk on Homosexuals », People, vol. 2, no 2,‎ (lire en ligne).
  2. Sous l'influence de Michel Foucault, Histoire de la sexualité 1, la volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976, des historiens comme Jeffrey Weeks, Coming Out: Homosexual Politics in Britain from the Nineteenth Century to the Present, Londres, Quartet Books, 1977, ou David Halperin, Cent ans d'homosexualité, EPEL, 2000. Voir aussi Edward Stein (dir.), Forms of Desire, Sexual Orientation and the Social Constructionist Controversy, New York, Routledge, 1992.
  3. Les distinctions entre « comportement sexuel », « comportement de reproduction » et « comportement érotique » sont expliquées dans les articles Comportement érotique et Comportement de reproduction. Ces expressions ont été proposées par les auteurs Martin Johnson et Barry Everitt dans leur ouvrage Reproduction (De Boeck Université 2001), afin de tenir compte des différences comportementales et neurobiologiques du comportement sexuel entre les espèces. L'ouvrage qui présente le plus de vérifications expérimentales de cette distinction est Functional and dysfunctional sexual behavior du neurobiologiste Anders Agmo.

Références

Ouvrages

  1. (en) Meg Barker, Christina Richards, Rebecca Jones, Helen Bowes-Catton, Tracey Plowman, Jen Yockney et Marcus Morgan, The Bisexuality report : Bisexual inclusion in the LGBT equality and diversity, Centre for Citizenship, Identities and Governance and Faculty of Health and Social Care (lire en ligne).
  2. Marina Castañeda, Comprendre l'homosexualité, Paris, Robert Laffont, coll. « Pocket », , chap. 11002 (« L'homophobie intériorisée »), De nombreuses études montreraient que [la pédophilie] implique le plus souvent des hommes qui abusent sexuellement de filles, et beaucoup moins de garçons (p. 166).
  3. a et b « La notion d'homosexualité est une notion qui date du XIXe siècle, et est donc très tardive », Michel Foucault, entretien avec Jean Le Bitoux en 1978, dans Jean Le Bitoux, Entretiens sur la question gay, Béziers, H&O éditions, 2005, p. 46.
  4. (en) Rictor Norton, Myth of the Modern Homosexual : Queer History and the Search for Cultural Unity, Cassell, (ISBN 978-0-304-33892-4).
  5. Drew Westen, Catherine Garitte, Psychologie : Pensée, cerveau et culture, p. 553.
  6. Didier Eribon, Réflexions sur la question gay, Flammarion, (ISBN 978-2-08-123162-7 et 2-08-123162-X, OCLC 828241733, lire en ligne)
  7. a et b Anne Rambach et Marine Rambach, La culture gaie et lesbienne, Fayard, (ISBN 2-213-61410-5 et 978-2-213-61410-6, OCLC 417308764, lire en ligne)
  8. Homosexualité et suicide, d'Éric Verdier et Jean-Marie Firdion, H&O éditions, Paris, 2003.
  9. Éric Verdier et Jean-Marie Firdion, Homosexualité et suicide, Paris, H&O éditions, .
  10. BALTHAZART J. Biologie de l'homosexualité (2010).
  11. Bruce Bagemihl, Biological Exuberance: animal homosexuality, Stonewall Inn Editions, 2005.
  12. Thierry Lodé, La guerre des sexes chez les animaux, Eds Odile Jacob, 2007.

Publications universitaires

  1. David Sonenschein, « L’homosexualité comme objet de recherche anthropologique [1966] », Genre, sexualité & société,‎ (ISSN 2104-3736, DOI 10.4000/gss.1810, lire en ligne, consulté le ).
  2. (en) Calvin Reid, « Gay Lib for the Animals: A New Look At Homosexuality in Nature », Publishers Weekly, vol. 245, no 5,‎ .
  3. James M. Cantor, « Is Homosexuality a Paraphilia? The Evidence For and Against », Archives of Sexual Behavior, no 41,‎ , p. 237–247 (PMID 22282324, PMCID PMC3310132, DOI 10.1007/s10508-012-9900-3, lire en ligne).
  4. Michael S. Boroughs, C. Andres Bedoya, Conall O'Cleirigh et Steven A. Safren, « Toward Defining, Measuring, and Evaluating LGBT Cultural Competence for Psychologists », Clinical psychology : a publication of the Division of Clinical Psychology of the American Psychological Association, no 22,‎ , p. 151–171 (PMID 26279609, PMCID PMC4532395, DOI 10.1111/cpsp.12098, lire en ligne).
  5. a b et c Eric Bordas, « Comment en parlait-on ? », Romantisme, vol. 159,‎ , p. 3-17 (ISSN 0048-8593).
  6. (en) JOHN BOSWELL, « Revolutions, Universals and Sexual Categories », Salmagundi,‎ , p. 89–113 (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  7. a et b Antoine Messiah et Emmanuelle Mouret-Fourme, « Homosexualité, bisexualité : Éléments de socio-biographie sexuelle », Population, vol. 48,‎ , p. 1357 (DOI 10.2307/1534181, lire en ligne, consulté le ).
  8. Billy JO, Tanfer K, Grady WR, Klepinger DH (1993). "The sexual behavior of men in the United States". Family Planning Perspectives. 25 (2): 52–60.
  9. Binson, Diane; Michaels, Stuart; Stall, Ron; Coates, Thomas J.; Gagnon, John H.; Catania, Joseph A. (1995). "Prevalence and Social Distribution of Men Who Have Sex with Men: United States and Its Urban Centers". The Journal of Sex Research. 32 (3): 245–54.
  10. McConaghy, N; Hadzi-Pavlovic, D; Stevens, C; Manicavasagar, V; Keller, M; MacGregor, S; Wright, M; Bailey, J; et al. (2006), "Fraternal Birth Order and Ratio of Heterosexual/Homosexual Feelings in Women and Men", Journal of Homosexuality, 51 (4): 161–174,.
  11. (en) « Alfred Kinsey's 1948 and 1953 Studies », Institut Kinsey.
  12. a et b (en) « Executive Summary – Sexuality and Gender », sur The New Atlantis (consulté le ).
  13. (en) John Money, « The Concept of gender identity disorder in childhood and adolescence after 39 years », Journal of Sex & Marital Therapy, no 3,‎ , p. 163-177 (DOI 10.1080/00926239408403428), cité dans Jacques Balthazart, Biologie de l'homosexualité : On naît homosexuel, on ne choisit pas de l'être, Wavre B, Mardaga, , 299 p. (ISBN 978-2-8047-0037-9, lire en ligne).
  14. Caroline Desombre, Astrid Mignon, Anne Gehin et Annick Durand-Delvigne, « Perception de la désirabilité et de l’utilité sociales de l’homosexualité et de l’hétérosexualité au collège », Éducation et socialisation [En ligne], 44| 2017, mis en ligne le 03 juin 2017, consulté le 10 janvier 2020. En ligne ; DOI : 10.4000/edso.2171
  15. a et b (en) AGMO Anders Functional and dysfunctional sexual behavior Elsevier 2007.
  16. BUVAT J. : Hormones et comportement sexuel de l'Homme : données physiologiques et physiopathologiques, Contracept. Fertil. Sex., 24/10:767-778, 1996.
  17. ZHANG J., WEBB D. M. Evolutionary deterioration of the vomeronasal pheromone transduction pathway in catarrhine primates, Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 100(14):8337-8341, 2003.
  18. Foidart A., Legros J.J., Balthazart J. : Les phéromones humaines : vestige animal ou réalité non reconnue, Revue médicale de Liège, 49/12:662-680, 1994.
  19. Stowers L., Holy T. E., Meister M., Dulac C., Koentges G. Loss of sex discrimination and male-male aggression in mice deficient for TRP2, Science, 295(5559):1493-1500, 2002.
  20. Serge Wunsch, thèse de doctorat sur le comportement sexuel [PDF] EPHE-Sorbonne, Paris, 2007.
  21. LEVAY S. A difference in hypothalamic structure between heterosexual and homosexual men, Science, 253(5023):1034-1037, 1991.
  22. SAVIC I., BERGLUND H., LINDSTROM P. Brain response to putative pheromones in homosexual men, Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 102(20):7356-7361, 2005.
  23. BERGLUND H., LINDSTROM P., SAVIC I. Brain response to putative pheromones in lesbian women, Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 103(21):8269-8274, 2006.
  24. BYNE W. Why we cannot conclude that sexual orientation is primarily a biological phenomenon, J. Homosex., 34(1):73-80, 1997.
  25. Bell, A.P., Weinberg, M.S. and Hammersmith, S.K. Sexual preference. Its development in men and women. Indiana University Press: Bloomington, 1981.
  26. Van Wyk, P. H., & Geist, C. S. Psychosocial development of heterosexual, bisexual, and homosexual behavior. Archives of Sexual Behavior, 13, 505-544, 1984.
  27. YATES Alayne. Biologic perspective on early erotic development, Child and Adolescent Psychiatric Clinics of North America, 13(3):479-496, 2004.
  28. BENESTEAU J., Mensonges Freudiens, Mardaga Ed., 2002 (ISBN 2-87009-814-6).
  29. DUFRESNE T., Against Freud: Critics talk back, Stanford University Press, 2007.
  30. R. C. Pillard, J. M. Bailey (1998) Human sexual orientation has a heritable component. Hum. Biol. 70, 347–365. PMID 9549243.
  31. N. Långström, Q. Rahman, E. Carlström, P. Lichtenstein (2010) Genetic and environmental effects on same-sex sexual behavior: A population study of twins in Sweden. Arch. Sex. Behav. 39, 75–80 . doi:10.1007/s10508-008-9386-1PMID 18536986.
  32. ex : Sanders, A. R., Martin, E. R., Beecham, G. W., Guo, S., Dawood, K., Rieger, G., ... & Duan, J. (2015). Genome-wide scan demonstrates significant linkage for male sexual orientation. Psychological medicine, 45(7), 1379-1388.
  33. R. A. Lippa (2008) Sex differences and sexual orientation differences in personality: Findings from the BBC Internet survey. Arch. Sex. Behav. 37, 173–187 . doi:10.1007/s10508-007-9267-z PMID 18074219.
  34. Y. Wang, M. Kosinski (2018) , Deep neural networks are more accurate than humans at detecting sexual orientation from facial images. J. Pers. Soc. Psychol. 114, 246–257 doi:10.1037/pspa0000098 PMID 29389215.
  35. J. M. Bailey, P. Dunne, N. G. Martin (2000), Genetic and environmental influences on sexual orientation and its correlates in an Australian twin sample. J. Pers. Soc. Psychol. 78, 524–536|doi:10.1037/0022-3514.78.3.524 PMID 10743878.
  36. a b et c Andrea Ganna & al. (2019) Large-scale GWAS reveals insights into the genetic architecture of same-sex sexual behavior|Science 30 aout 2019:Vol. 365, Issue 6456, eaat7693|DOI: 10.1126/science.aat7693.
  37. a b et c Kaiser J (2009) Genetics may explain up to 25% of same-sex behavior, giant analysis reveals Science News|29 aout 2019.
  38. (en) Simon LeVay, Queer Science: The Use and Abuse of Research into Homosexuality (Cambridge, Mass.: MIT Press, 1996).
  39. (en) Bruce Bagemihl, Biological Exuberance: Animal Homosexuality and Natural Diversity (New York: St. Martin's Press, 1999).
  40. (es) Antonio Pardo, « Aspectos médicos de la homosexualidad », Nuestro Tiempo, Jul.-Aug. 1995, p. 82-89.
  41. Thierry Hoquet, « La sociobiologie est-elle amendable ? : Biologistes, féministes, darwiniennes face au paradigme de la sélection sexuelle », Diogène, vol. 1, no 225,‎ , p. 139-156 (ISSN 0419-1633).
  42. (en) Ruth Bleier, Science and gender, New York, Pergamon Press, .

Associations LGBT

  1. (en) « Sexual orientation laws in the world - Overview », sur ilga.org, (consulté le ).

Presse LGBT

Presse généraliste

  1. Pierre Cochez, « Bilan contrasté sur les droits des homosexuels dans le monde », la-croix.com,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. (en) « It's far more common to be someone who is a little bit attracted to the same sex than someone who is exclusively attracted to the same sex », in Exploring the Umbrella: Bisexuality and Fluidity, The Advocate, 11 février 2014 (lire en ligne).
  3. « Pour le pape, le mariage gay menace l'humanité », sur europe1.fr, .
  4. a et b « Marketing gay : la fin d'un mirage ? », sur strategies.fr, (consulté le ).
  5. a et b « L'homosexuel : caricature facile pour publicitaire peu inspiré », sur e-marketing.fr, (consulté le ).
  6. Dunbard R., Professeur de psychologie évolutionniste à Liverpool interview par James Owen, Homosexual Activity Among Animals Stirs Debate, in National Geographic News, 23/07/2004, article en ligne.
  7. Philippe Lambert, « Livre: Biologie de l'homosexualité. On naît homosexuel, on ne choisit pas de l'être », sur Le Cercle Psy, (consulté le ).

Dictionnaires

  1. (en + fr) Cambridge University Press, « homosexuality / homosexualité », sur le dictionnaire de Cambridge (consulté le ).
  2. CNRTL, « homosexualité » (consulté le ).
  3. Éditions Larousse, « homosexualité », sur Le dictionnaire Larousse (consulté le ).
  4. (en) « homosexuality », sur le dictionnaire Lexico, Oxford University Press (consulté le ).

Sources officielles

  1. Voir sur cdc.gov.
  2. « La fierté gaie… en chiffres », sur Statistique Canada.
  3. (en) Office for National Statistics, Measuring Sexual Identity : Evaluation Report, 2010, .
  4. [PDF] « Les Français, le sexe et la politique », Marianne, 2014.
  5. « Le profil de la population gay et lesbienne en 2011 », sur Ifop.com, (consulté le ).
  6. Sondage pour Métro le 28 janvier 2008 Article sur GayClic.
  7. « L'Enquête Presse Gay 2004 de l'Institut de Veille Sanitaire » [PDF], (en France) révèle que 34 % des homosexuels interrogés n'ont pas parlé de leur homosexualité à leur père, que 10 % environ des parents des homosexuels interrogés rejettent l'homosexualité de leur fils. Cette enquête indique aussi que les homosexuels masculins auraient 5 fois plus de risques qu'un hétérosexuel de commettre une tentative de suicide, risques encore plus importants chez les plus jeunes (voir pages 59 et 64).

Autres références

  1. (en-US) « Glossary of Terms », sur Human Rights Campaign (consulté le )
  2. Jean-Marie Guénois, « « Lobby gay », Vatican, place de la femme dans l'Église : ce que dit le pape François », sur Le Figaro, .
  3. Documentaire Homosexualité animale (épisode de la série Animaux trop Humains), réalisé par Bertrand Loyer, Jessica Menendez et Stéphane Alexandresco, 2006. Distributeur : Off the Fence, Saint Thomas Productions.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Homosexualité.

Bibliographie thématique

Biologie

  • Bruce Bagemihl, Biological Exuberance: Animal Homosexuality and Natural Diversity, Stonewall Inn Editions, 2000
  • Anne Fausto-Sterling, Sexing the Body : Gender Politics and the Construction of Sexuality, New York, Basic Books, 2000
  • Vernon A. Rosario (dir.), Science and Homosexualities, New York, Routledge, 1997
  • Joan Roughgarden, Evolution's Rainbow: Diversity, Gender and Sexuality in Nature and People, University of California Press, 2005
  • Jacques Balthazart, Biologie de l'homosexualité. On naît homosexuel, on ne choisit pas de l'être, Mardaga, Wavre B, 2010, p. 299 (ISBN 978-2804700379)

Culture

Droit

  • Daniel Borrillo (dir.), Homosexualités et droit, de la tolérance sociale à la reconnaissance juridique, Paris, PUF coll. « Les voies du droit », 1998, 1999
  • Flora Leroy-Forgeot, Histoire juridique de l'homosexualité en Europe, Paris, PUF coll. « Médecine et société », 1997
  • Caroline Mécary, Droit et homosexualité, Paris, Dalloz, 2000

Histoire

  • Robert Aldrich (dir.) (trad. Pierre Saint-Jean, Paul Lepic), Une Histoire de l'homosexualité, « Gay Life and Culture: A World history », Seuil, Paris, 2006 (ISBN 2-02-088135-7)
  • Marie-Jo Bonnet, Les Relations amoureuses entre les femmes, XVIe – XXe siècle, Odile Jacob, 2001
  • John Boswell, Christianisme, tolérance sociale et homosexualité : les homosexuels en Europe occidentale des débuts de l'ère chrétienne au XIVe siècle (1980), Gallimard, 1985
  • Khaled El-Rouayeb, L'amour des garçons en pays arabo-islamique: XVIe-XVIIIe siècle, Paris, EPEL, 2010, traduction en français de Before Homosexuality in the Arab‐Islamic World, 1500–1800, University of Chicago Press, 2005.
  • Martin Duberman, Martha Vicinus et George Chauncey (ed.), Hidden from History. Reclaiming Gay and Lesbian Past, New York, 1989, Meridian, Dutton, 1990
  • Didier Godard, Histoire des sodomites, 4 tomes, H&O, 2001-2005 :
    • 1. Deux hommes sur un cheval. L'homosexualité masculine au Moyen Âge, 2003
    • 2. L'Autre Faust. L'homosexualité masculine pendant la Renaissance, 2001
    • 3. Le Goût de Monsieur. L'homosexualité masculine au XVIIe siècle, 2002
    • 4. L'Amour philosophique. L'homosexualité masculine au siècle des Lumières, 2005
  • Jonathan Ned Katz, L'invention de l'hétérosexualité, EPEL, Paris, 2001. Éd. originale : The invention of Heterosexuality, Plume / Penguin Books États-Unis, New York, 1996. Trad. Michel Oliva et Catherine Thévenet (ISBN 2-908855-51-8)
  • Maurice Lever, Les Bûchers de Sodome, Paris, Fayard, 1985 (ISBN 978-2213015538)
  • Laure Murat, La Loi du genre, une histoire culturelle du troisième sexe, Paris Fayard, 2006
  • Gilles Dauvé, Homo : Question sociale et question sexuelle de 1864 à nos jours, Niet!, 2018, 296 p.

Psychologie

  • Malik Briki, Psychiatrie et homosexualité, Presses universitaires de Franche-Comté, 2009
  • Didier Eribon, Échapper à la psychanalyse, Leo Scheer, 2005
  • Guy Hocquenghem, Le Désir homosexuel, Paris, Éditions universitaires, 1972 ; rééd. Fayard, 2000
  • Vernon A. Rosario, L'Irrésistible Ascension du pervers, entre littérature et psychiatrie (The Erotic Imagination : French Histories of Perversion, 1997), Paris, EPEL, 2000

Psychanalyse

  • Javier Sáez, Théorie Queer et psychanalyse, EPEL, 2005
  • Bertrand Vichyn, « Homosexualité » (article), dans Dictionnaire international de la psychanalyse (dir. Alain de Mijolla), tome 1 A-L, Paris, Hachette Littératures, 2005
  • Thierry Vincent,
    • « 3. La subversion homosexuelle », dans : L'indifférence des sexes. Critique psychanalytique de Bourdieu et de l'idée de domination masculine, Toulouse, Érès, « Hypothèses », 2002, p. 81-110, [lire en ligne]
    • « Homosexualité psychanalyse et perversion », Cliniques méditerranéennes, 2002/1 (no 65), p. 95-104. DOI : 10.3917/cm.065.0095. [lire en ligne]

Sociologie

  • (en) Alan P. Bell et Martin S. Weinberg, Homosexualities. A Study of Diversity among Men and Women, New York, Simon and Shuster, .
  • Marie-Hélène Bourcier, Queer Zones, Politique des identités sexuelles, des représentations et des savoirs, Balland,
  • Natacha Chetcuti-Osorovitz, Se dire lesbienne, Payot,
  • Jérôme Courduriès, Être en couple (gay), Presses de l'université de Lyon,
  • Michael Pollak, Les Homosexuels et le sida, sociologie d'une épidémie, Métailié,
  • Gayle Rubin, Surveiller et Jouir, EPEL,

Liens externes