Yves Ternon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ternon.
Yves Ternon
Nom de naissance Yves Ternon
Naissance
Saint-Mandé
Nationalité française
Pays de résidence France
Diplôme
docteur en histoire
Profession
Historien, médecin
Activité principale
écrivain
Formation
médecine, chirurgie, histoire

Yves Ternon (né en 1932 à Saint-Mandé) est un historien et médecin français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est docteur en histoire à l’université de Paris IV (1986)[1] et habilité à diriger des recherches à l’université Paul-Valéry de Montpellier.

Yves Ternon a d’abord été chirurgien, interne des hôpitaux de Paris. Il s’est ensuite consacré à la recherche sur les crimes contre l’humanité et, tout particulièrement, sur les génocides juif, arménien et rwandais, à propos desquels il a écrit de nombreux ouvrages. Il a aussi participé à la Commission d'enquête citoyenne sur l'implication de la France au Rwanda, un collectif sans statut juridique, initiative d'associations françaises, en tant que vice-président. Il s’est également intéressé à la question du négationnisme[2].

Yves Ternon estime que le massacre de Srebrenica est un crime contre l'humanité et un acte génocidaire isolé dont les responsables sont des militaires, mais pas un génocide planifié par un État. Il accuse la Cour internationale de justice, qui a retenu la qualification de génocide sans reconnaître, pourtant, la complicité de la Serbie, d'ouvrir une boîte de Pandore[3].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

La médecine nazie et l’Holocauste
  • Histoire de la médecine SS (avec Socrate Helman), Casterman, 1969.
  • Le Massacre des aliénés (avec Socrate Helman), Casterman, 1971.
  • Les médecins allemands et le national-socialisme (avec Socrate Helman), Casterman, 1973.
Le génocide arménien
  • Mardin 1915 : Anatomie pathologique d’une destruction, Librairie orientaliste Paul Geuthner (2007)
  • Yves Ternon, Les Arméniens. Histoire d'un génocide, Paris, Seuil, [détail des éditions] (ISBN 978-2-02-025685-8).
  • 1915, le génocide des Arméniens (avec Gérard Chaliand), Bruxelles, Complexe, 2006 (5e édition revue et augmentée).
  • La Cause arménienne, Paris, Seuil, 1983.
  • Empire ottoman. Le déclin, la chute, l’effacement Paris, Éditions du Félin et éditions Michel de Maule, 2002.
  • Du négationnisme. Mémoire et tabou, Paris, Desclée de Brouwer, 1999.
  • Yves Ternon, Enquête sur la négation d'un génocide, Marseille, Éditions Parenthèses, , 229 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2863640524, lire en ligne).
  • Éclats de Voix. Recueils de textes 1974-2005, éditions du félin (Poche), 2006.
L’étude des génocides et divers
  • Guerres et génocides au XXe siècle, Paris, Odile Jacob, 2007.
  • L’innocence des victimes : regard sur les génocides du XXe siècle, éditions Desclée de Brouwer, 2001.
  • Raspoutine, une tragédie russe, Bruxelles, éditions Complexe, 1991, 315 pages, 19 cm, (ISBN 2-87027-391-6)
    • Raspoutine, une tragédie russe, Bruxelles, André Versaille éditeur, 2011, 315 pages, 19,90 euros (ISBN 978-2-87495-137-4) ; comporte une « Bibliographie complémentaire à cette nouvelle édition » (pages 299 et 300)
  • L’État criminel. Les génocides au XXe siècle, Paris, Seuil, 1995.
  • 1917-1921, Makhno, Bruxelles, Complexe, collection histoire, 1987.
Autobiographie
  • 7, rue de Chelles - Pour ce que nous avons tous été enfants..., Paris, éditions du félin, 2009, 192 p. (ISBN 978-2-86645-687-0)[4]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.sudoc.fr/041589505.
  2. Article d'Yves Ternon dans lequel il analyse les stratégies des négationnistes concernant les trois génocides juif, arménien et tutsi. Disponible sur le site www.imprescriptible.fr, mais publié originellement en mai 2003 dans la Revue de l'Arche, mensuel du judaïsme français.
  3. http://www.lemonde.fr/europe/chat/2007/02/27/yves-ternon-la-decision-de-la-cij-sur-srebrenica-ouvre-une-boite-de-pandore_876947_3214.html
  4. Présentation de 7, rue de Chelles sur le site des éditions du félin. Lecture en ligne du premier chapitre.

Liens externes[modifier | modifier le code]