Stéréotype

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir stéréotype (homonymie).
Le stéréotype du « méchant » en BD, dans la continuité des méchants de films muets.
Stéréotype fondé, sur les Pays-Bas : des moulins et des vélos.
Exemples de stéréotypes

En sciences humaines, un stéréotype est l'image négative ou positive d'un sujet dans un cadre de référence donné, telle qu'elle y est habituellement admise et véhiculée.

Psychologie[modifier | modifier le code]

Définition et caractéristiques[modifier | modifier le code]

En psychologie sociale, un stéréotype est :

  • une croyance qu’une personne entretient au sujet des caractéristiques des membres d’un exogroupe ;
  • une généralisation touchant un groupe de personnes et les différenciant des autres. Les stéréotypes peuvent être généralisés à l’excès, être inexacts et résister à l’information nouvelle.

Selon Jacques-Philippe Leyens[1], les stéréotypes se définissent comme des « théories implicites de personnalité que partage l'ensemble des membres d'un groupe à propos de l'ensemble des membres d'un autre groupe et du sien ». Le contenu des stéréotypes est composé des croyances concernant les caractéristiques des membres d'un exogroupe, croyances qui sont généralisées à tous les membres de ce groupe. Les stéréotypes, qui ne sont pas nécessairement négatifs, ont pour fonction de rendre plus compréhensible et prévisible l'environnement complexe dans lequel on vit[2]. Les autostéréotypes sont les croyances que nous entretenons envers les individus[pas clair] membres de notre propre groupe d'appartenance. Grâce à leurs aspects cognitifs, les stéréotypes s'avèrent très utiles puisqu'ils aident à mettre de l'ordre et de la cohérence dans notre univers social, qui autrement serait passablement chaotique.

Les stéréotypes peuvent contenir des croyances à la fois positives et négatives au sujet de caractéristiques de divers groupes sociaux. Les stéréotypes deviennent problématiques lorsqu'ils sont inexacts et qu'ils résistent au changement, même quand des informations les contredisent. De plus, l’usage des stéréotypes mène souvent à des jugements erronés, car trop réducteurs.

Formation et effets des stéréotypes[modifier | modifier le code]

Lors du processus de catégorisation, les individus filtrent l'immense quantité d'informations qui leur proviennent de l'environnement et simplifient le traitement de celles-ci en ignorant certaines dissemblances et en exagérant les ressemblances entre les stimuli[3]. Quand le processus de catégorisation s'applique aux humains, il s'agit alors de catégorisation sociale[4] et ce processus influe systématiquement sur les impressions qui naissent en nous. Il s'avère que les aspects cognitifs de stéréotypes découlent directement du processus fondamental de catégorisation sociale.

La cognition humaine se réalise par les informations imposées et répétées, qui finissent par acquérir une certaine valeur auprès du public : on admet que le lieu commun a sans doute une part de vérité. Ce constat vaut particulièrement pour les jugements portés sur les habitants d'un pays étranger[5].

L'une des conséquences de la catégorisation sociale est que nous accentuons les différences entre les personnes appartenant à des groupes distincts et que nous minimisons les différences entre les membres d'un même groupe[6]. De façon générale, nous avons plus tendance à minimiser les différences individuelles entre les membres de l'exogroupe qu'entre les membres de notre propre groupe. Ce phénomène de l'homogénéisation de groupe, appliqué à l'exogroupe, nous amène à percevoir qu'« eux » sont tous pareils, alors que « nous » sommes très différents les uns des autres. Cette homogénéisation de l'exogroupe, qui est la base des stéréotypes, nous permet de faire l'économie de jugements complexes sur chacun des innombrables individus que nous côtoyons quotidiennement.

Autre phénomène intéressant en relation avec les stéréotypes est que, si un stéréotype s'avère infirmé par des expériences de vie personnelle, on peut tout de même conserver ce stéréotype et classer l'événement se situant en contradiction dans une nouvelle catégorie ou un nouveau sous-groupe. Par exemple, l'idée que toutes les femmes aiment être invitées au restaurant peut être contredite si, à une ou plusieurs reprises, une femme insiste pour payer elle-même. Afin de conserver le stéréotype selon lequel « les femmes aiment se faire inviter au resto », les femmes qui insistent pour payer vont être classées dans une sous-catégorie de « femmes féministes ».

La catégorisation n'est pas en tant que telle un préjugé. Mais la catégorisation sert de fondement au préjugé.

Prophétie autoréalisatrice[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Prophétie autoréalisatrice.

Également connue sous le nom d'effet Pygmalion, la prophétie autoréalisatrice[réf. nécessaire] insiste sur le fait selon lequel l'objet des stéréotypes va développer les compétences ou les caractéristiques se rapportant au stéréotype. Plusieurs explications ont été avancées, la plus vraisemblable étant la nature de l'interaction produite : dès lors que le stéréotype est intégré, la personne qui le possède va agir conformément à ce stéréotype, ce qui peut entraîner l'adaptation à ce stéréotype par la personne ou le groupe visé. Par exemple, le stéréotype d'agression entraîne un comportement de méfiance ou de peur qui peut accentuer en retour la possibilité d'agression. Un stéréotype favorable a le même effet : ainsi, Rosenthal et Jacobson montraient en 1968 que des professeurs préjugeant du bon potentiel de certains élèves amenaient, par leur comportement plus attentionné, ces élèves à accroître leur compétences scolaires.[7] Des expériences similaires montrent des résultats semblables, avec un groupe d'étudiants chez lesquels on crée de tels stéréotypes positifs à propos de rats : les rats aléatoirement désignés comme performants le deviennent effectivement, de par le comportement plus attentionné des étudiants.

Pour analyser les fonctions spécifiques des préjugés et stéréotypes dans les communications entre groupes, on peut distinguer trois types de représentations : les représentations induites, les représentations justificatrices et les représentations anticipatrices[8]. Les représentations induites sont le reflet de relations passées ou présentes entre les groupes. Les représentations justificatrices interviennent a posteriori afin de justifier le pouvoir exercé par un groupe sur un autre, par le biais d'images dévalorisantes du groupe soumis. Les représentations anticipatrices interviennent a priori, afin de préparer les actions qu'un groupe souhaite exercer sur un autre.

Selon Allport[9], il existe un noyau de vérité – « kernel of truth » – à la racine des préjugés sociaux, que l'expérience viendrait confirmer ou infirmer de manière non aléatoire. De là apparaît ce qui est appelé en psychologie le biais cognitif et qui fonctionne par confirmation des a priori de manière subjective. Le préjugé car le mot est trompeur ne se base donc pas exclusivement sur des « a priori », mais également à partir du retour de l'expérience du pensant sur ces derniers dont nous venons d'indiquer qu'il (le pensant) peut être faussé lors de sa réflexion personnelle par des biais de confirmation cognitif et ou nourrir ce qui est défini comme noyau de vérité au sein même du préjugé. Autrement dit, un préjugé peut se voir infirmer ou confirmer par l'expérience, et certains préjugés voire stéréotypes sont des constructions empiriques dont l'induction amène de fait a une généralisation tangible et vérifiable.

Menace du stéréotype[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Menace du stéréotype.

La menace du stéréotype est le sentiment qu'a un individu de pouvoir être jugé à travers un stéréotype négatif visant son groupe, ou la crainte de faire quelque chose qui pourrait confirmer ce stéréotype. Dès lors, cette menace provoque une diminution des performances de cet individu, dans un domaine où il est impliqué personnellement[10].

Selon Dyer, le mot « stéréotype » est « always a term of abuse »[11]. Il est d'avis que le stéréotype est un « ordering process » qui est en réalité une représentation et une catégorisation des gens qui leur permet de « make sense of the society through generalities, patternings and typifications »[12].[pas clair]

Pour Berg, en s'inspirant de l’approche développée par Lippmann, on pourrait considérer que « by extension, stereotypes identify, justify, and support mainstream (anglo) beliefs »[13]. Vu comme un outil de l'idéologie dominante, « the creation and perpetuation of stereotypes in the movies and in the media function to maintain the status quo by representing dominant groups as naturally empowered and marginal groups as disenfranchised »[14].[pas clair]

Sociologie[modifier | modifier le code]

En sociologie, le stéréotype – on parle aussi de « prénotion » – prend la forme d'une opinion généralisée et concerne, le plus souvent, un type d'individus, un groupe ou une classe sociale.

Le stéréotype joue pour certains un rôle d'accréditation en leur permettant de s'octroyer, d'après leur statut social, des qualités qu'ils ne peuvent justifier aisément. Par là-même, le stéréotype permet de se mettre en valeur par rapport à un groupe dont le stéréotype se voit attribuer des défauts complémentaires aux qualités revendiquées par les premiers.

Les stéréotypes les plus « puissants » sont ceux répandus par les médias sur les masses. Très souvent, ils concernent des individus d'autres classes sociales, origines ou peuples que celle dont se revendique le média concerné. Ces concepts rudimentaires, sommeillants, enfouis dans beaucoup d'esprits peuvent soudainement resurgir dans un contexte de tension et catalyser l'agitation collective en l'amplifiant. L'ensemble structuré mais inconscient de stéréotypes généralement répandus est appelé « doxa ».

Stéréotypes de genre[modifier | modifier le code]

Les stéréotypes de genre sont structurants à la fois pour la société et l'individu, mais expliquent aussi le maintien de situations inégalitaires ou discriminantes envers les femmes et envers les hommes qui ne se conforment pas aux attentes que l'on a d'eux : en raison de leurs choix professionnels, de leur orientation sexuelle, ou dans le milieu de la prostitution, etc. La psychologue Virginia Valian explique ces stéréotypes par différentes causes cognitives liées au psychisme ou à l'inconscient collectif[15].

Quelques exemples de ces stéréotypes : les femmes sont plus émotives que les hommes, plus fragiles, voire d'une grande instabilité nerveuse. Dans la mesure où l'on perçoit les femmes comme plus faibles physiquement et psychologiquement que les hommes, elles sont tenues à l'écart des métiers les plus pénibles et les plus dangereux. Les hommes justifient une participation plus faible aux tâches ménagères par différents arguments (schémas sexués hérités, manque de formation et manque de temps parce que les hommes travaillent plus)[16].

On peut relever les traits adjectifs souvent cités dans la littérature concernant les stéréotypes positifs et négatifs. Masculins positifs : confiant, sûr de lui, courageux, aventureux, rationnel, analytique, fort, compétent, responsable, ambitieux. Masculins négatifs : agressif, impatient, arrogant, égoïste, autoritaire. Féminins positifs : patiente, douce, aimante, affectueuse, intuitive, imaginative, sentimentale. Féminins négatifs : inconstante, vulnérable, docile, soumise, émotionnelle[17]. Ces traits masculins stéréotypés sont davantage assimilés aux qualités de prestige, d'indépendance, de confiance en soi et de responsabilité, et les traits féminins à l'affectif, la communication, les sentiments. Différentes études[18] suggèrent ainsi que « les qualités d'intelligence, de confiance en soi et de responsabilité sont reliées dans la conscience collective au prestige et à un statut social élevé, ce qui expliquerait que les hommes occupent l'essentiel des positions hiérarchiques alors que les femmes ont des fonctions professionnelles associées aux soins des autres (postes médicaux), aux relations sociales (presse, relations publiques, réceptionnistes) et à l'éducation des enfants[19] ».

Dans le contexte de la lecture chez les enfants, les garçons obtiennent des résultats aussi bons que ceux des filles lorsque la consigne est présentée différemment[20].

Stéréotype et cadre de référence[modifier | modifier le code]

Le stéréotype d’un sujet, reposant sur la réputation qu'il véhicule, est indissociable du point de vue qu’adopte un groupe donné sur ce sujet. Ainsi, selon le groupe considéré, le stéréotype d'un même sujet varie, parfois d'un extrême à l'autre.

Par exemple, s'il est considéré par un groupe de féministes, le stéréotype du macho sera bien différent de celui considéré par un groupe de motards Hells Angels et vice versa. Le stéréotype dépend donc toujours d'un cadre de référence commun, partagé et adopté sous vérification, par un groupe d'individus. Dans un groupe où les individus partagent un cadre de référence identique ou proche, la communication est simplifiée et aisée, le risque de mésentente ou d'interprétation erronée est faible puisque tous adoptent un point de vue similaire. La propagation d'images stéréotypées est donc très rapide au sein d'un groupe, ce qui fait que les stéréotypes s'y imprègnent en profondeur. Cette notion de fédération autour d'une idée a de tout temps été utilisée par les acteurs politiques, sur un espace territorial défini. Ainsi, concernant l'Europe actuelle, un député pourra promouvoir une chose dans son pays et une autre presque incompatible dans le cadre de l'Union[21].

Une fois digérés, les stéréotypes deviennent partie intégrante du cadre de référence concerné, suivi naturellement par la transmission quasiment inéluctable par l’éducation et par voie de conséquence, par un ancrage durable des stéréotypes au cadre de référence.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. J.-P. Leyens, 1983.
  2. Hamilton et Trolier, 1986.
  3. Fiske et Taylor, 1991.
  4. H. Tajfel, 1981.
  5. Grandière et Molin, 2003, p. 229.
  6. Willem Doise, Jean-Claude Deschamps et Meyer, 1978.
  7. (en) Robert Rosenthal et Lenore Jacobson, « Teacher expectation for the disadvantaged », dans Scientific American, 1968, vol. 218, n° 4.
  8. W. Doise, 1979.
  9. Gordon W. Allport, 1954.
  10. (en) Claude M. Steele et Joshua Aronson, « Stereotype Threat and the Intellectual Test Performance of African Americans », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 69, no 5,‎ , p. 797-811 (ISSN 0022-3514)
  11. Dyer, 1999, paragr. 1.
  12. Dyer, 1999, paragr. 4, p. 245-251.
  13. Berg, 1990, p. 292.
  14. Berg, 1990, p. 286-300.
  15. (en) Virginia Valian, Why So Slow ? The Advancement of Women, MIT Press, , 424 p..
  16. P. Gaborit, 2009, p. 30.
  17. (en) J.E. Williams et D.L. Best, « Sex stéréotypes and Trait Favorability on the Adjective Check List », Educational and Psychological Measurement, no 37,‎ , p. 108
  18. (en) T. L. Ruble, R. Cohen et D. N. Ruble, « Sex stereotypes: occupational barriers for women », American Behavioral Scientist, no 27,‎ , p. 339–356.
  19. P. Gaborit, 2009, p. 20.
  20. John B. Nezlek, Pascale Colé, Sylvain Max, Isabelle Régner, Pascal Pansu, Pascal Huguet, « Des garçons aussi bons que les filles en lecture, c’est possible ! », sur Libération, (consulté le 19 janvier 2018).
  21. La fédération pangermanique de Bismarck s'est faite dans le cadre de la fabrication d'une hostilité commune envers une nation à l'Ouest et une autre à l'Est, pour supprimer les problèmes historiques entre des groupes différents (religion, etc.) du Nord et du Sud de l'actuelle Allemagne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ruth Amossy, Les Idées reçues. Sémiologie du stéréotype, Paris, Nathan, coll. « Le texte à l'œuvre », 1991, 216 p.
  • Ruth Amossy, Anne Herschberg Pierrot, Stéréotypes et clichés. Langue, discours, société, Paris, Armand Colin, 1997 ; 3e éd., 2011. (ISBN 978-2-200-27000-1)
  • (en) Charles R. Berg, « Stereotypes in films in general and of the Hispanic in particular », dans Howard Journal of Communication, 2009.
  • (en) Richard Dyer, « The role of stereotypes », dans Media studies : A reader, 1999.
  • (en) Susan T. Fiske, Shelley E. Taylor, Social Cognition, New York, McGraw-Hill, 1991, 717 p. (ISBN 978-0070211919)
  • Pascaline Gaborit, Les Stéréotypes de genre : Identités, rôles sociaux et politiques publiques, Paris, L'Harmattan, 2009.
  • Marcel Grandière, Michel Molin (dir.), Le Stéréotype, outil de régulations sociales, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003. (ISBN 978-2-753525436)
  • (en) D.L. Hamilton, T.K. Trolier, « Stereotypes and stereotyping : An overview of the cognitive approach », dans J. Dovidio et S. Gaertner (dir.), Prejudice, Discrimination, and Racism, Orlando, Academic Press, 1986, p. 127-163.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]