Ancizan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune des Hautes-Pyrénées image illustrant les Pyrénées
Cet article est une ébauche concernant une commune des Hautes-Pyrénées et les Pyrénées.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade ’’Bon début’’ quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Ancizan
Vue générale.
Vue générale.
Blason de Ancizan
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Arrondissement de Bagnères-de-Bigorre
Canton Neste, Aure et Louron
Intercommunalité Communauté de communes des Véziaux d'Aure
Maire
Mandat
Jean-Claude Trey
2014-2020
Code postal 65440
Code commune 65006
Démographie
Gentilé Ancizanois, Ancizanoises
Population
municipale
284 hab. (2013)
Densité 7,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 52′ 27″ N 0° 20′ 24″ E / 42.8742, 0.3442° 52′ 27″ Nord 0° 20′ 24″ Est / 42.8742, 0.34
Altitude Min. 734 m – Max. 2 831 m
Superficie 39,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Ancizan

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Ancizan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ancizan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ancizan

Ancizan (en occitan gascon Ancida) est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Ancizan est située dans la vallée d'Aure, dans les Pyrénées centrales,en bordure de la route départementale 929 et culmine à 2 831 m au pic de l'Arbizon

Hydrographie[modifier | modifier le code]

En partie est de la commune se trouve le ruisseau d'Erabat (affluent gauche de la Neste) qui traverse le village et le ruisseau la Coumette (affluent gauche du Lavedan).
En partie ouest de la commune, le ruisseau la Gaoube forme une partie de la limite ouest avec la commune de Campan et les ruisseaux de Soubirou, d'Artigou, de Camoudiet, d'Aouassole, de Sarraoute, de la Pradé rejoignent l'Adour de Payolle dans la vallée de Payolle.
Le lac d'Arou est situé dans le territoire de la commune juste à côté de la Hourquette d'Ancizan et du lac de Montarrouye en limite de commune avec Campan.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Ancizan est limitrophe de sept autres communes dont Barrancoueu à l'est par un simple quadripoint, au Cap de Sarrat Termé.

Carte de la commune d' Ancizan et des proches communes.
Communes limitrophes d’Ancizan
Campan, Arreau, Barrancoueu, Cadéac
Vielle-Aure Ancizan Grézian
Aulon, Guchen

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[1] qui rapporte les dénominations historiques du village :

Dénominations historiques :

Étymologie : Ancisianum, du nom de personnage latin Ancisius et suffixe d’appartenance anum (= domaine d’Ancisius), avec recul de l’accent tonique.

Nom occitan : Ancida.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancizan est un ancien village fortifié, bâti au point de jonction de la plaine d'Aure et des premiers contreforts du pic de l'Arbizon.

Comme ses voisins des Quatre-Vallées, il a dépendu des rois d'Aragon avant d'appartenir successivement aux familles féodales des comtes d'Aure, de Labarthe, d'Armagnac, et de se donner à la couronne en 1475 sous réserve du maintien de ses privilèges.

Doté de foires et marchés par Antoine de Bourbon et Jeanne d'Albret, puis par Henri IV, important centre drapier jadis siège de la corporation des tisserands de la vallée d'Aure, Ancizan a su conserver d'intéressants vestiges de son passé prestigieux.

Une courte promenade à travers ses places, rues, chemins et biés permet de découvrir de nombreux témoignages d'une époque de relative opulence, sous la forme d'anciennes demeures (certaines sont classées) aux portes et linteaux sculptés et millésimés ou aux fenêtres à meneaux. Souvent utilisées en réemploi, ces pierres donnent une idée assez précise de la prospérité locale dans les siècles passés.

L'église, vaste, de construction récente mais dotée d'un remarquable mobilier, témoigne de la forte poussée démographique du XIXe siècle. Mais, après avoir compté un millier d'habitants vers 1830-1840, la population a diminué des deux tiers, victime, entre autres causes, de la récession de l'industrie drapière.

En 1953, une violente crue du ruisseau dont les eaux actionnaient jadis les ateliers locaux a détruit de nombreux immeubles dans le quartier bordant son lit, reprenant ainsi au village une partie des richesses qu'il lui avait données et remodelant sa physionomie.

Texte écrit par André Galicia Voir aussi le livre d'André Galicia : Ancizan, chroniques villageoises, récits d'hier et d'autrefois, 1999.

Le village d’Ancizan constitue avec ceux de Cadéac, de Grézian et de Guchen les Quatre Véziaux d'Aure, association qui gère des pâturages et bois communs depuis des temps immémoriaux.

Cadastre d' Ancizan[modifier | modifier le code]

Le plan cadastral napoléonien d'Ancizan est consultable sur le site des archives départementales des Hautes-Pyrénées[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Parti : au premier de gueules aux trois quenouilles d'argent, au second d'argent aux deux levrettes de sable passant l'une sur l'autre, à la bordure du même chargée de huit besants d'or.[3]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires d'Ancizan.
La mairie, inscrite à l'inventaire des MH.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1968 1989 Charles Ribatet    
1989 1995 Robert Gouges    
1995 2014 Émile Ribatet   Éleveur
mars 2014 en cours Jean-Claude Trey    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Ancizan appartient à la communauté de communes des Véziaux d'Aure créée en décembre 1995 et qui réunit neuf communes.

Services publics[modifier | modifier le code]

La commune d'Ancizan dispose d'une agence postale.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 284 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
667 739 780 813 987 930 1 022 976 960
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
812 765 726 698 690 634 596 514 535
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
583 540 546 364 305 347 323 267 284
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012
257 271 239 232 233 254 325 323 283
2013 - - - - - - - -
284 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées - Michel Grosclaude, Jean-François Le Nail intégrant les travaux de Jacques Boisgontier - Conseil Général des Hautes-Pyrénées - Mission culture occitane - 4eme trimestre 2000
  • Les sobriquets des villages aurois - Frantz-E. Petiteau - Editions Lacour - Cercle François Marsan - 3e trimestre 2003
  • Les vieilles inscriptions de la vallée d'Aure - Abbé François Marsan - Editions Lacour

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Conseil Général des Hautes-Pyrénées, 2000.
  2. Archives départementales des Hautes-Pyrénées : Plan cadastral d' Ancizan en 1831
  3. Banque du Blason
  4. « Liste des juridictions compétentes pour Ancizan », sur le site du ministère de la Justice
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2007, 2008, 2012, 2013.
  7. « Notice no PA00095310 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. « Notice no IA65000112 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Notice no IA65000113 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Notice no IA65000164 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Notice no IA65000285 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Notice no IA65000362 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Notice no IA65000363 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Notice no IA65000364 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Notice no IA65000356 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Notice no IA65000365 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Notice no IA65000366 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Notice no IA65000367 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Notice no IA65000368 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. « Notice no IA65000369 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Notice no IA65000370 », base Mérimée, ministère français de la Culture