Esquièze-Sère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Esquièze-Sère
Esquièze-Sère
Le Bastan en limites d'Esquièze-Sère (à gauche) et de Luz-Saint-Sauveur.
Blason de Esquièze-Sère
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement d'Argelès-Gazost
Canton La Vallée des Gaves
Intercommunalité Communauté de communes Pyrénées Vallées des Gaves
Maire
Mandat
Patrice Vuillaume
2014-2020
Code postal 65120
Code commune 65168
Démographie
Population
municipale
399 hab. (2016 en augmentation de 6,4 % par rapport à 2011)
Densité 263 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 52′ 36″ nord, 0° 00′ 02″ ouest
Altitude Min. 659 m
Max. 1 126 m
Superficie 1,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Esquièze-Sère

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Esquièze-Sère

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Esquièze-Sère

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Esquièze-Sère
Vue du village sous le Soum de Moustayou.

Esquièze-Sère est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la vallée du gave de Gavarnie, au débouché des gorges de Luz-Saint-Sauveur, à son confluent avec le Bastan.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Esquièze-Sère est limitrophe de quatre autres communes.

Carte de la commune d'Esquièze-Sère et des proches communes.
Communes limitrophes d’Esquièze-Sère[1]
Saligos
Sassis Esquièze-Sère Esterre
Luz-Saint-Sauveur

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Crue du 18 juin 2013 en pays Toy.

Le Bastan, affluent droit du gave de Gavarnie, traverse les terres de la commune.

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat des Hautes-Pyrénées.

La commune jouit d'un climat montagnard caractérisé par des étés doux (température moyenne de 25 °C) et des périodes de beaux temps. Parfois des orages éclatent sous formes de fortes averses, imprévues et violentes. Quant aux hivers, ils sont frais ou froids avec des températures de 3 °C en moyenne, et souvent humides avec de fréquentes dépressions en provenance de l'Atlantique amenant de la pluie.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Cette commune est desservie par la route départementale D918.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Extrait de la carte de Cassini (entre 1756 et 1789) situant Esquièze-Sère à côté de Luz-Saint-Sauveur
Le lavoir.

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[2] qui rapporte les dénominations historiques des villages :

Esquièze[modifier | modifier le code]

Dénominations historiques :

  • Ezii Guilhermi de Squisa, latin et gascon (XIIe siècle, cartulaire de Bigorre) ;
  • De Squisa, (XIIe s., cartulaires Bigorre ; 1379, procuration Tarbes) ;
  • De-Squiza, (1313, Debita regi Navarre) ;
  • De Esquisa, (1342, pouillé de Tarbes) ;
  • de-Squiza, (1429, censier de Bigorre) ;
  • Esquieses, (1614, Guillaume Mauran) ;
  • Esquiése, (Larcher, pouillé de Tarbes).

Nom occitan : Esquiesa.

Sère[modifier | modifier le code]

Dénominations historiques :

  • Bernardus de Cera, latin (1037 ou v. 1040, Livre vert Bénac) ;
  • Cera, latin (XIIe siècle, cartulaire de Bigorre) ;
  • De Sera, (1313, Debita regi Navarre ; 1342, pouillé de Tarbes) ;
  • de Serra, (1342, pouillé de Tarbes) ;
  • Sera, (1429, censier de Bigorre) ;
  • Sere en Barège, (1736-1789, registres paroissiaux) ;
  • Sere en Barège, (1760, Larcher, pouillé de Tarbes) ;
  • Sere, (1790, Département 1 et 2) ;
  • Sère-en-Barège, (1806, Laboulinière).

Étymologie : du latin cella (= ermitage, petit monastère).

Nom occitan : Cèra.

Histoire[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Pays Toy, Comté de Bigorre et Gascogne.

En 1801, Louis-François Ramond relève la culture du froment à Esquièze-Sère[3].

Les communes d'Esquièze et de Sère-Barèges fusionnent en 1846 sous le nom d'Esquièze-Sère[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Esquièze-Sère fait partie de la communauté de communes du Pays Toy, créée en avril 1997, qui réunit quinze communes.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 2001 avril 2014 Jean-Daniel Morigny    
avril 2014 En cours Patrice Vuillaume    

Services publics[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7].

En 2016, la commune comptait 399 habitants[Note 1], en augmentation de 6,4 % par rapport à 2011 (Hautes-Pyrénées : -0,61 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
176172194200194207357384413
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
395409433394420413411375358
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
358414417345438411378405562
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
487465503443500464438383398
2016 - - - - - - - -
399--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Population et société[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie de Toulouse. Elle dispose d’une école en 2019[10].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Nicolas d'Esquièze fait l'objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis 1979[12].
  • La fontaine de la place de l'Arole.
  • La grande maison blanche de la place de l'Arole construite en 1818 par Bernard Verges. Elle eut un rôle majeur dans le commerce de mules avec l'Espagne.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent à une tour de sable sur une terrasse de sinople, accostée de deux sapins du même, surmontée d'une croisette aussi de sable accostée de deux soleils du même.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Michel Grosclaude et Jean-Francois Le Nail, intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées, Tarbes, Conseil Général des Hautes-Pyrénées, , 348 p. (ISBN 2-9514810-1-2, notice BnF no FRBNF37213307).
  3. Louis-François Ramond - Voyages au Mont-Perdu et dans la partie adjacente des Hautes-Pyrénées - Lire en ligne
  4. Fiche d'Esquièze-Sère, sur le site Ldh/EHESS/Cassini consulté le 22 juin 2012.
  5. « Liste des juridictions compétentes pour Esquièze-Sère », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 17 décembre 2015)
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. « Annuaire : Résultats de recherche », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 14 janvier 2019).
  11. « Église de Sère », notice no PA00095371, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 22 juin 2012.
  12. « Église d'Esquièze », notice no PA00095370, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 22 juin 2012.