Adast

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Adast
Adast
Vue du village.
Blason de Adast
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Arrondissement d'Argelès-Gazost
Canton La Vallée des Gaves
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de Saint-Savin
Maire
Mandat
Jean-Philippe Castaignede
2014-2020
Code postal 65260
Code commune 65001
Démographie
Gentilé Adastois
Population
municipale
288 hab. (2015 en augmentation de 12,06 % par rapport à 2010)
Densité 274 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 58′ 29″ nord, 0° 04′ 36″ ouest
Altitude Min. 434 m
Max. 542 m
Superficie 1,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Adast

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Adast

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Adast

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Adast

Adast est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Adastois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Adast dans les Hautes-Pyrénées
Localisation d'Adast dans le département des Hautes-Pyrénées.
65 HP 00 7001.jpg

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune de Bigorre située dans le Lavedan.
Située en amont de la Gave de Pau, juste au sud d'Argelès-Gazost, c'est une banlieue de l'unité urbaine de Pierrefitte-Nestalas, la plus petite agglomération du département.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Adast est limitrophe de quatre autres communes dont Lau-Balagnas au nord par un simple quadripoint.

Carte de la commune d'Adast et des proches communes.
Communes limitrophes d’Adast[1]
Lau-Balagnas
(par un quadripoint)
Saint-Savin Adast Beaucens
Pierrefitte-Nestalas

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Article connexe : Géologie des Pyrénées.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat des Hautes-Pyrénées.

Le tableau ci-dessous indique les valeurs normales de l'ensoleillement, des températures et des précipitations, observées par Météo-France à Ossun, où se trouve la station météorologique de référence pour le département.

Données climatiques à Adast.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,6 1,3 2,7 5,2 8,3 11,6 14,1 13,9 11,7 8 3,6 1,3 6,9
Température moyenne (°C) 5,3 6,1 7,8 10 13,3 16,7 19,3 19 17,2 13,3 8,5 5,8 11,9
Température maximale moyenne (°C) 9,9 11 12,9 14,8 18,3 21,7 24,5 24 22,6 18,6 13,4 10,4 16,8
Ensoleillement (h) 108,8 118,8 155,6 157,2 181,3 191,5 215,5 196,4 194,5 164,4 124,4 104,4 1 912,8
Précipitations (mm) 112,8 97,5 100,2 105,7 113,6 80,7 57,3 70,3 71 85,2 93 112,1 1 099,4
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale d'Ossun de 1961-1990[2].


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

L'habitat d'Adast est essentiellement constitué de maisons individuelles qui sont pour la plupart d'anciennes fermes reconverties en habitations ou d'anciennes maisons de maître.
En 2012, le nombre total de logements dans la commune est de 137[3].
Parmi ces logements, 82,4 % sont des résidences principales, 15,3 % des résidences secondaires et 2,3 % des logements vacants.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Extrait de la carte de Cassini (entre 1756 et 1789) situant Adast au sud d'Argelès-Gazost

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[4] qui rapporte les dénominations historiques du village :

Dénominations historiques :

Nom occitan : Adast.

Histoire[modifier | modifier le code]

Plusieurs récits, principalement mythologiques, existent et tournent autour du village dont principalement celui intitulé La Fée d'Adast. Il raconte l'histoire d'un jeune héritier tombé amoureux d'une fée. À son mariage avec cette dernière, elle lui fait dire un serment : il ne doit jamais prononcer un certain mot. Sinon, la fée sera ensorcelée. Mais quelques années plus tard, malgré de belles années d'amour, le jeune garçon, devenu plus âgé, sous l'effet de l'alcool et de la colère, prononça le mot contre sa femme, sans s'en rendre compte.

Cadastre napoléonien d'Adast[modifier | modifier le code]

Le plan cadastral napoléonien d'Adast est consultable sur le site des Archives départementales des Hautes-Pyrénées[5].

Monographie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1995 2001 Ferdinand Galan    
mars 2001 2014 Bernard Marquis   Réélu en 2008
mars 2014 en cours Jean-Philippe Castaignede SE Technicien

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Historique administratif[modifier | modifier le code]

Pays et sénéchaussée de Bigorre, Lavedan, Arribèra de Saint-Savin, canton de Saint-Savin (1790), puis d'Argelès (1801)[9].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Adast appartient à la communauté de communes Pyrénées Vallées des Gaves créée en janvier 2017 et qui réunit 46 communes.

Services publics[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[12].

En 2015, la commune comptait 288 habitants[Note 1], en augmentation de 12,06 % par rapport à 2010 (Hautes-Pyrénées : -0,38 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
128103125101123123130140129
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
127126120147141142142134128
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
108118112110125135133128135
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
146174200205203227244261288
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Population et société[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie de Toulouse. Elle dispose d’une école en 2017[15].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Puis au XVIIe siècle, il devient le refuge et la demeure du poète Cyprien Despourrins[17] dont la mère était Gabrielle de Miramont[18]. Le château est ensuite acheté par Bernard Abadie-Gaye habitant de Sazos (près de Luz-Saint-Sauveur). Il sera ensuite revendu par un descendant de cette famille, fils de Louise Abadie-Gaye, Célestin Carrere, en 1906.

Le château est également habité par le docteur Jean François Calot (1861-1944), chirurgien qui fait progresser la chirurgie orthopédique en préférant des traitements conservateurs aux amputations systématiques. Il fait toute sa carrière à partir de 1890 à Berck et il prend sa retraite au château de Miramont.

À la fin des années 1960, le château de Miramont est vendu par les filles de Calot au journaliste-animateur de radio télévision Jacques Chancel, originaire du village voisin d'Ayzac-Ost[19].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à deux massues de sable* passées en sautoir, liées d'argent, accompagnées de trois têtes de maure de sable*, le tout surmontant trois épées de gueules* en pal.
* Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives (enquerre maximale !).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts municipal.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Climatologie mensuelle à Tarbes », sur le site de l'association InfoClimat (consulté le 25 septembre 2016).
  3. Insee : Rapport statistique communal pour la ville d' Adast
  4. Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Conseil Général des Hautes-Pyrénées, 2000.
  5. Archives départementales des Hautes-Pyrénées : Plan cadastral d' Adast en 1826
  6. Archives départementales des Hautes-Pyrénées : Monographie d'Adast en 1887
  7. Ministère de l'Intérieur - Hautes-Pyrénées (Occitanie), « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 à Adast » (consulté le 4 novembre 2014)
  8. Ministère de l'Intérieur - Hautes-Pyrénées (Occitanie), « Résultats de l'élection présidentielle de 2017 à Adast » (consulté le 6 juillet 2017)
  9. Archives départementales des Hautes-Pyrénées
  10. « Liste des juridictions compétentes pour Adast », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 17 décembre 2015)
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  15. « Annuaire : Résultats de recherche », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 28 juin 2017).
  16. Avezac, Marie-Armand-Pascal d', Essais historiques sur le Bigorre : accompagnés de remarques critiques, de pièces justificatives, de notices chronologiques et généalogiques, Bagnères, J. M. Dossun, , 312 p. (lire en ligne) Lire en ligne
  17. Girault de Saint-Fargeau -Guide pittoresque du voyageur en France - éditeur: Didot frères, 1838 - Lire en ligne
  18. Barendeguy-Dupont - une voie des Pyrénées - 1854 - Lire en ligne
  19. Renée Mourgues, « Adast, le havre pyrénéen de Jacques Chancel », sur La République des Pyrénées,