Vier-Bordes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vier-Bordes
Vier-Bordes
Vue de Vier.
Blason de Vier-Bordes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Argelès-Gazost
Intercommunalité Communauté de communes Pyrénées Vallées des Gaves
Maire
Mandat
Pascal Collado
2020-2026
Code postal 65400
Code commune 65467
Démographie
Gentilé Vierbordésiens
Population
municipale
100 hab. (2018 en diminution de 1,96 % par rapport à 2013)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 59′ 57″ nord, 0° 03′ 19″ ouest
Altitude Min. 640 m
Max. 1 709 m
Superficie 9,39 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Argelès-Gazost
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de la Vallée des Gaves
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Vier-Bordes
Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées
Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Vier-Bordes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vier-Bordes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vier-Bordes

Vier-Bordes est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Vierbordésiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vier-Bordes dans les Hautes-Pyrénées
Localisation de Vier-Bordes dans le département des Hautes-Pyrénées.
65 HP 00 9014.jpg
65 HP 00 9015.jpg

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Vier-Bordes et des proches communes.
Communes limitrophes de Vier-Bordes[1]
Saint-Pastous
Ayros-Arbouix Vier-Bordes Gazost
Artalens-Souin Beaucens

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les ruisseaux de l'Estau, d'Aygueberden et de Couyéou de Mates, affluents en rive droite du gave de Pau, traversent la commune d'est en ouest.

Climat[modifier | modifier le code]

La commune jouit d'un climat montagnard caractérisé par des étés doux (température moyenne de 25 °C) et des périodes de beaux temps. Parfois des orages éclatent sous formes de fortes averses, imprévues et violentes. Quant aux hivers, ils sont frais ou froids avec des températures de 3 °C en moyenne, et souvent humides avec de fréquentes dépressions en provenance de l'Atlantique amenant de la pluie.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Cette commune est desservie par les routes départementales D 100 qui monte à Hautacam puis D 100c.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vier-Bordes est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Argelès-Gazost, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 19 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

La fontaine.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (79,4 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (78,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (52,2 %), forêts (27,2 %), prairies (13,6 %), zones agricoles hétérogènes (7 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2012, le nombre total de logements dans la commune est de 108[8].
Parmi ces logements, 36,9 % sont des résidences principales, 61,3 % des résidences secondaires et 1,8 % des logements vacants.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Extrait de la carte de Cassini (entre 1756 et 1789) situant Vier-Bordes à l'est d'Argelès-Gazost.

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[9] qui rapporte les dénominations historiques du village :

Vier[modifier | modifier le code]

Dénominations historiques :

Nom occitan : Bièr.

Bordes[modifier | modifier le code]

Dénominations historiques :

Nom occitan : Bòrdas.

Borde « cabane, maisonnette, métairie » est un mot d'origine germanique (francique bort « planche », d'où borda « cabane » en latin tardif), désignant d'abord la maison isolée, puis des hameaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vier-Bordes résulte de la fusion des deux communes : Vier et Bordes intervenue en 1848[10].

Cadastre napoléonien de Vier-Bordes[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie en 2017.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 1995 mars 2001 Maurice Prat    
mars 2001 mars 2008 François Villeneuve    
mars 2008 mars 2014 Véronique Marcou    
mars 2014 en cours Pascal Collado    

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Historique administratif[modifier | modifier le code]

Pays et sénéchaussée de Bigorre, Lavedan, Arribèra de Davantaygue, canton de Davantaygue (1790), Argelès (depuis 1801). Communautés distinctes Vier et Bordes sont réunies en 1848[13].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Vier-Bordes appartient à la communauté de communes Pyrénées Vallées des Gaves créée en et qui réunit 46 communes.

Services publics[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

La population a atteint un maximum en 1856 avec 219 habitants, puis a baissé périodiquement pour atteindre 53 habitants en 1975. Elle a ensuite connu une hausse jusqu'en 2018 avec 100 habitants.

Le tableau ci-dessous intègre les habitants de Bordes recensés à part avant 1848 (entre 58 et 67 habitants)[10].

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
140210205199171192218191191
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
219219210201190195199192162
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1341171181059894927564
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
6665535558748092104
2018 - - - - - - - -
100--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[17] 1975[17] 1982[17] 1990[17] 1999[17] 2006[18] 2009[19] 2013[20]
Rang de la commune dans le département 325 417 381 353 346 339 318 305
Nombre de communes du département 479 473 473 474 474 474 474 474

Population et société[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie de Toulouse. Elle ne dispose plus d'école en 2017[21].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Laurent en 2017.
La chapelle en 2017.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Parmi les nombreux enfants de Vier, on peut se souvenir de Jean-Louis Sarthedessus, qui fut longtemps maire et poète de talent, bien qu'étant un « simple petit paysan ayant seulement le certificat d'études », comme il aimait à le rappeler.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à la fasce d'argent, au chef d'or chargé d'une cloche de sable accostée de deux fleurs de lys du même.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Une croix.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 15 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Argelès-Gazost », sur insee.fr (consulté le 3 avril 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 15 avril 2021)
  8. Insee : Rapport statistique communal pour la commune de Vier-Bordes
  9. Michel Grosclaude et Jean-Francois Le Nail, intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées, Tarbes, Conseil Général des Hautes-Pyrénées, , 348 p. (ISBN 2-9514810-1-2, notice BnF no FRBNF37213307)..
  10. a et b « Notice communale de l'ancienne commune de Bordes », sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales (consulté le 13 août 2012).
  11. Archives départementales des Hautes-Pyrénées : Plan cadastral de Vier en 1826
  12. Archives départementales des Hautes-Pyrénées : Plan cadastral de Bordes en 1826
  13. Archives départementales des Hautes-Pyrénées
  14. « Liste des juridictions compétentes pour Vier-Bordes », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 17 décembre 2015)
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  18. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  19. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  20. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  21. « Annuaire : Résultats de recherche », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 28 juin 2017).