Vier-Bordes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bordes.
Vier-Bordes
Image illustrative de l'article Vier-Bordes
Blason de Vier-Bordes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Arrondissement d'Argelès-Gazost
Canton La Vallée des Gaves
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée d'Argelès-Gazost
Maire
Mandat
Pascal Collado
2014-2020
Code postal 65400
Code commune 65467
Démographie
Gentilé Vierbordésiens
Population
municipale
104 hab. (2014)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 59′ 57″ nord, 0° 03′ 19″ ouest
Altitude Min. 640 m – Max. 1 709 m
Superficie 9,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Vier-Bordes

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Vier-Bordes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vier-Bordes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vier-Bordes

Vier-Bordes est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie

Ses habitants sont appelés les Vierbordésiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

 Vier-Bordes dans les Hautes-Pyrénées
Localisation de Vier-Bordes dans le département des Hautes-Pyrénées.

Situation[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Vier-Bordes et des proches communes.
Communes limitrophes de Vier-Bordes
Saint-Pastous
Ayros-Arbouix Vier-Bordes Gazost
Artalens-Souin Beaucens

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat des Hautes-Pyrénées.

La commune jouit d'un climat montagnard caractérisé par des étés doux (température moyenne de 25 °C) et des périodes de beaux temps. Parfois des orages éclatent sous formes de fortes averses, imprévues et violentes. Quant aux hivers, ils sont frais ou froids avec des températures de 3 °C en moyenne, et souvent humides avec de fréquentes dépressions en provenance de l'Atlantique amenant de la pluie.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2012, le nombre total de logements dans la commune est de 108[1].
Parmi ces logements, 36,9 % sont des résidences principales, 61,3 % des résidences secondaires et 1,8 % des logements vacants.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Extrait de la carte de Cassini (entre 1756 et 1789) situant Vier-Bordes à l'est d'Argelès-Gazost

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[2] qui rapporte les dénominations historiques du village :

Vier[modifier | modifier le code]

Dénominations historiques :

Nom occitan : Bièr.

Bordes[modifier | modifier le code]

Dénominations historiques :

Du germanique bord (« une cabane en planches »)[réf. nécessaire].

Nom occitan : Bòrdas.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vier-Bordes résulte de la fusion des deux communes : Vier et Bordes intervenue en 1848[3].

Cadastre napoléonien de Vier-Bordes[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1995 2001 Maurice Prat    
mars 2001 2008 François Villeneuve    
mars 2008 2014 Véronique Marcou    
mars 2014 en cours Pascal Collado    

Historique administratif[modifier | modifier le code]

Pays et sénéchaussée de Bigorre, Lavedan, Arribèra de Davantaygue, canton de Davantaygue (1790), Argelès (depuis 1801). Communautés distinctes Vier et Bordes sont réunies en 1848[6].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Vier-Bordes appartient à la communauté de communes de la Vallée d'Argelès-Gazost créée en décembre 1996 et qui réunit 16 communes.

Services publics[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

La population a atteint un maximum en 1856 avec 219 habitants, puis a baissé périodiquement pour atteindre 53 habitants en 1975. Elle a ensuite connu une hausse jusqu'en 2014 avec 104 habitants.

Le tableau ci-dessous intègre les habitants de Bordes recensés à part avant 1848 (entre 58 et 67 habitants)[3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
140 210 205 199 171 192 218 191 191
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
219 219 210 201 190 195 199 192 162
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
134 117 118 105 98 94 92 75 64
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
66 65 53 55 58 74 80 92 104
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[10] 1975[10] 1982[10] 1990[10] 1999[10] 2006[11] 2009[12] 2013[13]
Rang de la commune dans le département 325 417 381 353 346 339 318 305
Nombre de communes du département 479 473 473 474 474 474 474 474

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Parmi les nombreux enfants de Vier, on peut se souvenir de Jean-Louis Sarthedessus, qui fut longtemps maire et poète de talent, bien qu'étant un « simple petit paysan ayant seulement le certificat d'études », comme il aimait à le rappeler.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à la fasce d'argent, au chef d'or chargé d'une cloche de sable accostée de deux fleurs de lys du même.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Insee : Rapport statistique communal pour la commune de Vier-Bordes
  2. Michel Grosclaude et Jean-Francois Le Nail, intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées, Tarbes, Conseil Général des Hautes-Pyrénées, , 348 p. (ISBN 2-9514810-1-2).
  3. a et b « Notice communale de l'ancienne commune de Bordes », sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales (consulté le 13 août 2012)
  4. Archives départementales des Hautes-Pyrénées : Plan cadastral de Vier en 1826
  5. Archives départementales des Hautes-Pyrénées : Plan cadastral de Bordes en 1826
  6. Archives départementales des Hautes-Pyrénées
  7. « Liste des juridictions compétentes pour Vier-Bordes », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 17 décembre 2015)
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  11. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  12. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  13. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)