Nicolas Dupont-Aignan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nicolas Dupont-Aignan
Illustration.
Nicolas Dupont-Aignan en 2019.
Fonctions
Président de Debout la France[a]
En fonction depuis le
(12 ans, 11 mois et 1 jour)
Prédécesseur Parti créé[b]
Député français
En fonction depuis le
(24 ans, 4 mois et 11 jours)
Élection 1er juin 1997
Réélection 16 juin 2002
17 juin 2007
17 juin 2012
18 juin 2017
Circonscription 8e de l'Essonne
Législature XIe, XIIe, XIIIe, XIVe et XVe (Cinquième République)
Groupe politique RPR (1997-1999)
NI (1999-2002)
UMP (2002-2007)
NI (depuis 2007)
Prédécesseur Michel Berson
Maire d'Yerres

(22 ans et 28 jours)
Prédécesseur Marc Lucas
Successeur Olivier Clodong
Président de la communauté d'agglomération Val d'Yerres Val de Seine

(1 an, 4 mois et 16 jours)
Prédécesseur Fonction créée
Successeur François Durovray
Président de la communauté d'agglomération du Val d'Yerres

(13 ans, 9 mois et 9 jours)
Prédécesseur Fonction créée
Successeur Fonction supprimée
Biographie
Nom de naissance Nicolas Dupont
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissance Paris (Seine)
Nationalité Française
Parti politique RPR (1976-1999)
RPF (1999-2000)
UMP (2002-2007)
DLR/DLF (depuis 2008)
Diplômé de IEP de Paris
Université Paris-Dauphine
ENA
Profession administrateur civil
Religion Agnostique chrétien[1],[2],[3]

Nicolas Dupont-Aignan Écouter, né le à Paris 15e, est un homme politique français.

Énarque, il est successivement membre du Rassemblement pour la République (RPR), du Rassemblement pour la France (RPF) et de l'Union pour un mouvement populaire (UMP), avant de fonder en parallèle et de prendre la présidence de Debout la France (DLF) — anciennement Debout la République (DLR) —, courant politique qu’il transforme en un parti se réclamant du gaullisme et du souverainisme.

Il est maire d'Yerres (Essonne) de 1995 à 2017 et député de l’Essonne depuis 1997.

Candidat aux élections présidentielles de 2012 et de 2017, il recueille respectivement 1,79 % et 4,70 % des suffrages exprimés. Dans l’entre-deux-tours de l'élection de 2017, il conclut une alliance de gouvernement avec Marine Le Pen, qui devient caduque après l'élection d'Emmanuel Macron. Tête de liste DLF, il se présente sans succès aux élections européennes de 2019.

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Né Nicolas Dupont, c'est à partir de la classe préparatoire qu'il est connu sous le nom « Dupont-Aignan », devenu son nom d'usage, par adjonction du patronyme de sa mère[4], dont la famille de vignerons vient de Châlons-en-Champagne.

Nicolas Dupont-Aignan est le petit-fils d'un aviateur[c] de la Première Guerre mondiale. Il est le fils de Jean-Louis Dupont, courtier en vin, chasseur alpin qui participe à la bataille de Narvik, prisonnier en Allemagne puis évadé durant la Seconde Guerre mondiale[5], et de Colette Aignan, morte le , à l'âge de 96 ans, de la maladie d'Alzheimer[6],[7].

Il est le benjamin d'une fratrie de trois enfants.

Il est l'époux de Valérie Vecchierini, avocate, avec qui il a eu deux filles, Victoire et Sixtine[8]. Son épouse est son assistante parlementaire à partir de 1997 ; elle quitte son emploi début 2018 en raison de l'entrée en vigueur de la loi pour « la confiance dans la vie politique » interdisant les emplois familiaux au Parlement. Elle est ensuite embauchée comme directrice par la mairie de Yerres, dont son mari est l'ancien maire, ce qui suscite un soupçon de favoritisme[9], que la préfecture de l'Essonne rejette implicitement[10].

Il est diplômé, en 1982, de l’Institut d'études politiques de Paris (section « service public ») et devient, en 1984, licencié en droit[11]. En 1985, il obtient un diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) en gestion de l'entreprise et marché financier à l'université Paris-Dauphine[11].

De 1987 à 1989, il est élève de l'École nationale d'administration (promotion Liberté-Égalité-Fraternité)[11].

Carrière civile et cabinets ministériels[modifier | modifier le code]

Il commence sa carrière professionnelle en tant qu'administrateur civil avant d'être adjoint au chef de bureau des élections à la direction générale de l'administration du ministère de l'Intérieur en 1988-1989. En 1990, il est nommé chef de cabinet du préfet de la région Île-de-France (Olivier Philip), avec rang de sous-préfet.

De 1992 à 1993, il est directeur adjoint du cabinet du préfet de la région Île-de-France Christian Sautter, puis chef de cabinet, puis conseiller technique du ministre de l'Éducation nationale François Bayrou (1993-1994), avant d'être nommé conseiller technique pour l'emploi, l'écologie urbaine et le bruit, au sein du cabinet du ministre de l'Environnement Michel Barnier de 1994 à 1995.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

En 2013, Nicolas Dupont-Aignan a déclaré que son patrimoine est constitué d'une maison à Yerres achetée 130 000 , d'un appartement à Paris acheté 420 000  et qu'il ne possédait aucune valeur mobilière ni assurance-vie[12].

Il déclare, lors de la campagne présidentielle de 2017, un patrimoine supérieur à deux millions d'euros, composé de sept biens immobiliers, tous acquis avant 2013[13].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Nicolas Dupont-Aignan en 2014.

Débuts[modifier | modifier le code]

À partir de ses 13 ans, Nicolas Dupont-Aignan est un fervent partisan du candidat du gaullisme social Jacques Chaban-Delmas, collant des affiches pour le candidat lors de la présidentielle de 1974[réf. nécessaire]. Il est ensuite membre du Rassemblement pour la République (RPR).

Le journaliste Franck Johannès indique qu'il a été proche des clubs Convaincre de Michel Rocard et qu'il aurait envisagé de solliciter le soutien de Jacques Guyard, maire socialiste d'Évry, pour être candidat à Corbeil-Essonnes[14].

Avant l'échec d'Édouard Balladur à l'élection présidentielle de 1995, il entre au cabinet de Michel Barnier, ministre de l'Environnement en . Toutefois, à la différence de son dirigeant, il choisit de ne soutenir aucun des deux candidats issus du RPR.

Invoquant sa période passée, dans les années 1990, auprès de personnalités europhiles telles que François Bayrou puis Michel Barnier, Le Parisien indique : « l’engagement gaulliste [de Nicolas Dupont-Aignan] n’est donc assuré, ou assumé, qu’à partir de 1997, date de la fondation du RPF, le parti de Charles Pasqua et Philippe Séguin[15] ».

Il est désigné directeur des études au sein du RPR par son président, Alain Juppé, en [réf. nécessaire].

En février 1998, le nouveau président du RPR, Philippe Séguin, dont il s'était rapproché dès avant la dissolution de l'Assemblée nationale l'année précédente, le nomme secrétaire aux fédérations. En , après s'être prononcé contre la ratification du traité d'Amsterdam, il est remplacé dans ses fonctions de secrétaire aux fédérations, et amorce un rapprochement avec les souverainistes, notamment Charles Pasqua.

Le , il fonde le groupe Debout la République, au sein du RPR, et, pour les élections européennes du 13 juin 1999, appelle à voter pour la liste dite souverainiste conduite par Charles Pasqua et Philippe de Villiers. Il quitte alors le RPR, le 15 juin, pour devenir dans la foulée le secrétaire général adjoint du Rassemblement pour la France (RPF), nouvelle formation lancée par Charles Pasqua, dans laquelle il est plus particulièrement chargé des fédérations. Toutefois, avant la rupture entre Charles Pasqua et Philippe de Villiers il choisit de démissionner du RPF en .

S'ensuit une période de rapprochement d'abord avec Philippe Séguin (à cette époque candidat à la succession de Jean Tiberi, maire de Paris, puis, à l'automne 2001, avec Jean-Pierre Chevènement, alors qualifié de troisième homme par certains médias français, dans la perspective de l'élection présidentielle de 2002. Il publie même, avec ce dernier, dans les colonnes du Figaro, le , une tribune libre intitulée La République est morte, vive la République[16].

La victoire du président sortant, Jacques Chirac, face à Jean-Marie Le Pen, lors de la présidentielle de 2002, le voit revenir dans l'orbite de la majorité présidentielle. Il est réélu député de la huitième circonscription de l'Essonne dès le premier tour dés législatives de 2002.

Implantation dans l'Essonne[modifier | modifier le code]

Lors des élections municipales de 1995 à Yerres, la liste RPR l'emporte avec le soutien de l’Union pour la démocratie française (UDF) et de Génération écologie[15], avec 51,85 % des suffrages, contre la liste conduite par le maire sortant socialiste et trois autres listes. Nicolas Dupont-Aignan est élu maire par le conseil municipal de la ville.

Il prend alors les rênes d'une ville surendettée qui risquait d'être placée sous tutelle du préfet[17]. Au début des années 1990, la ville d'Yerres a fait la une de l'actualité pour le Triton[18], un centre aquatique qui a fermé quelques mois après son ouverture et qui a laissé à la ville une dette de 20 millions d'euros.

Nicolas Dupont-Aignan redresse les finances de la ville en renégociant notamment les intérêts de la dette auprès des banques, et fait chuter l'endettement de 45 à 34 millions d'euros[19]. Il annule les projets immobiliers de ses prédécesseurs et lance une promenade le long des berges de l'Yerres[20].

Malgré la défaite de la majorité présidentielle aux élections législatives de 1997, il est élu député de l'Essonne.

En 2008, il est réélu maire d'Yerres, sa liste ayant recueilli 79,70 % des voix au premier tour, ce qui fait de lui l'un des maires les mieux élus de France[21],[22]. Il est réélu député de la 8e circonscription de l'Essonne avec 61,39 % des suffrages au second tour face à la candidate socialiste lors des élections législatives de 2012.

Engagements à l'UMP[modifier | modifier le code]

Nicolas Dupont-Aignan adhère à l'Union pour la majorité présidentielle (UMP) lors de sa création en 2002. Au congrès constitutif de la formation, qui est renommée à cette occasion « Union pour un mouvement populaire », il se porte candidat à sa présidence : il obtient un score jugé honorable avec 14,9 %, derrière les 79,4 % d’Alain Juppé, mais loin devant Rachid Kaci, Brigitte Freytag et Mourad Ghazli[23]. Il brigue à nouveau la tête de l'UMP au congrès de 2004, obtenant 9,1 % des suffrages exprimés face à Nicolas Sarkozy (85,1 %) et Christine Boutin (5,8 %)[24].

En 2005, avec Philippe de Villiers, il est le principal tenant à droite du « non » au référendum français sur le traité établissant une constitution pour l'Europe[25],[26]. Il s'oppose également au contrat première embauche (CPE) et à la privatisation de Gaz de France[27],[28].

Après avoir annoncé sa candidature à l'élection présidentielle de 2007 en , il doit renoncer faute d'avoir pu rassembler les 500 signatures d'élus nécessaires[29]. Malgré des différends avec Nicolas Sarkozy, il appelle à voter pour lui au second tour de l'élection présidentielle, un choix qu'il dira par la suite regretter[30].

Transformation de Debout la République en parti[modifier | modifier le code]

En désaccord avec Nicolas Sarkozy[pourquoi ?], Nicolas Dupont-Aignan annonce son départ de l'UMP le [31].

Le , Nicolas Dupont-Aignan est réélu dans la huitième circonscription de l'Essonne au premier tour des élections législatives, avec 57,38 % des suffrages exprimés, face à neuf autres candidats, dont aucun UMP. À l’Assemblée nationale, il décide de siéger à nouveau sur les bancs des non-inscrits.

À partir du 9 septembre 2007, Debout la République ne se situe plus dans la majorité présidentielle[32]. En effet, en raison de désaccords avec la politique menée par le président Nicolas Sarkozy (traité simplifié, paquet fiscal, politique étrangère pro-américaine), Nicolas Dupont-Aignan a décidé de rompre les derniers liens de son mouvement avec l'UMP[33]. Il va même jusqu'à voter la motion de censure déposée par le groupe socialiste de l'Assemblée nationale le 8 avril 2008[34].

Il crée le 23 novembre 2008 le parti politique Debout la République, avec pour ambition de concurrencer les deux partis gouvernementaux, l'UMP et le PS, qu'il estime être en réalité sur la même ligne politique même s'ils « feignent de s'opposer »[35]. Le parti prône une vision « gaulliste » et « républicaine ».

Debout la République présente des listes dans toute la France aux élections européennes de 2019. Le député gaulliste est lui-même troisième sur la liste DLR de la circonscription d'Île-de-France. Debout la République obtient 2,04 % en métropole.

Nicolas Dupont-Aignan est tête de liste de DLR lors des élections régionales de 2010 en Île-de-France : celle-ci recueille 4,15 % des suffrages au soir du premier tour, devançant notamment les listes du MoDem et du NPA.

Élection présidentielle de 2012[modifier | modifier le code]

Dépôt des parrainages de Nicolas Dupont-Aignan au Conseil constitutionnel en 2012.

Le , Nicolas Dupont-Aignan annonce qu'il est candidat à l'élection présidentielle de 2012, pendant le congrès annuel de son parti Debout la République[36], se présentant comme le candidat de la sortie de l'euro[37] monnaie unique, et pour un retour au franc mais qui serait intégré au sein d'un euro transformé en monnaie commune. Afin d'illustrer son combat contre l'euro, il tient un faux billet géant de 10  après l'avoir pointé comme la cause de la « misère », des « délocalisations », du « chômage » et de la « pauvreté »[38]. Il parvient à obtenir 708 signatures en , dépassant ainsi les 500 nécessaires pour être candidat à l'élection présidentielle.

Vœux de Nicolas Dupont-Aignan à la presse ().

Totalisant 643 907 voix au premier tour[39], soit 1,79 % des suffrages exprimés, Nicolas Dupont-Aignan termine septième de cette élection présidentielle. Il arrive en tête à Yerres, dont il est maire (24,88 %)[40]. Il ne donne pas de consigne de vote en vue du second tour[41].

Élection présidentielle de 2017[modifier | modifier le code]

Nicolas Dupont-Aignan annonce sa candidature à l'élection présidentielle de 2017 le 15 mars 2016 sur TF1[42]. Il est alors crédité de 3 à 6 % d'intentions de vote dans les sondages[43]. Dès le 7 mars 2017, il obtient les 500 parrainages des grands élus français afin d'être officiellement candidat à la présidence de la République[44]. Le 8 mars 2017, il sort Mon agenda de président, 100 jours pour tout changer, dans lequel il présente son projet présidentiel[45].

Critiquant les « médias détenus par des puissances d'argent », il déclare au sujet d'Emmanuel Macron : « Est-ce que vous croyez que M. Macron aurait eu toutes ces couvertures de magazine pendant des mois s'il ne servait pas des intérêts ? Tous les Français ont compris qu'il y avait un candidat chouchou »[46],[47]. À trois jours du premier tour, il affirme avoir reçu des SMS de pression[d] de la part de Serge Dassault, actionnaire du Figaro, pour qu'il renonce à sa candidature au profit de François Fillon[48],[49]. Alors que l'échange de SMS entre les deux hommes n'a pas été démenti[50],[e], la société des journalistes du Figaro publie un communiqué affirmant qu'aucune instruction n'a été donnée de « censurer » Nicolas Dupont-Aignan[51].

Il publie une pétition pour réclamer que trois débats télévisés soient organisés avant le premier tour, le 22 avril[52]. Invité le 18 mars 2017 au journal de 20 heures de TF1, il dénonce le manque de démocratie dont fait preuve la chaîne car sur les onze candidats à l'élection présidentielle, seuls cinq ont été invités au débat organisé le 20 mars 2017. En geste de protestation, il décide de quitter le plateau prématurément et donne deux jours à la chaîne pour inviter tous les candidats[53].

Le 23 avril 2017, il arrive à la sixième place (sur onze candidats), en obtenant 1 695 000 voix, soit 4,70 % des suffrages[54]. Il échoue donc de peu à obtenir les 5 % lui permettant de se voir rembourser ses frais de campagne[55]. Il arrive en tête dans sa commune de Yerres, où il réunit 28,62 % des suffrages[56].

Nicolas Dupont-Aignan en 2017.

Invité au Journal de 20 heures de France 2 du 28 avril 2017, il annonce qu'il soutient Marine Le Pen et qu'il fera « campagne avec elle sur un projet de gouvernement élargi »[57]. Le lendemain, lors d'une conférence de presse commune avec lui, Marine Le Pen annonce que si elle est élue elle fera de Nicolas Dupont-Aignan son Premier ministre[58]. Il rompt ainsi avec le principe du front républicain[59],[60],[61].

Des manifestations contre cette alliance entre Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen réunissent à Yerres entre 300 et 500 personnes[62],[63],[64]. Une partie de la classe politique se fait par ailleurs très critique sur ce ralliement, Dominique Bussereau le qualifiant de « pétainiste » et Xavier Bertrand le comparant à Pierre Laval[65],[66],[67]. Olivier Clodong, directeur de campagne de Nicolas Dupont-Aignan et son « bras droit » depuis dix ans, quitte ses responsabilités au sein de Debout la France, mais réfute l'argument que ce ralliement soit motivé par une raison financière[68]. Dominique Jamet, vice-président du parti, démissionne. Sur 100 secrétaires départementaux de DLF, cinq font connaître leur opposition au choix de Nicolas Dupont-Aignan[69], qui est alors situé à l'extrême droite par Europe 1[70],[71].

Alors que Marine Le Pen échoue au second tour, les sondages indiquent que 30 % à 36 % de ses électeurs du premier tour ont voté pour Marine Le Pen, contre 27 % à 37 % pour Emmanuel Macron[72],[73]. À Yerres, Marine Le Pen recueille 31,5 % des voix, soit un score trois fois supérieur à celui du premier tour[72],[74].

Il est réélu député au second tour, le 18 juin 2017, avec 52,05 % des suffrages, face au candidat La République en marche ![75]. À l'Assemblée nationale, il est membre de la commission des Affaires étrangères. En raison de la nouvelle réglementation sur le cumul des mandats, il cède ses fonctions de maire et de président de communauté d'agglomération, mais reste conseiller municipal d'Yerres[76].

Échec aux élections européennes de 2019[modifier | modifier le code]

Après les législatives de 2017, Nicolas Dupont-Aignan annonce ne vouloir faire alliance qu'« avec une partie du FN, sans les défauts et les excès du FN »[77]. En , il lance une plateforme participative, Les Amoureux de la France (LAF), pour élaborer un « programme de gouvernement commun futur » de la droite[78],[79]. Selon Le Figaro, il est la cinquième personnalité la plus invitée dans les matinales entre et , avec trente-trois passages[80],[81].

En vue des élections européennes de 2019, il refuse de faire liste commune avec le parti du Marine Le Pen, qui le lui proposait, et appelle à une alliance avec le FN et LR[82],[83],[84] ; mais Laurent Wauquiez, président des Républicains, refuse l’offre[85]. À quelques mois des européennes, des tensions apparaissent au sein des Amoureux de la France. Tête de liste, Nicolas Dupont-Aignan écarte Emmanuelle Gave en raison de tweets polémiques, ainsi que son père, l’homme d’affaires Charles Gave, qui finançait sa campagne[86]. Ayant des difficultés à constituer sa liste, qui ne comprend finalement pas de représentant du Parti chrétien-démocrate comme initialement annoncé, le président de DLF est critiqué en interne pour sa stratégie et ses coups d’éclat médiatiques[87].

Donnée à 8 % à la fin de l’année 2018, juste derrière LR[88],[89], la liste « Le courage de défendre les Français avec Nicolas Dupont-Aignan » voit les intentions de vote en sa faveur passer sous les 5 % en [88]. Elle n'obtient finalement aucun siège, avec un score de 3,5 % des suffrages exprimés[90].

Projet de candidature présidentielle en 2022[modifier | modifier le code]

Le 26 septembre 2020, Nicolas Dupont-Aignan annonce au Journal de 20 heures de TF1 sa candidature à l'élection présidentielle de 2022. Il dit vouloir éviter un nouveau duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen[91].

Aux élections régionales de 2021, il se rapproche des Républicains, s’alliant avec leur tête de liste en Bourgogne-Franche Comté dès le premier tour et appelant à voter pour Valérie Pécresse au second tour en Île-de-France. Ancien proche de Nicolas Dupont-Aignan, Maxime Thiébaut confie qu’il espère ainsi bénéficier de l’appui de LR pour sauver sa circonscription de l'Essonne en 2022, alors qu’il a failli la perdre en 2017 après son accord avec Marine Le Pen[92].

En , Nicolas Dupont-Aignan tombe à 2 % d'intentions de vote (contre 4 à 6 % auparavant) au premier tour de l’élection présidentielle, pâtissant d’une possible candidature d’Éric Zemmour et d'une vague de départs de militants de son parti qui lui reprochent sa posture solitaire[92].

Prises de position et idées politiques[modifier | modifier le code]

Ligne gaulliste et souverainiste[modifier | modifier le code]

Nicolas Dupont-Aignan sur la tombe de Charles de Gaulle le 9 novembre 2014 (Colombey-les-Deux-Églises).

Nicolas Dupont-Aignan se déclare gaulliste, républicain, souverainiste, attaché à l'État-nation[93].

Critique de l’immigration[modifier | modifier le code]

Face à l'afflux de migrants fin 2015, il souhaite un référendum d'initiative populaire afin que les Français se prononcent pour un rétablissement des frontières face à Schengen[94].

Durant sa campagne présidentielle de 2017, en s'appuyant sur les statistiques démographiques publiées par l'Insee pour l'année 2016 en France et « des écrits de la Commission européenne », il évoque « l'amorce d'un remplacement »[95],[96],[97].

Justice et sécurité[modifier | modifier le code]

Nicolas Dupont-Aignan propose dans son programme présidentiel de 2012 de construire, dans les casernes désaffectées, quelque 20 000 places de prison, d’instaurer la « perpétuité réelle » ou encore de supprimer les remises de peines automatiques[98].

En 2014, face au terrorisme, il propose de rouvrir le bagne de Cayenne pour les djihadistes français[99].

Libertés publiques[modifier | modifier le code]

Durant la pandémie de Covid-19 en France, il dénonce certaines mesures de restrictions des libertés décidées par le gouvernement. Avec notamment Florian Philippot, il manifeste à l’été 2021 contre l’instauration du passe sanitaire et l’obligation vaccinale, appelant au respect des libertés individuelles et dénonçant une « dictature sanitaire »[100].

Sujets sociétaux[modifier | modifier le code]

Nicolas Dupont-Aignan défend « l'union civile » pour les couples homosexuels[101] et apporte son soutien à l’action de La Manif pour tous, qui est opposée au mariage homosexuel, à l’extension de la procréation médicalement assistée (PMA) et à la légalisation de la gestation pour autrui (GPA)[102],[103]. Sur l'euthanasie, il juge dangereux de modifier la loi Leonetti de 2005, qui est selon lui déjà « un grand progrès », s'opposant à toute aide médicale pour la fin de vie au profit d'un développement des soins palliatifs[104],[105].

Concernant le droit des femmes, il propose l’interdiction du hidjab dans des lieux comme les universités, la mise en place de peines plancher « d'une implacable sévérité envers les auteurs de violences » envers les femmes (qu'elles soient conjugales ou non), ainsi que le renforcement des campagnes d’information sur la contraception réalisées par le planning familial[106].

Environnement et agriculture[modifier | modifier le code]

Parmi ses propositions lors de l'élection présidentielle de 2017, Nicolas Dupont-Aignan veut interdire les OGM sans en interdire la recherche. Il souhaite aussi déposer un projet de loi reconnaissant la sensibilité des animaux dans le Code pénal[107].

Politique culturelle[modifier | modifier le code]

En 2009, Nicolas Dupont-Aignan prend parti contre la loi Hadopi. Au même moment, avant les élections européennes, il publie son Petit livre mauve[108] aux éditions in Libro Veritas mais aussi en libre circulation sur Internet. Ainsi, le 11 mars 2009, il défend à l'Assemblée nationale la licence globale[109], jugeant internet comme « un formidable moyen de diffusion de la culture » qui « change la démocratie dans le bon sens »[110]. Il souhaite développer le haut débit sur tout le territoire[107].

Union européenne[modifier | modifier le code]

Nicolas Dupont-Aignan et son allié britannique Nigel Farage en 2013.

Nicolas Dupont-Aignan critique l'euro et les institutions européennes (Commission européenne et BCE notamment), qu'il qualifie de « technocratiques »[93]. Il indique cependant qu'il n'est « pas favorable au Frexit, du moins dans l'immédiat », préférant essayer d'abord de « réorienter la construction européenne »[111].

En mai 2014, pour dénoncer le manque de contrôle aux frontières, il fait passer de l'Italie vers la France une Kalachnikov dans un coffre de voiture pour réclamer un rétablissement des contrôles douaniers[112].

Affaires étrangères[modifier | modifier le code]

Nicolas Dupont-Aignan demande la sortie de la France du commandement intégré de l'OTAN[113]. Il demande un soutien particulier à l'Afrique en défendant la protection de l'économie africaine contre la concurrence mondiale afin de lui permettre d'atteindre l'autosuffisance alimentaire et de développer une économie résidentielle en dehors de la simple exploitation de ses ressources naturelles[114].

Après la mort du président vénézuélien Hugo Chávez en 2013, il déclare : « Ce soir, un lourd silence s'étend depuis le cœur du Venezuela. Une des grandes voix du monde libre s'est éteinte »[115]. Lors des élections législatives grecques de janvier 2015, il soutient les Grecs indépendants tout en présentant SYRIZA comme étant une force de « gauche de bon sens »[116].

Il soutient le régime syrien dans le cadre de la guerre civile syrienne et déclare que Bachar el-Assad est « le seul président légitime en Syrie »[117],[118]. Contre l'État islamique, il demande d'« arrêter de combattre Bachar el-Assad »[119].

Dans son programme présidentiel de 2017, il propose de « sortir unilatéralement du régime de sanctions contre la Russie »[120]. Jean-Yves Camus relève que dans le contexte de la guerre du Donbass, « il fut l’un des rares politiques français à préconiser « une Ukraine à la fois neutre (c'est-à-dire définitivement hors de l'OTAN) et fédérale », ainsi que la transformation de l’Union européenne en « projet d'Europe de coopérations à la carte de l'Atlantique à l'Oural »[120].

En vue de l'élection présidentielle américaine de 2020, il indique qu'il voterait pour le président sortant Donald Trump s'il était américain, jugeant son bilan « positif » en raison de sa « lucidité dans la guerre commerciale contre la Chine », de sa politique de « réindustrialisation » et de ses mesures protectionnistes, mais « sans enthousiasme » en raison des « maladresses » et des « excès » du président américain[121].

En 2014, il soutient un vote à l'Assemblée nationale pour reconnaître un État palestinien ; il se prononce aussi pour la reconnaissance unilatérale par Paris et par anticipation de l’État palestinien[122]. The Times of Israel met en cause un double discours de sa part au sujet d'Israël et du conflit israélo-palestinien : « Quand il s’exprime à Yerres devant un parterre d’électeurs Loubavitch, il proclame son amour pour Israël et son souci pour la sécurité du pays. Pourtant, il a tenu à plusieurs reprises des propos douteux, frisant l’antisémitisme, sur la question proche-orientale »[122]. Durant la guerre de Gaza de 2014, il condamne les actions « disproportionnées » d’Israël pendant l’opération militaire et appelle François Hollande à obliger Israël, avec le concours des Nations unies, à « se retirer des territoires qu’il occupe » ; il estime que « certains dirigeants israéliens et palestiniens sont co-responsables du [conflit] »[122].

Il est reçu en décembre 2020 par le président brésilien Jair Bolsonaro, puis s'entretient avec son fils Eduardo Bolsonaro, et enfin avec le ministre des Affaires étrangères Ernesto Araújo. Il explique au sujet de ces entretiens faire son « devoir de patriote » en « réchauffant les relations franco-brésiliennes »[123].

Stratégies électorales et affiliations[modifier | modifier le code]

Soutien à des personnalités de bords différents[modifier | modifier le code]

Nicolas Dupont-Aignan et Jean-Pierre Chevènement aux universités d'été de DLF (2015).

Nicolas Dupont-Aignan se dit ouvert à des alliances aussi bien avec la droite qu’avec la gauche. Ainsi, il soutient des candidatures portées par la Ligue du Sud aux élections départementales de 2015 en Vaucluse[124] et dans les Alpes de Haute Provence[125], et présente aussi des candidatures communes avec le Mouvement républicain et citoyen ou encore le Mouvement pour la France. Il entend constituer une alliance gouvernementale souverainiste d'ouverture à des personnes telles que François Delapierre, Henri Guaino, Arnaud Montebourg, Florian Philippot, Jean-Pierre Chevènement, Philippe de Villiers[126],[127]. Il apporte son soutien à Robert Ménard pour sa candidature à la mairie de Béziers en 2014[128], mais prend ensuite ses distances en présentant des candidats face à lui aux élections départementales de 2015 dans l'Hérault[129],[130]. En 2015, il se dit prêt à une alliance avec le Front de gauche « si c’est pour sauver la France et si c’est sur un programme intelligent de création de richesses »[131].

Il entretient de bonnes relations avec des membres de son ancien parti l'UMP comme Henri Guaino, Jacques Myard, Lionnel Luca, Rachida Dati, Laurent Wauquiez, les appelant à le rejoindre[132]. Il joue de ses relations pour faire élire à la présidence du conseil départemental de l'Essonne François Durovray, son ancien directeur de cabinet au sein de la mairie d'Yerres[133],[134].

Relations et alliance avec le Front national[modifier | modifier le code]

En 2012, il indique vouloir dialoguer avec le Front national[135] et n'exclut pas de gouverner avec lui s'il se débarrasse de son arrière-boutique « xénophobe et raciste »[136]. Il déclare alors que Marine Le Pen pourrait être son Premier ministre[137]. À la suite de ces déclarations, Laurent Pinsolle annonce qu’il démissionne de son poste de porte-parole de Debout la République, tout en restant au parti[138].

Nicolas Dupont-Aignan accompagné de Philippe Olivier (ex-FN) et d'Eugène-Henri Moré (ex-PCF).

Jugeant Marine Le Pen moins extrémiste que son père mais « prisonnière » d'un cadre idéologique hérité de ce dernier, il refuse alors toute alliance avec le Front national ou le Rassemblement bleu Marine au motif que le parti a gardé une tendance peu compatible avec sa ligne gaulliste et républicaine[139]. En outre, il juge que Marine Le Pen garde un discours facteur de divisions entre Français et, bien qu'ayant de fortes similitudes sur les questions socio-économiques avec elle, trouve son programme en la matière trop « étatiste »[140]. Dupont-Aignan reproche à l'« UMPS » de se servir du FN pour se maintenir au pouvoir et utilise le slogan « Ni système, ni extrêmes » pour les élections européennes 2014. Cependant, il n'exclut pas un rapprochement à terme avec un Front national plus modéré[139].

Le 29 avril 2017, pendant l'entre-deux tours de l'élection présidentielle, il conclut un accord de gouvernement avec Marine Le Pen[141] où il parvient à faire inscrire des propositions de son programme[142].

En octobre 2017, il lance la plateforme « Les Amoureux de la France », qui vise à encourager l'union des droites, aux côtés notamment de Jean-Frédéric Poisson, Emmanuelle Ménard, Julien Rochedy, Nicolas Dhuicq[143]. Il se rapproche par la suite des Républicains (LR)[92].

Au niveau européen[modifier | modifier le code]

Nicolas Dupont-Aignan est l'allié de UKIP de Nigel Farage au Royaume-Uni, du Mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo en Italie et des Grecs indépendants du ministre de la Défense Pános Kamménos en Grèce[144]. En mai 2013, son parti tient un meeting sur l'Europe regroupant des personnalités eurosceptiques (Nigel Farage, Timo Soini, Slavi Binev) issus : de l'UKIP, des Vrais Finlandais, de l'Union nationale Attaque[145]. Avant les élections européennes de 2019, il annonce rejoindre les Conservateurs et réformistes européens[146].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Nicolas Dupont-Aignan interrogé à l'Élysée (2014).

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

  • Maire :
    • [147] -  : maire d'Yerres (Essonne), la liste RPR l'ayant emporté dès le premier tour, avec 51,85 % des suffrages ;
    • -  : maire d'Yerres (sa liste l'emporte au premier tour, avec 76,15 % des voix exprimées) ;
    • -  : maire d'Yerres (sa liste l'emporte au premier tour, avec 79,70 % des voix exprimées) ;
    • [148],[149] - [150] : maire d'Yerres (sa liste l'emporte au premier tour, avec 77,14 % des voix exprimées).
    • depuis le  : conseiller municipal d'Yerres

Mandats parlementaires[modifier | modifier le code]

  • Député (Assemblée nationale) :
    • Du au  : député RPR (élu dans la 8e circonscription de l'Essonne avec 50,09 % des voix au second tour) ;
    • Du au  : député UMP (réélu dans la 8e circonscription de l'Essonne au premier tour, avec 54,34 % des voix, face à 14 autres candidats)[154] ;
    • Du au  : député DLR (réélu dans la 8e circonscription de l'Essonne au premier tour[155], avec 57,38 % des voix) ;
    • Du  : député DLR (réélu au second tour dans la 8e circonscription de l'Essonne[156], avec 61,39 % des voix) ;
    • Depuis le  : député DLF (réélu dans l'Essonne au second tour[157], avec 52,05% des voix).

Publications[modifier | modifier le code]

Séance de dédicaces au Salon du livre le 17 mars 2012.

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

En 2016, le roman de politique-fiction de Michel Wieviorka, Le Séisme. Marine Le Pen présidente — qui fait gagner l'élection présidentielle de 2017 par Mme Le Pen — fait de Dupont-Aignan un ministre de la Défense[158].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Président de Debout la République jusqu'au .
  2. Lui-même, chef du courant au sein de l'UMP.
  3. Lieutenant André-Georges Aignan, ingénieur, né à Châlons-en-Champagne en 1888 et décédé à Neuilly-sur-Seine en 1974 (registre matricule de l'arrondissement de Fontainebleau (Seine-et-Marne), classe 1908, no 980).
  4. Dans un SMS, Serge Dassault lui aurait écrit : « Le boycott de mon journal n'est que la conséquence de ton attitude contre Fillon », et dans un autre SMS: « Si tu changes d'avis, il n'y aura plus de censure je te le promets »
  5. Lorsque le journal Libération tente de joindre le directeur de la rédaction du Figaro, Alexis Brézet, ce dernier ne répond pas aux sollicitations. Puis Alexis Brézet s'exprime auprès de l'AFP, déclarant que le journal avait « accordé une large place à M. Dupont-Aignan dans de nombreux articles, interviews et reportages, dont 15 qui lui étaient entièrement consacrés, y compris une tribune cette semaine ». Cf. Closermag.fr, « Le Figaro répond à Nicolas Dupont-Aignan après qu'il ait [sic] dévoilé des sms de "pression" », Closermag.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. La communauté d'agglomération du Val d'Yerres fusionne avec la communauté d'agglomération Sénart Val de Seine pour former, le , la communauté d'agglomération Val d'Yerres Val de Seine.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Gorce, « La jeunesse très catholique des candidats à la présidentielle », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  2. « Portrait – Nicolas Dupont-Aignan : foi de patriote », sur www.famillechretienne.fr (consulté le )
  3. « Les candidats évoquent leur rapport personnel à la religion », sur RTL.fr, (consulté le ).
  4. « Comment Nicolas Dupont est devenu Nicolas Dupont-Aignan », sur LCI, (consulté le ).
  5. « Nicolas Dupont-Aignan », sur Huffington Post (consulté le )
  6. « Nicolas Dupont-Aignan : sa mère, atteinte d’Alzheimer, vient de mourir - Gala », sur gala.fr, (consulté le )
  7. « Nicolas Dupont-Aignan en deuil », sur lepoint.fr, (consulté le )
  8. Virginie Le Guay, « Nicolas Dupont-Aignan, toujours debout », Paris Match, semaine du 26 avril au 2 mai 2018, p. 28.
  9. Sophie Levy-Ayoun, « Nicolas Dupont-Aignan soupçonné d'avoir recasé sa femme à la mairie d'Yerres », sur capital.fr, (consulté le )
  10. « Embauche de Valérie Dupont-Aignan : le Préfet de l’Essonne répond à Anticor », sur anticor.org, (consulté le )
  11. a b et c « Nicolas Dupont-Aignan »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur lepoint.fr, (consulté le )
  12. « Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt », Huffington Post, le 10 avril 2013.
  13. Les Décodeurs, « La déclaration de patrimoine de Nicolas Dupont-Aignan », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  14. Franck Johannes, « Yerres, combats sous-marins pour une mairie. La droite part divisée mais le RPR a des chances sérieuses d'inquiéter le maire PS », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. a et b Christelle Bertrand, « Secrets de candidats : l'europhilie inavouable de Nicolas Dupont-Aignan : A la veille du premier tour de la présidentielle, on croit presque tout savoir des onze prétendants. Mais il reste certaines zones d’ombre sur lesquelles il est encore temps de faire la lumière », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. « Debout la République », sur lepoint.fr, (consulté le )
  17. du Monde du 03/03/2008 sur la gestion de la ville de Yerres
  18. Le magazine, « Municipales: à Yerres, la pression fiscale ne nuit pas à Dupont-Aignan #91330 », sur lepoint.fr (consulté le )
  19. Sonia Gravel (intérim)-EVRY CORRESPONDANCE, « Comment Yerres a redressé des finances en perdition », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  20. « A Yerres, la revanche de Dupont-Aignan », sur lexpress.fr (consulté le )
  21. Le maire qui voulait devenir président, leparisien.fr, publié le 7 avril 2012.
  22. Nicolas Dupont-Aignan : le dernier des opposants ?, marianne.net, publié le 23 avril 2008.
  23. « Juppé, président de la nouvelle UMP », sur nouvelobs.com, (consulté le ).
  24. « Nicolas Sarkozy élu président de l'UMP avec 85,1 % des voix », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  25. « Constitution européenne : les arguments du "non" », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  26. « Villiers et Dupont-Aignan font souverainisme à part », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  27. « Dupont-Aignan n'ira pas à l'Elysée », sur nouvelobs.com, (consulté le ).
  28. « Privatisation de GDF : Dupont-Aignan veut saisir le Conseil constitutionnel », sur challenges.fr, (consulté le ).
  29. « Le CV de Nicolas Dupont-Aignan », sur europe1.fr, (consulté le ).
  30. « Référendum : "pathétique" (Dupont-Aignan) », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  31. « Nicolas Dupont-Aignan quitte l'UMP », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  32. Le discours de clôture de NDA aux universités de rentrée de DLR - Debout la République
  33. Dupont-Aignan veut rassembler les gaullistes, les républicains, sur 20Minutes.fr
  34. Motion de censure du 8 avril 2008
  35. « Contre l'UMP et le PS, Dupont-Aignan crée son parti », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  36. « Dupont-Aignan candidat en 2012 », dépêche AFP reprise par Le Figaro, 21 novembre 2010.
  37. Dailymotion.com
  38. Dupont-Aignan candidat en 2012 pour la «souveraineté» de la France, sur liberation.fr du 21 novembre 2010, consulté le 29 avril 2017
  39. Décision Déclaration premier tour présidentielle 2012 du 25 avril 2012, consulté le 26/04/12
  40. Essonne : François Hollande et Nicolas Dupont-Aignan en vedette, sur Lemonde.fr, du 23 avril 20152, consulté le 29 avril 2017
  41. Dupont-Aignan : « pas de consigne de vote », sur europe1.fr, du 3 mai 2012
  42. Nicolas Dupont-Aignan candidat à la présidentielle en 2017, sur lefigaro.fr du 16 mars 2016, consulté le 29 avril 2017.
  43. Dupont-Aignan, l'étoile du perché, Libération.fr.
  44. « Dupont-Aignan dépasse largement les 500 parrainages », sur www.elections-presidentielles.com
  45. Nicolas Dupont-Aignan, Mon agenda de président, 100 jours pour tout changer, Flammarion,
  46. « Nicolas Dupont-Aignan dévoile des SMS de pression de Serge Dassault, propriétaire du Figaro », Marianne,‎ (lire en ligne, consulté le )
  47. « Dupont-Aignan dévoile en direct des SMS d'un "grand patron de presse" justifiant sa "censure" », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le )
  48. « Nicolas Dupont-Aignan dévoile des SMS de pression de Serge Dassault, propriétaire du Figaro », Marianne,‎ (lire en ligne, consulté le )
  49. « VIDÉO. Dupont-Aignan dénonce des pressions et révèle des SMS du patron du Figaro », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  50. Alexis Delcambre, « « Le Figaro » a-t-il « boycotté » Nicolas Dupont-Aignan ? », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  51. « Dupont-Aignan accuse Serge Dassault de censure », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  52. Olivier Faye, « La voie étroite de Nicolas Dupont-Aignan », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  53. « VIDÉO - Nicolas Dupont-Aignan claque la porte du JT de TF1 », RTL.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  54. résultats au 1er tour, sur elections.interieur.gouv.fr, consulté le 29 avril 2017
  55. Présidentielle : et Nicolas Dupont-Aignan échoua aux portes du remboursement de ses frais de campagne, sur europe1.fr du 24 avril 2017, consulté le 29 avril 2017
  56. « Yerres (91330) : résultats élection présidentielle 2017 », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le )
  57. « EN DIRECT. "Je soutiendrai Marine Le Pen" annonce Nicolas Dupont-Aignan », sur lepoint.fr, (consulté le )
  58. Nicolas Dupont-Aignan nommé Premier ministre en cas de victoire du FN, La Libre Belgique, 29 avril 2017
  59. Romain Herreros, « La mort du "front républicain" résumée en une infographie », sur Le Huffington Post.fr, (consulté le ).
  60. Paul Cholet, « Après la défaite de Le Pen, l'avenir en pointillés de Dupont-Aignan », sur L'Express.fr, (consulté le ).
  61. Robert Navarro, « A la Une: Dupont-Aignan - Le Pen, le glas du front républicain », sur rfi.fr, (consulté le ).
  62. Romain Herreros et Paul Guyonnet, « Manifestation à Yerres, ville de Nicolas Dupont-Aignan, après son soutien à Marine Le Pen », Huffington Post,
  63. « "Dupont démission", "Dupont la haine" : les habitants de Yerres manifestent contre l'alliance de leur maire avec Marine Le Pen », Orange avec AFP,
  64. Florian Loisy, « La mobilisation à Yerres, ville de Nicolas Dupont-Aignan, contre son ralliement à Marine Le Pen », Le Parisien,
  65. « L’« immense honte » du ralliement de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen », lemonde.fr, 29 avril 2017.
  66. « VIDEO. Xavier Bertrand compare Nicolas Dupont-Aignan à Pierre Laval après son ralliement à Marine Le Pen », francetvinfo.fr, 30 avril 2017.
  67. « L'immense honte du ralliement de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen », sur lemonde.fr, .
  68. « "Le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen n'est pas une histoire d'argent" », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le )
  69. Paul Chaulet, « Après la défaite de Le Pen, l'avenir en pointillés de Dupont-Aignan », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  70. Antonin André, « Nicolas Dupont-Aignan, de la droite décomplexée à l’extrême-droite », sur europe1.fr, (consulté le ).
  71. Il en est de même pour Le Monde après les élections législatives. Cf. Maxime Vaudano, « Législatives 2017 : les vingt circonscriptions où le Front national peut encore gagner », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  72. a et b Liv Audigane, « Nicolas Dupont-Aignan, l’autre perdant de la soirée électorale », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  73. « Reports des voix, âge, revenus : la sociologie du vote au second tour », sur Public Senat, (consulté le ).
  74. « Résultats de l'élection présidentielle 2017 », sur https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Presidentielles/elecresult__presidentielle-2017 (consulté le ).
  75. « Résultats des élections législatives 2017 », sur https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Legislatives/elecresult__legislatives-2017 (consulté le ).
  76. Elie Julien, « Essonne : Olivier Clodong succède à Nicolas Dupont-Aignan dans le fauteuil de maire de Yerres », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  77. Marc de Boni, « Entre Nicolas Dupont-Aignan et le FN, les relations se dégradent », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  78. « La rentrée offensive de Nicolas Dupont-Aignan », sur lepoint.fr, .
  79. « FN et LR doivent se rapprocher selon Dupont Aignan, qui lance une plateforme participative », sur publicsenat.fr, (consulté le ).
  80. Loris Boichot et FIG Data, « Notre palmarès des invités politiques des matinales radio et télé », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  81. Christophe Gazzano, « Benjamin Griveaux (LREM) personnalité politique la plus invitée dans les matinales cette saison », sur ozap.com, (consulté le ).
  82. « Dupont-Aignan veut une union avec Wauquiez et Le Pen », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  83. « Européennes : Marine Le Pen propose l'union à Nicolas Dupont-Aignan », Le Point,‎ (lire en ligne)
  84. « Marine Le Pen : malgré le refus d'alliance de Dupont-Aignan, "nous rassemblerons quand même" », LCI,‎ (lire en ligne)
  85. « Laurent Wauquiez refuse une alliance avec Nicolas Dupont-Aignan », RTL.fr,‎ (lire en ligne)
  86. « Européennes : Nicolas Dupont-Aignan écarte une candidate après des propos controversés », sur Europe 1 (consulté le ).
  87. « Nicolas Dupont-Aignan : le ras-le-bol des militants de Debout la France », sur RTL.fr (consulté le ).
  88. a et b Élodie Forêt, « Places éligibles limitées, finances réduites... les galères de Nicolas Dupont-Aignan pour les européennes » Accès libre, sur franceinter.fr, (consulté le ).
  89. https://www.ifop.com/wp-content/uploads/2018/12/116044-Rapport.pdf
  90. « Résultats des élections européennes 2019 », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  91. « Nicolas Dupont-Aignan annonce sa candidature à l'élection présidentielle », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  92. a b et c « Dupont-Aignan lance sa campagne, marginalisé par les départs et Zemmour », sur parismatch.com, (consulté le ).
  93. a et b [1].
  94. Tristan Quinault-Maupoil, « Retour des frontières : Dupont-Aignan veut un référendum d'initiative populaire », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  95. Marc de Boni, « Nicolas Dupont-Aignan reprend à son compte le "grand remplacement" », sur Le Figaro.fr, (consulté le ) : « Le fondateur de Debout la France estime que le nombre d'immigrés illégaux a explosé et accuse le pouvoir socialiste de combler le déficit des naissances en favorisant le remplacement de la population française. ».
  96. Pauline Moullot et Vincent Coquaz, « Dupont-Aignan rejoint la vague du "grand remplacement" »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur liberation.fr, (consulté le ).
  97. « Immigration : "Il y a l'amorce d'un remplacement", selon Nicolas Dupont-Aignan », sur Europe 1.fr, (consulté le ) : « Partisan d'une politique migratoire ferme, et souvent ciblé pour sa proximité idéologique avec le FN, Nicolas Dupont-Aignan, invité mercredi de la matinale d'Europe 1, a refusé de cautionner la théorie du "grand remplacement" définie par Renaud Camus, essayiste identitaire passé par les rangs frontistes, même si le candidat à la présidence de la République concède, selon lui, "l'amorce d'un remplacement". ».
  98. « Dupont-Aignan fait l'éloge de la prison contre "le laxisme" de Taubira », sur Le Point, (consulté le )
  99. « Nicolas Dupont-Aignan propose de «rouvrir Cayenne» pour les djihadistes français », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  100. « Florian Philippot et Nicolas Dupont-Aignan, les pyromanes du mouvement antivax », sur france24.com, (consulté le ).
  101. « Dupont-Aignan défend «l'union civile» pour les homos », sur liberation.fr, (consulté le ).
  102. Christine Mateus, « Manif pour tous : pourquoi ils reviennent », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  103. « La GPA dans Joséphine, ange gardien : la polémique entre Nicolas Dupont-Aignan et Mimie Mathy », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  104. Jérôme Sage, « Euthanasie : peu de candidats à l'élection présidentielle sont pour », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  105. « Fin de vie : que proposent les principaux candidats sur l'euthanasie ? », sur lci.fr, (consulté le ).
  106. Arièle Bonte, « Nicolas Dupont-Aignan : les mesures de son programme pour les femmes », sur rtl.fr, (consulté le ).
  107. a et b « Nicolas Dupont-Aignan : son programme dans le détail », LeJDD.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  108. Guillaume Champeau, « Nicolas Dupont-Aignan publie son nouveau livre sous licence libre », sur Numerama, (consulté le )
  109. Intervention à l'Assemblée nationale
  110. Guillaume Champeau, « Nicolas Dupont-Aignan : "Internet change la démocratie dans le bon sens" », sur Numerama, (consulté le )
  111. « Dupont-Aignan pas favorable au Frexit », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  112. « Dupont-Aignan passe la frontière franco-italienne avec une kalachnikov », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  113. Service politique, « Asselineau, Le Pen, Dupont-Aignan, Mélenchon… quatre nuances de souverainisme », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  114. Programme Debout la France "Pour une France Libre au service de l'intérêt général"
  115. « Mélenchon :après la mort de Chavez : "Ce qu'il est ne meurt jamais" », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  116. « Grèce : Dupont-Aignan salue Syriza, une gauche de "bon sens" », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  117. Lénaïg Bredoux, Ces candidats à l'Élysée qui défendent le régime syrien, Mediapart, 6 avril 2017.
  118. Théophile Simon, Syrie : les contorsions des candidats sur Bachar al-Assad, L'Obs, 7 avril 2017.
  119. « Dupont-Aignan: «arrêter de combattre Assad» », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le )
  120. a et b Jean-Yves Camus, « Les partis politiques français et la Russie : politique de puissance et politique d’influence », Carnegie Council for Ethics in International Affairs (en),‎ (lire en ligne, consulté le ).
  121. Loris Boichot, « Présidentielle américaine : Le Pen, Dupont-Aignan... qui soutient Trump dans la classe politique ? », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  122. a b et c article du 14 mai 2017 sur le site fr.timesofisrael.com
  123. Le Point magazine, « Brésil : Nicolas Dupont-Aignan invité d'honneur du clan Bolsonaro », sur lepoint.fr,
  124. Lucie Puyjalinet, « Nicolas Dupont Aignan en Avignon en soutien aux candidats Debout la France » [archive du ], sur citylocalnews.com (consulté le )
  125. « Alpes de Haute-Provence : la Ligue du Sud et Debout la France font alliance pour les départementales », sur alpesdusud.alpes1.com, (consulté le )
  126. « La main tendue de Dupont Aignan au Front national » [archive du ], sur marianne.net, (consulté le )
  127. « Dupont-Aignan veut un gouvernement avec Montebourg et le FN », sur LExpress.fr, (consulté le )
  128. « Aignan "Ménard c'est Jeanne d'Arc" »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur midilibre.fr
  129. « La France remercie Luc Zenon »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur midilibre.fr
  130. « BEZIERS : Une seule liste "Debout La France" - Hérault Tribune »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur herault-tribune.com (consulté le )
  131. Rémi Clément, « Nicolas Dupont-Aignan prêt à s’allier avec le front de Gauche et Jean-Luc Mélenchon "si c’est pour sauver la France" », sur lelab.europe1.fr, (consulté le ).
  132. « Européennes : Dupont-Aignan propose un "partenariat" à Wauquiez, Guaino et Dati » [archive du ], sur leparisien.fr, (consulté le )
  133. Matthieu Goar, « François Durovray, celui qui a fait tomber Georges Tron en Essonne », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  134. « Biographie de François Durovray » [archive du ], sur jaimemontgeron.fr (consulté le )
  135. « Nicolas Dupont-Aignan veut dialoguer avec le Front national, “une bonne chose” », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  136. Arnaud Focraud, « Dupont Aignan : "l'union des patriotes se fera lorsque le FN aura vraiment changé" », sur lejdd.fr, (consulté le )
  137. « Dupont-Aignan pourrait choisir Le Pen comme Premier ministre », sur LExpress.fr, (consulté le )
  138. Quentin Laurent, « Dupont-Aignan : l'étrange main tendue au FN », sur liberation.fr, (consulté le ).
  139. a et b « Dupont Aignan Front National : différence extreme droite », .
  140. Mathieu Dejean, « Européennes: quelles différences entre le FN et Debout la République? - Les Inrocks », sur lesinrocks.com, (consulté le )
  141. « Dupont-Aignan : son soutien à Marine Le Pen divise », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  142. « Euro, éthique, handicap... Ce qu'il faut retenir de l'accord entre Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  143. « "Les Amoureux de la France", la "plateforme participative" lancée par Dupont-Aignan », sur huffingtonpost.fr, (consulté le )
  144. « Qui est Panos Kammenos, l'allié de droite de Syriza ? », sur francetvinfo.fr (consulté le )
  145. « Elections européennes: Dupont-Aignan rêve du modèle Ukip », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  146. Lucie Delaporte et Amélie Poinssot, « A trois mois des européennes, Nicolas Dupont-Aignan s’allie aux droites dures », sur Mediapart, (consulté le ).
  147. Sonia Gravel, « Comment la Ville de Yerres a redressé des finances en perdition », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  148. Laurent Degradi, « Municipales à Yerres : Dupont-Aignan vise la passe de quatre : L'ancien candidat à la présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan (DLR), espère un nouveau plébiscite dans son fief où il avait récolté près de 80 % au premier tour en 2008. Mais pour la première fois, il aura trois listes face à lui », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne)
  149. L.D., « Municipales : Yerres, Dupont-Aignan et « le contrat de confiance », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne)
  150. Elie Julien et Nolwenn Cosson, « Yerres-Etampes : réélus députés, ils laissent les clés de leurs mairies à contrecœur : Yerres, le 18 juin. Nicolas Dupont-Aignan (DLF) a attendu le mois réglementaire pour laisser son fauteuil de maire. Un conseil municipal extraordinaire est organisé dimanche », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  151. « Compte-rendu sommaire du conseil communautaire du 8 avril 2014 » [PDF], Comptes rendus du Conseil Communautaire, sur http://www.levaldyerres.fr (consulté le ).
  152. L.D., « Essonne : Nicolas Dupont-Aignan prend la tête de la nouvelle agglomération », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne).
  153. E.J., « Le Val d’Yerres - Val de Seine choisit son nouveau président mercredi soir », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Après la démission de Nicolas Dupont-Aignan de la présidence de la collectivité, en raison de la loi sur le non-cumul des mandats, les 70 élus de la VYVS sont appelés à élire un nouveau président, ce mercredi soir, à Draveil ».
  154. Résultats des élections législatives 2002 pour la 8e circonscription de l'Essonne : site du ministère de l'Intérieur
  155. Résultats des élections législatives 2007 pour la 8e circonscription de l'Essonne : site du ministère de l’Intérieur
  156. Résultats des élections législatives 2012 pour la 8e circonscription de l'Essonne : site du ministère de l'Intérieur
  157. « Résultats législatives : Nicolas Dupont-Aignan réélu dans son fief en Essonne », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  158. Michel Wieviorka, Le Séisme. Marine Le Pen présidente, éditions Robert Laffont, 2016, p. 66-70.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :