Michel Grosclaude

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michel Grosclaude
Description de cette image, également commentée ci-après

Michel Grosclaude.

Naissance
Nancy
Décès
Sauvelade
Nationalité Drapeau de la France France
Pays de résidence Drapeau de la France France

Michel Grosclaude (1926-2002) est un philosophe et linguiste français, auteur de travaux de grammaire, de lexicologie et d'onomastique occitane.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 8 juillet 1926 à Nancy (Meurthe-et-Moselle).

Fils de Pierre Grosclaude, littérateur, spécialiste de Malesherbes, il fait ses études à Lyon, à Marseille et passe son bac au Chambon-sur-Lignon pendant la guerre, ce qui aura une certaine importance pour ses idées humanistes. Il termine à la Sorbonne sa formation de professeur de latin, de grec et de philosophie.

Il est nommé professeur à Chinon où il se marie avec Claudette Perrotin, institutrice. Ils cherchent alors la possibilité de postes compatibles qu'ils trouvent par hasard en Béarn, elle à Sauvelade, lui au lycée d'Orthez où il arrive en 1958.

Volontaire pour assumer la charge de secrétaire de mairie à Sauvelade, il est confronté pour la première fois à l'occitan dans sa variante béarnaise ou gasconne, il comprend l'importance de cette langue qu'il avait entrevue au lycée Mistral de Marseille. Il décide alors de se former grâce à l'aide de Roger Lapassade, un collègue de lycée, qui fondera en 1960 l'association Per Noste, à Orthez, comme section gasconne de l'Institut d'Études Occitanes (IEO). Remarqué pour ses connaissances en latin et en grec, il sera intégré à l'association en 1965, et y deviendra rapidement le spécialiste, lexicographe et historien de la langue. Il y sera un des animateurs de la défense de la culture occitane jusqu'à sa mort.

Il devient professeur d'occitan et travaille à l'édition d'ouvrages scolaires de première nécessité avec Robert Darrigrand. En même temps, il collabore à la revue Per Noste País Gascons. Il est le concepteur du manuel d'apprentissage Lo Gascon lèu e plan, dont les dessins son signés Christian Lamaison, paru aux éditions de la BBC Omnivox et qui comporte des enregistrements. Il co-signe Histoire de Béarn destinée aux maîtres et aux élèves dont les autres auteurs sont Dominique Bidot-Germa, Jean-Paul Duchon et Christian Lamaison pour les échelles de temps et les parties graphiques.

Il réalise un premier dictionnaire français-occitan (pour le béarnais) élémentaire pour l'association La Civada (Pau), puis il s'attaque à la rédaction une version plus complète de ce dictionnaire, avec Gilbert Narioo, et que devra achever Patric Guilhemjoan après son décès en 2002.

Pendant ce temps, il se formera à l'onomastique occitane et conduira de très intéressantes études de toponymie et de patronymie gasconnes. Pendant douze ans, il animera sur Ràdio País avec un de ses élèves, Crestian Lamaison, son émission quotidienne d'un quart d'heure, lo Cercanoms (le chercheur de noms). Une émission ouverte à tous les sujets ayant trait au patrimoine constitué par les noms propres.

Parallèlement à son métier de professeur de philosophie, plusieurs sujets le passionnèrent dont certains, comme la géologie ou la reliure, sont peu connus. Il écrivit des pièces de théâtre gascon. Il collaborera aussi au Centre d'Étude du Protestantisme Béarnais[1] dans la revue duquel il présentera plusieurs articles.

Il s'est éteint le 21 mai 2002, il est inhumé à Sauvelade.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • La Republica de Peiralada (Per Noste).
  • Lo procès de l'aulhèr (Per Noste).
  • La termièra sauvatja (Per Noste).

Études, essais et manuels[modifier | modifier le code]

  • Lo Gascon lèu e plan (manuel d'apprentissage OmniVox)
  • Le Béarn, témoignages sur 1000 ans d'histoire (Per Noste)
  • La Gascogne, témoignages sur 2000 ans d’histoire (Per Noste, rééd. 2006)
  • Dictionnaire toponymique des communes du Béarn (Escòla Gaston Fébus, 1991).
  • L'Evangèli segon sant Matèu (traduction de l'Évangile de Matthieu, Per Noste, 1995).
  • Dictionnaire étymologique des noms de famille gascons (Ràdio País, 1992, rééd. 2004[2]).
  • Répertoire des conjugaisons occitanes de Gascogne (Per Noste — La Civada, Utís, 1998).
  • Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées (Éd. Conseil général des Hautes-Pyrénées, 2000).
  • Petit dictionnaire français-occitan (gascon), dit lo Civadet (Per Noste – La Civada, Utís, 1984).
  • 70 clés pour la formation de l'occitan de Gascogne (Per Noste — La Civada, Utís, 2000).

Présentation d'auteurs classiques gascons[modifier | modifier le code]

  • J.-H. Fondeville, La pastorala deu paisan avec Gilbert Narioo (Per Noste — La Civada, 2001).
  • Navèra pastorala bearnesa avec Gilbert Narioo (Per Noste — La Civada, 2001).
  • Le sermon du curè de Bideren (Per Noste — La Civada, 2002).
  • Abbé Girardeau, Las macarienas (Per Noste — La Civada, 2002).
  • Maria Blanga, era darrèra deras aurostèras dera vath d'Aspa (Per Noste — La Civada, 2004).

En collaboration[modifier | modifier le code]

  • Histoire de Béarn avec Dominique Bidot-Germa et Jean-Paul Duchon (Per Noste, 1990).
  • Dictionnaire français-occitan (gascon), 45 000 entrées, avec Gilbert Narioo et Patric Guilhemjoan (Per Noste, 2004 [t. 1 AK], 2007 [t. 2 LZ]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]