Guchan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guchan
Mairie de Guchan.
Mairie de Guchan.
Blason de Guchan
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Arrondissement de Bagnères-de-Bigorre
Canton Neste, Aure et Louron
Intercommunalité Communauté de communes Aure Louron
Maire
Mandat
Alain Rivière
2014-2020
Code postal 65170
Code commune 65211
Démographie
Gentilé Guchanais
Population
municipale
137 hab. (2014)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 50′ 54″ nord, 0° 21′ 02″ est
Altitude Min. 761 m – Max. 1 526 m
Superficie 2,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Guchan

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Guchan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Guchan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Guchan

Guchan est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Guchanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

 Guchan dans les Hautes-Pyrénées
Localisation de Guchan dans le département des Hautes-Pyrénées.
65 HP 00 7914.jpg

Situation[modifier | modifier le code]

Commune située dans les Pyrénées sur la rive droite de la Neste d'Aure, en vallée d'Aure. Elle est installée sur le cône de déjection d'une rivière nommée le Saladou.
Guchan comprend un hameau situé à l'est : Soubissan (Saubissa en gascon).

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le ruisseau de Salade qui prend sa source au vallon de Cuheret, au-dessus de Grailhen traverse le village d'ouest en est avant de se jeter dans la Neste.
Plusieurs autres ruisseaux sont présents sur la commune : le Naoussous, le Bernet, l'Artigous (ruisseau qui devait parcourir une terre en friche ou défrichée), le Clédère.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Guchan est limitrophe de sept autres communes dont Gouaux au nord-est par un simple quadripoint.

Carte de la commune de Guchan et des proches communes.
Communes limitrophes de Guchan
Bazus-Aure Gouaux
Guchen, Vielle-Aure Guchan Grailhen
Bourisp, Camparan

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat des Hautes-Pyrénées.

La commune jouit d'un climat montagnard caractérisé par des étés doux (température moyenne de 25 °C) et des périodes de beaux temps. Parfois des orages éclatent sous formes de fortes averses, imprévues et violentes. Quant aux hivers, ils sont frais ou froids avec des températures de 3 °C en moyenne, et souvent humides avec de fréquentes dépressions en provenance de l'Atlantique amenant de la pluie.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Place du village

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2012, le nombre total de logements dans la commune est de 131[1].
Parmi ces logements, 44.3  % sont des résidences principales, 52.0  % des résidences secondaires 3.7  % des logements vacants.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Extrait de la carte de Cassini (entre 1756 et 1789) situant Guchan au nord de Saint-Lary

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[2] qui rapporte les dénominations historiques du village :

Dénominations historiques :

  • Sans Adil de Iussa, (v. 1125, cartulaire de Bigorre) ;
  • Bernardus de Jussan, de Jussa, (1190 n.st., actes Bonnefont) ;
  • Bernad de Juxan, (av. 1249, actes Bonnefont) ;
  • De Juxano, latin (1387, pouillé du Comminges).

Étymologie : nom de domaine antique formé probablement du nom de personnage aquitain Guish et suffixe anum, avec remontée de l’accent tonique sur l’avant-dernière syllabe. Les auteurs supposent donc la même origine que pour Guchen. L'explication est totalement ruinée du fait qu'ils donnent la même étymologie aux noms de deux villages fort proches, mais dont les formes anciennes sont très différentes (pour Guchen, Fort Dat Gisen, Per de Gussen, L. Sole de Guxen, De Guxenio, de Guxennio). L'attraction d'un nom par un autre et, plus précisément de celui de Guchan par celui de Guchen, devrait pourtant s'imposer comme une évidence. Dauzat e Rostaing postulent, à la suite de Séguy, un nom latin d'homme Justius avec suffixe latin -anum [3]. Mais les premières attestations rappellent nettement l'adjectif jussan, jusan, antonyme de sobiran et dont le sens est « de dessous, inférieur (par l'altitude) ».

Nom occitan : Guisha.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Guchan (nom gascon : Gusha) faisait partie des Quatre-Vallées Il s'agit d'un nom de domaine antique formé probablement du nom propre aquitain Guish et suffixe anum (« domaine »). C'est la même formation que pour Guchen, village voisin.

À l'extrémité nord du village, sur la rive droite du torrent du Saladou, sur la porte de l'ancienne grange dimaire du lieu, aujourd'hui Paul Fouga, se trouve l'inscription : « NVNC.HIC.SVMVS.ORANTES.PRO.VOBIS 1727 »

La vente de l'édifice fut consentie le 28 juin 1789 à Pierre Fouga, par les consuls du lieu pour la somme de 450 livres. Elle était motivée par le mauvais état des affaires communales. À l'extrémité sud du dit lieu, quartier du Pouy, sur le portail du parc Ferras, aujourd'hui Rolland, inscription sans millésime, mais ne paraissant pas remonter au-delà du XVIIIe siècle :
« MEMENTO.HOMO
I.F..D.F » (« Homme, souviens-toi »).

Cette brève inscription serait empruntée aux paroles liturgiques de la cérémonie du jour des Cendres.

Le saint patron de Guchan est saint Marcel, fêté le 16 janvier.

La foire de Guchan était jadis renommée. Elle durait trois jours et attirait des acheteurs des deux côtés des Pyrénées. Une association a été constituée pour en perpétuer le souvenir.

Par lettre patente signée sous Henri IV, les communes voisines de Guchan et Bazus-Aure sont propriétaires indivis des terres situées en haute vallée d'Aure dans les vallons de Bataillence, Saux et la Gela. Sur ces deux dernières vallées, se prépare un projet de création de station de ski auquel les populations sont opposées.

Cadastre napoléonien de Guchan[modifier | modifier le code]

Le plan cadastral napoléonien de Guchan est consultable sur le site des archives départementales des Hautes-Pyrénées[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Alain Riviere    

Historique administratif[modifier | modifier le code]

Sénéchaussée d'Auch, pays des Quatre-Vallées, vallée d'Aure, canton d'Arreau puis de Vielle-Aure (1790-2014)[5].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Guchan appartient à la communauté de communes Aure Louron créée au 1er janvier 2017 et qui réunit 47 communes.

Services publics[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 137 habitants, en diminution de -5,52 % par rapport à 2009 (Hautes-Pyrénées : -0,31 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
305 185 238 334 331 304 333 298 302
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
301 303 306 294 286 278 282 278 292
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
236 225 252 209 191 188 171 172 167
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
128 133 136 122 126 124 151 145 137
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Population et société[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie de Toulouse. Elle ne dispose plus d'école en 2016[11].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'Église Saint-Marcel.
La Chapelle Notre-Dame de-la-Délivrance.
Le lavoir de Guchan.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent au lévrier dressé contourné de sable, colleté avec sa laisse de même, à la bordure aussi de sable chargée de huit besants d'or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées - Michel Grosclaude, Jean-François Le Nail intégrant les travaux de Jacques Boisgontier - Conseil Général des Hautes-Pyrénées - Mission culture occitane - 4e trimestre 2000
  • Les sobriquets des villages aurois - Frantz-E. Petiteau - Editions Lacour - Cercle François Marsan - 3e trimestre 2003
  • Les vieilles inscriptions de la vallée d'Aure - Abbé François Marsan - Editions Lacour

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Insee : Rapport statistique communal pour la commune de Guchan
  2. Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes Pyrénées intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Conseil Général des Hautes Pyrénées, 2000.
  3. Albert Dauzat, Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des Noms de Lieux en France, Librairie Guénégaud, reedicion 1984
  4. Archives départementales des Hautes-Pyrénées : Plan cadastral de Guchan en 1833
  5. Archives départementales des Hautes-Pyrénées
  6. « Liste des juridictions compétentes pour Guchan », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 17 décembre 2015)
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. « Annuaire : Résultats de recherche », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 17 janvier 2017).