Soulom

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Soulom
La mairie de Soulom.
La mairie de Soulom.
Blason de Soulom
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Argelès-Gazost
Canton La Vallée des Gaves
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de Saint-Savin
(siège)
Maire
Mandat
Xavier Macias
2014-2020
Code postal 65260
Code commune 65435
Démographie
Population
municipale
253 hab. (2014)
Densité 87 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 57′ 21″ nord, 0° 04′ 23″ ouest
Altitude Min. 458 m – Max. 967 m
Superficie 2,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Soulom

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Soulom

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Soulom

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Soulom

Soulom est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie. Située en amont du Gave de Pau, juste au sud d'Argelès-Gazost, elle fait partie de l'unité urbaine de Pierrefitte-Nestalas, la plus petite agglomération du département.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le gave de Cauterets à Soulom.

Soulom est une commune des Hautes-Pyrénées située dans le Lavedan. Elle est implantée au confluent du gave de Gavarnie et du gave de Cauterets dont la réunion forme le gave de Pau.

L'altitude minimale, 457 ou 458 mètres[1], se situe au nord, au confluent des deux gaves. L'altitude maximale, avec 967 mètres, est atteinte au sud-est du « Turon de Carrère », en limite de la commune de Cauterets.

Pierre Augustin Eusèbe Girault de Saint-Fargeau cite la présence d'une mine de cuivre à Soulom en 1826 dans son ouvrage Dictionnaire de la géographie physique et politique de la France et de ses colonies[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Soulom est limitrophe de quatre autres communes.

Carte de la commune de Soulom et des proches communes.
Communes limitrophes de Soulom
Pierrefitte-Nestalas
Uz Soulom Villelongue
Cauterets

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[3] qui rapporte les dénominations historiques du village :

Dénominations historiques :

Du gascon souloûm (« lieu abrité du soleil »).

Nom occitan : Solon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent aux trois corneilles contournées de sable[4].
Commentaires : ce blason est officiel (vérifié auprès de la mairie).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Soulom fait partie de la communauté de communes de la Vallée de Saint-Savin, créée en décembre 1997, qui réunit sept communes.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
2001 (réélu en mars 2014) en cours Xavier Macias    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 253 habitants, en augmentation de 2,02 % par rapport à 2009 (Hautes-Pyrénées : -0,31 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
296 300 348 340 355 359 385 366 395
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
358 372 371 375 381 413 411 485 411
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
412 381 457 464 541 570 464 521 532
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
594 521 356 342 264 247 259 241 253
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Émile Mousseigne (1891-1968), né à Soulom, est un joueur de rugby, vice-champion de France de rugby en 1914 avec Tarbes. Il jouait deuxième ligne (1,81 m, 86 kg)[10].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Toussaint de Laboulinière cite en 1825 la présence d'un château fort ou d'une tour dans son livre Itinéraire descriptif et pittoresque des Hautes-Pyrénées françoises[11]. Il relate également un duel au bâton entre un seigneur de Soulom et le champion des moines pour la possession de Cauterets[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Selon le Géoportail, la boîte de la commune affiche 458 mètres alors que le plan en indique 457.
  2. Pierre Augustin Eusèbe Girault De Saint-Fargeau - 1826 - Dictionnaire de la géographie physique et politique de la France et de ses colonies, À lire
  3. Michel Grosclaude et Jean-Francois Le Nail, intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées, Tarbes, Conseil Général des Hautes-Pyrénées, , 348 p. (ISBN 2-9514810-1-2).
  4. Passion Bigorre
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « Église », notice no PA00095425, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 6 juin 2012.
  10. Fiche d'Émile Mousseigne sur Les finales du championnat de France de rugby depuis 1892, consulté le 6 juin 2012.
  11. Pierre Toussaint de Laboulinière, Itinéraire descriptif et pittoresque des Hautes-Pyrénées françoises, p. 46, 1825, À lire
  12. Pierre Toussaint de Laboulinière, Itinéraire descriptif et pittoresque des Hautes-Pyrénées françoises, p. 48, 1825, À lire

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]