Viscos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Viscos
Viscos
Vue du village.
Blason de Viscos
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Arrondissement d'Argelès-Gazost
Canton La Vallée des Gaves
Intercommunalité Communauté de communes Pyrénées Vallées des Gaves
Maire
Mandat
Guy Lonca
2014-2020
Code postal 65120
Code commune 65478
Démographie
Gentilé Viscosiens
Population
municipale
36 hab. (2016 en diminution de 16,28 % par rapport à 2011)
Densité 5,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 54′ 39″ nord, 0° 02′ 34″ ouest
Altitude Min. 520 m
Max. 2 139 m
Superficie 6,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Viscos

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Viscos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Viscos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Viscos

Viscos est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Viscosiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Viscos dans les Hautes-Pyrénées
Localisation de Viscos dans le département des Hautes-Pyrénées.
65 HP 00 9065.jpg
65 HP 00 9066.jpg
Vue sur le pic de Viscos (2 141 m).

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village de Viscos est situé dans la vallée de Luz au pied du pic de Viscos (2 141 m). Le pic de Viscos sépare la vallée de Luz de la vallée de Cauterets, il est situé entre le pic de Soulom (1 763 m) au nord et le Tuc des Arribans (2 008 m) au sud.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Viscos et des proches communes.
Communes limitrophes de Viscos[1]
Cauterets
Viscos Chèze
Grust Saligos,
Sazos

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat des Hautes-Pyrénées.

La commune jouit d'un climat montagnard caractérisé par des étés doux (température moyenne de 25 °C) et des périodes de beaux temps. Parfois des orages éclatent sous formes de fortes averses, imprévues et violentes. Quant aux hivers, ils sont frais ou froids avec des températures de 3 °C en moyenne, et souvent humides avec de fréquentes dépressions en provenance de l'Atlantique amenant de la pluie.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Vue en été.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2012, le nombre total de logements dans la commune est de 54[2].
Parmi ces logements, 35,2 % sont des résidences principales, 59,3 % des résidences secondaires et 5,6 % des logements vacants.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Extrait de la carte de Cassini (entre 1756 et 1789) situant Viscos au nord de Luz-Saint-Sauveur

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[3] qui rapporte les dénominations historiques du village :

Dénominations historiques :

Étymologie : du basque bizk- « sommet, crête » et suffixe basco-aquitain -os.

Nom occitan : Biscòs.

Histoire[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Pays Toy, Comté de Bigorre et Gascogne.
La fontaine Tavou Canta Pabou (humour Toy).
Viscos vue générale 2.JPG

Le 13 novembre 1272, Raymond Garcie VII dit « Maziéres », seigneur de Castelloubon, échange avec Esquivat ou Assisvat de Chabannes, comte de Bigorre, la vallée de Baretge et ses dix-sept villages avec toutes ses appartenances[4]. Les contreparties de cet échange sont les terres de Préhac, Bages, Vier, Andrest et Troignan ainsi qu'une rente de vingt-trois sous morlans. Les dix-sept villages de la vallée de Barèges était alors regroupés en quatre vics, le vic du plan, le vic débat, le vic darrélaïgue et le vic de Labadsus. Viscos faisait partie du Vic du débat.

Une mine de cuivre que renferme le pic du midi de Viscos est citée dans le Dictionnaire géographique universel : contenant la description de tous les lieux du globe intéressants sous le rapport de la géographie physique et politique, de l'histoire, de la statistique, du commerce, de l'industrie, etc, Volume 9[5].

Cadastre napoléonien de Viscos[modifier | modifier le code]

Le plan cadastral napoléonien de Viscos est consultable sur le site des archives départementales des Hautes-Pyrénées[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1995 2001 Pierre Luby    
mars 2001 en cours Guy Lonca    

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Historique administratif[modifier | modifier le code]

Pays et sénéchaussée de Bigorre, Lavedan, Vallée de Barèges, canton de Luz (depuis 1790)[7].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Viscos appartient à la communauté de communes Pyrénées Vallées des Gaves créée en janvier 2017 et qui réunit 46 communes.

Services publics[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2016, la commune comptait 36 habitants[Note 1], en diminution de 16,28 % par rapport à 2011 (Hautes-Pyrénées : -0,61 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
114100104113137141126120147
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
148146159144140152142142141
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
143136121929084746467
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
566348413241444336
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre.
Le lavoir de Viscos.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vélo spécial Tourmalet au panier à garbure.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules un four de charbon à bois en forme de meule au naturel, ouvert du champ, d'où s'échappent en chef 3 volutes de fumées d'argent, et posé sur une terrasse aussi au naturel[13].
Commentaires : Bien qu'officiel, ce blason arbore une construction humaine 'un four) "au naturel". Les constructions humaines peuvent avoir plusieurs couleurs "au naturel", aussi une représentation de ces armoiries avec une autre couleur que le tenné utilisé ci-contre, restera valable.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Insee : Rapport statistique communal pour la commune de Viscos
  3. Michel Grosclaude et Jean-Francois Le Nail, intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées, Tarbes, Conseil Général des Hautes-Pyrénées, , 348 p. (ISBN 2-9514810-1-2, notice BnF no FRBNF37213307).
  4. M. Marie Armand Pascal d'Avezac - Essais historiques sur le Bigorre: accompagnés de remarques critiques, de pièces justificatives, de notices chronologiques et généalogiques, Volume 2 - Éditeur J.M. Dossun, 1823 - Lire en ligne.
  5. Dictionnaire géographique universel: contenant la description de tous les lieux du globe intéressants sous le rapport de la géographie physique et politique, de l'histoire, de la statistique, du commerce, de l'industrie, etc, Volume 9 - édité chez A.J. Kilian, en 1832, Lire en ligne.
  6. Archives départementales des Hautes-Pyrénées : Plan cadastral de Viscos
  7. Archives départementales des Hautes-Pyrénées
  8. « Liste des juridictions compétentes pour Viscos », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 17 décembre 2015)
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. Passion Bigorre