Beaucens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Beaucens
Le village de Beaucens.
Le village de Beaucens.
Blason de Beaucens
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Argelès-Gazost
Canton La Vallée des Gaves
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée d'Argelès-Gazost
Maire
Mandat
Stéphanie Lacoste
2014-2020
Code postal 65400
Code commune 65077
Démographie
Population
municipale
410 hab. (2014)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 58′ 39″ nord, 0° 03′ 35″ ouest
Altitude Min. 434 m
Max. 2 637 m
Superficie 36,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Beaucens

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Beaucens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaucens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beaucens

Beaucens est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Beaucens est une commune des Hautes-Pyrénées située dans le Lavedan, près d'Argelès-Gazost et de Lourdes. La station de sports d'hiver du Hautacam est située sur le territoire communal.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée à l'ouest par le gave de Pau. Son affluent droit, le ruisseau d'Isaby, prend naissance sur le territoire communal, au lac d'Isaby. Au sud-est, en limite de la commune de Bagnères-de-Bigorre, se trouve le lac Bleu de Lesponne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune de Beaucens est très étendue latéralement, du sud-est (pic Crémat) au nord-ouest (rive gauche du gave de Gavarnie). Parmi les douze communes qui lui sont limitrophes, neuf se concentrent à l'ouest et au nord. Elle est limitrophe avec Ayros-Arbouix au nord-est par un simple quadripoint, près du-lieu-dit Vielle, et par un autre quadripoint avec Saint-Savin au nord-ouest, près du lieu-dit les Quintaynes.

Carte de la commune de Beaucens et des proches communes.
Communes limitrophes de Beaucens
Lau-Balagnas, Préchac,
Ayros-Arbouix
Artalens-Souin, Vier-Bordes, Gazost
Saint-Savin,
Adast
Beaucens Bagnères-de-Bigorre
Pierrefitte-Nestalas Villelongue Sers

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[1] qui rapporte les dénominations historiques du village :

Dénominations historiques :

Nom occitan : Biussens.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Parti : au 1er d'argent à trois corneilles de sable, celle de la pointe posée sur une branche de sinople, au 2e d’or à quatre pals de gueules[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Beaucens fait partie de la communauté de communes de la Vallée d'Argelès-Gazost, créée en décembre 1996, qui réunit seize communes.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires de Beaucens.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1995 André Ducasa    
1995 2001 Claude Vielle    
2001 2008 Monique Arrode    
mars 2008 2008 Claude Bat    
juin 2008 (réélue en mars 2014) en cours Stéphanie Lacoste DVD puis UDI Cadre

Démographie[modifier | modifier le code]

À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Pour Beaucens, cela correspond à 2005, 2010, 2015[3], etc. Les autres dates de « recensements » (2006, 2009, etc.) sont des estimations légales.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 410 habitants, en diminution de -3,98 % par rapport à 2009 (Hautes-Pyrénées : -0,31 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
379 402 435 460 491 491 488 502 470
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
463 457 468 441 445 417 380 365 346
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
335 342 311 283 265 361 271 237 244
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
260 247 244 249 309 350 416 422 410
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les tours du château de Beaucens.

Les ruines du château de Beaucens, ancien château du XIVe siècle des vicomtes de Lavedan, sont inscrites au titre des monuments historiques depuis 1927[8]. Le site a été transformé en parc zoologique, le « Donjon des Aigles », où l'on peut admirer des rapaces en vol autour des ruines du château, avec une vue sur la vallée des Gaves.

Le manoir de Cohitte du XVIIe siècle et ses dépendances sont inscrits au titre des monuments historiques depuis 1998[9].

L'église du village est l'église Saint-Vincent.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Grosclaude et Jean-Francois Le Nail, intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées, Tarbes, Conseil Général des Hautes-Pyrénées, , 348 p. (ISBN 2-9514810-1-2).
  2. Armorial de France
  3. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 3 juin 2012)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. « Château (restes du) », notice no PA00095344, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 2 juin 2012.
  9. « Manoir de Cohitte », notice no PA65000006, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 2 juin 2012.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]