Parti communiste politico-militaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Partito comunista politico-militare
PCpm
Idéologie Marxiste-léniniste
Objectifs Révolution prolétarienne
Statut inactif
Fondation
Date de formation 12 février 2007 (officiellement)
Actif depuis 2002
Pays d'origine Drapeau de l'Italie Italie
Actions
Mode opératoire Propagande, ...
Zone d'opération Drapeau de l'Italie Italie
Période d'activité 2007
Organisation
Chefs principaux Alfredo Davanzo, Claudio Latino (A Milan), Vincenzo Sisi (A Turin), Davide Bortolato (A Padoue)
Membres Au moins une vingtaine
Sanctuaire Drapeau de l'Italie Italie
Répression
Nombre de prisonniers 15

Le Parti communiste politico-militaire (italien : Partito comunista politico-militare PCpm) est une petite organisation communiste italienne déclarée publiquement le 12 février 2007. L'organisation se déclare idéologiquement proche de l'italien : Unione dei Comunisti Combattente, une scission de 1984 des italien : Brigate rosse per la Costruzione del Partito Comunista Combattente. Le PCpm diffuse en 2002-2003 un journal clandestin, italien : L'Aurora – Per la Costruzione del Partito Comunista Politico-Militare (4 numéros)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

Arrestations[modifier | modifier le code]

Ci-dessous une liste par ordre de rang des membres présumés de l'organisation en détention judiciaire :

  • Alfredo Davanzo, 49 ans, probablement leader du groupe, se considère comme prisonnier politique.
  • Claudio Latino, 49 ans, présenté comme le chef de la cellule à Milan, se considère prisonnier politique.
    • Amarilli Caprio, 26 ans, un leader syndical et un étudiant inscrit à la faculté de sciences politiques à l'Université de Milan avec la tâche de recruter dans les universités.
    • Alfredo Mazzamauro, 21 ans, étudiant inscrit à la faculté de sciences politiques à l'Université de Milan avec la tâche de recruter dans les universités.
  • Vincenzo Sisi, 53 ans, présenté comme le chef de la cellule à Turin, se considère comme prisonnier politique.
    • Salvatore Scivoli, 54 ans.
  • Davide Bortolato, 36 ans, présenté comme le chef de la cellule de Padoue.
    • Valentino Rossin, 35 ans, employé de la poste, syndicaliste.
    • Federico Salotto, 22 ans, ouvrier.
    • Andrea Scantamburlo, 42 ans, syndicaliste.
    • Alessandro Toschi, 24 ans, ouvrier.
    • Massimiliano Toschi, 26 ans, ouvrier.
  • Bruno Ghirardi, 50 ans, ancien syndicaliste.
  • Massimiliano Gaeta, 31 ans, informaticien de l'organisation.
  • Davide Rotondi, 45 ans.

Procès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Police d'État italienne[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]