Lucien Sève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lucien Sève, né le 9 décembre 1926 à Chambéry, est un philosophe français d'inspiration marxiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Admis en 1945 à l'École normale supérieure, il est agrégé de philosophie en 1949. Professeur de philosophie au Lycée français de Bruxelles en 1950, il est déchu de ses fonctions pour « propagande marxiste-léniniste ». Nommé dans une petite ville française, il échappe à la révocation définitive de l'Éducation nationale en acceptant d'être affecté en 1952 à une unité disciplinaire de l'armée en Algérie. À son retour, il enseignera la philosophie dans les classes terminales de lycée, notamment au lycée Saint-Charles, à Marseille.

Il publie en 1956 une anthologie commentée des grands textes laïcs qui le conduit à approfondir la philosophie universitaire française au XIXe siècle ; il y montre le rôle joué par Victor Cousin dans la lutte contre le matérialisme et la dialectique sous le Second Empire.

Élu au Comité central du Parti communiste français en 1961, il en restera membre jusqu'en 1994.

En 1964, un article paru dans la revue l'École et la Nation (Les « dons » n'existent pas) a un important retentissement et le fait connaître bien au-delà du public enseignant.

Il publie en 1969 Marxisme et théorie de la personnalité. Cet ouvrage donne lieu à un débat très vif avec Louis Althusser à propos de l'interprétation de la VIe thèse sur Feuerbach de Marx et de la conceptualisation de l'« essence humaine ».

De 1970 à 1982, il dirige les Éditions sociales, une publication du PCF.

En 1980 paraît Une introduction à la philosophie marxiste, ouvrage qui dresse un tableau critique de la philosophie classique et des apports des grands penseurs matérialistes antiques, ainsi que de Marx et Engels, Lénine, Gramsci et Mao Zedong.

En 1984, Lucien Sève appelle à une « refondation » communiste. Refondation qu'il ne conçoit que sur la base d'une étude approfondie de l'œuvre de Marx et d'Engels et qu'il présente dans Communisme, quel second souffle ?

Membre du Comité consultatif national d'éthique de 1983 à 2000, il promeut le concept de « personne potentielle » pour résoudre les nombreuses contradictions que l'éthique, médicale en particulier, doit affronter. En 1994, il présente le résultat de son expérience et de ses réflexions dans Pour une critique de la raison bioéthique.

Sa réflexion, toujours dans la même perspective, le porte à s'interroger sur l'existence et les apports du matérialisme dialectique dans l'étude de la nature : Sciences et dialectiques de la nature (1998). Ce travail est prolongé par la publication en 2005 du livre Émergence, complexité et dialectique sous la coordination de Janine Guespin-Michel ; le chapitre central s'adresse particulièrement aux scientifiques et démontre l'utilisation possible des catégories dialectiques dans l'épistémologie des systèmes dynamiques non-linéaires. Six contributions de scientifiques complètent la discussion sur ces catégories.

Il s'engage à partir de 2004 dans la publication d'une synthèse en plusieurs volumes Penser avec Marx aujourd'hui, dont le premier tome s'intitule Marx et nous et le second « L'homme » ?.

L'ensemble de son œuvre est une interrogation sur l'essence humaine et sur la place de la personne dans une conception matérialiste dialectique et historique. Ce travail est prolongé en 2006 dans un ouvrage qui fait le point de la question et réunit quatre articles parus dans diverses revues ou journaux Qu'est-ce que la personne humaine ? - Bioéthique et démocratie[1].

Le prix l'Union rationaliste lui est décerné en 2008 pour l'ensemble de son œuvre.

Il démissionne du PCF[2] à l’issue des régionales d'avril 2010, dénonçant ce qu'il voit comme un « raidissement dans la pratique démocratique » d’un parti qui « n’a pas réussi à se transformer ». Il ajoutera dans une lettre aux militants qu'il n'arrête pas le combat : « Pour où je pars ? Pour un où qui n’existe pas encore, un où à construire d’une façon à inventer, même si je considère par exemple qu’une structure fort modeste telle que Communistes unitaires peut être bien utile pour engager ce qui doit l’être »[3]. Son analyse, qui suscite parfois de vives réactions à l'échelon local[4], suggère des voies à suivre pour transformer le PCF et une stratégie pour la mise en place du communisme tel qu'il le conçoit, qui s'inspirerait de la thèse stratégique de Marx selon laquelle « l'émancipation des travailleurs sera l'œuvre des travailleurs eux-mêmes ».

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • «Pavlov, Lénine et la psychologie» [1952], dans "La Raison", Cahiers de psychopathologie scientifique, n° 9-10, 1954, p. 79-96
  • L'École et la laïcité: anthologie commentée des grands textes laïques, Chambéry: EDSCO, 1965
  • «Henri Lefebvre et la dialectique chez Marx », La Nouvelle Critique, n° 94, mars 1958, p. 55-89
  • La Différence - deux essais: Lénine, philosophe communiste; Sur "La Somme et le reste" d'Henri Lefebvre, Paris: Les Essais de la Nouvelle critique, 1960
  • La Philosophie française contemporaine et sa genèse de 1789 à nos jours, précédé de Philosophie et politique, Paris: Éditions Sociales, 1962
  • «Les "dons" n'existent pas», L'École et la Nation, octobre 1964, p. 39-64
  • Marxisme et théorie de la personnalité, Paris: Éditions Sociales, 1969 (5e édition 1981, avec les postfaces à la 2e édition [1972] et à la 3e [1973]; traduit en vingt langues)
  • «Marxisme et "essence humaine" - Réponse à Bernard Chouvier», La Nouvelle critique, n° 54 (nouvelle série), juin 1972, p. 92-95
  • (Avec Catherine Clément et Pierre Bruno), «Psychanalyse et matérialisme historique» [1972], dans Pour une critique marxiste de la théorie psychanalytique, Paris: Éditions Sociales, 1973, p. 195-268
  • (Ouvrage collectif), Analyses marxistes de l'aliénation: religion et économie politique [1973], dans Philosophie et religion, Paris: CERM/ Éditions sociales, 1974, p. 203-254
  • Introduction à Karl Marx et Friedrich Engels, dans Textes sur la méthode de la science économique (édition bilingue), Paris: Éditions Sociales, 1974, p. 7-31
  • «Lénine et le passage pacifique au socialisme», conférence au CERM, reprise dans "Le XXIIe Congrès, développement léniniste de la stratégie de révolution pacifique", Cahiers du communisme, n° 6, juin 1976, p. 48-68
  • (Avec Jean Fabre et François Hincker), Les Communistes et l'État, Paris: Éditions sociales, 1977
  • Une introduction à la philosophie marxiste, suivie d'un vocabulaire philosophique, Paris: Éditions Sociales, 1980 (1re, 2e et 3e éditions)
  • «Où en sommes-nous avec le socialisme scientifique?», La Pensée, n° 232, mars-avril 19583, p. 39-61
  • Structuralisme et dialectique, Paris: Messidor/Éditions Sociales, 1984
  • (Ouvrage collectif), La Personnalité en gestation, dans Je/Sur l'individualité, Paris: Messidor/Éditions Sociales, 1987, p. 211-249
  • (En collaboration), Recherche biomédicale et respect de la personne humaine, Rapport du Comité consultatif national d'éthique, Paris: La Documentation française, 1988
  • Communisme, quel second souffle?, Paris: Messidor/Éditions Sociales, 1990
  • Pour une critique de la raison bioéthique, Paris: Éditions Odile Jacob, 1994
  • «La question du communisme», intervention au Congrès Marx international (septembre 1995), dans Congrès Marx international, Paris: Actuel Marx/PUF, p. 275-285
  • «Althusser et la dialectique», dans Althusser philosophe, sous la direction de Pierre Raymond, Paris: Actuel Marx/PUF, 1997, p. 105-136
  • «Alternative socialiste ou visée communiste?», intervention au "Colloque d'Actuel Marx sur Le socialisme aujourd'hui" (Nanterre, octobre 1997), Regards, n° 31, janvier 1998, p. 21-23
  • (Ouvrage collectif, coordination Lucien Sève), Nature, science, dialectique: un chantier à rouvrir, dans Sciences et dialectiques de la nature, Paris: Éditions La Dispute, 1998, p. 23-247
  • Commencer par les fins: la nouvelle question communiste, Paris: Éditions La Dispute, 1999
  • «Argenteuil: des apparences d'un texte aux réalités d'un affrontement», dans "Aragon et le Comité central d'Argenteuil", Les annales de la Société des amis de Louis Aragon et Elsa Triolet, n° 2, 2000, p. 49-71
  • «Émancipation sociale et libre développement de chacun», Cahiers d'histoire, n° 80-81, 3e-4e trim. 2000, p. 111-124
  • Sciences de l'homme et de la société, la responsabilité des scientifiques, [Actes des journées d'études tenues en 1996 et 1998], Réseau national pluridisciplinaire “Sciences de l'homme et de la société, éthique et déontologie des métiers de la recherche”, sous la direction de Jean-Paul Terrenoire, préface de Lucien Sève, Paris-Budapest-Torino: L'Harmattan, 2001 (ISBN 2747513718)
  • (Ouvrage collectif sous la direction d'Yves Clot), «Quelles contradictions?: à propos de Piaget, Vygotski et Marx», dans Avec Vygotski, La Dispute, 1999 (2e édition 2002)
  • «Historische Individualitätsformen», dans Historisch-kritisches Wörterbuch des Marxismus, sous la direction de W.F.Haug, Berlin: Éditions Argument, tome 6/1, 2004
  • Penser avec Marx aujourd'hui. I. Marx et nous, Paris: Éditions La Dispute, 2004
  • (Ouvrage collectif, coordonné par J. Guespin-Michel), «De quelle culture logico-philosophique la pensée du non-linéaire a-t-elle besoin?», dans Émergence, complexité et dialectique: sur les systèmes dynamiques non-linéaires, Paris: Éditions Odile Jacob, 2005 (ISBN 2738116264)
  • Qu'est-ce que la personne humaine?: bioéthique et démocratie, Paris: Éditions La Dispute, 2006 (ISBN 9782843031328)
  • Penser avec Marx aujourd'hui. II. L'homme?, Paris: Éditions La Dispute, 2008 (ISBN 9782843031694)
  • Aliénation et émancipation, Paris: Éditions La Dispute, 2012 (ISBN 9782843032356)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Regards, n° 63, été 2009
  2. Mina Kaci, Ces refondateurs qui tournent la page, sur le site de L'Humanité [1]
  3. Lucien Sève, Que faire maintenant ? Dix thèses non conformes d’un communiste sans carte [2]
  4. Pierre Kulemann, La Jeunesse communiste défie les "Archaïsants" du Parti communiste français [3]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :