Li Xiannian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans ce nom chinois, le nom de famille, Li, précède le nom personnel.
Li Xiannian
Image illustrative de l'article Li Xiannian
Fonctions
3e président de la République populaire de Chine
18 juin 19838 avril 1988
(4 ans, 9 mois et 21 jours)
Premier ministre Zhao Ziyang
Li Peng
Prédécesseur Liu Shaoqi
Successeur Yang Shangkun
5e président de la CCPPC
Avril 1988Juin 1992
Prédécesseur Deng Yingchao
Successeur Li Ruihuan
Biographie
Date de naissance 23 juin 1909
Lieu de naissance Xian de Hong'an
Date de décès 21 juin 1992 (à 82 ans)
Lieu de décès Pékin
Nationalité chinoise
Parti politique Parti communiste chinois
Enfant(s) Li Xiaolin
Religion Lin Mei

Li Xiannian
Président de la République populaire de Chine

Li Xiannian (chinois classique : 李先念 ; pinyin : Lǐ Xiānniàn), né le 23 juin 1909 et mort le 21 juin 1992, est un homme d'État communiste chinois, qui fut président de la République populaire de Chine entre le 18 juin 1983 et le 8 avril 1988.

Biographie[modifier | modifier le code]

Li Xiannian est né dans la province du Hubei, au sein d'une famille de pauvres paysans.

Il subit une formation et travaille en tant que charpentier à la fabrication de cercueils, et rejoint les rangs du Kuomintang (nationaliste) lors de « L'Expédition du Nord » (1926-1927). Puis après avoir servi un an au sein du camp nationaliste, il rejoint en 1927 le Parti communiste chinois. Son ton tranchant dans les négociations ainsi que son habileté lui permettent d'augmenter son influence au sein du parti et des milieux ruraux. Il devient une figure dirigeante dans le soviet d'Oyuwan (république populaire) installé dans le Hubei.

Il rejoint Mao Zedong pendant le Longue Marche (1934 - 1936) et sert en tant que capitaine d'armée et commissaire politique dans l'armée rouge chinoise. Il commande la guérilla communiste contre les japonais dans le Hubei, en 1941 il a plus de 10 000 hommes sous son commandement.

En 1941 il est élu au Comité central du parti communiste chinois, poste qu'il occupera jusqu'à sa retraite en 1987. Après la défaite des japonais, il dirige les forces armées communistes contre les nationalistes de Tchang Kai-chek pendant la guerre civile chinoise.

Ascension politique[modifier | modifier le code]

Lors de la victoire des communistes et de leur prise de pouvoir en 1949, Li Xiannian devient gouverneur de sa province natale du Hubei.

Il se révèle autodidacte en matière d'économie, après sa nomination en qualité de maire de Wuhan, une ville industrielle.

Deux ans plus tard, il devient député premier-ministre, en 1956 il est même nommé au Politburo, où il tiendra sa place jusqu'en 1987 (au sein des 8e, 9e, 10e, 11e et 12e Politburos du PCC).

En 1957, il est nommé au poste de ministre des finances (en) et après l'échec du Grand Bond en avant, il travaille avec Deng Xiaoping et d'autres cadres du parti à la réparation de l'économie du pays.

Cependant après des années de progression au sein du parti communiste chinois, il tombe en disgrâce pendant la Révolution culturelle (1966-1969).

Relations avec Deng Xiaoping et Présidence[modifier | modifier le code]

Mais il est réhabilité en 1973 en tant que ministre des finances (en) par Zhou Enlai.

Les années 1970 mettent en étroite relation Li Xiannian et Deng Xiaoping, où ils furent à la fois alliés et adversaires.

Au milieu de ces années, ils travaillèrent ensemble pour restructurer l'économie. Il fut aussi partisan de la réhabilitation de Deng Xiaoping, après sa fuite dans le Guangdong en 1976.

Il participe au retour au pouvoir de Deng Xiaoping, et deviendra sous son pouvoir, président de la République populaire de Chine de 1983 à 1988.

Mais au début des années 1980, Li devient un rival. En effet il devient méfiant envers les mesures d'ouverture économique de Deng. Et prudent lors de la nomination d'hommes présentés comme les héritiers de Deng Xiaoping. Li joua un rôle dans les démissions et les disgrâces de nombreux de ces héritiers tels Hu Yaobang.

Il quitte son poste en 1988, suivant le mouvement du départ à la retraite de nombreux « vieux cadres » ou « vieille garde » du parti.

Il devient président de la Conférence consultative sur la politique populaire chinoise, un forum de discussion politique.

En printemps 1989 durant la manifestation étudiante de la place Tian' anmen il apporte son soutien à Deng.

Li Xiannian meurt en 1992 juste avant ses 83 ans.

Il restera comme un partisan de la ligne dure du parti, et jusqu'à la fin de sa vie demandera aux élites du parti de résister aux influences occidentales.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]