Checkpoint Charlie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

52° 30′ 27″ N 13° 23′ 25″ E / 52.5075, 13.39027

Face à face entre chars soviétiques et américains au Checkpoint Charlie le 27 octobre 1961
Panneau quadrilingue
La guérite des forces occidentales au Checkpoint Charlie en 2004

Le Checkpoint Charlie (point de contrôle C, comme Charlie dans l'alphabet phonétique de l'OTAN) est l'un des postes frontières berlinois qui, lors de la Guerre froide, permettait de franchir le mur qui divisait la capitale allemande entre le secteur Ouest et le secteur Est. Il se situait sur la Friedrichstraße, à la frontière entre les districts de Mitte (en secteur soviétique) et Kreuzberg (en secteur américain).

Historique[modifier | modifier le code]

Après l'effondrement du Troisième Reich en 1945, l'Allemagne est devenue un pays occupé. Les quatre zones d'occupation qui se répartirent sur le territoire allemand, y compris sur sa capitale Berlin, se regroupent bientôt en deux blocs antagonistes : l'Est sous occupation soviétique devient la République démocratique allemande (RDA), tandis que l'Ouest sous occupation britannique, française et américaine se constitue en République fédérale d'Allemagne (RFA). Les différents « points de contrôle » (checkpoint en anglais) établis entre les zones occidentales et orientales ont reçu les noms de code :

Le Checkpoint Charlie était alors réservé au passage des étrangers, des personnels diplomatiques et des échanges de prisonniers, étant le point de passage obligé pour les véhicules occidentaux, les piétons pouvant également transiter par la gare de Friedrichstrasse.

Ce checkpoint fut établi à la limite des quartiers de Mitte (secteur soviétique) et de Kreuzberg (secteur américain), c'est-à-dire au croisement avec la Zimmerstraße, dont le mur suivait alors le tracé dans cette zone. Moins du tiers de la largeur de cette rue resta ouvert à la circulation dans le secteur occidental. Dans le secteur Est, au contraire elle laissa la place à un no man's land (zone interdite) allant jusqu'à quelques dizaines de mètres de largeur et entraînant donc la destruction des immeubles riverains.
Si, côté ouest-berlinois on se refusa à construire des bâtiments permanents, se contentant d'une simple guérite placée sur un terre-plein au milieu de la chaussée, il en fut tout autre coté Berlin-Est. L'infrastructure sur le côté opposé fut en effet agrandie au fil des ans, pour inclure non seulement le mur, mais aussi des miradors et des chicanes, un vaste hangar barrant l'axe tant de la Friedrichstraße que de la Mauerstraße et comportant plusieurs files d'attente pour le contrôle des voitures et de leurs occupants.

Il reste pendant toute la Guerre froide un des points de tension entre les deux « supergrands », notamment lors de la construction du Mur de Berlin. Le 27 octobre 1961, chars et soldats des deux camps se sont fait face pendant trois jours, suite à un différend sur la libre circulation des membres des forces alliées dans les deux moitiés de la ville (les Soviétiques exigeant de contrôler les soldats occidentaux qui pénétraient à Berlin-Est).

Les « checkpoints » ont été maintenus pendant la guerre froide jusqu'à la chute du Mur en 1989 (la réunification de l'Allemagne intervenant en 1990).

Aujourd'hui, les touristes se pressent au Checkpoint Charlie pour se faire photographier avec des figurants en uniforme.

Le Checkpoint Charlie dans la fiction[modifier | modifier le code]

Ce point de passage a été illustré notamment par des romanciers qui traitaient de l'espionnage, exemples:

Autres curiosités[modifier | modifier le code]

En 2010, un établissement McDonald's a pris la place du « Snackpoint Charlie » qui regroupait des vendeurs de kebab, de sushis et de pizzas.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]