Internationale situationniste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michèle Bernstein, Guy Debord et Asger Jorn en juillet 1957 au moment de la fondation de l'IS à Cosio d'Arroscia.

L’Internationale situationniste (IS) était une organisation révolutionnaire désireuse d'en finir avec le malheur historique, avec la société de classes et la dictature de la marchandise, se situant dans la filiation de différents courants apparus au début du XXe siècle, notamment de la pensée marxiste d'Anton Pannekoek et de Rosa Luxemburg, du communisme de conseils, ainsi que du groupe Socialisme ou barbarie (Claude Lefort, Cornelius Castoriadis notamment) dans les années 1950. En ce sens, elle pourrait être apparentée à un groupe d'ultra-gauche. Mais elle représentait à ses débuts l'expression d'une volonté de dépassement des tentatives révolutionnaires des avant-gardes artistiques de la première moitié du XXe siècle, le dadaïsme, le surréalisme[1] et le lettrisme[2].

Formellement créée en juillet 1957 à la Conférence de Cosio di Arroscia, l'Internationale situationniste est née du rapprochement d'un ensemble international de mouvements d'avant-garde, dont l'Internationale lettriste (elle-même issue d'une rupture avec le Lettrisme d'Isidore Isou), le Mouvement international pour un Bauhaus imaginiste, le Comité psychogéographique de Londres et un groupe de peintres italiens. Son document fondateur, Rapport sur la construction de situations..., a été rédigé par Guy Debord en 1957. Dans ce texte programmatique, Debord pose l'exigence de « changer le monde » et envisage le dépassement de toutes les formes artistiques par « un emploi unitaire de tous les moyens de bouleversement de la vie quotidienne ».

L'un des principaux objectifs de l'Internationale situationniste était l'accomplissement des promesses contenues dans le développement de l'appareil de production contemporain et la libération des conditions historiques, par une réappropriation du réel, et ce dans tous les domaines de la vie. Le dépassement de l'art fut son projet originel.

Aux débuts, les Situationnistes firent parler d'eux par l'utilisation du calembour comme arme politique, tournant en dérision l'art contemporain pour démontrer l'inanité et le superficiel d'une culture dite bourgeoise.

Puis l'IS s'est rapidement orientée vers une critique de la société du spectacle, ou société « spectaculaire-marchande », accompagnée d'un désir de révolution sociale. L'année 1962 voit la scission entre « artistes » et « révolutionnaires » et l'exclusion des premiers.

D'un point de vue organisationnel, l'IS conserve la position marxiste d'un parti théorique représentant le plus haut niveau de conscience révolutionnaire. La théorisation de cette position ne se fera qu'assez tardivement dans la Définition Minimum des Organisations révolutionnaires (IS no 11), adoptée par la 7e Conférence de l'IS en 1967, qui sera en France l'une des références du conseillisme d'après mai 1968, et en 1969 dans les Préliminaires sur les conseils et l'organisation conseilliste (IS no 12).

Théorie(s) situationniste(s)[modifier | modifier le code]

Le projet situationniste repose sur :

  • la révolution de la vie quotidienne, projet libertaire et hédoniste que l'on pourrait résumer par ce slogan : « Vivre sans temps mort et jouir sans entrave ».

La révolution de la vie quotidienne ne peut se faire que dans le cadre de l'autogestion généralisée, sur des bases égalitaires, et en supprimant les rapports marchands. Elle s'appuie sur plusieurs idées :

  • l'abolition du spectacle en tant que rapport social ;
  • la participation des individus (refus des représentations immuables) ;
  • la communication (refus des médiations en tant que séparées[3]) ;
  • la réalisation et l'épanouissement de l'individu (opposés à son aliénation) : le libre usage de soi-même est un des aspects de cet épanouissement, mais globalement, la subjectivité radicale de chacun-e est censée se développer dans le refus des contraintes de la rentabilité, et ce dans tous les domaines, tout en gardant la responsabilité de ses actes ;
  • l'abolition du travail en tant qu'aliénation et activité séparée de la vie qui va, résumée par un slogan, que Guy Debord s'attribue, écrit à la craie sur un mur du quai aboutissant sur la Seine de la rue de Seine en 1952 (à Paris) : « Ne travaillez jamais » ;
  • le refus de toute activité séparée du reste de la vie quotidienne : les situationnistes luttent pour l'abolition de l'art contemplatif, des loisirs en tant que séparés de la vie de tous les jours, de l'Université et pour la réunification de toutes les activités humaines : la fin de la division du travail et des séparations entre les différentes sciences. Ils ne font ainsi que reprendre le projet communiste de Marx : l'autogestion communiste permet à l'activité de production de ne plus être un travail[4] et de fusionner avec toutes les autres activités humaines sous une forme artistique et poétique. Ainsi, l'activité de production n'est plus séparée de la réalisation individuelle, des loisirs et de la sexualité. De manière plus générale, le projet situationniste aspire à ce que toutes les activités humaines prennent une forme poétique : celle de la libre création de situations par les individus.

Pour décrire le stade moderne du capitalisme, Guy Debord réutilise le concept de « spectacle » évoqué par Marx. Ce concept a plusieurs significations. Le spectacle est avant tout l'appareil de propagande du pouvoir capitaliste, mais c'est aussi « un rapport social entre des personnes médiatisé par des images ».

« Le spectacle est la religion de la marchandise »

Il apparaît avec la société de consommation, dans les années 1930. Guy Debord distingue trois formes de spectacle, dont la dernière succède aux deux autres :

  1. le spectaculaire concentré des sociétés totalitaires (capitalisme d'État) ;
  2. le spectaculaire diffus des sociétés libérales ;
  3. le spectaculaire intégré, qui est la fusion des deux premiers dans le cours de l'histoire. Anticipant ainsi la chute des régimes du Bloc de l'Est et leur intégration dans le système capitaliste global, il offre une première définition de la post-politique.

Alors qu'en Union soviétique et dans les pays de l'Est le spectacle se concentre sur la personne du dictateur (Staline puis Khrouchtchev puis Brejnev), le spectacle se présente dans les sociétés libérales occidentales de manière diffuse, sous la forme de marchandises qui contiennent toute la propagande de l'idéologie capitaliste. Guy Debord observe que dans les années 1980 les deux formes de spectacle ont fusionné sous la forme du « spectaculaire intégré » : désormais, le spectacle n'est plus seulement dans la marchandise, les rapports sociaux auxquels elle prédispose ou dans la simple propagande du pouvoir, « désormais, le spectacle est présent partout. » Il régit tout dans les relations entre les personnes, puisque désormais tous les rapports sociaux tendent à devenir des rapports marchands : les rapports sociaux ne sont plus que des rapports de signifiants, autrement dit de simulacres. Ils sont eux-mêmes des simulacres.

Au-delà même des rapports sociaux, le spectaculaire intégré est présent dans les choix de l'architecture, la géographie, le modelage des paysages, des consciences, la falsification de la nourriture et même la dégradation de la nature (pollutions diverses, radioactivité, réchauffement climatique, organismes génétiquement modifiés).

De nos jours, plusieurs organisations du mouvement altermondialiste puisent une partie de leurs idées dans la philosophie situationniste. Des groupes comme Antipub ou des écrivains comme Naomi Klein affirment s'inspirer des écrivains situationnistes.[réf. souhaitée]

La revue[modifier | modifier le code]

L'Internationale situationniste produit ses travaux théoriques dans sa revue Internationale situationniste et surtout dans deux livres : Traité de savoir vivre à l'usage des jeunes générations (1967), de Raoul Vaneigem et La société du spectacle (1967), de Guy Debord.

La revue Internationale situationniste fut également rédigée par Guy Debord, Mohamed Dahou, Giuseppe Pinot-Gallizio, Maurice Wyckaert, Constant, Asger Jorn, Helmut Sturm, Attila Kotanyi, Jørgen Nash, Uwe Lausen, Raoul Vaneigem, Michèle Bernstein, Jeppesen Victor Martin, Jan Stijbosch, Alexander Trocchi, Théo Frey, Mustapha Khayati, Donald Nicholson-Smith, René Riesel, René Viénet, etc. 12 numéros furent publiés entre 1958 et 1969. Cette revue était un terrain d'expérimentation discursif et également un moyen de propagande.

Tout en étant surtout un groupe de théoriciens, l'Internationale situationniste s'est illustrée par sa pratique dans deux occasions :

  • À Strasbourg, en 1967, un an avant la grève généralisée en France, en « prenant le pouvoir » dans la section locale de l'UNEF, et en utilisant celle-ci pour éditer De la Misère en Milieu Etudiant qui allait connaître par la suite de multiples rééditions.
  • À Paris lors de la grève générale de mai 1968, notamment par son appel à la grève générale du 16 mai[5], lancé de la Sorbonne. En mai 68, l'Internationale situationniste s'élargit à travers le Comité Enragés-Situationnistes et surtout ensuite dans le Conseil pour le Maintien des Occupations (CMDO), qui donnera naissance à différents groupes « pro-situs ». Lorsque le CMDO se dissout - les usines n'étant pas occupées - l'Internationale situationniste se reconstitue en tant que telle (groupe de théoriciens), avant de s'auto-dissoudre en pleine crise interne, après une série d'exclusions qui la ramenaient à sa plus simple expression. Plusieurs de ses ex-membres à commencer par Guy Debord auront un rôle majeur dans l'apparition des éditions Champ libre.

Les positions fondamentales développées dans l'Internationale situationniste peuvent se résumer par cet extrait de la Définition Minimum des Organisations Révolutionnaires, adoptée par la 7e conférence de l'Internationale situationniste et reproduite dans le no 11 de la revue :

« Considérant que le seul but d'une organisation révolutionnaire est l'abolition des classes existantes par une voie qui n'entraine pas une nouvelle division de la société, nous qualifions de révolutionnaire toute organisation qui poursuit avec conséquence la réalisation internationale du pouvoir absolu des Conseils Ouvriers tel qu'il a été esquissé par l'expérience des révolutions prolétariennes de ce siècle… Elle (l'organisation) critique radicalement toute idéologie en tant que pouvoir séparé des idées et idées du pouvoir séparé. »

Auto-dissoute en 1972, l'Internationale situationniste reste aujourd'hui un mouvement peu ou mal étudié, notamment en regard de sa place significative dans l'histoire de la pensée de la politique et dans l'histoire des théories artistiques ainsi que par l'actualité de son discours critique. Les situationnistes ne reconnaissent pas non plus la propriété intellectuelle.

Dans ce sens, n'importe qui pourra toujours se dire situationniste (ou disons, s'approprier et user théoriquement et pratiquement, ou idéologiquement, des idées situationnistes), à condition bien sûr de critiquer l'Internationale situationniste. Car un situationniste qui ne critiquerait pas les situationnistes n'en serait pas un : là réside la différence entre les situationnistes et ceux qu'ils dénonçaient eux-mêmes sous le terme de « pro-situs » (les adeptes de l'idéologie figés dans le « situationnisme »). En effet, le concept de « situationnisme » a toujours été dénoncé par les situationnistes, en tant qu'il sous-entendrait l'existence d'une idéologie situationniste avec ses dogmes et sa doctrine, ce qui est le contraire de la théorie situationniste, qui repose sur la critique permanente et le dépassement. En 1972, l'Internationale situationniste était devenue une forme d'organisation dépassée mais surtout à dépasser car, selon elle, elle avait achevé son rôle historique. Les membres de l'IS ont donc décidé de dissoudre leur organisation cette année-là. En 1974 et ensuite, des anciens membres exclus de l'Internationale situationniste ont alors créé l'Antinationale situationniste, les nexialistes, etc.

Tracts diffusés par le comité d'occupation de la Sorbonne et le C.M.D.O en mai-juin 1968[modifier | modifier le code]

  • 15 mai 1968 :

• télégramme de soutien envoyé au comité de grève de Sud-Aviation occupée • tract définition minimum des organisations révolutionnaires

  • 16 mai 1968 :

• tract camarades, l'usine Sud-Aviation de Nantes... (15 h) • tract vigilance ! (16 h 30) • tract attention ! (17 h) • tract attention aux manipulateurs ! attention aux bureaucrates ! (18 h 30) • tract mots d'ordre à diffuser maintenant par tous les moyens (19 h) • tract en accord avec différents groupes politiques...(20 h)

  • 17 mai 1968 :

• tract des ouvriers en grève de Renault (13 h) • télégramme envoyé à l'institut d'histoire sociale Amsterdam Pays-Bas • télégramme envoyé au professeur Ivan Svitak Prague Tchécoslovaquie • télégramme envoyé à la zengakuren Tokyo Japon • télégramme envoyé au bureau politique du parti communiste de l'U.R.S.S. le Kremlin Moscou • télégramme envoyé au bureau politique chinois porte de la paix céleste Pékin • constitution au soir du 17 mai du C.M.D.O. (Conseil pour le Maintien des Occupations)

  • 19 mai 1968 :

• tract rapport sur l'occupation de la Sorbonne

  • 22 mai 1968 :

• tract pour le pouvoir des conseils ouvriers[6]

  • 30 mai 1968 :

• tract adresse à tous les travailleurs[7]

  • 8 juin 1968 :

• tract c'est pas fini ! • tract communiqué du comité d'action poétique et prolétarienne

  • 15 juin 1968 :

• dissolution du C.M.D.O.

L'Internationale situationniste (complément)[modifier | modifier le code]

Dès le début des années 1950, les situationnistes avaient entrepris la critique de la société marchande dans sa modernité même. Mais à l’encontre de certains penseurs tiers-mondistes de cette époque, ils plaçaient la lutte de classes au centre d'un mouvement subversif dont l'épicentre se situait dans les pays développés. En élaborant le programme d'une insurrection qui cherche ses causes et son point d'application au cœur même de la vie vécue par leurs contemporains, ils se proposaient d'actualiser le programme énoncé par le Manifeste du parti communiste (1848) de Karl Marx et Friedrich Engels, compris comme l'effacement du travail au profit d'un nouveau type d'activité libre, la fin du malheur historique, l'autogestion généralisée, l'avènement de la société des maîtres sans esclaves, la réalisation de l'art.

L'Internationale Situationniste se proclamait anti-hiérarchique et se présentait comme un exemple de communauté critique dont les membres étaient censés s'approprier égalitairement la critique unitaire de tous les aspects de la vie. En posant cette exigence de cohérence entre la vie réellement vécue et les idées proclamées, elle prétendait ramener le dessein subversif des artistes novateurs au cœur du projet révolutionnaire.

Critiquant la nouvelle pauvreté dissimulée sous l'abondance de marchandises, elle prônait la décolonisation de la vie quotidienne dont elle pensait avoir identifié la misère présente comme le principal résultat du pauvre emploi des moyens techniques accumulés par le capitalisme moderne:« la société technicienne avec l'imagination de ce qu'on peut en faire »[réf. nécessaire].

S'attaquant également à l'idéologie, à la politique spécialisée et aux spécialistes en général, dénonçant le militantisme comme activité aliénée, se réjouissant de la dislocation des familles et de « la disparition du minimum de conventions communes entre les gens, et à plus forte raison entre les générations », s'identifiant « au désir le plus profond qui existe chez tous, en lui donnant toute licence (...) le seul désir de briser toutes les entraves de la vie », soucieux enfin de « fair(e) passer l'agressivité des blousons noirs sur le plan des idées », les situationnistes prétendaient inaugurer un style de vie, condition de participation à l'avant-garde.

En développant leur programme de repassionnement de la vie, ils avaient conscience d'avancer sur le terrain de leurs ennemis, gestionnaires, modernisateurs et publicitaires de la société marchande. Mais ils espéraient les prendre de vitesse et voir venir à eux les forces pratiques de la nouvelle insurrection.

Pour l'Internationale Situationniste, qui avait prévu le retour de la subversion dans les métropoles du capitalisme développé et annonçait en 1966 le déclin et la chute de l'économie spectaculaire-marchande, le mouvement de Mai 68 était le prélude à l'assaut décisif du prolétariat. Ne prétendant rien de moins qu'à représenter l'expression théorique générale d'un mouvement historique, mais visant explicitement dans sa victoire sa propre fin en tant qu'organisation séparée, elle s'est finalement dissoute au moment même où ses idées rencontraient le plus de succès.

Critique(s) (des) situationniste(s)[modifier | modifier le code]

Partisane radicale contre le travail aliéné (et aliénant) et le spectacle en tant que rapport social médiatisé par des images, l’IS se refusa à toute aliénation de l’individu et étant un groupe prônant la libération de celui-ci. Ses membres se refusèrent à toutes propositions formelles pouvant la diriger, ce qui fut vivement critiqué par d’autres mouvements de l’« extrême-gauche » de l'époque (le maoïsme ou le structuralisme).

Les critiques situationnistes, tant sur cette société que sur certains de ceux qui disent la combattre, furent cinglantes et « avant-gardistes », poussant au radicalisme la critique et l’action. Aujourd’hui certaines personnes venant de tous milieux récupèrent Debord, mettant en avant sa personnalité et son style d’écriture, et annihilent sa pensée. On a ainsi vu des expositions et des ouvrages littéraires dans certains lieux comme le Centre Pompidou (type d’institution très critiqué par les situationnistes). De plus, des conseillistes continuent à se dire situationnistes. Certains pensent cependant qu'il est abusif de se déclarer comme tel aujourd'hui et que cela revient à une récupération du mouvement, dénoncée dès l'origine (l’IS voulait un dépassement de leur pensée et non la dogmatiser).

La « mouvance » situationniste[modifier | modifier le code]

Membres de l'Internationale situationniste[modifier | modifier le code]

Compagnons de route[modifier | modifier le code]

Le nom du sinologue Simon Leys est souvent associé au mouvement situationniste, deux de ses livres étant venus confirmer l'analyse de ce mouvement envers le système politique chinois : Les Habits neufs du président Mao et Ombres chinoises. Le style même de ces titres est d'ailleurs en droite ligne de l'esprit de ce mouvement.

Les « situationnistes » après l'IS[modifier | modifier le code]

Après l'autodissolution de l'IS, un certain nombre de groupes et de publications se réclamant d'une mouvance « post-situationniste » ont vu le jour. Leur rapport avec l'IS est parfois très lointain.

  • Institut de préhistoire contemporaine : fondé par Jean-Pierre Voyer
  • Participation au Mouvement autonome en France (1976)
  • L'Assommoir, revue fondée par Roger Langlais et Bernard Pécheur (7 numéros, 1978-1985, I.I.H.S. d'Amsterdam, ZK 55941)[8]
  • Les fossoyeurs du Vieux Monde Nice 1970-1977 Dan Azoulay artiste psychogéographe et mouvement Nicois (Fanny Schulmann revue Hippocampe no 3 Avril 2010 et Laurent Chollet "Les situationnistes, l'utopie incarnée " 2004)
  • Les Fossoyeurs du Vieux Monde (1976-1983) :pratiques de la rencontre et de l'organisation subversive, squat et actions émeutières, occupations d'usines (liens site web: basse intensité http://basseintensite.internetdown.org/spip.php?mot55)
  • Os Cangaceiros (1985 - 1992) :Dans la suite des fossoyeurs du vieux monde, actions émeutières, lutte anti-carcérale
  • L'Encyclopédie des Nuisances (1984) : courant anti-industriel
  • Les premiers numéros de la revue Hermaphrodite (1998-2000) étaient inspirés par les thèses situationnistes.
  • L'Achèvement, revue basée à Lyon
  • La Bibliothèque des émeutes
  • Tiqqun, 2 revues (1999 et 2001), basée à Paris
  • l'Association Psychogéographique de Londres ou LPA East London Section (1992-2000), Londres[9]
  • The Workshop for Non-Linear Architecture (en), quatre numéros de la revue Viscocity (1992-1996), basée à Glasgow & Londres.
  • L'Institut International d'anthropologie corporelle en Bretagne, au Danemark et en Allemagne depuis les années 1980.

Annexes[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Plusieurs de ces films sont disponibles désormais en DVD, notamment La Société du spectacle, ainsi qu'un coffret diffusé par MK2 vidéos.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Textes situationnistes[modifier | modifier le code]

  • Le recueil des douze numéros de la revue Internationale situationniste a été publié chez Van Gennep, Amsterdam, en 1970 puis en 1975 chez Champ libre. En 1997, Arthème Fayard a réédité le même recueil.
  • Maurice Lemaître, Bilan du Situationnisme, Centre de Créativité, Paris, 1996, Fondation Bismuth-Lemaître, 13 rue de Mulhouse, Paris, France.
  • Guy Debord, Rapport sur la construction des situations, Internationale lettriste, 1957 ; Mille et une Nuits, 1999. Également édité dans Documents relatifs à la fondation de l'Internationale situationniste (1948-1957), Allia, 1985.
  • Asger Jorn, Pour la forme, préface de Guy Debord, Internationale situationniste, 1957 (rééd. Allia).
  • De la misère en milieu étudiant, réédition Champ Libre. 1re édition en 1966, A.F.G.E.S.
  • Raoul Vaneigem, Traité de savoir-vivre à l'usage des jeunes générations, Gallimard, 1967.
  • Guy Debord, La Société du spectacle, Buchet-Chastel, 1967 (réed. Champ Libre 1971, Gallimard 1992).
  • Enragés et situationnistes dans le mouvement des occupations, Gallimard, coll. « Témoins » 1968 (réed. 1998).
  • La véritable scission dans l'Internationale, circulaire publique de l'Internationale Situationniste, Champ Libre, 1972 (réed. Fayard 1998)
  • Internazionale Situazionista, Ecrits complets de la Section italienne de l'internationale situationniste, traduits de l'italien par Joël Gayraud et Luc Mercier, Contre-Moule, Paris, 1988.
  • Section américaine de l'Internationale situationniste, Écrits, éditions CMDE, 2012.
  • Archives situationnistes, Contre-Moule Parallèles, 1997.
  • 1948-1957 : Documents relatifs à la fondation de l'internationale situationniste, Allia, 1985.
  • Textes et documents situationnistes, Allia, 2003.
  • Les éditions Denoël publient depuis 2000 la revue Archives et documents situationnistes.

Sur les situationnistes[modifier | modifier le code]

  • Raoul Vaneigem, Morgan Sportès, Keith Sanborn, Yann Beauvais, Patrick Marcolini, Pierre-Ulysse Barranque, Laurent Jarfer, IN SITUS. Théorie, Spectacle et Cinéma, chez Guy Debord et Raoul Vaneigem, Gruppen Éditions, 2013, (ISBN 978-2-919103-08-9)
  • Miguel Amoros, Les Situationnistes et l'Anarchie, Éditions de la Roue, 2012. (ISBN 978-2-9541154-0-5)
  • Jean-Christophe Angaut, "La fin des avant-gardes : les situationnistes et mai 1968", Actuel Marx 2009/01, no 45, p. 149-161.
  • (it) Gianluigi Balsebre, Il territorio dello spettacolo, Potlatch, s. l., 1997.
  • (it) Gianluigi Balsebre, Della critica radicale.Bibliografia ragionata sull'Internazionale situazionista con documenti inediti in italiano, edizioni Grafton 9, Bologna, 1995.
  • Éliane Brau, Le Situationnisme ou la nouvelle Internationale, éditions Debresse, 1968.
  • Laurent Chollet, L'Insurrection situationniste, éditions Dagorno, 2000.
  • Laurent Chollet, Les situationnistes, l'utopie incarnée, Découvertes Gallimard, 2004.
  • Fabien Danesi, Le mythe brisé de l'Internationale situationniste. L'aventure d'une avant-garde au cœur de la culture de masse (1945-2008), Les presses du réel, 2008.
  • Pascal Dumontier, Les situationnistes et mai 1968: théorie et pratique de la révolution (1966-1972), éditions Gérard Lebovici, 1990.
  • Collectif, Situacionistes : art, politica, urbanisme, Musée d'art contemporain de Barcelone (MACBA), 1996. Catalogue en anglais et en catalan de l'exposition consacrée aux situationnistes en 1996 au MACBA de Barcelone publié sous la direction de Libero Andreotti et Miquel Molins avec des textes de Giorgio Agamben, Mirella Bandini, Constant et Thomas Y. Levin entre autres.
  • Thomas Genty, La critique situationniste ou la praxis du dépassement de l'art, Zanzara athée, 1998.
  • Sergio Ghirardi, Nous n'avons pas peur des ruines : les situationnistes et notre temps, L'insomniaque, 2004.
  • Piet de Groof, Le Général situationniste, Allia, 2007.
  • Isidore Isou, « Contre l'Internationale situationniste », HC-D'ARTS, 2001.
  • Louis Janover, Tombeau pour le repos des avant-gardes, Sulliver, 2005.
  • Louis Janover, Visite au Musée des arts derniers, éditions de la Nuit, 2008.
  • Anselm Jappe, L'Avant-garde inacceptable, Éditions Lignes-Léo Scheer, 2004.
  • Hugues Lethierry,Penser avec Henri Lefebvre,Chronique sociale,2009.
  • Jean-Marc Mandosio, Dans le chaudron du négatif, éditions de l'Encyclopédie des Nuisances, 2003.
  • Patrick Marcolini, Le Mouvement situationniste. Une histoire intellectuelle, éditions L'Echappée, 2012.
  • Jean-François Martos, Histoire de l'Internationale situationniste, éditions Gérard Lebovici, 1989 (éditions Ivrea, 1995).
  • Gianfranco Sanguinetti, Du terrorisme et de l'État, Le fin mot de l'histoire, 1980.
  • Gianfranco Marelli, L'amère victoire du situationnisme, Éditions Sulliver, 1998.
  • Greil Marcus, Lipstick Traces, éditions Allia, 1998.
  • Patrick Cardon, « Histoire d'une revue : Le Fléau Social (France, 1972-74), Le mariage des situs et des pédés », un texte qui analyse la lutte du Groupe 5 du Front Homosexuel d'Action Révolutionnaire (F.H.A.R) au regard de la philosophie de l'IS. ; Rééd. du Rapport contre la normalité (FHAR) aux éd. QuestionDeGenre/GKC (2013)
  • T. J. Clark et Donald Nicholson-Smith, Pourquoi l'art ne peut pas tuer l'Internationale situationniste, Egrégores éditions, 2006.
  • (es) Mario Perniola, Los situacionistas, Madrid, Acuarela & A. Machado Libros, 2008.
  • Jean-Jacques Raspaud et Jean-Pierre Voyer, L'Internationale situationniste : protagonistes, chronologie, bibliographie, index des noms insultés, Champ Libre, 1972.
  • (es) Servando Rocha, La facción caníbal. Historia del vandalismo ilustrado, La Felguera Ediciones, 2012.
  • Ralph Rumney, Le Consul, Allia, 1999.
  • Antoine Sausverd, « Trop feignants pour faire des dessins ? le détournement de bande dessinée par les situationnistes », dans L'Éprouvette no 3, L'Association, 2007, p. 128-179.
  • Florent Schoumacher, « Voilà que s'ouvre une nouvelle époque d'incendies », L'I.S face au tournant de mai 1968, revue Dissidences no 5, éditions BDL, Bordeaux, octobre 2008. (www.Dissidences.net)
  • Florent Schoumacher, « La notion de spectacle » in revue Hermaphrodite, Nancy 2000.
  • Barthélémy Schwartz, « Dérive d'avant-garde : sur l'urbanisme unitaire situationniste », Oiseau-tempête no 6, 1999.
  • Barthélémy Schwartz, « Guy Debord aux Galeries Lafayette », Comète d'Ab irato no 4, 1994.
  • Yves Tenret, Comment j'ai tué la troisième Internationale situationniste, Editions de la Différence, 2004.
  • Marc Vachon, L'arpenteur de la ville : l'utopie urbaine situationniste et Patrick Straram, Triptyque éditions, 2003.
  • Jean-Louis Violeau, Situations construites : « était situationniste celui qui s'employait à construire des situations » : 1952-1968, Sens & Tonka, 1998.
  • Retour au futur ? : des situationnistes - trad. de l’italien Claude Galli - Marseille, Via Valeriano, 1990. Textes de Giorgio Agamben, Paolo Virno, Luisa Passerini, Mirella Bandini, Filippo Scarpelli, Enrico Ghazzi, Franco Poli et Alberto Piccinini.
  • Raoul Vaneigem, Entre le deuil du monde et la joie de vivre (les situationnistes et la mutation des comportements), Verticales | phase deux, 2008.
  • Jean-Pierre Voyer, "Rapport sur l'état des illusions dans notre parti" http://leuven.pagesperso-orange.fr/Chapitre4.htm

Chansons[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rapport sur la construction de situations et sur les conditions de l'organisation et de l'action de la tendance situationniste internationale
  2. le film Critique de la séparation
  3. Tout ce qui était directement vécu s’est éloigné dans une représentation. Thèse une de la Société du spectacle
  4. cf Karl Marx et Friedrich Engels, L'idéologie allemande (1845) : « En effet, dès l'instant où le travail commence à être réparti, chacun a une sphère d'activité exclusive et déterminée qui lui est imposée et dont il ne peut sortir; il est chasseur, pêcheur ou berger ou critique critique, et il doit le demeurer s'il ne veut pas perdre ses moyens d'existence; tandis que dans la société communiste, où chacun n'a pas une sphère d'activité exclusive, mais peut se perfectionner dans la branche qui lui plaît, la société réglemente la production générale ce qui crée pour moi la possibilité de faire aujourd'hui telle chose, demain telle autre, de chasser le matin, de pêcher l'après-midi, de pratiquer l'élevage le soir, de faire de la critique après le repas, selon mon bon plaisir, sans jamais devenir chasseur, pêcheur ou critique. »
  5. « CAMARADES, L’usine Sud-Aviation de Nantes étant occupée depuis deux jours par les ouvriers et les étudiants de cette ville, le mouvement s’étendant aujourd’hui à plusieurs usines (N.M.P.P.-Paris, Renault-Cléon et autres), LE COMITÉ D’OCCUPATION DE LA SORBONNE appelle à l’occupation immédiate de toutes les usines en France et à la formation de Conseils ouvriers. Camarades, diffusez et reproduisez au plus vite cet appel. Sorbonne, 16 mai [1968], 15 heures 30 »
  6. pour le pouvoir des conseils ouvriers
  7. adresse à tous les travailleurs
  8. Roger Langlais avait fait paraitre à Charenton, en 1970, Fin de l'ère chrétienne (aCCFR ; aIIHS ; IFHS ; B.N., 8° R. Pièce 28130). Cf. Pascal Dumontier, Les Situationnistes et mai 68. Théorie et pratique de la révolution (1966-1972), Editions Gérard Lebovici, 1990, 227 ; Pascal Dumontier fait figurer Fin de l'ère chrétienne, avec un lieu d’édition erroné, dans les « Sources écrites du mouvement situationniste » ; cf. aussi, parmi d'autres publications, le Bulletin du Centre international de recherches sur l’anarchisme, no 21, Genève, C.I.R.A., automne 1970, 12 ; et Laurent Chollet, L’Insurrection situationniste, Dagorno, 2000 (ISBN 2-910019-59-4), 39.
  9. http://www.unpopular.demon.co.uk/lpa/organisations/lpa.html