Petit Livre rouge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Livre rouge (homonymie).
Le « petit livre » de Mao, en édition chinoise.

Les Citations du Président Mao Tsetoung (毛主席语录 pinyin : Máo Zhǔxí Yǔlù), parfois aussi appelé Les Plus Hautes Instructions (最高指示, pinyin : zuì gāo zhǐshì), plus connu en français sous le nom de Petit Livre rouge, est un livre publié par le gouvernement de la République populaire de Chine à partir de 1964, dont la distribution est organisée par Lin Biao, le ministre de la défense et le chef de l’Armée populaire de libération (APL). C'est un recueil de citations extraites d'anciens discours et écrits de Mao Zedong. L'appellation Le Petit Livre rouge découle de son édition en format de poche, mais ce nom n'est jamais utilisé en Chine.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Le Petit Livre rouge est le livre le plus vendu au monde après la Bible, avec des ventes estimées à 900 millions d'exemplaires[1]. Pendant la Révolution culturelle dont il devient l'un des symboles, l'étude du livre est obligatoire dans les écoles de l'enseignement primaire au supérieur, et sur le lieu de travail. Toutes les organisations, industrielles, commerciales, agricoles, administratives, militaires organisaient des sessions de formation en groupes de tout le personnel pour étudier le livre pendant les heures de travail. Les citations de Mao étaient imprimées en gras et en rouge, et presque toutes les publications écrites, y compris les ouvrages scientifiques, devaient citer Mao. La compréhension et l'assimilation de la « pensée Mao Zedong » étaient censées améliorer de façon irréversible l'entrain au travail, et ainsi compenser largement au niveau de la production le temps passé à cette étude[2].

Pendant les années 1960, le Petit Livre rouge est le symbole graphique le plus visible en Chine, plus omniprésent encore que les portraits de Mao lui-même. Sur les images, les affiches, les panneaux réalisés par les artistes chargés de la propagande, presque chaque personnage, à l'exception de Mao, apparaît souriant, animé d'une détermination sans faille, et tenant à la main le Petit Livre rouge.

Avec la fin de la Révolution culturelle en 1976 et l'accession au pouvoir de Deng Xiaoping en 1978, l'importance du livre décroit énormément et la mise en exergue des citations de Mao commença à être considéré comme déviationnisme de gauche et comme culte de la personnalité. Aujourd'hui, le livre est considéré en Chine comme le souvenir d'une époque révolue.

Structure et histoire du livre[modifier | modifier le code]

Le « petit livre » de Mao, version originale (vinyle) française (1966). (95x134 mm) 352 p. 160 gr.

Les citations de Mao sont classées en trente-trois chapitres. Les thèmes sont abordés sous un angle idéologique ouvertement communiste en y ajoutant quelques considérations philosophiques. L'essentiel du livre consiste en des recommandations sur la façon de s'organiser, de se comporter et de penser. Dans l’une des nombreuses métaphores du livre, Mao compare les pensées incorrectes aux maladies, et le parti communiste à un chirurgien[3]. Il invite à la repentance :

« Si celui qui a commis une erreur ne dissimule pas sa maladie par crainte du traitement et ne persiste pas dans son erreur au point de ne plus pouvoir être guéri, mais manifeste honnêtement, sincèrement, le désir de se soigner, de se corriger, nous nous en réjouirons et nous le guérirons, afin qu'il devienne un bon camarade. »

Le premier tirage, dont environ 50 à 60 000 exemplaires furent imprimés, n'était pas destiné à la vente mais devait servir de guide aux membres de l'Armée populaire de libération. En 1967 le livre avait déjà été traduit dans plus de 36 langues et plus de 720 millions d'exemplaires avaient déjà été imprimés.

L'impression de ce recueil d'écrits et de discours de Mao Zedong fut conçue à l'origine en mai 1964 par le général Lin Biao (1907-1971), ministre de la Défense et chef de l'Armée de libération, pour flatter le président Mao et accélérer son propre avancement au sein du Parti. Ce livre de poche devait servir de guide et de source d'inspiration à tous les membres de l'armée. Il contenait au début 30 chapitres. Devant le grand succès de cette première édition, le livre fut réimprimé dès février 1965 avec deux chapitres supplémentaires, puis quelques mois plus tard avec un 33e chapitre. En 1966, le Parti décréta que tout citoyen devait posséder un exemplaire du « Petit Livre rouge » comme symbole de sa loyauté envers le Parti, et un projet de traduction et d'impression massive fut mis au point afin que tout partisan ou sympathisant puisse lire le texte dans sa propre langue. Au paroxysme de la Révolution culturelle, les peines encourues en cas d'incapacité à présenter le livre et à le réciter sur simple demande des Gardes rouges pouvaient aller de la punition corporelle immédiate aux travaux forcés pendant plusieurs années.

Édition originale[modifier | modifier le code]

Épigraphe de Lin Biao dans l'édition originale française de 1966. « Étudier les œuvres du président Mao, suivre ses enseignements et agir selon ses directives. » Lin Piao

L'édition originale, non datée, est rare. Son format est plus grand que celui des éditions suivantes (139 mm) et elle comporte moins de pages (l'édition de 1965 possède 270 pages de texte). Ce premier tirage présente en outre une erreur d'impression dans le feuillet calligraphié par Lin Biao. Un coup de pinceau superflu s'est en effet glissé dans la seconde ligne verticale de caractères en partant de la droite, au niveau du second caractère en partant du haut. Ce coup de pinceau superflu fut effacé dès le second tirage du texte.

L'ouvrage comportait en effet à l'origine un feuillet présentant un message d'encouragement de Lin Biao imprimé en facsimilé de son écriture, ainsi qu'une préface d'introduction de deux pages, également de sa main, où il expliquait l'importance de ce livre qui devait devenir un guide dans la vie quotidienne de chacun.
Après que Lin eut tenté sans succès d'assassiner Mao en septembre 1971, le Parti souhaita effacer toute trace de son existence et ordonna à tous les citoyens d'arracher le feuillet écrit par le général de leurs exemplaires du Petit Livre rouge. Toutes les éditions imprimées après 1971 ne comportent évidemment plus ce feuillet.
Un exemplaire complet avec ce rarissime feuillet aurait pu mettre en danger la vie de son possesseur.
Alors que peu d'exemplaires de l'édition originale sont parvenus jusqu'à nous, la plupart d'entre eux sont incomplets. Le feuillet calligraphié par Lin Biao manque presque toujours, et la préface dans laquelle son nom apparaît est elle aussi très souvent absente.

« Le présent exemplaire est complet et intact, et il est préservé dans la fameuse couverture de vinyle rouge d'origine. OCLC répertorie seulement deux exemplaires, un à l'université Harvard (« First edition, as issued, in red vinyl wrappers over paper covers ») et un à la New York Public Library.
La Bibliothèque nationale de France (BnF) possède un exemplaire qu'elle qualifie de « premier état, avec la faute sur la page calligraphiée par Lin Biao, broché sous couverture blanche ».
Exemplaire broché sous couverture blanche identique à celui de la BnF, donc du premier état réservé aux officiers, revêtu exceptionnellement de son vinyle rouge. »
Provenance : tampon rouge circulaire sur le titre qui indique qu'il s'agit d'un présent, « un présent du Comité officiel, du département de l'Agriculture et de l'Industrie, Première Union des ouvriers industriels, P.R.C. ».

Texte de la librairie parisienne Camille Sourget[4] qui proposait à la vente[5], en 2012, un Petit Livre rouge.


Version chinoise[modifier | modifier le code]

毛泽东语录 sur Wikiquote

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le livre le plus lu au monde », JeSuisCultive.com
  2. Jean-Jacques Tur, Le Petit Livre RougeLa Chine: Trois révolutions pour une renaissance : de Sun Yat-sen à Xi Jinping
  3. Chapitre XXVII - La critique et l'autocritique, Petit livre rouge
  4. [1].
  5. Au prix de 10 000 euros.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]